La langue française

Accueil > Articles > 35 insultes anciennes à asséner à vos pires ennemis

35 insultes anciennes à asséner à vos pires ennemis

Sommaire

  • Bélître
  • Puterelle
  • Butor
  • Cuistre
  • Faquin
  • Orchidoclaste
  • Faraud
  • Fesse-mathieu
  • Nodocéphale
  • Alburostre
  • Forban
  • Foutriquet
  • Fripon
  • Ganache
  • Fot-en-cul
  • Gaupe
  • Godiche
  • Gougnafier
  • Houlier
  • Gourgandine
  • Jean-Foutre
  • Malappris
  • Malotru
  • Maraud
  • Maroufle
  • Mufle
  • Olibrius
  • Ostrogoth
  • Paltoquet
  • Pignouf
  • Pisse-Froid
  • Pourceau
  • Ribaud
  • Sagouin
  • Tête de pipe

Il y a souvent des insultes qui fusent, mais certaines insultes tendent à disparaître des usages. C'est pourquoi je suis parti à la recherche des insultes passées de mode. Voici un florilège de 35 insultes anciennes qu'on utilisait (et utilise encore rarement) en français. N'hésitez pas à ajouter celles qui manquent en commentaire.

Bélître

Un bélître est un mendiant, un homme de rien, un sot, un importun.

Exemples :

J’étais donc tête à tête avec le grand Erwin, (…), lorsqu’un bélître est venu me déranger. C’était le Suisse de l’église, qui, pour gagner trente sous, m’offrait de m’expliquer sa cathédrale.

Victor Hugo, Le Rhin, 1842

… j’emporterai plutôt tout avec moi dans la fosse que de laisser la valeur d’un double rouge à ce bélître qui me fit tant souffrir.

Albert Camus, Les Esprits, 1955

→ Lire la définition complète de bélître

Puterelle

Une puterelle est une jeune putain, tout simplement.

→ Lire la définition complète de puterelle

Butor

Un butor désigne une personne lourde, stupide, grossière, synonyme de balourd ou lourdaud.

Exemples :

Butor de pied plat ridicule.

Edmond de Rostand, Cyrano de Bergerac, 1898

Un jour qu’elle balayait ma chambre et qu’il passait dans le corridor, elle lui avait jeté de la poussière sur ses beaux souliers reluisants. Lui de la traiter de butorde, elle de le qualifier de crocheteur ;

George Sand, Histoire de ma vie, t. 3, 1855

→ Lire la définition complète de butor

Cuistre

Un cuistre désigne un homme pédant, ridicule et vaniteux de son savoir.

Exemples :

Ce cuistre officiel qui pontifiait dans les milieux académiques de Paris

Cendrars, Bourlinguer, 1948

Mais il est certaines hardiesses, certains tours que je maintiens, en dépit des puristes ou des cuistres ; certaines « fautes » qui ne sont pas fautes à mes yeux, ou qui sont fautes conscientes et volontaires… 

André Gide, Journal, 1927

→ Lire la définition complète de cuistre

Faquin

Un faquin est un personnage méprisable, vaniteux, malhonnête et sot.

Exemples :

Et ce faquin qui se donne des airs d’un César et d’un Alexandre !

Sandeau, Mlle de La Seiglière, 1848

Ces faquins de juges civils pouvaient se permettre de penser que, l’affaire Dreyfus et l’affaire Esterhazy n’étant qu’une seule et même affaire…

Clemenceau, Vers réparation, 1899

→ Lire la définition complète de faquin

Orchidoclaste

Un orchidoclaste est tout simplement un casse-couille.

→ Lire la définition complète de orchidoclaste

Faraud

Un faraud est un bellâtre, un fanfaron, un prétentieux (notamment auprès des femmes).

Exemples :

Je ne connais personne qui soit plus fort que moi! dit-il en battant les cartes avec une prétention à la grâce, digne de ces farauds d’estaminet si bien rendus par Bellangé dans ses caricatures.

Balzac, Œuvres div., t. 2, 1830

Les gars, dans les rues, font les farauds pour elle.

