La langue française

Abrasement

Définitions du mot « abrasement »

Trésor de la Langue Française informatisé

ABRASEMENT, subst. masc.

Action d'abraser (cf. abraser, C).
Rem. Résurgence d'un mot d'a. fr. (cf. hist. et styl.).
Stylistique − Usage à des fins d'expressivité ds Ch. Péguy, qui semble l'avoir préféré (peut-être sous l'influence de rasement « action de démolir un édifice jusqu'au niveau du sol ») à abrasion, terme de géomorphologie (voir ce mot, sém. A) : 1. Tout ce qu'ils veulent, c'est qu'on perde de la valeur. C'est une décantation perpétuelle, c'est un abrasement continu. Ils sont comme les eaux. Ils opèrent une érosion continuelle. Tout ce qui dépasse ils ne sont occupés qu'à le déraser. Ch. Péguy, L'Argent, 1913, p. 1194. 2. Ce qui partout ailleurs est une accession N'est ici qu'un total et sourd abrasement Ce qui partout ailleurs est un entassement N'est ici que bassesse et que dépression. Id., la Tapisserie de Notre-Dame, Prière de résidence, 1913, p. 909. 3. Et nous ne valons pas dans nos abrasements Ce que l'homme valait dans son inhabitude. Id., Ève, 1913, p. 1009.
Prononc. : [abʀazmɑ ̃].
ÉTYMOL − Repris au m. fr. abrasement, attesté au xves. dep. 1419 au sens de « démolition (d'une maison) » (Lobineau, II, 935 ds Gdf. : mais seront et demourront [ces châteaux] ... sans aucunement y faire novation, dilaceration, abracement ne diminution), formé sur le part. pass. du lat. abradere (« enlever en rasant », voir abrasion) à l'emploi fig. de « supprimer, détruire », fréq. en lat. chrét. (Blaise).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 4.

Wiktionnaire

Nom commun

abrasement \Prononciation ?\ masculin

  1. Incendie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « abrasement »

 Dérivé de abraser avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « abrasement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abrasement abrasœmɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « abrasement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abrasement »

