La langue française

Désappropriation

Sommaire

  • Définitions du mot désappropriation
  • Étymologie de « désappropriation »
  • Phonétique de « désappropriation »
  • Évolution historique de l’usage du mot « désappropriation »
  • Citations contenant le mot « désappropriation »
  • Traductions du mot « désappropriation »
  • Antonymes de « désappropriation »

Définitions du mot désappropriation

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉSAPPROPRIATION, subst. fém.

Renoncement à la propriété (d'un bien); privation de la propriété d'un bien. Le communisme remplit les cœurs d'effroi, et tout ce que vous faites n'a pour but que d'organiser la désappropriation (Proudhon, Révol. soc.,1852, p. 216):
Les besoins de la vie claustrale [motivèrent] tout ce qui devenait indispensable pour de grandes réunions d'hommes ayant fait profession de vivre en frères, et de passer leurs journées dans une entière désappropriation des biens de la fortune. Lenoir, L'Archit. monastique,1852-56, p. 48.
P. ext. Abandon de la propriété de soi. C'est dans mon cas le comble de la dépersonnalisation, de la désappropriation, au centre desquels joue en même temps je ne sais quel sens aigu de ma personnalité (Du Bos, Journal,1926, p. 34).
Rem. Ds l'ex. suivant désappropriation a le sens de « fait de ne pas être approprié, adapté, à une destination précise ». Combien plus haut que toutes les voix de la nature résonnait ici avec un fracas dissonant l'éclatante désappropriation de toutes choses, de l'autel plus majestueux d'être déserté, de la lance inutile (Gracq, Argol, 1938, p. 109).
Prononc. et Orth. : [dezapʀ ɔpʀijasjɔ ̃]. Ds Ac. 1718-1878. Aucune transcr. de désappropriement qui n'est pas attesté non plus ds Ac. Étymol. et Hist. 1580 desapropriement (Coust. de Bret., fo101 vods Gdf. Compl.); 1628 desappropriation « abandon, renoncement » (St François de Sales, Entretiens spirituels, 8 (titre) ds Hug.). Dér. de appropriement* et appropriation*; préf. dé(s)-*. Fréq. abs. littér. : 5. Bbg. Ritter (E.). Les Quatre dict. fr. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, p. 399.

Wiktionnaire

Nom commun

désappropriation \de.za.pʁɔ.pʁi.a.sjɔ̃\ féminin

  1. Abandon d’une propriété.
  2. (Religion) Renoncement à toute sorte de biens.
    • Cet abandon de l’âme à Dieu, cette remise absolue de ce qu’on est à un autre que soi-même, cette désappropriation, comme il dit, n’est-ce pas l’amour ? — (Régine Desforges, O m’a dit. Entretiens avec Pauline Réage, 1975, p. 213)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

DÉSAPPROPRIATION (dé-za-pro-pri-a-sion) s. f.
  • 1Abandon d'une propriété.
  • 2Renoncement à toute sorte de biens. Dieu ne demande pas de nous un renoncement qui soit égal ; il y en a qu'il élève à une condition plus parfaite et qu'il engage par une désappropriation extérieure des biens, des honneurs, des plaisirs…, Éclaircissements sur la vie monastique, dans RICHELET. La doctrine des philosophes cyniques qui était l'esprit de désappropriation, Voltaire, Phil. III, 360.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « désappropriation »

(Date à préciser) Dérivé de désapproprier avec le suffixe -ation.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Désapproprier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « désappropriation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
désappropriation desaprɔprjasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « désappropriation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « désappropriation »

