La langue française

Créancier, créancière

Sommaire

  • Définitions du mot créancier, créancière
  • Étymologie de « créancier »
  • Phonétique de « créancier »
  • Évolution historique de l’usage du mot « créancier »
  • Citations contenant le mot « créancier »
  • Traductions du mot « créancier »
  • Synonymes de « créancier »
  • Antonymes de « créancier »

Définitions du mot « créancier, créancière »

Trésor de la Langue Française informatisé

CRÉANCIER, IÈRE, subst. et adj.

DR. Personne titulaire d'une créance et pouvant, à ce titre, réclamer une certaine prestation; couramment, celui (celle) à qui est due une somme d'argent. Masse des créanciers, payer les créanciers. Anton. débiteur.Droit qu'ont les créanciers de poursuivre leur paiement (Code civil,1804, art. 1412, p. 258):
1. Les inscriptions prises par le créancier n'interrompent pas le cours de la prescription établie par la loi en faveur du débiteur ou du tiers détenteur. Code civil,art. 21801804, p. 397.
2. ... de même que chaque marchand, en traitant avec son correspondant, voit, au bout de l'année, s'il lui a plus vendu qu'acheté, et se trouve alors créancier ou débiteur d'une balance de compte qui est soldée en argent; de même une nation, en additionnant tous ses achats et toutes ses ventes avec chaque nation, ou avec toutes ensemble, se trouve, chaque année, créancière ou débitrice d'une balance commerciale qui doit être soldée en argent. Sismondi, Nouv. principes d'écon. pol.,1827, p. 34.
SYNT. Créanciers hypothécaires (cf. Amiel, Journal, 1866, p. 47); créanciers ordinaires (cf. Boyard, Bourse et spécul., 1853, p. 169); créancier principal (cf. Verne, 500 millions, 1879, p. 204); créancier privilégié (cf. Code civil, 1804, art. 2097, p. 376); créancier solidaire (ibid., art. 1365, p. 247).
Au fig. :
3. L'oubli sied à la Bienfaisance; Créancière sans défiance, Jamais, envers son débiteur, Sa généreuse insouciance, D'un impitoyable exacteur Ne se permit l'avide impatience... Delille, Poésies fugitives,1807, p. 122.
Emploi adj. Le cas des rapports entre pays créancier et pays débiteur, le premier pouvant prêter au second et l'inverse n'étant vrai à aucun degré (Perroux, Écon. XXes.,1964, p. 46).
Prononc. et Orth. : [kʀeɑ ̃sje], fém. [-jε:ʀ]. Ds Ac. 1718-1932. Pour Ac. 1740 est enregistré s.v. créancière. Étymol. et Hist. A. Subst. 1. ca 1170 « celui à qui l'on doit de l'argent » (Rois, éd. E. R. Curtius, p. 179); 2. fig. av. 1791 (Mirabeau, Collection, t. II, p. 238 ds Littré). B. Adj. 1920-21 (Barrès, Cahiers, t. 13, p. 14 : La France, qui elle-même est créancière de l'Allemagne). Dér. de créance*; suff. -ier*. Fréq. abs. littér. : 1 085. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 533, b) 1 238; xxes. : a) 819, b) 442. Bbg. Goug. Lang. pop. 1929, p. 26. − Grandpré (J.-P. de). Qq. termes d'assurance sur la vie. Meta. 1971, t. 16, no3, p. 171.

Wiktionnaire

Nom commun

créancier \kʁe.ɑ̃.sje\ masculin (pour une femme on dit : créancière)

  1. Personne qui a prêté de l’argent, ou un bien, à une personne qui devient le débiteur.
    • Le diable ne va pas toujours toucher ses dettes en personne. Ainsi que les créanciers d’en haut, il envoie quelquefois un huissier. — (Charles Deulin, Cambrinus)
    • Des créanciers récalcitrants ont obtenu un jugement contre moi et mon compte est bloqué chez Hachette. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 206)
    • Des créanciers qui réclament le remboursement de leurs dettes excitent toujours les rancœurs de leurs débiteurs. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)

Nom commun

créancière \kʁe.ɑ̃.sjɛʁ\ féminin (pour un homme on dit : créancier)

