La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « coulisse »

Coulisse

Variantes Singulier Pluriel
Féminin coulisse coulisses

Définitions de « coulisse »

Trésor de la Langue Française informatisé

COULISSE, subst. fém.

I.− SC. et TECHNIQUES
A.− Support fixe le long duquel glisse une pièce mobile; p. méton., la pièce mobile elle-même. Échelle, fenêtre, tiroir à coulisse(s). Un lit, un dressoir, une table à coulisses (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 30).Une péniche en acajou, Avec ses volets à coulisse (Toulet, Contrerimes,Sur le canal Saint-Martin, 1920, p. 118).La coulisse de la trappe tomba derrière lui (Gozlan, Notaire,1836, p. 73).
P. anal. [En réf. à la forme ou au jeu des paupières] Les petits yeux en coulisse qui caractérisent les Tartares et les Chinois (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 222).Ses yeux se bridèrent en coulisse (Châteaubriant, Lourdines,1911, p. 26).Un sourire qui avait quelque chose de fin et de rusé, un regard errant dans la coulisse étroite de ses longues paupières à demi fermées (Vigny, Journ. poète,1851, p. 1280).
En partic., domaine de l'expression physionomique. Œil/yeux, regard, sourire en coulisse (= en biais, et exprimant la complicité, la curiosité, la timidité ou l'hypocrisie). Il la choya d'un œil en coulisse, d'un œil invitant (Huysmans, Sœurs Vatard,1879, p. 263).Luce s'assied et me regarde en coulisse, timidement (Colette, Cl. école,1900, p. 130).Si la première passante peut, d'un regard en coulisse, d'un sourire effronté, d'un déhanchement exercé, retenir un homme (Guèvremont, Survenant,1945, p. 213).
B.− Spécialement
1. ANAT. Canal lisse à la surface d'un os, permettant le mouvement des tendons. La rotule ou os du grasset glisse sur une coulisse osseuse ou trochlée du fémur (Garcin, Guide vétér.,1944, p. 181).
2. ARCHIT. et HÉRALD., rare. Cadre et partie mobile d'une herse à l'entrée d'une construction fortifiée :
1. Dans la chambre où Jeanne d'Arc a été reçue, des narcisses en fleur et des églantiers penchés les uns sur les autres. − A la tour qui sert d'entrée on voit la coulisse de la herse. − Partout à Chinon je cherche le souvenir de Rabelais et je ne trouve rien; Rabelais au reste est-il un génie local? Flaubert, Par les champs et par les grèves,1848, p. 187.
3. CH. DE FER. ,,Organe d'une locomotive qui permet de faire varier la détente et de renverser la marche en modifiant le jeu des tiroirs`` (Quillet 1965). La manivelle motrice qui fait osciller une coulisse autour de tourillons fixés en son milieu (Bailleul, Not. mat. roulant ch. de fer,1951, p. 44).
4. COUT. Rempli fait à une étoffe pour y glisser un galon de serrage; p. méton., le galon lui-même. Elle, un instant, tenait à sa bouche la coulisse de sa chemise (Zola, Joie de vivre,1884, p. 206).Les chevilles serrées dans la coulisse du pantalon (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 282).
5. MAR. Couette utilisée pour la construction et le lancement d'un bateau.
6. MÉCAN. Pièce mobile d'un instrument de mesure. Calibre, équerre, pied à coulisse.
7. MUS. Tube mobile glissant sur le tube principal d'un instrument à vent. Trombone à coulisse.
8. TYPOGR. ,,Petite planche très mince au moyen de laquelle on fait couler sur le marbre une page trop grande pour qu'on puisse sans danger du moins l'enlever avec les doigts`` (Carabelli, [Lang. de l'impr.]).
C.− Régional
1. ,,Liquide qui coule le long d'un corps, trace que laisse ce liquide`` (Bél. 1957).
2. Conduit permettant l'écoulement d'un liquide (cf. Pierreh. 1926 et Canada 1930).
II.− THÉÂTRE
A.− Châssis mobile portant les décors, situé sur les côtés d'une scène; intervalle entre des portants de décor. On nous prêta de vieux paravents pour faire nos coulisses (G. Sand, Hist. vie,t. 3, 1855, p. 237):
2. Un ouvrier tombe du haut d'une coulisse pendant qu'on joue Figaro, il se tue. L'acteur qui est son père revient, l'embrasse et couvert de sang retourne faire rire. « Cela prouve, dit le docteur, quelle est presque toujours la sublime abnégation des hommes les plus capables. » Vigny, Le Journal d'un poète,1840, p. 1147.
P. anal. Des apparitions et des disparitions subites de lune dans les déchirures et les coulisses du ciel (Cendrars, Main coupée,1946, p. 156).
B.− P. méton.
