La langue française

Bigre

Définitions du mot « bigre »

Trésor de la Langue Française informatisé

BIGRE1, subst. masc.

MOY. ÂGE. Garde forestier, en particulier riverain des forêts chargé de rechercher les essaims d'abeilles pour les recueillir et les élever dans des ruches. Les francs-bigres :
... l'élevage des abeilles, fait quelquefois par les particuliers, était confié dans les forêts à une catégorie d'agents forestiers, les bigres, qui recherchaient les essaims, les cultivaient, et recueillaient, pour le compte d'un seigneur, le miel et la cire. Faral, La Vie quotidienne au temps de st Louis,1942, p. 172.
PRONONC. : [bigʀ ̥].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1155-73 dr. forestier, lat. médiév. bigrius « garde d'une forêt dont la fonction était de chercher les abeilles, de les rassembler et de les élever dans des ruches » (Gesta Consulum Andegavorum dans Du Cange t. 1, p. 641b); 1257 a. fr. bigre (Charta Johannis domini de Argentonio [Argentan, Orne], ibid., t. 1, p. 659a). Terme solidement implanté en Normandie aux xiie, xiiieet xivesiècles (v. Du Cange t. 1, s.v. bigarius adj., bigarus et bigrus, subst.), prob. empr. à l'a.b.frq. *bikari dont le corresp. est le néerl. bijker « apiculteur », formé de bij « abeille » sur le modèle de imker « apiculteur » (De Vries Nederl.). L'hyp. d'un empr. à l'a. nord., plus conforme à l'aire géogr. du mot, fait cependant difficulté étant donné que l'a. nord. connaît seulement *bi « abeille » (v. De Vries Anord., s.v. bý ) et n'a pas de forme corresp. à la 2epart. du mot (FEW t. 15, 1, p. 108).
BBG. − De Gorog 1958, p. 105.

BIGRE2, subst. masc. et interj.

I.− Substantif
A.− Pop. ,,Mot incivil qui se dit d'un homme rusé, subtil, adroit et méchant, qui sait se retirer des affaires les plus embrouillées`` (J.-F. Rolland, Dict. du mauvais langage, 1813, p. 21). Synon. de bougre.Un fier bigre; un bigre d'enfer.
B.− Fam. [En constr. de qualificatif antéposé] Bigre de + subst.Un bigre de forban; un bigre d'Allemand; un bigre d'animal :
1. − Qu'est-ce que ces bigres de sauvages-là? Et pas un canon à mon bord... hurlait le capitaine en se rongeant les pouces. Sue, Atar Gull,1831, p. 8.
II.− Interj. ,,Exclamation familière des bourgeois qui n'osent prononcer le vrai mot, qui est bougre`` (France 1907). Bigre oui! Bigre non! Fichtre de bigre; bigre de bigre :
2. − Bigre! s'écria-t-il en faisant claquer la langue, voilà du bon vin chaud! Zola, La Conquête de Plassans,1874, p. 1185.
Emploi subst. :
3. ... il monta sur le pont au bruit des imprécations, des injures, des bigres, des hurlements du malheureux Benoît, qui sautait par soubresauts sur son coffre comme un poisson sur le sable. Sue, Atar Gull,1831, p. 10.
PRONONC. : [bigʀ ̥].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1743 bigre, bigresse subst. masc. et fém. (Trév.); 1808 interjection (Dict. du bas Lang., D'Hautel, p. 95). Altération euphémique de bougre*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 105.
BBG. − Baist (G.). Bigre. Rom. Forsch. 1893, t. 7, p. 413. − De Gorog 1958, p. 105. − Orr (J.). Qq. étymol. scabreuses. Archivum linguisticum. 1950, t. 1, p. 54.

Wiktionnaire

Nom commun

bigre \biɡʁ\ masculin

  1. Garde forestier affecté à la conservation des abeilles.
    • L'élevage des abeilles, fait quelquefois par les particuliers, était confié dans les forêts à une catégorie d'agents forestiers, les bigres, qui recherchaient les essaims, les cultivaient, et recueillaient, pour le compte d'un seigneur, le miel et la cire. — (Faral, La Vie quotidienne au temps de st Louis, 1942, page 172)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BIGRE. Interjection familière
. Atténuation de Bougre. Voyez ce mot.

Littré (1872-1877)

BIGRE (bi-gr') interj.
  • 1Jurement adouci. Très familier (voy. BOUGRE).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

2 Bigre à l'huile, expression grossière par laquelle on désignait les minimes, parce que saint François de Paule, fondateur de l'ordre, leur avait prescrit de ne manger que de l'huile, c'est-à-dire de faire toute leur cuisine à l'huile, et cela, parce que les pauvres, en Calabre, faisaient de même, Ch. Nisard, Parisianismes, p. 144. Tu te rengorges bien, reprit le moine altier, Et tu fais bien le bigre à l'huile, Apprends, mon grand ami, qu'ignorant cordelier Vaut un minime habile, Recueil de nouvelles poésies galantes, 2e part. p. 131, 1726.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bigre »

(Interjection) De bougre, comme fichtre est pour foutre.
(Nom) De l’ancien bas vieux-francique *bikari[1] correspondant à bijker (« apiculteur ») en frison → voir bij, « abeille ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bigre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bigre bigr

Évolution historique de l’usage du mot « bigre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bigre »

  • Il n'y a aucune honte à être pauvre, mais c'est bigrement incommode. De Sydney Smith / Aphorisme
  • Les gens sont presque tous devenus des bêtes furieuses bigre !!! Quelle drôle d'époque ! et il y a plein de gens qui je suis sûr se délectent de ce genre de choses tout comme pour les gros orages dévastateurs ! lindependant.fr, (VIDÉO) Émeutes à Londres - Attaque à l'épée, voitures de police saccagées, 15 agents blessés : nuit de violences dans le quartier de Brixton - lindependant.fr

Traductions du mot « bigre »

Langue Traduction
Anglais gosh
Espagnol ¡caramba
Italien dio
Allemand donnerwetter
Portugais rapaz
Source : Google Translate API

Synonymes de « bigre »

Source : synonymes de bigre sur lebonsynonyme.fr

Bigre

Retour au sommaire ➦

Partager