Colette, Cl. école, 1900

→ Lire la définition complète de faraud

Fesse-mathieu

Une personne fesse-mathieu est une personne avare, radine. Le terme vient de la Bible, il est dérivé de « face de Mathieu ». En effet, avant sa conversion, saint Matthieu était publicain et sans doute usurier. Les petits prêteurs radins ont la face de saint mathieu, devenu "fesse-mathieu".

Exemples :

Ces abominables fesse-mathieux qui, possesseurs de fortunes énormes, seraient prévenus, atteints et convaincus de vivre comme des grippe-sous.

Sue, Myst. Paris,t. 5, 1843

→ Lire la définition complète de fesse-mathieu

Nodocéphale

Un nodocéphale est une tête de nœud.

→ Lire la définition complète de nodocéphale

Alburostre

Désigner quelqu'un comme étant un alburostre est l'équivalent de lui dire : « Blanc-bec ! »

Forban

Un forban est un homme sans scrupule, qui ne respecte aucun droit.

Exemples :

Et c’était vraiment, pour ce forban du pavé de Paris, brûlé et tanné dans tous les guet-apens financiers, une chance imméritée.

Zola, Argent, 1891

L’habile forban qui a volé le panneau était un instrument de la justice inconnue qu’il convient de ne pas contrarier.

Camus, Chute, 1956

→ Lire la définition complète de forban

Foutriquet

Un foutriquet est une personne de petite taille et donc insignifiante.

Exemples :

Il fallut le proclamer, remettre l’épée au fourreau, rejoindre le bétail ordinaire, renouer avec les grands écrivains, ces foutriquets qui ne m’intimidaient pas : ils avaient été des enfants rachitiques, en cela au moins je leur ressemblais…

Sartre, Mots, 1964

Madame Caroline avait un foutriquet de mari, vague gratte-papier dans une compagnie d’assurances, mais beau parleur et enragé de politique.

Cendrars, Homme foudroit, 1945

→ Lire la définition complète de foutriquet

Fripon

Fripon désigne une personne malhonnête, fourbe, qui vole autrui par ruse.

Exemples :

Ancien commis d’un patron ruiné dans les affaires, Loiseau avait acheté le fonds et fait fortune. Il vendait à très bon marché de très mauvais vin aux petits débitants des campagnes et passait parmi ses connaissances et ses amis pour un fripon madré, un vrai Normand plein de ruses et de jovialité.

Guy de Maupassant,  Boule de suif, 1880

Si la banque se mêlait de commanditer les gens embarrassés sur la place la plus friponne et la plus glissante du monde financier, elle déposerait son bilan au bout d’un an.

Balzac, C. Birotteau, 1837

→ Lire la définition complète de fripon

Ganache

Une ganache est une personne incapable et bornée (à ne pas confondre avec le chocolat !).

Exemples :

Tu devrais consulter quelqu’un d’intelligent. Les ganaches qui te soignent (…) ne peuvent que te donner de mauvais conseils.

Flaubert, Correspondant, 1853

… je crois qu’il n’y a que la République pour nous sauver, mais une République où on aurait mis Gambetta pour la couleur et où l’on aurait appelé les vraies et rares capacités du pays, et non une République composée exclusivement (…) de toutes les ganaches, vieilles et jeunes, de l’extrême-gauche.

Goncourt, Journal, 1870

→ Lire la définition complète de ganache

Fot-en-cul

Un fot-en-cul est un sodomite, expression du moyen-âge.

Gaupe

Une gaupe est une femme malpropre et désagréable, une prostituée de bas étage.

Exemples :

Une grande dame (…) te fait les yeux doux (…) et tu n’as pas l’esprit de courir après elle? Tu mérites d’avoir toute ta vie pour maîtresses des caillettes, des gaupes, des gotons, des maritornes aux mains rendues calleuses par le balai.

Gautier, Fracasse,1863

Bien des vieilles gaupes ont profité de ce miracle car, depuis, je ne puis en rencontrer une, la nuit, aux Champs-Élysées, sans l’inviter à venir gueuletonner et boire le coup.