1. Partie d'un théâtre, sur les côtés et à l'arrière d'une scène, cachée au public par les décors. Coulisse d'opéra, de théâtre. Quand un acteur rentre dans la coulisse, il semble se déshabiller brusquement (Renard, Journal,1899, p. 523).Un vieux Shylock attendant, tout grimé, dans la coulisse, le moment d'entrer en scène (Proust, Temps retr.,1922, p. 967).
Au fig. :
3. Jusqu'à présent, j'ai toujours parlé sans aucun souci qu'on m'entende, toujours écrit pour ceux de demain, avec le seul désir de durer. J'envie ces journalistes dont la voix porte aussitôt, quitte à s'éteindre sitôt ensuite. Circulais-je jusqu'à présent entre des panneaux de mensonges? Je veux passer dans la coulisse, de l'autre côté du décor, connaître enfin ce qui se cache, cela fût-il affreux. Gide, Voyage au Congo,1927, p. 745.
SYNT. Jaillir, sortir de la coulisse; disparaître, rentrer dans la coulisse.
2. Monde du théâtre. Fils d'un cabotin, grandi, poussé, élevé dans les coulisses de l'Opéra-Comique (Goncourt, Journal,1892, p. 252).
SYNT. a) Subst. + coulisse(s). Argot, jargon, langue de coulisse(s) (= langue des professionnels du théâtre); anecdotes, bavardages, bruits, cancans, indiscrétions, potins de coulisse(s); intrigue, licence, odeur, scandale de coulisse(s); coureur, pilier de coulisse(s); femme, rouleuse de coulisse(s). b) Verbe + coulisse(s). Hanter la coulisse, pratiquer les coulisses (= fréquenter les milieux du théâtre).
3. P. anal., BOURSE, souvent péj. Marché parallèle au parquet officiel de la Bourse, où sont cotées et négociées des valeurs mobilières :
4. Cette bourse se tenait alors sur le trottoir du boulevard des Italiens, à l'entrée du passage de l'Opéra; et il n'y avait là que la coulisse, opérant au milieu d'une cohue louche de courtiers, de remisiers, de spéculateurs véreux. Zola, L'Argent,1891, p. 346.
C.− P. métaph. et/ou au fig., souvent péj. (avec une idée d'intrigue et de manigance). Aspect dissimulé ou marginal d'un être ou d'une collectivité de personnes. Avec les illusions du spectateur dans la salle. Il nous faisait entrer dans la coulisse des rues (Proust, Sodome,1922, p. 1005).Certaines précautions de Salut public étaient prises contre la coulisse hébraïque (Maurras, Kiel et Tanger,1914, p. 25):
5. Quelques instants plus tard, Maigret, qui n'avait trouvé personne pour l'introduire, gravissait un escalier pisseux dans les coulisses de l'hôtel qui rappelaient celles d'un petit théâtre de province. Simenon, Les Vacances de Maigret,1948, p. 65.
SYNT. a) Coulisses + subst. Coulisses de l'inconscient, du journalisme, de la littérature, de la mémoire, du monde, de la politique. b) Verbe + coulisse(s). Agir, se tenir dans les coulisses; rire dans la coulisse (= par derrière). c) Prép. + coulisse(s). Dans la coulisse. En secret. Tu es bien assez traître pour te marier un jour dans la coulisse (Sartre, Nausée, 1938, p. 178). Par la coulisse. Par la bande. Avec la morale kantienne, elle réintroduit par la coulisse les « postulats » (Vuillemin, Essai signif. mort, 1949, p. 234). Par les coulisses. Par les dessous. Le Saint-Simonisme que j'ai vu de près et par les coulisses (Sainte-Beuve, Pensées, 1869, p. 109).
Prononc. et Orth. : [kulis]. Ds Ac. depuis 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1289 coulice « porte coulissante, herse » (Jacquemart Gielee, Renart le Nouvel, éd. H. Roussel, 776); 1348 couloiche « rainure » (Compte d'Ourriet de la Mothe, prévôt de la Marche, A. Meuse, B, 2523, fo31 ds Gdf. Compl.); b) 1754 anat. mouvement de coulisse (Encyclop. t. 4); c) 1802 couture (Flick, Nouv. dict. fr.-all. et all.-fr. ds FEW t. 2, p. 881 a); d) 1808 fig. faire les yeux en coulisse (Hautel); 2. a) 1694 « pièce de décoration que l'on fait avancer et reculer dans les changements de scène » (Ac.); d'où 1718 « partie du théâtre placée derrière ou à côté de la scène » (ibid.); 1811, 17 août des anecdotes et des nouvelles de coulisses (Jouy, Hermite, t. 1, p. 9); p. ext. 1825 « le monde, le milieu du théâtre » (Delécluze, Journal, p. 253 : des trivialités qui sentent la coulisse); b) 1838 terme de bourse (Ac. Compl. 1842). Fém. substantivé de l'adj. coulis*. Fréq. abs. littér. : 618. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 672, b) 1 301; xxes. : a) 947, b) 787.

