La langue française

Cillement

Définitions du mot « cillement »

Trésor de la Langue Française informatisé

Cillement, subst. masc.Action de ciller. Cillement d'yeux. Mais Cassagnères, à un cillement qu'elle avait eu, à une onde sensible propagée d'elle [ma femme inconnue] à lui, avait perçu qu'elle avait cessé d'être seule. (Genevoix, Les Mains vides,1928, p. 13).Spéc., méd. Clignotement. Rem. Cillose semble désigner plus particulièrement le cillement chronique d'une paupière. [sijmɑ ̃]. 1reattest. 1530 (Palsgrave, p. 283); de ciller, suff. -ment1*. Fréq. abs. littér. : 7.

Wiktionnaire

Nom commun

cillement \sij.mɑ̃\ masculin

  1. Action de ciller les yeux.
    • Il a un cillement d’yeux continuel.
    • De fait, le cillement (ou clignement) s’opère d'abord par la fermeture au canthus externe, ce qui fait qu’à mesure que la paupière se ferme, les larmes sont repoussées vers l’intérieur. — (Caroline Kovarski, La malvoyance chez l’enfant: Cadre de vie et aides techniques, 2011)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CILLEMENT. (Dans ce mot et dans le suivant, ILL se prononce Y.) n. m.
Action de ciller les yeux. Il a un cillement d'yeux continuel.

Littré (1872-1877)

CILLEMENT (si-lle-man, ll mouillées, et non siye-man) s. m.
  • Action de ciller les yeux, les paupières. Cillement d'yeux.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CILLEMENT, s. m. (Anat. Physiol.) en Latin nictatio, mouvement vif, alternatif, & synchronique des paupieres.

Elles ont, comme on sait, un très-prompt mouvement, & la paupiere supérieure dans l’homme en a beaucoup plus que la paupiere inférieure. Ce mouvement des paupieres se fait quelquefois volontairement, souvent aussi sans y penser, & toûjours avec une extrème vitesse.

Les cillemens qui arrivent de moment en moment, dans les uns plus, dans les autres moins, se font à la paupiere supérieure alternativement par le releveur propre, & par la portion palpébrale supérieure du muscle orbiculaire : ils se font aussi alternativement & en même tems à la paupiere inférieure, par la portion palpébrale inférieure du muscle orbiculaire, mais très-peu, à cause du petit nombre des fibres palpébrales inférieures.

On voit déjà qu’il y a deux muscles qui servent au mouvement des paupieres ; mais pour mieux entendre leurs cillemens, il faut se rappeller la structure de ces deux voiles qui sont tendus sur les yeux : or les deux paupieres étant formées de membranes minces, presque transparentes, à petits plis, très vasculeuses, remplies d’une grande quantité de papilles nerveuses à leur surface interne, toûjours unies, & bordées d’un large cartilage en forme d’arc, on comprend qu’elles peuvent se toucher mutuellement, s’éloigner ensuite, s’abaisser & se rouvrir alternativement. Le muscle élévateur de la paupiere supérieure, né par un petit principe charnu du fond de l’orbite osseuse, se disperse en petites fibrilles tendineuses très-fines, & va s’insérer à toute la partie supérieure du tarse de cette paupiere ; elle doit donc s’élever sans rides par le mouvement de ce muscle. Pour le muscle orbiculaire qui prend son origine du grand os du nez, & va parsemant ses fibres par les deux paupieres, il n’a qu’à se contracter, comme il fait, en forme de sphincter, pour unir doucement les paupieres l’une à l’autre : s’il se contracte plus fortement, il exprime les larmes, en arrose la surface interne de l’œil, en nettoye les ordures, & le lave. La paupiere inférieure s’ouvre par la contraction spontanée des fibres musculaires distribuées dans la joue.

Mais de peur que les paupieres, à force de ciller & se joindre l’une à l’autre sans cesse, ne s’excorient, la nature a placé sur le bord cartilagineux de l’une & de l’autre de petits grains glanduleux, où se filtre une humeur qui se décharge par des orifices ouverts, & sert de liniment au bord des paupieres. Ces orifices ne sont autre chose que les extrémités des petits vaisseaux qui vont serpentant en cet endroit, & naissent continus avec les artérioles qui y sont distribuées, sans structure glanduleuse.