Cendrars, Bourlinguer, 1948

→ Lire la définition complète de gaupe

Godiche

Qui n'a pas une godiche dans sa famille ? C'est-à-dire quelqu'un qui est d’une maladresse excessive, d’une timidité ridicule.

Exemples :

Ce cocu de Poisson avait une bonne tête, dans tout ça; comment diable un homme, dont le métier était d’être malin, se montrait-il si godiche chez lui.

Zola, Assommoir, 1877

Mon cher, ça ne vaut rien d’avoir l’air godiche devant sa femme, le premier soir.

Émile Zola, Nana, 1880

→ Lire la définition complète de godiche

Gougnafier

Un gougnafier est un individu sans valeur, qui ne sait rien faire de bien.

Exemples :

Qu’est-ce qu’elle dira ma moman si elle apprenait que tu me laisses insulter par un galapiat, un gougnafier et peut-être même un conducteur du dimanche.

Queneau, Zazie, 1959

Si tu le tues, ce gougnafier de Blablatier, tu en feras un martyr, une victime du devoir! C’est le genre de mort qui rend immortel !

Gaëtan Mayor, Foutoir de ma mémoire, Hélios, 1991

→ Lire la définition complète de gougnafier

Houlier

Vous voyez votre vieil oncle qui part en Thaïlande tous les ans ? C'est peut-être un houlier, un homme qui fréquente les lieux de prostitution.

Exemple :

Ces gens sans aveu, sortis des bas-fonds (…) qui ont laissé leur souvenir dans les ordonnances de police et les contes picaresques, depuis le filou, l’écornifleur, le « floueur », jusqu’au coupeur de bourse, au voleur professionnel, aux « houliers » qui vivent des femmes.

Faral, Vie temps st Louis, 1942

→ Lire la définition complète de houlier

Gourgandine

Une gourgandine est une femme légère, facile, dévergondée. Synonyme de catin.

Cette femme impie, mademoiselle des Touches, est venue gâter bien des choses! (…) − Oh! une gaupe, une gourgandine s’écria le curé.

Balzac, Béatrix, 1839

Pendant que le bon Mistral habite chez Mariéton et court les gourgandines, il a remisé sa femme chez ses parents.

Goncourt, Journal, 1889

→ Lire la définition complète de gourgandine

Jean-Foutre

Un jean-foutre est une personne incapable, indigne ou moralement condamnable. Synonyme de foutriquet.

Exemples :

Je déteste ces gnangnans. Que le diable t’emporte ! Va-t’en tenir l’écheveau à ta femme, jean-foutre !

Nicolas Gogol, Les Âmes mortes, 1842

Bardoux décidément m’a l’air d’un jean-foutre. Pas de réponse à mes billets. Pas de dîners. Si je n’ai de lui aucune nouvelle avant mon départ, j’irai lui reprendre le manuscrit de la féerie, lui cracherai son fait au nez, et puis, bonsoir.

Flaubert, Correspondant, 1878

→ Lire la définition complète de jean-foutre

Malappris

Un malappris manque d’éducation, est impoli ou grossier.

Exemples :

Quel est le fournisseur malappris qui n’eût pas fait crédit à Jacques Falleix ?

Balzac, Splend. et mis., 1844

T’auras bientôt fini de me regarder comme ça (…), espèce de malapprise ?

Bernanos, Mouchette, 1937

→ Lire la définition complète de malappris

Malotru

Fan du Bureau des légendes ? Un malotru est une personne aux mœurs et aux manières grossières.

Exemples :

Les fouaciers ne répondirent que par des injures, donnant aux bergers plusieurs épithètes diffamatoires, et les appelant rustres, brèche-dents et malotrus.

A. France, Rabelais, 1909

Car, selon le code de Françoise tel qu’il est illustré dans les bas-reliefs de Saint-André-des-Champs, souhaiter la mort d’un ennemi, la lui donner même n’est pas défendu, mais il est horrible de ne pas faire ce qui se doit, de ne pas rendre une politesse, de ne pas faire ses adieux avant de partir, comme une vraie malotrue, à une gouvernante d’étage.