Wiktionnaire

Nom commun - français

coulisse \ku.lis\ féminin

  1. Longue rainure par laquelle on fait glisser, aller et revenir un châssis, une fenêtre, une porte, un tiroir, etc.
    • Dans la salle qui est au-dessus de l’entrée, on aperçoit, dans les deux pieds-droits de la coulisse de cette première herse, les entailles inclinées dans lesquelles s’engageaient les deux jambettes du treuil. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
  2. (En particulier) Planchette de confessionnal, que le confesseur fait glisser quand il veut entendre un pénitent.
  3. (Construction) Vide de quelques centimètres entre deux murs, par exemple entre le mur porteur et le mur de parement.
  4. (Imprimerie) Petite planche très plate qui sert à faire couler sur le marbre les pages trop grandes pour être enlevées avec les doigts.
    • La distance qui se trouve sur le composteur entre sa tête et la tête de la coulisse inférieure , fixe la longueur de chaque ligne; et c'est ce qu'on nomme la Justification. — (Dictionnaire technologique ou Nouveau dictionnaire universel des arts et métiers, Bruxelles : Lacrosse & Cie, 1839, nouvelle édition avec planches, volume 3, page 285)
  5. (Théâtre) Châssis de toile mobiles qui forment le décor des deux côtés de la scène.
    • Il reprend son va-et-vient précipité. Il s’arrête près de la coulisse droite, regarde longuement au loin, la main en écran devant les yeux. Va et vient. S’arrête prêt de la coulisse gauche, même jeu. — (Samuel Beckett, En attendant Godot, Les Éditions de Minuit, 1952, introduction de l’acte II, page 73)
    • Elle était comme ces spectateurs qui n’ont jamais vu les coulisses, et qui admirent le décor sans arrière-pensée. — (Valery Larbaud, Fermina Márquez, 1911, réédition Le Livre de Poche, pages 217-218)
  6. (Par extension) Châssis où passent les acteurs pour entrer en scène ; toute la partie du théâtre qui est derrière la scène.
    • Les personnes de quarante à cinquante ans peuvent se rappeler d'avoir vu la rampe des théâtres illuminée par des biscuits , et les coulisses éclairées avec des chandelles. — (« Théâtre », dans le Dictionnaire chronologique et raisonné des découvertes, inventions, etc., en France, dans les sciences, la littérature, les arts, l'agriculture, le commerce et l'industrie de 1789 à la fin de 1820, Paris : chez Louis Colas, 1824, volume 15, page 665)
    • Pendant toute la pièce il resta dans les coulisses.
    • Enfin voici le dessert. Le gâteau de semoule est sur la table. Sous les yeux attendris d’Ernestine, qui surveille l’effet produit par son œuvre, comme un auteur dramatique surveille sa pièce au bord des coulisses, ces demoiselles se délectent. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 358.)
  7. (Bourse) Réunion des coulissiers.
  8. (Couture) Rempli fait à un vêtement, à un rideau, à une pièce d’étoffe pour faire passer un cordon ou une tringle le long desquels l’étoffe doit glisser.
