La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « chapelain »

Chapelain

Définitions de « chapelain »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHAPELAIN, subst. masc.

A.− Anc. Bénéficier titulaire d'une chapelle. Les chapelains de la Sainte-Chapelle (Ac.) :
Bois-Doré... n'avait pas songé à signaler son retour à l'orthodoxie par des dons à l'église du village et des largesses au chapelain. G. Sand, Les Beaux Messieurs de Bois-Doré,t. 1, 1858, p. 99.
B.− Prêtre desservant une chapelle autonome. Chapelain du roi, de la reine; chapelain du château, du collège. On arrêta un très-bon prêtre, chapelain de l'hôpital de Saint-Denis (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 5, 1859, p. 169).
Proverbe. Comme chante le chapelain répond le sacristain.
Prononc. et Orth. : [ʃaplε ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Fér. Crit. t. 1 1787 : ,,Non pas chapellain, puisque l'e est muet.`` Étymol. et Hist. 1155 chapelein « celui qui a la charge d'une chapelle et en est bénéficiaire » (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 9605), répertorié comme anc. en ce sens depuis DG; ca 1170 spéc. « prêtre attaché au service particulier du roi (ou d'une personne) » ([Chr. de Troyes], G. d'Angleterre, éd. W. Foerster, 88), répertorié par les dict. dep. Rich. 1680 « prêtre rétribué ». Dér. de chapelle1*, suff. -ain*; cf. le lat. médiév. capellanus « clerc attaché à une cour seigneuriale ou desservant une chapelle » (741 ds Nierm.), également attesté au sens de « clerc attaché à la chapelle royale, gardien des reliques » (emploi adj. presbiter capellanus 742, ibid.; v. aussi Du Cange t. 2, p. 119a; empl. subst. 804 ds Nierm.; v. aussi Naz, s.v. chapelain). Fréq. abs. littér. : 115.
DÉR.
Chapellenie, subst. fém.Dignité, bénéfice d'un chapelain. Aux princes, aux comtes, aux barons, elle [la Princesse Lointaine] promettait des royaumes; aux pauvres clercs faméliques, des chapellenies, des bénéfices, des reliques pour leurs couvents (J. et J. Tharaud, Le Chemin de Damas,1923, p. 65). Ds Ac. 1740-1878. Pour Fér. Crit. t. 1 1787 la graph. de Trév. chapelaînie est mauvaise puisqu'il s'agit de [ə] muet dans la 3esyll. 1resattest. 1301 capelenie pic. (Cart. de Flines, II, 499, Hautcœur ds R. Hist. litt. Fr., t. 6, p. 302) − xives. ibid., 1348 chappellenie (cité ds Mém. de la Sté de l'hist. de Paris et l'Ile-de-France, 1875, p. 213), av. 1453 chapellenie (Monstrelet, Chron., II, 187 ds Gdf. Compl.); de chapelain, suff. -ie*. Fréq. abs. littér. : 1.

chapelain « de La Chapelle-Saint-Luc »

chapelain « prêtre qui dessert une chapelle »

Wiktionnaire

Adjectif - français

chapelain \ʃa.plɛ̃\

  1. Relatif à La Chapelle, commune française située dans le département des Ardennes.
  2. Relatif à La Chapelle, La Chapelle-Blanche, Les Chapelles, communes situées dans le département de la Savoie.
  3. Relatif à La Chapelle-Basse-Mer, La Chapelle-sur-Erdre, communes situées dans le département de la Loire-Atlantique.
  4. Relatif à La Chapelle-Saint-Luc, commune française située dans le département de l’Aube.
  5. Relatif à La Chapelle-Urée, commune française située dans le département de la Manche.
  6. Relatif à La Chapelle-de-Surieu, La Chapelle-du-Bard, communes situées dans le département de l’Isère.
  7. Relatif à La Chapelle-des-Pots, commune française située dans le département de la Charente-Maritime.
  8. Relatif à La Chapelle-en-Vercors, commune française située dans le département de la Drôme.
  9. Relatif à La Chapelle-la-Reine, commune française située dans le département de la Seine-et-Marne.
  10. Relatif au Château-d’Oléron, commune française située dans le département de la Charente-Maritime.

