La langue française

Boquillon

Définitions du mot « boquillon »

Trésor de la Langue Française informatisé

BOQUILLON1, subst.

Vx. Bûcheron :
... l'empereur comme le boquillon garde une place; serviteur de l'intérêt de tous, il dispose l'avenir bel et bon. Claudel, Tête d'or,1reversion, 1890, p. 96.
Rem. Attesté dans Ac. 1798-1932, Besch. 1845, Lar. 19e, Lar. encyclop., Littré, Guérin 1892, DG, Rob.
PRONONC. : [bɔkijɔ ̃]. Le mot est transcrit avec [λ] mouillé à la finale dans Gattel 1841, Nod. 1844 et Littré.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1210-40 bosquillon « bûcheron » (Gaydon, 121 dans T.-L.); 1668 boquillon (La Font., Fab., V, 1 dans Littré), considéré comme n'étant plus en usage et supplanté par bûcheron* dep. Trév. Suppl. 1752; encore attesté en Picardie (Corblet : bokillon) et en Flandre (Verm. : boquillon et Hécart : Boquelion). Terme d'aire pic. et flam., variante de boskellon « bûcheron » (ca 1170, Fierabras, 1670 dans Gdf. Compl.) forme encore attestée jusqu'au xiiies. dans T.-L., dér. de bosk- (bois*) avec substitution du suff. -ille* + -on* au suff. -ellon (-elle* + -on*).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 2.

BOQUILLON2, ONNE, adj. et subst.

Arg. ou région. Boiteux, euse (cf. J.-M. Simon, Gloss. du parler Solognot, 1942) :
Pendant une semaine entière elle a parcouru toutes les routes, avec son barda, bourré des cinq cents camelotes... Depuis la gare de Chatou jusqu'à Meulan presque... Toujours à pompe et boquillonne... Céline, Mort à crédit,1936, p. 365.
PRONONC. : [bɔkijɔ ̃].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1936, supra ex. Orig. obsc., prob. à rattacher à une racine onomatopéique *bokk- exprimant la notion de « courbe, de travers » − soit apparenté au celt. *bakk- « id. » (IEW t. 1, p. 93 et Thurneysen, s.v. becco et bacino) − soit transposition à partir du nom du bouc* (FEW t. 21, 1, p. 438b) avec peut-être une infl. de béquillon*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 4.
DÉR.
Boquillonner, verbe intrans.,rare. (Quasi-)synon. boiter.,,Maman, elle, demeurait des heures, sans bouger, accroupie sur sa mauvaise jambe, en fausse position, abasourdie... En se relevant, ça lui faisait tellement mal, qu'elle s'en allait boiter partout... Mon père arpentait alors les étages en sens inverse. Rien que de l'entendre boquillonner, il en serait devenu dingo`` (Céline, Mort à crédit,1936, p. 117). 1reattest. 1936 id.; dér. de boquillon2, dés. -er.

Wiktionnaire

Nom commun

boquillon \bɔ.ki.jɔ̃\ masculin

  1. (Vieilli) (Désuet) Bûcheron.
    • L'histoire en est aussitôt dispersée;
      Et boquillons de perdre leur outil,
      Et de crier pour se le faire rendre.
      — (Jean de La Fontaine, Le bûcheron et Mercure.)
    • […], et, quand le petit boquillon revint avec sa cognée, il lui dit d’un air railleur: « […] » — (Charles Deulin, Martin et Martine)
    • Mais l’Argonne demeure un pays de petites gens : vanniers de Longwé, Togeards colporteurs d'allumettes soufrées, marchands d'échelles et de girolles, boquillons (bûcherons) des coupes , petits cultivateurs éclectiques. — (Henri Manceau, Villages et maison des Ardennes, dans la Revue de folklore français et de folklore colonial, Librairie Larose, 1937, vol. 8, p. 112)
    • Le fils d'Alcide le flotteur a seulement désiré sa liberté, son temps rien qu'à lui pour étudier, sa tranquillité d'aller et de venir, comme bon lui semble, où il veut, de passer la nuit en forêt, à la hutte des boquillons, autour des faudes, à interroger les uns et les autres, […]. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BOQUILLON. n. m.
Bûcheron. Il est vieux.

Littré (1872-1877)

BOQUILLON (bo-ki-llon, ll mouillées) s. m.
  • Bûcheron. Et boquillons de perdre leur outil, La Fontaine, Fab. V, 1. Il est vieux.

HISTORIQUE

XIIIe s. Dire vous voel d'un chevalier Chevauchant, et d'un escuier, Et d'un boskillon molt preudomme, Qui ert venus querre une somme De busches au bos…, Mahommet, 226.

XIVe s. Lors a chascun mucié armeüre et espée ; à loi de bosquillon ont chargié lor ramée, Guesclin. 902.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « boquillon »

Autre forme de bûcheron (voy. ce mot) ; picard, bokillon, boukillon. Boquillon se retrouve dans Bosquillon, nom d'un médecin qui a eu quelque réputation à Paris, au commencement du XIX° siècle.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Fin XIIe) De l'ancien français bosc (bois).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « boquillon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
boquillon bɔkilɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « boquillon »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « boquillon »

  • Apprenti-bucheron après avoir quitté l'école à 15 ans, un ami boquillon et marin lui donne l'idée de s'engager dans la Compagnie Suisse Atlantique alors qu'il est âgé de 18 ans. Bateaux.com, Bernard Stamm, portrait d'un marin simplement humain

Traductions du mot « boquillon »

Langue Traduction
Anglais boquillon
Espagnol boquillon
Italien boquillon
Allemand boquillon
Chinois 博基隆
Arabe بوكيلون
Portugais boquillon
Russe boquillon
Japonais ボキロン
Basque boquillon
Corse boquillon
Source : Google Translate API

Synonymes de « boquillon »

Source : synonymes de boquillon sur lebonsynonyme.fr

Boquillon

Retour au sommaire ➦

Partager