Ainsi dans les paupieres douées d’une peau flexible, de fibres nerveuses, musculeuses, d’une membrane adipeuse, & d’une tunique interne très-lisse, parsemée de vaisseaux sanguins & de glandes qui l’abreuvent sans cesse, & entretiennent la cornée transparente, tout concourt à l’exécution des cillemens alternatifs de ces rideaux de la vûe, comme Cicéron même l’a remarqué dans son ouvrage de la nat. des dieux, l. II. c. lvij. Palpebræ, dit-il, sunt mollissimæ tactu, ne læderent aciem, & aptissimæ factæ ad claudendas ac aperiendas pupillas ; idque providit natura, ut identidem fieri possit cum maximâ celeritate. « Les paupieres sont douées d’une surface douce & polie, pour ne point blesser les yeux : soit que la peur de quelque accident oblige à les fermer, soit qu’on veuille les ouvrir, la nature les a faites pour s’y prêter ; & l’un & l’autre de ces mouvemens s’exécute avec une prodigieuse vîtesse ». C’est en effet une chose admirable que la promptitude des cillemens, leur répétition successive, perpétuelle pendant le cours de la vie, sans dommage, sans usement du voile ni de l’œil contre lequel il frotte, & presque toûjours sans notre volonté.

Il arrive pourtant quelquefois que ce cillement, ce clignotement des paupieres, est non-seulement involontaire, mais si prompt ou si lent qu’il fatigue & chagrine beaucoup ceux qui en sont attaqués, & qu’il fait de la peine à ceux qui les regardent. Cette espece de tressaillement est une vraie maladie, un mouvement convulsif des voiles de l’œil, pendant lequel les fibres motrices du muscle orbiculaire deviennent tendues, roides ; & la paupiere après avoir demeuré un instant fermée, se releve l’instant suivant, en sorte que les malades jouissent ou sont privés de la lumiere par intervalles ; ce qui n’a pas lieu dans les cillemens ordinaires & naturels. Il semble donc que la cause de cette convulsion est un mouvement irrégulier des esprits animaux, qui se portant avec trop de rapidité dans les fibres du muscle orbiculaire, empêche pendant un tems l’action du muscle releveur.

On guérit ce tressaillement plus ou moins difficilement, suivant sa fréquence, & l’ancienneté du mal. Quand il est leger, deux moyens peuvent servir à sa guérison ; le premier, de se faire éternuer pendant l’accès ; le second, de frotter doucement avec la main le tour de l’orbite & des paupieres, ou plûtôt d’employer des frictions sur les paupieres & aux environs avec des eaux spiritueuses, ou des huiles nervines mêlées de quelques gouttes d’esprit volatil huileux, dont on répétera l’application plusieurs fois dans le jour. Lorsque ces deux moyens ne suffisent pas pour empêcher les récidives de la convulsion, il faut y joindre promptement les remedes internes, parmi lesquels je ne connois rien de mieux que les antimoniaux, pris long-tems & en petite quantité. C’est ainsi, par exemple, qu’il convient de traiter les enfans qui clignotent perpétuellement les yeux, pour avoir été trop exposés au grand jour, en sorte que leur fréquent cillement se tourne en habitude incurable, si l’on n’a l’attention d’y remédier de bonne heure.