Nom commun - français

chapelain \ʃa.plɛ̃\ masculin

  1. (Religion) Prêtre qui dessert une chapelle privée.
    • Le chapelain du château apprendra au jeune garçon à écrire, à lire dans les livres religieux rédigés en latin, à compter et à dire ses prières. — (Coppin, Brigitte, À la découverte du Moyen Âge, Père Castor Flammarion, 1998)
    • L’architecte montréalais A. Préfontaine choisit la pierre pour l’ensemble conventuel, sobre et dépouillé, comprenant un bâtiment d’accueil, une chapelle, deux maisons (jadis occupées par le chapelain et le sacristain) et le monastère comme tel, qui forme une cour carrée, dans la pure tradition médiévale. — (Le Devoir, 1er juin 2004)
    • En écrivant ces quelques lignes, je ne pouvais pas m’empêcher de penser aux Trois messes basses d’Alphonse Daudet, notamment au moment où dom Balaguère, le chapelain de circonstance, demande à son petit clerc Garrigou de lui parler du réveillon qui l’attend au château : dindes truffées, carpes, truites géantes et, bien sûr, les vins de la propriété, qui n’ont certes rien à voir avec la piquette du vin de messe. — (Le Devoir, 23-24 décembre 2006)
  2. (Histoire) Bénéficier titulaire d’une chapelle.
    • Les chapelains de Dame. Les chapelains de la Sainte-Chapelle.
  3. (Histoire) Dans l’ancienne monarchie, prêtre officier du roi, dont la fonction était de dire la messe au roi, à la reine, etc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHAPELAIN. n. m.
Prêtre qui dessert une chapelle privée. Il désignait autrefois le Bénéficier titulaire d'une chapelle. Les chapelains de Notre-Dame. Les chapelains de la Sainte-Chapelle. Il se disait également, dans l'ancienne monarchie, d'un Prêtre officier du roi, dont la fonction était de dire la messe au roi, à la reine, etc.

Littré (1872-1877)

CHAPELAIN (cha-pe-lin) s. m.
  • 1Bénéficier titulaire d'une chapelle. Les chapelains de Notre-Dame. Le souper hors du chœur chasse les chapelains, Boileau, Lutr. II.
  • 2Prêtre qui vient dire la messe dans des chapelles de princes ou de particuliers.
  • 3Les chapelains, les officiers ecclésiastiques de la maison du roi et des princes, qui servent à leurs chapelles. Si cette autorité des empereurs avait duré, les papes n'eussent été que leurs chapelains, Voltaire, Mœurs, 36.
  • 4Chapelains du pape, auditeurs ou juges du Sacré Palais ; ainsi nommés parce que le pape donnait autrefois audience dans sa chapelle pour juger les questions sur lesquelles il était consulté.

    Un des dignitaires de Malte.

HISTORIQUE

XIIe s. Cil la [lettre] comande à lire au chapelain Hugon, Saxons, XX. Robert de Meretune sis chapelains esteit ; Mult li esteit privez, en sa chambre giseit, Th. le mart. 103.

XIIIe s. Tout ensi lor annonça li chapelains Phelippe les paroles notre seigneur, H. de Valenciennes, VI. Un chapelain [il] apele qui de lui ert [était] privés, Berte, CXXI. Tant qu'il sont au mostier venu, Dont li prestres fu chapelains, Ren. 3081. Biau douz prestre, biaus chapelains, Est-il donques drois que je l'ains [aime] ? la Rose, 19405. Un chapelain qui avoit fet benoïçon de deus qui segonde foiz estoient mariez : l'en dit qu'il doit estre sospenduz de l'office et du benefice, Liv. de just. 220. Ne ne fust pas trové que le chapelain ne li clerc deussent eslire, de droit, ib. 47.

XVIe s. Comme chante le chapelain, ainsi respond le sacristain, Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 6.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHAPELAIN, (Jurisprud.) est celui qui est pourvû d’une chapelle ou chapellenie formant un titre de bénéfice. On appelle aussi chapelain celui qui dessert une chapelle particuliere, soit domestique soit dans quelque église. Enfin il y a dans plusieurs églises cathédrales & collégiales des chapelains ou clercs, qui sont destinés à aider au service divin : ces chapelains sont ordinairement en titre de bénéfice.