    • Passer un lacet dans une coulisse.
    • Serrer une coulisse.
    • La forme qu’elle donnerait à sa chemise ayant été longuement débattue dans sa tête, elle n’avait pas à y revenir : elle serait à coulisse ; d’abord parce que c’était la plus simple, et la moins difficile à exécuter pour elle qui n’avait jamais taillé des chemises, et manquait de ciseaux, et puis parce qu’elle pourrait faire servir à la nouvelle le cordon de l’ancienne. — (Hector Malot, En famille, 1893)
  9. (Héraldique) Nom de la grille fermant un château ou une bâtisse. Plutôt que de parler de la coulisse, on peut blasonner : coulissé. Se dit également de la partie de la pince multiprises permettant d’augmenter ou réduire l’espace entre les mâchoires.
    • D’azur, à un château d’argent, sommé de trois tours de même, maçonné de sable, la porte ouverte du champ et garnie de sa coulisse de sable, accompagnée en pointe de trois besants d’or, posés 2 et 1, qui est de Hyères → voir illustration « château à coulisse »
    • Parti : au premier d’or à la pince multiprises de gueules, son bec à senestre, remplie de sable entre ses branches, dans sa coulisse et entre ses mâchoires, à la tige d’argent brochant sur la branche senestre de la pince supportant deux feuilles du même, l’une sur l’autre, à dextre ; au second d’or aux six burelles de sable, au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'argent, brochant sur le quart senestre du premier et sur le tout du second, qui est de Vaulx-en-Velin → voir illustration « Pince multiprise à coulisse de sable »
  10. (Au pluriel) (Figuré) Partie d’un système invisible de l’extérieur.
    • Dans les coulisses du pouvoir.
    • Voilà une manière à peine subtile d’intimer aux médias de ne pas révéler le détail des jeux de coulisses potentiellement scandaleux qui débouchent sur les nominations. — (Antoine Robitaille, « Un scandale étouffé », Le journal de Québec, 27 novembre 2020)
  11. (Québec) (Populaire) Trainée de liquide laissée par une ou des gouttes s'éloignant, emportée.s par la gravité ou un déplacement d'air.
    • Tu peintures comme un cochon. Il y a des coulisses partout !
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COULIS, ISSE. adj.
Qui coule. Il n'est plus usité que dans cette locution, Vent coulis, Vent qui coule, qui se glisse au travers des fentes et des trous. Il vient un vent coulis par cette porte. Je sens un vent coulis qui me donne sur l'épaule. Les vents coulis sont dangereux. Il est surtout employé comme nom et désigne spécialement, en termes de Cuisine le Suc d'un aliment consommé à force de cuire passé par une étamine, un linge, etc. Coulis d'écrevisses. Il se dit aussi, en termes de Construction, du Plâtre, du mortier gâché ou du métal fondu qu'on fait couler dans des joints pour les garnir.