  • Parce que le pouvoir est un partage continu Sa conquête exige un art de désappropriation. De Abdelkébir Khatibi / Le lutteur de classe à la manière taoïste
  • Est-ce à dire qu'il est inutile d'avoir un dessein pour les technologies dès leur conception ? Certainement pas. Il s'agit d'améliorer notre capacité à prévoir les usages et les impacts des technologies. Comment s'opère la transformation de nos « systèmes » industriels, économiques, de nos sociétés, mais aussi la transformation de nos systèmes de valeur et de nos représentations ? On considère souvent nos utopies ou dystopies, comme la conséquence d'une méconnaissance des capacités et des limites réelles des nouvelles technologies. Alors, on s'attache à informer, éduquer, former le « public » pour qu'il les assimile. Une méthode « push ». Les technologies proposent à l'humain des capacités modifiant ses relations à son environnement. L'appropriation d'une innovation demande une « désappropriation » de ce qu'elle remplace, d'accepter temporairement de perdre en savoir-faire et en maîtrise. Il est légitime que l'homme s'interroge. Car le progrès technique n'aboutit pas nécessairement à un progrès social. Les Echos, Innovation et appropriation ne riment pas toujours | Les Echos
  • C’est un petit ouvrage qui fait beaucoup parler de lui et connait un joli succès d’édition (un retirage est en cours). Intitulé sans fard « Contre Euralille », l’ouvrage dresse le procès du quartier d’affaires lillois. Qu’il s’agisse de son esthétique – « l’un des complexes urbains les plus laids de son époque » - ; de son efficacité économique finalement toute relative ; ou de la désappropriation des habitants qu’il entraîne. Incarnation d’une « utopie métropolitaine » - soit la négation absolue du lieu sur lequel il a surgi -, Euralille anéantit la ville populaire, selon le sociologue Antonio Delfini, l’un des deux auteurs. Entretien.        Mediacités, « Euralille est le produit d'une conception anti-démocratique de la ville » | Mediacités
  • La culture a un rôle à jouer à condition qu’on écrive les politiques publiques dans le sens d’un grand rééquilibrage des ressources. Les priorités doivent être redéfinies, collectivement et démocratiquement. Voilà trop longtemps qu’on affiche la volonté de faire de la jeunesse une priorité absolue tout en faisant exactement le contraire. Il suffit de voir le niveau de défiance des gilets jaunes à l’endroit de certaines grandes institutions culturelles, stigmatisées comme l’ont été les médias, ou le gouvernement, ou la démocratie elle-même. Le niveau de désappropriation de la culture par les citoyens est fort, très fort, et c’est un enjeu qui devient encore plus urgent après cette crise. Libération.fr, Culture : «Tout réinventer ? Avec plaisir, dès lors qu’on n’orchestre pas un massacre social» - Culture / Next
  • Quelle est l’idée directrice de ce projet ? M.D. : L’idée était, qu’au-delà de nos différences dans l’appréciation de choses diverses, sur cette question précise nous pouvions réaliser l’unité. Nous avons réussi ! En même temps, on continue à développer nos propres positions. C’est-à-dire que, pour nous, au-delà des réquisitions, nous militons pour la rénovation des appartements, la création de logements sociaux, l’abrogation de la loi Elan, la désappropriation des avoirs du promoteur ou du marchand de sommeil… On a toute une liste de revendications qui vont plus loin que la simple réquisition des logements. www.lamarseillaise.fr, Martine Dupuy : « Pour répondre aux besoins des sinistrés et des expulsés, il faut la réquisition »
  • « Il y a eu désappropriation du capital au fil des ans, actionnaires et investisseurs n’exerçant peu ou pas leur droit de propriété », rappelle-t-il. Le Devoir, Les institutionnels en révolution 2.0 | Le Devoir
  • L’économie monastique repose deux aspects fondamentaux : la désappropriation et l’économie des besoins. La désappropriation consiste à dire qu’on n’est propriétaire de rien personnellement. Par exemple, il y a certain nombre de monastères où un moine ou une moniale ne dira pas « mon stylo » mais « notre stylo ». Elle concerne aussi le pouvoir et la gouvernance. Théoriquement, un moine considère qu’il n’a de pouvoir sur personne, même s’il est abbé. Mais il y a les objectifs vers lesquels les moines tendent, et la réalité de leur vie. Cela dit, dans les monastères, il y a des structures de pouvoir bien organisées : en plus de l’abbé ou de l’abbesse, il y a le conseil et le chapitre, sans oublier les abbés visiteurs. Tout cela rend très difficile la transformation de l’abbé en gourou. La Vie.fr, L'économie monastique, une alternative au modèle capitaliste

Traductions du mot « désappropriation »

Langue Traduction
Anglais disappropriation
Espagnol desapropiación
Italien disappropriazione
Allemand enteignung
Chinois 挪用
Arabe المصادرة
Portugais desapropriação
Russe лишение права собственности
Japonais 流用
Basque disappropriation
Corse disappruvazione
Source : Google Translate API

Antonymes de « désappropriation »

Partager