  1. Femme qui a prêté de l’argent, ou un bien, à quelqu’un, et à qui on le doit.
    • Si les testatrices devaient savoir qu’elles étaient ses créancières, devait-il ignorer qu’il était leur débiteur ? — (François-Antoine Vazeille, Résumé et conférence des commentaires du Code civil, sur les successions, donations et testamens, tome 2, Clermont-Ferrand : chez Thibaud-Landriot & Riom : chez Thibaud fils, 1837, page 542)

Forme d’adjectif

créancière \kʁe.ɑ̃.sjɛʁ\

  1. Féminin singulier de créancier.

Nom commun

créancière \kʁe.ɑ̃.sjɛʁ\ féminin (pour un homme on dit : créancier)

  1. Femme qui a prêté de l’argent, ou un bien, à quelqu’un, et à qui on le doit.
    • Si les testatrices devaient savoir qu’elles étaient ses créancières, devait-il ignorer qu’il était leur débiteur ? — (François-Antoine Vazeille, Résumé et conférence des commentaires du Code civil, sur les successions, donations et testamens, tome 2, Clermont-Ferrand : chez Thibaud-Landriot & Riom : chez Thibaud fils, 1837, page 542)

Forme d’adjectif

créancière \kʁe.ɑ̃.sjɛʁ\

  1. Féminin singulier de créancier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CRÉANCIER, IÈRE. n.
Celui, celle à qui il est dû de l'argent ou quelque autre chose qui se peut estimer à prix d'argent. Premier créancier. Dernier créancier. Créancier privilégié, hypothécaire. Créancier inscrit. Être poursuivi par ses créanciers. Il s'est accommodé avec les créanciers. Cette terre fut vendue à la poursuite, au profit des créanciers.

Littré (1872-1877)

CRÉANCIER (kré-an-sié, siê-r') s. m.
  • Celui, celle qui a une créance sur quelqu'un. Frustrer ses créanciers. Créancier privilégié. C'est une fort mauvaise politique, que de se faire celer aux créanciers, Molière, Don Juan, IV, 2. Elle ne se permit pas avec ses créanciers ces compositions adroitement colorées qui souvent ne sont qu'une injustice couverte d'un nom spécieux, Bossuet, Anne de Gonz. L'État peut être créancier à l'infini, mais il ne peut être débiteur qu'à un certain degré ; et, quand on est parvenu à passer ce degré, le titre de créancier s'évanouit, Montesquieu, Esp. XXII, 18.

    Fig. Les habitants de la campagne, ces créanciers de la terre et de la nature, Mirabeau, Collection, t. II, p. 238.

    Adjectivement. Bacchus et peut-être l'Amour L'occupent souvent tour à tour, Sans compter l'hydre créancière, La Fontaine, Lett. XXIII.

HISTORIQUE

XIIe s. Et li prophetes cumandat que ele s'en alast, e vers ses creanciers s'en aquitast, e del surplus sei e ses fiz suztenist e cunreast, Rois, 356.

XIIIe s. Tous mes creanciers en deçui [je déçus], Si que ge n'en poi nus paier, S'en me devoit pendre ou noier, la Rose, 7976. Le creancier qui tient le gage n'est pas possessor, Liv. de just. 90. Nous disons que en cest cas li creanciers pot fere les biens arrester là ù la dete fu fete, Beaumanoir, 58.

XVIe s. Ne pouvans payer, ilz estoient adjugez à leurs creanciers., -L, a cruaulté des creanciers usuriers, Amyot, Solon, 20.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CRÉANCIER, s. m. (Jurispr.) est celui auquel il est dû quelque chose par un autre, comme une somme d’argent, une rente, du grain, ou autre espece.

Pour pouvoir se dire véritablement créancier de quelqu’un, il faut que celui qu’on prétend être son débiteur soit obligé, du moins naturellement.

On devient créancier en vertu d’un contrat ou quasi-contrat, en vertu d’un jugement, d’un délit, ou d’un quasi-délit.

Tous créanciers sont chirographaires ou hypothécaires, & les uns & les autres sont ordinaires ou privilégiés. Voyez ci-devant au mot Créance.

Un créancier peut avoir plusieurs actions pour la même créance, savoir une action personnelle contre l’obligé & ses héritiers, une action réelle s’il s’agit d’une charge fonciere, une action hypothécaire contre les tiers détenteurs d’héritages hypothéqués à la dette.