Littré (1872-1877)

COULISSE (kou-li-s') s. f.
  • 1Rainure par laquelle on fait glisser ou couler un châssis, un tiroir, etc. Graisser une coulisse. Des métopes ou petits tableaux de marbre à coulisse séparaient entre eux les triglyphes, Chateaubriand, Itin. 192.

    Volet qui va et vient dans la rainure. Fermez cette coulisse.

    Coulisse de confessional, petite planche que le confesseur fait couler quand il veut entendre le pénitent.

    Terme d'anatomie. Rainure profonde de la surface des os, qui, tapissée d'un périoste lisse ou d'une membrane synoviale pour faciliter le glissement des tendons qu'elle reçoit, se distingue par là de la gouttière.

    Terme d'imprimerie. Coulisse de galée, planche mince qui sert à faire couler les pages sur le marbre.

    Terme de marine. Canal que suit, sur le chantier, la quille d'un bâtiment lancé à l'eau sans ber.

    Petite porte pratiquée dans la grande porte d'un poêle.

  • 2 Terme de théâtre. Châssis mobile garni de toiles peintes, qui sert à la décoration latérale. Le feu prit aux coulisses.

    Nom qu'on donne à l'espace qui est entre les ais ou les pilastres qui sont aux deux côtés d'un théâtre, et où se tiennent les acteurs avant d'entrer en scène. Fréquenter les coulisses, se mêler souvent aux acteurs dans les coulisses. Nous n'irons plus dans les coulisses Brailler en chœur à l'opéra, Béranger, Concord. Grands réformateurs, Piliers de coulisses, Béranger, Scand.

    Fig. Il se dit de ce qui est propre aux gens de théâtre. Langage, intrigue de coulisses.

    Le derrière des affaires. On agit ; mais lui se tient dans la coulisse. Voilà ce qu'on dit en public ; mais dans la coulisse…

  • 3Rempli qu'on fait à un vêtement pour le serrer au moyen de cordons. Passer un lacet dans une coulisse.

    Familièrement. Faire les yeux en coulisse, regarder de côté à la dérobée. Dans le même sens, regarder en coulisse.

  • 4 Terme de bourse. Petit parquet, non reconnu par la loi, où des courtiers, non autorisés, mais, en dépit d'efforts contraires, consacrés par l'usage et la coutume, font l'office d'agents de change ; on ne s'y occupe que des rentes et à peu près exclusivement du 3 0/0. La coulisse est une succursale du parquet pour les affaires exclusivement dites de jeu.

    Réunion de courtiers marrons (c'est-à-dire non institués par la loi) ne faisant que des opérations à terme, ne levant ni ne livrant jamais de rentes, mais compensant avec le parquet, et faisant des marchés non escomptables, et des primes dans des conditions de temps tout autres qu'au parquet (du jour au lendemain, par exemple).

  • 5 Terme de serrurier. Place qui reçoit les charnons d'un charnière. Bouton à coulisse, celui qui est placé sur le palatre ou sur la cloison d'une serrure et qui sert à en ouvrir le demi-tour.

    Terme d'horloger. Pièce d'une montre placée sur la petite platine, au-dessous du balancier.

  • 6 Terme de terrassier. Sorte de tranchée couverte.
  • 7 Terme de blason. Herse placée à la porte d'un château ou d'une tour.

HISTORIQUE

XVIe s. Cataracte ou coulisse : c'est une concretion d'humeur entre la cornée et l'humeur crystalin, Paré, XV, 5.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

COULISSE.
4Ajoutez : La bourse est une galerie longue et étroite : on y arrive par une seule porte placée à une extrémité ; une barrière de fer à hauteur d'appui sépare les agents de change du public répandu dans la galerie ; à la vérité, depuis la porte d'entrée jusqu'à la barrière, on entretient une avenue que les gardes appellent coulisse, Étrennes financières, 1789, p. 65.
8 Terme de bâtiment. Coulisse étui carré en bois qui, partant du faite de l'édifice, va porter les déblais jusqu'en bas.
9Coulisse de Stephenson, organe des locomotives qui sert à faire varier la détente ou à renverser la marche (Stephenson, ingénieur anglais).
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* COULISSE, s. f. (Art méch. & Gramm.) c’est en général une rainure ou profondeur étroite, pratiquée longitudinalement dans un corps, pour contenir, aider, & diriger le mouvement d’un autre, dont une partie saillante se place dans cette profondeur.

