La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « cul-de-plomb »

Cul-de-plomb

Définitions de « cul-de-plomb »

Trésor de la Langue Française informatisé

CUL(-)DE(-)PLOMB,(CUL DE PLOMB, CUL-DE-PLOMB) subst. masc.

Pop. et péj.
A.− Personne lourde :
Perrin fit sa culbute, mais sans grâce; (...). − Tu es un cul-de-plomb, dit Aristide; regarde donc Antonio, comme il est vif! Duranty, Le Malheur d'Henriette Gérard,1860, p. 50.
Au fig., emploi adj. Sans vivacité d'esprit, obtus. Sans malice, plus bête que méchant et trop cul de plomb pour inventer la poudre (Renard, Poil Carotte,1894, p. 314).
B.− P. ext.
1. Personne sédentaire, casanière. Tu sais quel « cul de plomb » fait mon père, oui vraiment, car tous les jours je lui disais : quand irons-nous aux Andelys, quand irons-nous aux Andelys? C'était toujours pour le samedi prochain, mais oui je t'en fous du samedi ou du dimanche (Flaub., Corresp.,1834, p. 15).
2. Personne sans génie, toujours assise penchée sur les livres. Ceci est un véritable vivant (...). Ce n'est point là un cul-de-plomb, un étudiant qui étudie, un blanc-bec pédant (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 787).
En partic. Employé de bureau sédentaire et routinier. Synon. rond-de-cuir.Une vingtaine de culs-de-plomb à moutarde répartis dans des bureaux inaccessibles (Bloy, Femme pauvre,1897, p. 230).Combien faut-il que la routine de mon métier de cul-de-plomb (...) m'ait raplati (Arnoux, Double chance,1958, p. 58).
Orth. Cf. cul. Étymol. et Hist. Cf. cul.

Wiktionnaire

Nom commun - français

cul-de-plomb \ky də plɔ̃\ masculin et féminin identiques

  1. (Populaire) (Péjoratif) Personne lourde.
    • Il doit peser dans les cent vingt kilos. Et, bien qu’il ne soit pas très vieux, il a des varices. En classe, il ne peut pas rester debout. Il s’assied tout le temps. Je crois même qu’on la surnommé « cul de plomb ». — (Paul Guth, Le mariage du Naïf, 1957, réédition Le Livre de Poche, page 30)
  2. (Par extension) (Péjoratif) Personne sédentaire, pantouflarde, routinière.
    • Un bon payeur ne craint point de donner des gages, dit Sancho Pança, eh bien, c’est que je me trouve dans une toute autre position ; tu sais quel cul de plomb fait mon père, oui vraiment, car tous les jours je lui disais : Quand irons-nous aux Andelys, quand irons-nous aux Andelys ? — (Gustave Flaubert, Correspondance, tome I, page 15, lettre du 28 septembre 1834 à Ernest Chevalier)
  3. (Péjoratif) Étudiant appliqué et besogneux.
    • Ceci n’est point un bon élève. Ce n’est point là un cul-de-plomb, un étudiant qui étudie, un blanc-bec pédant, fort en science, lettres, théologie et sapience, un de ces esprits bêtas tirés à quatre épingles ; une épingle par faculté. — (Victor Hugo, Les Misérables, tome III « Marius », livre quatrième « Les Amis de l’A B C », chapitre II « Oraison funèbre de Blondeau, par Bossuet », 1890)
  4. (Péjoratif) Employé de bureau casanier.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « cul-de-plomb »

 Composé de cul, de et plomb.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cul-de-plomb »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cul-de-plomb kyldɛplɔ̃b

Évolution historique de l’usage du mot « cul-de-plomb »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Images d'illustration du mot « cul-de-plomb »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Synonymes de « cul-de-plomb »

Source : synonymes de cul-de-plomb sur lebonsynonyme.fr

Cul-de-plomb

Retour au sommaire ➦

Partager