La langue française

Bau

Définitions du mot « bau »

Trésor de la Langue Française informatisé

BAU, subst. masc.

MAR. ,,Poutre principale placée en travers des bâtiments pour en lier les deux murailles, pour les maintenir dans l'écartement voulu et pour supporter les bordages des ponts ainsi que leur charge`` (Gruss 1952). Synon. cour. barrot :
Une petite galerie de trois pieds de largeur régnait en saillie sur les deux côtés de ce bâtiment, et se prolongeait depuis l'arrière jusqu'au tiers de la longueur; elle portait sur la tête des baux qui étaient saillans et peints en vert. Voyage de La Pérouse,t. 3, 1797, p. 2.
SYNT. Bau de dal(l)e; bau de lof; maître bau ou grand bau. Faux baux. ,,Deux solives placées sous le premier tillac des grands vaisseaux`` (Bach.-Dez. 1882).
P. ext. [Dans les navires non pontés] Traverse qui soutient le grand mât.
Prononc. : [bo]. Étymol. et Hist. Ca 1200 « morceau, traverse de bois » (Renaut de Montauban, éd. H. Michelant, 30, 5 dans T.-L. : Jeitent pieres et baus et pois chaude et bolie); 1396 baul « poutre d'un plafond » (Dehaisnes, Documents concernant l'histoire de l'art dans les Flandres, t. 2, p. 742 : A Maistre Willaume de Tielt, pour avoir tailliet ung vironicle a deux testes d'angele mis desoulz les baulx du comble de le cambre d'eschievins); 1414 de bauch désigne la hauteur d'un bâtiment [ou la largeur?] (Vente du 28 oct., Arch. Douai dans Gdf., s.v. bauch : Se contient ledit lieu et tenement en longheur 307 pies de loncq a front de rue et en celi lingne au lez vers saint Jacques une marescauchie et hostel de 56 pies de loncq et de 14 pies de bauch); 1573 de bau « de largeur » (Est.). Empr. à l'a. b. frq.balk « poutre » corresp. à l'a. nord. bolkr « cloison, séparation » (De Vries Anord.), ags. balc, a. h. all., a. sax. balko, all. mod. Balken (Kluge20). L'hyp. d'un empr. plus anc. au germ. (Brüch, pp. 65-66) n'est pas acceptable, l'ital. balco, xives. et l'esp. bao, xvies. étant empr. au fr. (DEI; Cor.). Fréq. abs. littér. : 6.

Wiktionnaire

Nom commun

bau \bo\ masculin

  1. (Marine) Traverse de bois et généralement de fer qui est posée dans le sens de la largeur du bâtiment pour affermir les bordages et soutenir les ponts.
    • Le grand bau ou maître bau sert à mesurer la plus grande largeur du bâtiment et à fixer les dimensions des mâts, des vergues, etc.
    • Des baux d’assemblage.
  2. Traverse qui, dans les bateaux non pontés, soutient le grand mât.
    • Au moment où la passerelle prenait une position oblique, le Wildebeeste sembla glisser vers l’arrière pour finalement se trouver parallèle et juste en avant du bau. — (William Golding, Chris Martin, traduction de Marie-Lise Marlière, Gallimard, « L’Imaginaire », 1960, p. 60)

Forme de verbe

bau \baʊ̯\

  1. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de bauen.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BAU. n. m.
T. de Marine. Traverse de bois et généralement de fer qui est posée dans le sens de la largeur du bâtiment pour affermir les bordages et soutenir les ponts. Le grand bau ou maître bau sert à mesurer la plus grande largeur du bâtiment et à fixer les dimensions des mâts, des vergues, etc. Des baux d'assemblage. Il désigne aussi la Traverse qui, dans les bateaux non pontés, soutient le grand mât.

Littré (1872-1877)

BAU (bô) s. m.
  • Terme de marine. Nom donné à chacune des poutres qui, placées en travers, soutiennent les planchers ou ponts des navires. Le maître bau, le plus long des baux, celui qui dans la construction est placé à peu près à la moitié de la longueur du navire. Bau de lof, le dernier bau sur l'avant. Bau de dalle, le premier bau vers l'arrière. Faux-baux, ceux qui supportent les planches du faux-pont.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et des autres barons chascuns s'est tant penés Que il ont de la porte tous les pans destornés, Tous les baus traversains ont à terre jetés, Ch. d'Ant. VI, 860.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bau »

Bau, comme on voit, est un mot fort ancien, qui, ayant le sens de poutre, vient sans doute de l'allemand Balken, solive. Si l'on s'étonnait que le k ait disparu, il faudrait se rappeler que le g, lettre analogue, a également disparu de l'ancien français bou, bracelet, qui vient de l'ancien haut-allemand boug, ancien scandinave, baugr.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIe siècle) En ancien français bauch ou balc, de l’ancien bas francique balk (« poutre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bau »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bau bo

Évolution historique de l’usage du mot « bau »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Images d'illustration du mot « bau »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bau »

Langue Traduction
Anglais beam
Espagnol uac
Italien unità analisi comportamentale
Portugais uac
Source : Google Translate API

Synonymes de « bau »

Source : synonymes de bau sur lebonsynonyme.fr

Bau

Retour au sommaire ➦

Partager