Proust, Prisonn., 1922

→ Lire la définition complète de malotru

Maraud

Maraud s’emploie pour désigner de façon méprisante un homme du peuple ou d’un rang social inférieur à celui du locuteur. C'est une expression foncièrement condescendante.

Exemples :

Ce maraud, parce qu’il sait lire, (…) voudrait presque traiter ses supérieurs comme ses égaux.

Mérimée, Jacquerie, 1828

Maraud, faquin, butor de pied plat ridicule!

Rostand, Cyrano, 1898

→ Lire la définition complète de maraud

Maroufle

Maroufle désigne un personnage grossier ou malhonnête. Synonyme de fripon ou vaurien.

Exemples :

M. Gillenormand ne parlait jamais à cet enfant que d’une voix sévère et quelquefois la canne levée:− Ici! monsieur! − Maroufle, polisson, approchez! − Répondez, drôle! − Que je vous voie, vaurien!

Victor Hugo, Les Misérables, 1862

→ Lire la définition complète de maroufle

Mufle

Un mufle - insulte encore usitée aujourd'hui - est un personnage vulgaire, grossier, indélicat.

Exemples :

Nous feignons d’oublier que chaque génération d’enfants porte en germe tous les goujats, toutes les crapules et tous les mufles de demain.

Mauriac, Bloc-notes, 1958

… elle avait depuis peu entendu dire par une femme sculpteur : « On peut s’attendre à tout de la part des hommes, ils sont si mufles », et frappée par la profondeur de cette maxime pessimiste, elle se l’était appropriée…

Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, 1918

→ Lire la définition complète de mufle

Olibrius

On peut insulter d'olibrius quelqu'un de sot et prétentieux, importun par son comportement bizarre et ridicule.

Exemple :

Règle générale: me donner toujours le temps de réfléchir, quand on me parle, au lieu de faire l’olibrius et le marquis de comédie.

Stendhal, Journal, 1805

→ Lire la définition complète de olibrius

Ostrogoth

Un ostrogoth, par analogie, est une personne étrangère aux usages, à la bienséance, à certains aspects de la culture. Synonyme : ignorant, rustre.

Exemples :

−Puis le tableau de Biard (…) −belle composition! coloris, expression, groupes, variété d’attitudes, cela paraît très beau à un Ostrogoth comme moi qui n’ai pas la moindre appréciation des Beaux-Arts.

Barb. d’Aurev., Memor. 1, 1838

Comme il s’approchait du lit, la vieille lui jeta quelques injures. −Galopin, ostrogoth! C’est maintenant que tu viens me voir?

Daniel–Rops, Mort, 1934

→ Lire la définition complète de ostrogoth

Paltoquet

Un paltoquet est un homme prétentieux et insolent (on en connaît beaucoup...)

Exemple :

Belle collection de marionnettes; mais les fils sont trop apparents, par ma foi! On ne croise plus dans les rues que jean-foutre et paltoquets.

Gide, Caves, 1914

→ Lire la définition complète de paltoquet

Pignouf

Un pignouf est un individu grossier, dépourvu de finesse, de délicatesse, un pauvre gars paumé.

Exemples :

Ce n’était guère la peine d’employer tant d’art à laisser tout dans le vague, pour qu’un pignouf vienne démolir mon rêve par sa précision inepte.

Flaubert, Correspondant, 1862

Les gens d’ici sont très fins sur l’amour-propre et la réputation. Une fille qui se dérobe, et encore avec un pignouf de ce genre, ça fait parler, ça fait dresser les index.

Giono, Baumugnes, 1929

→ Lire la définition complète de pignouf

Pisse-Froid

On peut désigner quelqu'un de pisse-froid s'il est froid et morose, sans humour, sans audace.

Exemple :

Il était assez satisfait que, chez lui, les garçons eussent du goût à trousser les filles. De ce côté-là, au moins, ils ne ressemblaient pas à ce pisse-froid de Ferdinand qui avait mené une jeunesse morose dans des faux cols et des bouquins à oremus.

Aymé, Jument, 1933

→ Lire la définition complète de pisse-froid

Pourceau

Un pourceau est un porc, tout simplement. À l'époque de "balance ton porc", une insulte à remettre au goût du jour...