Les chapelains des cathédrales & collégiales doivent porter honneur & respect aux chanoines : ordinairement ils n’ont point d’entrée ni de voix au chapitre, & ne peuvent prétendre à tous les honneurs qui sont déférés aux chanoines. Les distinctions qui s’observent entre eux dépendent de l’usage de chaque église, de même que les distributions auxquelles les chapelains doivent participer. Les chanoines doivent aussi les traiter avec douceur, comme des aides qui leur sont donnés pour le service divin, & non comme des serviteurs. Sur les chapelains, voyez Pinson, de divisione benefic. § 27. Lucius, liv. I. tit. v. art. 4. Biblioth. canon. tome I. p. 220. & 676.

Les chapelains du roi joüissent de plusieurs priviléges ; entre autres ils sont dispensés de la résidence, & perçoivent les fruits de leurs prébendes pendant le tems de leur service. Mém. du clergé, édit de 1716. tome II. p. 1007. & suiv. Voyez aussi sur ces chapelains la déclaration du 10 Décemb. 1549. L’édit du mois d’Avr. 1554. Les lett. pat. du mois de Janv. 1567. registrées le 15 Mars suiv. La déclaration du 10 Août 1570. Celle du 6 Mars 1577. Voyez aussi Vinci Turtureti Madriti, bibliot. La bibliot. canon. p. 219. Dutillet, des grands de France. Bibliot. du dr. franç. par Bouchel, lett. C, au mot chapelain, & l’article Chantre, L’hist. ecclés. de la chapelle des rois de France, par l’abbé Archon. Tournet, lett. T, arrêt 5. Chopin, de doman. lib. III. tit. xiij. n. 11. (A)

Il y a huit chapelains du roi servant par quartier. Le Roi, la Reine, madame la Dauphine, les princes & princesses du sang, ont aussi leurs chapelains. Ce titre est en usage chez tous les princes & seigneurs catholiques qui ne connoissent pas ce que nous appellons en France aumônier ; ils ne connoissent que les chapelains, soit qu’ils résident à la cour, soit qu’ils suivent les armées. Il est même en usage parmi les protestans : le roi d’Angleterre a ses chapelains, comme on le verra plus bas, & son archichapelain, qui tient lieu de ce que nous appellons en France grand-aumônier.

L’ordre de Malte a aussi ses chapelains, mais qui different de ceux à qui nous donnons communément ce nom.

Les chapelains à Malte sont les ecclésiastiques reçus dans cet ordre. Il y en a de deux sortes, les uns sont in sacris, & les autres non, & se nomment chapelains diacots : ils n’entrent point au conseil de l’ordre, à moins qu’ils ne soient évêques ou prieurs de l’église, décorés de la grand-croix.

En général les chapelains ont toûjours le pas après les chevaliers simplement laïcs ; ils ont néanmoins des commanderies qui leur sont affectées, chacun dans leur langue.

On appelle aussi chapelain un prêtre qui vient dire ordinairement la messe dans les maisons des princes & des particuliers. (a)

Le roi d’Angleterre a quarante-huit chapelains, dont quatre servent & prêchent chaque mois dans la chapelle, & font le service pour la maison du roi, & pour le roi dans son oratoire privé : ils disent aussi les graces dans l’absence du clerc du cabinet.

Lorsqu’ils sont de service, ils ont une table, mais sans appointemens.

Les premiers chapelains n’ont été, à ce que l’on prétend, que ceux que nos rois avoient institués pour garder la chape & les autres reliques de S. Martin, qu’ils conservoient précieusement dans leur palais, & qu’ils portoient avec eux à l’armée : mais cette origine est fort incertaine, & je la donne comme telle.

Le titre de chapelain a été porté postérieurement par les notaires, secrétaires, & chanceliers ; on a même appellé la chancellerie chapelle royale. On croit que le premier chapelain qu’il y ait eu a été Guillaume Demême, chapelain de S. Louis.

Chapelain. Si quelqu’un a des chapelains, on doit croire que c’est le pape ; mais ils ont une autre origine que les précédens : ils étoient ainsi nommés parce qu’ils assistoient le pape dans ses audiences qu’il donnoit dans sa chapelle, ou qu’il étoit consulté pour donner sa décision sur les doutes & difficultés qui étoient portées à Rome.

