La langue française

Allélique

Sommaire

  • Définitions du mot allélique
  • Étymologie de « allélique »
  • Phonétique de « allélique »
  • Évolution historique de l’usage du mot « allélique »
  • Citations contenant le mot « allélique »
  • Traductions du mot « allélique »
  • Synonymes de « allélique »

Définitions du mot « allélique »

Wiktionnaire

Adjectif

allélique \a.le.lik\ masculin et féminin identiques

  1. (Génétique) Relatif aux allèles.
    • La variation allélique est due à de légères différences dans la chaîne d’acides nucléiques qui constitue le gène – généralement conséquence de la substitution d’un nucléotide par un autre, appelée polymorphisme nucléotidique (SNP). — (OCDE et CERI, Comprendre le cerveau : naissance d’une science de l’apprentissage, 2007)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « allélique »

Attesté en 1936, dérivé de allèle avec le suffixe -ique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « allélique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
allélique alelik

Évolution historique de l’usage du mot « allélique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « allélique »

  • Les auteurs ont étudié une variation allélique du gène SNAP25, impliquée dans la neurotransmission et associée à la schizophrénie, au trouble bipolaire mais également à l’hyperactivité/trouble de l’attention. Salle de presse | Inserm, Identification d’un mécanisme moléculaire commun à la schizophrénie et au trouble bipolaire | Salle de presse | Inserm
  • pour quelqu'un qui veut qu'on prenne en compte la réalité scientifique vous êtes extrêmement mal renseigné. La transidentité n'est pas une affection psychiatrique, toutes les pistes pointent vers un disfonctionnement biologique : "Les facteurs les plus étudiés sont biologiques, notamment le rôle important que pourrait jouer la sexualisation du cerveau. Les études ont débuté avec Zhou, en 1995, qui avait trouvé que les structures cérébrales des femmes trans (volume et densité de neurones) étaient similaires à celles des femmes cisgenres, et différentes des hommes cisgenres ; les structures cérébrales des hommes trans étant similaires à celles des hommes cisgenres, même sous le contrôle des prises hormonales. En 2000, Kruijver et coll ont trouvé que les femmes trans avaient le même nombre de neurones que les femmes [cisgenres], dans le noyau limbique. Une étude de 2002, menée par Chung, suggère que l'important dimorphisme sexuel au niveau du BSTc n'est pas significatif avant l'âge adulte. Des études de 2004 (Swaab), 2006 (Gooran) et 2008 (Garcia-Falgueras) ont confirmé ces premières recherches en trouvant que l'identité de genre est influencé par la structure cérébrale. Des différences de structures cérébrales ont aussi été relevées entre des hommes cisgenres gay et hétérosexuels, et entre des femmes cisgenres lesbiennes et hétérosexuel. Des études ont également trouvé que la réception et les réponses androphiles et gynéphiles des femmes trans sont semblables à celles des femmes cisgenres, et différentes de celles des hommes cisgenres, ou entre les deux. De la même manière, des études ont trouvé que les hommes trans gynéphiles avaient des patterns de substances blanches similaires à ceux des hommes cisgenres même avant la prise d'hormones. En ce qui concerne les facteurs génétiques, une étude menée par Hare a rapporté que les femmes trans avaient un gène récepteur des androgènes plus long que celui des hommes cisgenres, ce qui rend moins efficace la liaison à la testostérone, et donc ce qui pourrait prévenir la masculinisation complète du cerveau. (L'exposition aux androgènes prénatales, ou sensibilité, ou absence de celle-ci, est souvent citée pour expliquer les différences de structures cérébrales observées). Une étude réalisée par Bentz a trouvé que les hommes trans avaient une distribution allélique CYP17 similaire aux hommes cisgenres, et différente des femmes cisgenres. Une étude de jumeaux a trouvé que 28 % de paires de jumeaux homozygotes étaient tous les deux trans, comparé à seulement 2,6 % pour les jumeaux dizygotes qui étaient élevés dans la même famille, en même temps, mais qui ne sont pas génétiquement identiques. Cela montre une plus grande concordance entre les jumeaux homozygotes qu'entre les jumeaux dizygotes, et avance l'influence probable d'un facteur génétique." Merci Wikipédia ! L'Obs, L’agresseur de Julia, femme transgenre frappée à Paris, condamné à six mois de prison ferme

Traductions du mot « allélique »

Langue Traduction
Anglais allelic
Espagnol alélica
Italien allelica
Allemand allelische
Portugais alelo mutante
Source : Google Translate API

Synonymes de « allélique »

Source : synonymes de allélique sur lebonsynonyme.fr
Partager