Coulisse (mouvement de), Anatomie. Comme il y a dans les Arts cent choses qu’on nomme coulisses, parce qu’étant appliquées l’une sur l’autre, ou l’une contre l’autre, on peut les faire couler & mouvoir, en les tirant, les allongeant, les haussant, les baissant, ainsi qu’on en peut voir quelques exemples dans les articles suivans ; on appelle en Anatomie dans notre langue le mouvement de coulisse, celui qui se fait lorsqu’un os glisse sur un autre dans l’articulation ligamenteuse lâche : par exemple, la circonférence de la tête ronde du radius qui glisse de cette maniere dans la cavité qu’on remarque à la partie du cubitus qui lui répond, est un mouvement de coulisse.

Quelque multipliés que soient les noms grecs des articulations, on ne sauroit les accommoder avec toutes celles qui se présentent dans le corps de l’homme, & qu’a découvert de nos jours une anatomie plus éclairée que n’étoit celle des anciens. L’articulation du radius avec le cubitus, celle du même os avec l’humerus, l’articulation de la seconde vertebre avec la premiere, l’assemblage des os du tarse & du carpe, &c. ne peuvent être comprises dans les noms grecs des articulations.

Des modernes qui ont senti cette difficulté, n’osant pas cependant abandonner ce langage, ont tenté d’ajoûter dans le même goût de nouvelles subdivisions aux anciennes ; mais bien loin de nous éclairer par ce secours, ils ont rendu la matiere plus abstraite & plus obscure.

Quand nous pouvons trouver dans notre langue des mots qui expriment bien les choses que nous voulons peindre, il est inutile d’en tirer d’une langue étrangere, qui soient équivoques, moins connus, & moins intelligibles ; & quand notre langue en manque, il faut en adopter de ceux des Arts, ou en créer qui dénotent le plus précisément qu’il est possible ce que nous voulons caractériser ; car à mesure que les Sciences se perfectionnent, elles demandent de nouveaux mots.

Dans le xvj. siecle, l’Histoire naturelle étoit si peu connue parmi nous, qu’on n’avoit pas même encore de terme pour désigner un curieux qui s’attachoit à cette partie de la Physique, & qu’on inventa pour lors le nom de naturaliste, dont Montagne n’usa qu’en le soûlignant ; il ne devinoit pas qu’un jour notre langue seroit forcée de forger mille nouvelles expressions, pour expliquer les secrets de cette science & les découvertes qui s’y feroient. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Coulisse, (Théâtre Lyrique.) rainure faite au plancher du théatre, dans laquelle est enfermé un chassis de décoration qui y coule. On donne aussi ce nom à des entaillures, pratiquées dans de gros chevrons posés horisontalement à huit piés en-dessous du théatre, qui soûtiennent les faux chassis sur lesquels sont posés les chassis, & dans lesquelles ils coulent. Voyez Faux-chassis.

Pendant le tems qu’un chassis avance sur le théatre, celui qui étoit ou devant ou derriere coule en-dedans, & c’est ainsi que se font en même tems les changemens de décoration par le moyen d’une très belle machine. Voyez Changement.

On appelle aussi improprement de ce nom le chassis même. Voyez Chassis. L’actrice s’appuie sur la coulisse lorsqu’elle est accablée de douleur, comme dans la scene de Médée & d’Eglé de l’opéra de Thesée. On se sert aussi du même mot pour désigner l’espace qui est d’un chassis à l’autre ; un acteur entre sur le théatre par la seconde coulisse, & il en sort par la cinquieme, selon l’état de la scene.