Le pape y appelloit pour assesseurs les plus savans légistes du tems, qui pour cela étoient appellés ses chapelains.

C’est des decrets qu’ils ont donnés autrefois qu’est composé le corps des decrétales : ils ont été réduits au nombre de douze par Sixte IV. Voyez Decrétales & Droit canonique.

Cependant le pape ne laisse pas d’avoir, comme les autres princes, des chapelains, dont la fonction est de faire l’office, c’est-à-dire de dire la messe devant le pape ; & pour cela le saint-pere a quatre chapelains secrets, & huit chapelains ordinaires. Ce sont des charges à vie, mais qui ne laissent pas de s’acheter.

On doit croire aussi que nos rois, comme princes très-religieux, ont aussi leurs chapelains, dont la fonction est de dire la messe devant le Roi. Il y a pour Sa Majesté un chapelain ordinaire, & huit chapelains servant deux par quartier. Le chapelain ordinaire est de tous les quartiers, mais il ne fait sa fonction que par l’absence ou incommodité du chapelain de quartier. Anciennement on les appelloit chapelains de l’oratoire, parce qu’ordinairement nos rois entendoient la messe dans leur oratoire particulier : mais depuis Louis XIII. ils entendent la messe publiquement dans la chapelle de leur château. Dans les jours solennels il y a des chapelains de la chapelle-musique qui la célebrent. La Reine a pareillement ses chapelains, mais en moindre nombre, aussi-bien que madame la Dauphine & Mesdames. (a)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chapelain »

Picard capelain ; provenç. capelan ; catal. capellá ; espagn. capellan ; ital. cappellano ; bas-latin, capellanus ; du bas-latin capella, chapelle (voy. CHAPELLE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de chapelle, avec le suffixe -ain.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chapelain »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chapelain ʃaplɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « chapelain »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chapelain »

  • Comme chante le chapelain, ainsi répond le sacristain. Adrien Leroux de Lincy, Livre des proverbes français
  • Qui prêche la guerre est le chapelain du diable. De Proverbe anglais
  • Le R.P. Blache, chapelain de Saint-Clair, avait annoncé il y a quelques semaines que la croix de Saint-Clair avait besoin de sérieuses réparations dont le montant était évalué à 7 000 F environ. midilibre.fr, Il y a 50 ans à Sète : la croix de Saint-Clair brille d'un vif éclat - midilibre.fr
  • Initialement reporté en septembre, le pèlerinage des motards a tout simplement été annulé pour 2020 afin que la 30e édition du rendez-vous ait bien lieu en juin, mais en juin 2021. Toutefois, ce n’est pas pour autant qu’il ne va rien se passer au Sanctuaire de Lourdes avec les motards ce week-end. Alors que la journée d’hommage à Johnny Hallyday, dimanche dernier, a vu un peu moins de 200 motards s’arrêter dans la cité mariale pour une messe dans la basilique du Rosaire, donnant l’impression à un avant-goût du pèlerinage des motards, c’est à la Grotte, ce dimanche, qu’une pensée pour le véritable pèlerinage des motards aura lieu. "Je propose qu’on se donne rendez-vous à midi pile à distance, à travers TV Lourdes ou le Facebook du pèlerinage", invite don Pascal Boulic, le chapelain du Sanctuaire qui va s’occuper d’organiser ce moment si particulier dimanche. Quelques motards de l’association organisatrice de l’événement annuel apporteront le fameux cierge du pèlerinage directement à la Grotte, comme chaque année. Puis, de là, c’est le chapelain qui prononcera une bénédiction pour les motards, à distance. "Il faudra qu’ils se mettent sur leur moto", précise-t-il. nrpyrenees.fr, Le pèlerinage des motards se fera virtuellement dimanche - nrpyrenees.fr

Traductions du mot « chapelain »

Langue Traduction
Anglais chaplain
Espagnol capellán
Italien cappellano
Allemand kaplan
Portugais capelão
Source : Google Translate API

Synonymes de « chapelain »

Source : synonymes de chapelain sur lebonsynonyme.fr

Chapelain

Retour au sommaire ➦

Partager