Il est permis au créancier, pour se procurer son payment, de cumuler toutes les contraintes qu’il a droit d’exercer, comme de faire des saisies & arrêts, & en même tems de saisir & exécuter les meubles de son débiteur, même de saisir réellement les immeubles, s’il s’agit d’une somme au moins de 200 liv. & d’user aussi de la contrainte par corps, si le titre de la créance y autorise.

Mais il n’est pas permis au créancier de se mettre de son autorité en possession des biens de son débiteur ; il faut qu’il les fasse saisir & vendre par autorité de justice.

Les créanciers sont en droit, pour la conservation de leur dû, d’exercer les droits de leur débiteur, comme de saisir & arrêter ce qui lui est dû, de former opposition en sous-ordre sur lui, de prendre de son chef des lettres de rescision contre un engagement qu’il a contracté à son préjudice, & de faire révoquer tout ce qu’il a fait en fraude des créanciers ; enfin d’accepter en son nom une succession malgré lui, en donnant caution de l’acquiter des charges.

On ne peut pas contraindre un créancier de morceler sa dette, c’est-à-dire de recevoir une partie de ce qui lui est dû, ni de recevoir en payement une chose pour une autre, ni d’accepter une délégation & de recevoir son payement dans un autre lieu que celui où il doit être fait.

Lorsque plusieurs prêtent conjointement quelque chose, chacun d’eux n’est censé créancier que de sa part personnelle, à moins qu’on n’ait expressément stipulé qu’ils seront tous créanciers solidaires, & que chacun d’eux pourra seul pour tous les autres exiger la totalité de la dette.

La qualité de créancier est un moyen de reproche contre la déposition d’un témoin ; ce seroit aussi un moyen de récusation contre un arbitre & contre un juge.

Il faut encore remarquer ici quelques usages singuliers qui se pratiquoient autrefois par rapport au créancier.

A Bourges, un bourgeois qui étoit créancier pouvoit se saisir des effets de sa caution, & les retenir pour gages sans la permission du prevôt ou du voyer.

En poursuivant le payement de sa dette, à Orléans, le créancier ne payoit aucun droit comme étranger.

Enfin au Périgord & dans le Quercy, le créancier qui avoit obtenu des lettres royaux pour appeller ses débiteurs devant les juges royaux, n’étoit pas obligé de faire les sergens royaux porteurs de ces lettres ; ce qui est contraire à l’usage présent, selon lequel l’huissier ou sergent doit être porteur de tous les titres en vertu desquels il instrumente. Voyez ci-devant Créance, Hypotheque, Priorité, Privilége, Saisie. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « créancier »

Créance 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De créance avec le suffixe -ier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « créancier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
créancier kreɑ̃sie

Évolution historique de l’usage du mot « créancier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « créancier »