Il ne faut pas confondre le cillement des paupieres avec leur clignement. Voyez ce mot. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cillement »

 Dérivé de ciller avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ciller.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « cillement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cillement sijmɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « cillement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cillement »

  • Pas un geste, pas un cillement qui ne m'engage à fond, qui ne fasse dévier ma vie. Louis Aragon, Le Libertinage, Gallimard
  • Le Nouvelliste (L.N.) : Vous avez été subjuguée par L’espace d’un cillement, roman de Jacques Stephen Alexis publié en 1959 chez Gallimard. Alexis a été récompensé, en 2018, à titre posthume, pour ce chef-d’œuvre  par le premier prix Jean d'Ormesson de l’académie française. Quel est la place de ce roman dans votre univers de lectrice et de critique littéraire? Le Nouvelliste, Le Nouvelliste - « L’espace d’un cillement » dans l’univers de Valérie Armand
  • Sergio de Camargo est de la race de JB Aristide. Nous sommes d’accord pour quelle que la raison, « kapitalis se peche motel » ne peut en l’espace d’un cillement signifie: l’embargo, le 15 octobre 1994…, la destruction de la Production et de l’Industrie nationale. Rezo Nòdwès, La mémoire de personnalités noires censurée au Brésil, sous l’impulsion de Jair Bolsonaro | Rezo Nòdwès
  • Je ne veux citer qu’un seul auteur parmi mes auteurs préférés : Jacques Stephen Alexis, qui pour moi demeure l’un des plus grands écrivains que j’aie lus. Quelqu’un qui a pu allier une langue merveilleuse à un questionnement  profond de la société et a posé un regard lumineux sur les choses. Ses livres, particulièrement « L’espace d’un cillement », sont des textes que je relis avec plaisir. C’est cela aimer un auteur, c’est le considérer comme quelqu’un qu’on veut visiter de nouveau, avec lequel on peut créer des liens, une certaine complicité, comme quand on cherche un passage précis qui a particulièrement plu, qu’on s’émeut devant une scène, qu’on comprend un personnage et qu’on arrive à se mettre dans sa peau, qu’on s’indigne devant un autre comportement ; autrement dit, quand on s’approprie l’univers du livre. Le Nouvelliste, Ticket | Évelyne Trouillot dit presque tout
  • Le roman fait découvrir alternativement les pensées des deux protagonistes. L'auteur Jacques-Stephen Alexis avance par petites touches sensorielles: «le premier jour ils se verront». Les deux personnages vont devenir amoureux «l'espace d'un cillement». L'an dernier, l'éditeur Zulma a retrouvé «par miracle» la suite, inachevée, de ce roman, publiée sous le titre L'Étoile Absinthe . Le Figaro.fr, Le premier prix littéraire d'Ormesson honore l'œuvre et la mémoire de l'Haïtien Alexis
  • Reprenant à mon compte la parabole du fils prodigue, j’exhorte tous les policiers qui, l’espace d’un cillement, ont erré, écoutant la voix d’anciens gardiens du troupeau, se convertissant en loups, de regagner dans le respect de la hiérarchie et l’ordre institutionnel leur place pour le plus grand bien de notre commune Patrie: Haïti. Rezo Nòdwès, Police Nationale – 25ème anniversaire : Discours du Directeur Général, Rameau Normil | Rezo Nòdwès
  • Jacques Stéphen Alexis avait 37 ans, lorsqu’il a publié ce texte par la prestigieuse maison d’éditions Gallimard (Paris, 1959). Les critiques sont unanimes là-dessus, Alexis aurait pu avoir le prix Nobel de littérature si Duvalier n’avait pas volé sa vie en 1961, s’il n’avait pas été enlevé par des hommes de l’ombre, pour reprendre l’expression de Dany Lafferière à son compte. Tout comme ce dernier, je pense qu’Alexis n’aurait pas dû se rendre sur l’île de La Tortue. L’espace d’un cillement est un corps à corps, un flirt, une promenade très sensuelle entre l’érotisme et le militantisme. C’est comme si les 5 sens se mettaient à célébrer cette belle proximité entre la Nina Estrellita et El Gaucho. Quel texte ! Ce livre est un hymne à l’espérance et à l’optimisme. C’est aussi une fête pour l’esprit. Je vous conseillerais de commencer par l’espace d’un cillement. , 10 livres qu’il faut lire en période de confinement | Loop News

Traductions du mot « cillement »

Langue Traduction
Anglais blink
Source : Google Translate API

Synonymes de « cillement »

Source : synonymes de cillement sur lebonsynonyme.fr

Cillement

Retour au sommaire ➦

Partager