  • « Panique à bord », pour reprendre le titre d’un film hollywoodien, est l’expression qui me vient à l’esprit alors que le monde entier est ébranlé par cette pandémie causée par ce virus pernicieux appelé coronavirus et la maladie qu’il cause, Covid-19. La panique est générale. Elle n’épargne personne. Ni les cols blancs, ni les cols bleus, un abrasement de toutes les disparités, sociales autant qu’économiques. Dorénavant, nous sommes tous logés à la même enseigne. Il faudrait penser alors à changer d’algorithme. L’affaire est grave. Elle nécessite une solidarité planétaire car il y a là un enjeu de survie pour chacun de nous sur cette terre déjà malmenée par tant d’inconscience et d’individualisme exacerbé.  Quid.ma, Corona, mon amour
  • Car opérant un abrasement sans précédent des sensibilités et des intériorités, toujours plus connecté à la finance dont il constitue l’agent d’influence, le bras armé symbolique, la métaphore, que sais-je encore, il ne suffit pas à cet art contemporain d’être majoritaire et vainqueur : il méprise, ignore, piétine tout ce qui n’est pas lui, entendant même faire rendre gorge aux plus inoffensifs de ses contradicteurs. La Croix, La victoire de l’art (du dessin) sur la culture
  • Je regrette que nous ne l’ayons pas fait dans notre pays, en France. Aucun colloque de grande envergure n’a pu se tenir, aucun symposium important n’a été organisé en vue de subsumer la violence «inhérente» à l’islam; pas la moindre conférence sérieuse n’a été animée pour pourfendre les thèses islamistes radicales. Nous avons vécu sur la défaite de la pensée et l’abrasement de la réflexion. Il est vrai que la pusillanimité et la frilosité de nos «hiérarques» nous ont causés beaucoup de torts. Leur incurie organique nous laisse attendre, tétanisés, la tragédie d’après. Or, face à la barbarie, il vaut mieux vivre peu, debout, digne et en phase avec ses convictions humanistes que de végéter longtemps en louvoyant, en étant complice, par l’inaction, de ce qu’on réprouve. Slate.fr, Il est temps de refonder la pensée théologique islamique | Slate.fr
  • Entre les militants d’une lecture progressiste et ouverte d’un côté et l’archaïsme qui entrave cette réflexion de l’autre – au milieu se trouve une majorité silencieuse qui vit paisiblement sa foi –, les possibles de l’islam sont tiraillés par des vents contraires. Pour conjurer le brouillard, plusieurs attitudes sont prescrites. Pour Tareq Oubrou, il ne s’agit pas tant de changer la référence que « l’interprétation des références. Décongelons ce qui a été fait pour le mettre à la couleur de notre époque ! ». Tandis que Rachid Benzine invite au dépassement du « rapport brouillé que l’homme entretient avec l’image qu’il se fait de la sacralité absolue de la religion », Fethi Benslama avance l’idée d’insoumission « non pas pour tout rejeter, mais pour y substituer une religion réflexive. Les mouvements qu’on appelle radicaux ou islamistes ont fondé leur doctrine sur l’idée que l’islam signifie soumission. On oublie que ce mot est polysémique : il peut signifier tout autant paix ou salut ». « Dans la maison islam il y a le feu et le désordre, il faut donc éteindre le feu et mettre de l’ordre », renchérit Ghaleb Bencheickh. « Défaite de la pensée, abrasement de la réflexion, abdication de la raison, démission de l’esprit… », l’islamologue n’a pas de mots assez forts pour qualifier le règne d’un « fracas intellectuel ». Tout en déplorant le fait « que sur deux décennies, il n’y a pas eu de colloque d’envergure pour dirimer les thèses islamistes ni de travail suivi ou ponctuel pour fondre le radicalisme », l’intellectuel estime qu’un islam moderne ne peut faire l’économie d’une « mise en débat du statut même de la révélation ». « Si la révélation coranique peut être pourvoyeuse de sens spirituel pour ceux qui croient, elle ne peut être la source première de la production du droit », argumente-t-il. Outre que l’enseignement de la langue arabe et l’apport culturel de la civilisation arabo-musulmane mériteraient d’être considérés, le besoin d’essaimer des réponses culturelles se fait pressant. « L’enjeu est d’abord culturel. Pour gagner la guerre, il faut d’abord mener la bataille culturelle », déclarait récemment le romancier Kamel Daoud dans le Figaro. Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe, fait sienne l’urgence d’apporter « une connaissance, une découverte, des informations, un savoir sur le monde arabe. Les forums, les rencontres, les débats, les expositions… font reculer les préjugés. Ce sont des hymnes au respect et à la tolérance. On ne parle du monde arabe qu’à travers les violences, on oublie l’effervescence intellectuelle et artistique de ces pays, les réalités de changement et d’ouverture qui l’animent ». Tout pèlerin ambitieux intègre la difficulté de la traversée. Mais, assure Ghaleb Bencheikh, « le plus grand voyage commence par un pas ». L'Humanité, Ces intellectuels qui tissent un islam progressiste | L'Humanité
  • Les conséquences dramatiques, nous les connaissons tous, parmi elles des centaines d’enfants nés sous X. Ces interprétations arbitraires manipulent les esprits, nuisent à l’image de l’islam et prouvent par la même la défaite de la pensée et l’abrasement de la réflexion. Mali Actu, Islam: «L’homme peut manger sa femme en cas de faim»

Traductions du mot « abrasement »

Langue Traduction
Anglais abrading
Espagnol abrasivo
Italien abrasione
Allemand abrieb
Chinois 打磨
Arabe كشط
Portugais abrasão
Russe истирание
Japonais 研磨
Basque abrading
Corse abradendu
Source : Google Translate API

Synonymes de « abrasement »

Source : synonymes de abrasement sur lebonsynonyme.fr

Abrasement

Retour au sommaire ➦

Partager