  • L'honnêteté dans les affaires consiste à posséder à son compte en banque l'argent qu'on refuse à ses créanciers. De Philippe Bouvard / Un Oursin dans le caviar
  • L'homme est le travailleur du printemps, de la vie, De la graine semée et du sillon creusé, Et non le créancier livide du passé. De Victor Hugo / Les Quatre vents de l'esprit
  • "Qui donne aux pauvres prête à Dieu". C'est entendu, mais certains, qui ont plus l'âme du créancier que du donateur, réclament des intérêts et stipulent des garanties de remboursement. De Firmin van den Bosch / Aphorismes du temps présent
  • Dieu ne donne rien, il prête seulement ; et comme un créancier oublié, il vient parfois redemander subitement son dû. De Théophile Gautier / L'Enfant aux souliers de pain
  • Un fils est un créancier donné par la nature. Henri Beyle, dit Stendhal, Lucien Leuwen
  • Les seuls qui se rapprochent de vous dans le malheur sont les créanciers. De Orson Welles
  • Les créanciers ont meilleure mémoire que les débiteurs. De Benjamin Franklin / Almanach du pauvre Richard
  • La Banqueroute, c'est quand vos créanciers saisissent votre veston et quand vous avez mis votre argent dans la poche du pantalon. De Tristan Bernard
  • Un créancier tombe à l'eau, c'est un accident ; on le repêche, c'est une catastrophe. De René Dorin
  • Quand on a donné la vie à un enfant, on est devant lui comme un débiteur devant son créancier. De Emile Fabre / La maison d’argile
  • Quatrièmement, en ce qui concerne les autres investisseurs à qui les Etats doivent réellement verser un intérêt, il est capital de noter que les intérêts négatifs, qui sont aujourd’hui la norme dans la plupart des pays européens jusqu’à des maturités de 5 à 10 ans (le taux français à 10 ans est actuellement de -0.12%), sont aussi une annulation de dette de fait puisque non seulement l’emprunteur ne paie pas d’intérêt au créancier mais il lui rembourse finalement moins que ce qu’il a emprunté ! En poussant donc le raisonnement, la France pourrait donc, en empruntant une somme gigantesque à moins de 10 ans (que nous ne nous risquerons pas à calculer !), rembourser l’intégralité de sa dette existante ! Next Finance, Opinion - Annuler des dettes gratuites envers un créancier fictif, une aberration !
  • Il convient de s’intéresser à une jurisprudence relative à la prescription qui peut être opposée par la caution à l’encontre du créancier. Juritravail, Action du créancier contre la caution et saisie immobilière, quelle prescription ?
  • Que faire lorsque l’on reçoit un commandement de payer ? Et bien tout dépend des circonstances. Tout d’abord, est-ce que vous contestez la somme ? Est-elle exacte ? Exigible ? Si la dette n’est pas contestée, essayez d’abord de vous rapprocher de l’huissier et donc de votre créancier par son intermédiaire pour obtenir des délais de paiement dans le cadre d’une démarche amiable. Capital.fr, Commandement de payer : principe, procédure et effets - Capital.fr
  • Elle laisse ainsi ses créanciers face à une dette de 3,5 milliards d'euros qui ne leur sera pour l'essentiel probablement jamais remboursée, dont 1,75 milliard empruntés à quinze banques et 500 millions auprès d'investisseurs obligataires, a déclaré une source proche des discussions avec les créanciers. Investir, Wirecard dépose le bilan, "l'argent s'est envolé", Actualité des sociétés - Investir-Les Echos Bourse
  • La circonstance que l’action litigieuse soit étroitement liée à la procédure d’exécution forcée poursuivie dans l’État membre d’exécution aurait sans doute pu suffire pour justifier la solution retenue. Cependant, la Cour de justice a souhaité également consolider sa motivation au regard des objectifs de simplicité et de célérité poursuivis par le règlement « Aliments », rappelant au passage que la proximité entre la juridiction compétente et le créancier d’aliments ne constituait pas la seule finalité de ce texte (arrêt, pt n° 40). Ce type d’argument est toutefois d’un emploi délicat car on peut soutenir que la solution retenue a pour conséquence d’engendrer une perte de temps et des charges supplémentaires non négligeables pour le créancier d’aliments (à comparer avec arrêt, pt n° 41). , Règlement « Aliments » : compétence juridictionnelle pour connaître d’une action en opposition à exécution - Recouvrement | Dalloz Actualité
  • La circulaire revient assez longuement sur la possibilité qui a été offerte aux débiteurs par l’ordonnance du 20 mai 2020 de demander la suspension des poursuites ou de demander des délais de paiement en procédure de conciliation. À cet égard, le conciliateur peut proposer de suspendre l’exigibilité d’une ou plusieurs créances pendant la durée de la négociation, ce qui correspond en réalité à un usage bien établi. Précisons qu’usuellement, les créanciers institutionnels que sont notamment les créanciers bancaires, acceptent sans difficulté, à l’annonce de la conciliation, de suspendre l’exigibilité sur une base égalitaire (les banques souhaitent être traitées de la même manière, ce qui est légitime), à tout le moins, jusqu’à ce qu’un audit crédible soit établi dans un délai raisonnable. , Les effets de la crise du coronavirus sur les entreprises en difficulté : encore du nouveau ! - Entreprise en difficulté | Dalloz Actualité
  • Un fils est un créancier donné par la nature. Henri Beyle, dit Stendhal, Lucien Leuwen

Traductions du mot « créancier »

Langue Traduction
Anglais creditor
Espagnol acreedor
Italien creditore
Allemand gläubiger
Chinois 债权人
Arabe دائن
Portugais credor
Russe кредитор
Japonais 債権者
Basque hartzekodunen
Corse creditore
Source : Google Translate API

Synonymes de « créancier »

Source : synonymes de créancier sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « créancier »

Partager