Au théatre de l’opéra de Paris, il n’y a que six coulisses ou chassis de chaque côté du théatre ; par conséquent il n’y a jamais que les six premiers chassis de chaque côté qui changent par le moyen du contrepoids. Le changement des autres parties se fait à la main. Voyez Manœuvre.

Les coulisses ou rainures sont d’un très-grand inconvénient à ce théatre, elles avancent beaucoup plus que les chassis en-dedans, & hors du théatre ; & cela paroît indispensable jusqu’à ce que leur forme soit changée, parce qu’il faut nécessairement qu’on puisse, suivant les occasions, élargir ou retrécir le lieu de la scene ; que d’ailleurs la coulisse qui avance laisse la partie de la rainure qu’elle a occupée vuide hors du théatre, & que celle qu’on retire laisse vuide aussi celle qu’elle occupoit sur le devant. Ces rainures, qu’on ferme le plus vîte qu’on le peut, ne le sont presque jamais assez vîte ; ensorte que les danseurs & les autres exécutans sont exposés à chaque instant à mettre le pié dans ces ouvertures, se blessent, prennent des entorses, &c. Il seroit aisé de trouver des moyens pour prévenir ces inconvéniens, qui assûrément ne sont pas sans remede. Lorsque l’humanité parle, l’art sait trouver des ressources pour obéir. (B)

Coulisse, en termes de Formier, c’est une rainure qui regne intérieurement tout le long de la forme brisée, pour recevoir la clé qui doit écarter ses deux parties. Voyez les Pl. du Cordonnier-Bottier.

Coulisse, (Horlog.) piece d’une montre ; c’est une portion de zone (fig. 45. C. Pl. X. d’Horloger.) d’environ 180 degrés, fixée sur la platine de dessus au moyen de deux vis. Pour qu’elle soit bien placée, il faut qu’elle le soit concentriquement au balancier.

Son usage est de contenir le rateau dans la position requise, pour qu’il puisse se mouvoir circulairement, & avoir un engrenage constant avec la roue de rosette. Pour cet effet, cette coulisse porte un filet circulaire, qui entre dans une rainure pratiquée dans le rateau. Il est d’une grande conséquence qu’il n’y ait aucun jeu dans cet ajustement, car s’il y en a lorsque l’on tourne la roue de rosette, le rateau sera poussé tantôt d’un côté, tantôt de l’autre ; & sa position devenant incertaine, il sera impossible que le ressort spiral puisse jamais être courbé de façon à être constamment au milieu de ses chevilles. Voyez Rateau, Rosette, Platine de dessus, & la fig. 52. même Planche. (T)

Coulisse, (Hydraulique.) rainures faites dans les dormans, par le moyen desquelles on leve les chassis des corps de pompe, pour en visiter les brides & les cuirs. Voyez Dormant. (K)

Coulisse de Galée, terme d’Imprimerie, c’est une planche de bois plat, de deux ou trois lignes d’épaisseur, plus longue que large, & d’une grandeur proportionnée au corps de galée auquel la coulisse est destinée ; elle a un manche de quatre pouces de long pris dans le même morceau de bois, & plus large à son extrémité qu’à son origine : elle sert de fond postiche à la galée, sur lequel se posent & se lient les pages, & elle donne la commodité, en la tirant du corps de la galée, de transporter les pages liées sur le marbre pour y être imposées. Voyez Galée & les Planches de l’Imprimerie.

