La langue française

Averne

Définitions du mot « averne »

Trésor de la Langue Française informatisé

AVERNE, subst. masc.

Poét. [P. réf. au lac de Campanie qui était censé suivant la mythologie conduire aux enfers] Enfer (en tant que lieu souterrain, séjour des morts et/ou des damnés) :
1. Des porches de l'abîme, antres hideux, cavernes Que nous nommons enfers, puits, gehennams, avernes, Bouches d'obscurité qui ne prononcent rien, Du vide, où ne flottait nul souffle aérien, Du silence où l'haleine osait à peine éclore, Ceci se dégageait pour l'âme : pas encore. Hugo, La Légende des siècles,La Trompette du jugement, t. 2, 1859, p. 860.
P. compar. :
2. Et des âmes et des corps que l'on tord En des sous-sols plus sourds que des Avernes; ... Verhaeren, Les Villes tentaculaires,1895, p. 150.
ÉTYMOL. ET HIST. − Av. 1662 poét. « les enfers » (Maître Adam, Chanson ds Littré : Je m'en irais dans l'Averne Faire enivrer Alecton Et bâtir une taverne Dans le manoir de Pluton). Empr. au lat. Avernus « Averne », nom d'un lac de Campanie considéré comme l'entrée des enfers, d'où « les enfers » (Virgile, Georg., 4, 493 ds TLL s.v., 1315, 36), déjà lacus Averni (Cicéron, Tusc., 1, 37, ibid., 1314, 65).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 12.
BBG. − Prév. 1755. − Tondr.-Vill. 1968.

Wiktionnaire

Nom commun

averne masculin

  1. (Vieilli) (Rare) (Désuet) Grotte d'où sortent des vapeurs méphitiques.


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

AVERNE (a-vèr-n') s. m.
  • Lac de la Campanie, près du quel était l'antre de la sibylle de Cumes, antre qui conduisait, suivant la mythologie, aux enfers.

    Poétiquement, les enfers mêmes. Je m'en irais dans l'Averne Faire enivrer Alecton Et bâtir une taverne Dans le manoir de Pluton, Maître Adam, Chanson.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AVERNE, s. m. chez les anciens, se disoit de certains lieux, grottes, & autres endroits dont l’air est contagieux, & les vapeurs empoisonnées ou infectées ; on les appelle aussi mephites. Voyez Humide, Exhalaison, &c.

On dit que les avernes sont fréquens en Hongrie, ce que l’on attribue au grand nombre de ses mines. Voyez Mine & Minéral. La grotte de Cani, en Italie, est célebre. Voyez Grotte, Exhalaison, &c.

Le plus fameux averne étoit un lac proche de Baïès, dans la Campanie ; les Italiens modernes l’ont appellé pago di tripergola.

Les anciens disent que les vapeurs qu’il exhale sont si pernicieuses, que les oiseaux ne peuvent le passer en volant, & qu’ils y tombent morts. Cette circonstance jointe à la grande profondeur du lac, fit imaginer aux anciens, que c’étoit une entrée de l’enfer ; c’est pourquoi Virgile y fait descendre Enée par cet endroit.

Proche de Baïes, dit Strabon, est le golfe de Lucrine, où est le lac de l’averne. C’étoit-là que les anciens croyoient qu’Ulysse avoit, suivant Homere, conversé avec les morts, & consulté les manes de Tirésias ; là étoit l’oracle consacré aux ombres, qu’Ulysse alla voir & consulter sur son retour. L’averne est un lac obscur & profond, dont l’entrée est fort étroite du côté de la baie ; il est entouré de rochers pendans en précipice, & n’est accessible qu’aux navires sans voile ; ces rochers étoient autrefois couverts d’un bois impénétrable, dont la profonde obscurité imprimoit une horreur superstitieuse, & l’on croyoit que c’étoit le séjour des Cimmeriens, nation qui vivoit en de perpétuelles ténebres. Voyez Cimmerien.

Avant que de faire voile vers cet endroit horrible, on sacrifioit aux dieux infernaux pour se les rendre propices ; dans ces actes de religion, l’on étoit assisté de prêtres, qui demeuroient & exerçoient leurs fonctions proche de l’averne. Au dedans étoit une fontaine d’eau pure, qui se déchargeoit dans la mer ; on n’en buvoit jamais, parce que l’on étoit persuadé que c’étoit un écoulement du Styx. En quelqu’endroit proche de cette fontaine étoit l’oracle ; les eaux chaudes qui sont communes dans ce pays, faisoient penser aux habitans qu’elles sortoient du Phlégéton. Recherches sur la vie d’Homere. sect. 11. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « averne »

Avernus, du grec ἄορνος, de ἀ privatif et ὄρνις, oiseau ; ainsi nommé parce qu'on disait que les vapeurs qui s'en exhalaient suffoquaient les oiseaux qui volaient dans ces parages.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De Averne
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « averne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
averne avɛrn

Traductions du mot « averne »

Langue Traduction
Anglais avern
Espagnol avern
Italien avern
Allemand avern
Chinois 艾文
Arabe أفيرن
Portugais avisar
Russe avern
Japonais avern
Basque avern
Corse avern
Source : Google Translate API

Synonymes de « averne »

Source : synonymes de averne sur lebonsynonyme.fr

Averne

Retour au sommaire ➦

Partager