Coulisse, terme d’Orfévrerie, place disposée à recevoir les chaînons qui composent la charniere : elle se forme sur deux morceaux de quarré préparé à cet effet, que l’on nomme porte-charnieres, inhérens l’un au-dessus, l’autre au-dessous de la piece, limés exactement plats, & reposant bien l’un sur l’autre. Le mérite d’une coulisse est d’être exactement partagée, de n’être pas plus creusée dans un porte-charniere que dans l’autre, d’être formée bien ronde, & d’être bien droite dans toutes ses parties. Quoique la coulisse ait lieu dans tous les ouvrages d’orfévrerie, le bijoutier est cependant celui qui la traite le mieux. Voyez les détails de ce travail à l’article Tabatiere.

Coulisse, c’est, en termes de Raffinerie de sucre, une trace, un sentier que l’eau fait sur les bords du pain, plus ou moins long, & large selon que l’eau est venue en grande ou petite quantité de l’esquive crevassée, ou par quelque autre route. Voyez Esquive.

Le mot coulisse s’employe en tant d’occasions, qu’il seroit inutile & presque impossible de les rapporter toutes : on les rencontrera dans les explications des machines.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « coulisse »

Féminin de l'adjectif coulis 2, pris substantivement et signifiant la chose qui coule, qui glisse.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Féminin substantivé de coulis → voir couloir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « coulisse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
coulisse kulis

Évolution historique de l’usage du mot « coulisse »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « coulisse »

  • Les acteurs rateraient très souvent, presque toujours, leurs entrées en scène, s'ils n'avaient pas, étant en coulisse, cette pensée constante : Il me semble qu'il y a bien longtemps qu'on ne m'a vu ! De Sacha Guitry
  • C’est sans doute conscient de ce manque d’argument pour réprimer les manifestants, comme ça toujours été le cas sous son régime, que le Président Alpha Condé qui avait tourné le dos aux responsables religieux et sages afin d’organiser son double scrutin contesté par l’opposition et la communauté internationale, a entamé des consultations lundi en coulisse, histoire d’approcher les opposants qui ont pour nom Sidya Touré et Cellou Dalein Diallo, afin qu’il n y ait  pas de manifestation le 8 juillet, selon une source proche du palais sékhoutouréah. Guineelive, Manifestations de rue : Alpha Condé négocie en coulisse… | Guineelive
  • Aujourd’hui, ce n’est pas le cas, d’où l’obligation d’injecter de l’argent frais. Une dizaine de millions d’euros dans un premier temps, selon nos informations. D’ici jeudi, plusieurs réunions doivent se tenir dans la coulisse, entre les actionnaires actuels composant le SMC 10 (la holding des 13 actionnaires possédant à parts égales 80 % du capital du club), mais aussi entre Pierre-Antoine Capton et les représentants du fonds d’investissement américain. , Ligue 2. SM Caen : les enjeux d’une semaine cruciale. Sport - Brignoles.maville.com
  • Pendant que les joueurs du Quevilly Rouen Métropole enchaînent les tests médicaux en vue de la reprise, la direction du club s'active toujours en coulisse pour renforcer l'effectif pour la saison prochaine. Et le club normand tient un nouveau renfort défensif.  Foot National, Quevilly Rouen : Un défenseur international de N2 s'est engagé (off)
  • Mais voilà, il ne faut pas. Parce que depuis l’annonce de la nouvelle en question, il y a eu beaucoup d’action en coulisse. Il y a encore de l’intérêt pour les Inouk et deux autres groupes, désireux de garder l’équipe à Granby, sont en train d’évaluer la possibilité de déposer une offre pour l’achat du club. La Voix de l’Est, Inouk: de l’action en coulisse | Sports | La Voix de l’Est - Granby

Images d'illustration du mot « coulisse »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « coulisse »

Langue Traduction
Anglais backstage
Espagnol entre bastidores
Italien dietro le quinte
Allemand hinter den kulissen
Chinois 后台
Arabe وراء الكواليس
Portugais nos bastidores
Russe за кулисы
Japonais 舞台裏
Basque backstage
Corse backstage
Source : Google Translate API

Synonymes de « coulisse »

Source : synonymes de coulisse sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « coulisse »

Coulisse

Retour au sommaire ➦

Partager