Exemples :

− Meurs, infâme! Je te saignerai, pourceau, je te saignerai! au cœur! au cœur! il est éventré.

Cocteau, Parents, 1938

Omm-Djéhâne (…) regagna paisiblement la demeure commune sous la protection des amis (…) qui la quittèrent en maudissant de tout leur cœur les ignobles pourceaux de chrétiens que la prudence les obligeait de ménager.

Gobineau, Nouv. asiat., 1876

→ Lire la définition complète de pourceau

Ribaud

On qualifie de "ribaud" quelqu'un qui mène une vie dissolue ; un débauché, un impudique. Synonyme : prostituée.

Exemples :

Il se réjouissait surtout des histoires de femmes ribaudes et de maris trompés.

Druon, Lis et lion, 1960

Elle n’avait qu’une tactique, c’était d’empêcher les hommes de blasphémer le Seigneur et de mener avec eux des ribaudes.

A. France, J. d’Arc, t. 1, 1908

→ Lire la définition complète de ribaud

Sagouin

Un sagouin est une personne qui est sale, malpropre ; dont le comportement suscite le mépris. Synonyme : souillon.

Exemples :

En passant devant le portier, je lui dis que le logement ne me convient pas, et il répond en secouant la tête: « V’là l’effet qu’il fait à tout le monde depuis que ce ménage de sagouins nous l’a gâté (…) »

Kock, Ni jamais, 1835

− Allez-vous vous taire… défaitistes… sagouins!… Si j’en prends un, je l’fais passer au falot.

Vialar, Morts viv., 1947

→ Lire la définition complète de sagouin

Tête de pipe

Une tête de pipe a un visage aux traits grossiers comme ceux gravés sur le fourneau de pipes.

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

Hervé Pélion

Une basinette était à ma connaissance un berceau… manifestement votre religieux (le cordelier) aurait joué à la bête à deux dos avec une quelconque bougresse….

Répondre
PIERRE MARBOTTE

N’oubliez pas de consulter le capitaine Hadock!

Répondre
Renée

Moi aussi, saligaud me plaît beaucoup, et il fait partie de mon vocabulaire habituel bien que hors du temps !

Répondre
Vascal

C’est un terme encore très en usage dans notre époque moderne, sous le synonyme de « enc**é ». Je pense que la connotation injurieuse dans le langage usuel est indéniable. Bien que critiquable, il est vrai.
Je pense que pour être plus précis, il faudrait spécifier « sodomite passif ». Vu que l’actif est souvent celui qui justement injurie/menace.
Mais comme disait Oscal Wilde (homosexuel notoire et assumé) : « Ne souhaite pas à autrui ce que tu aimerais que l’on te fasse, vous n’avez pas forcément les mêmes penchants! » ?

Répondre
Moineau

Et encore un : Pleutre ! Un pleutre est un lâche, un couard.

Répondre
La langue française

J’adore ce mot !

Nicolas.

Répondre
Tchoun

Pleutre ? La couleur pleutre?

Répondre
RENOIR lucien

trouvé dans un document de 1712 (procédure judiciaire à Cannes 06)
photo 8810 – 8811 – 8812
A Monsieur le juge ou son lieutenant
Supplie humblement Anne Escarras, femme de Nicolas Rey de ce lieu de Cannes
Disant que le 16 du présent mois d’août, étant la suppliante à la rue, au devant de sa maison, y balayant un peu de la paille que les poules avaient dérangé, deux petits tas qu’elle avait au devant sa maison sans porter aucun dommage à personne, néanmoins Thérèse Fort, femme d’André Mouton, sa voisine qui a conçu une si grande animosité et aversion contre la suppliante et son mari qu’elle aurait traité la suppliante de laronne, de gueuse, de putain, mais non contente de s’en prendre contre elle, elle lui aurait reproché faussement qu’on avait trouvé feu son père à voler du foin et qu’on lui avait tiré des coups de fusil et qu’on l’avait attrapé et emporté ses partie honteuses. Le même jour sur les sept à huit heures de soir étant la suppliante assise sur le pas de sa porte, la dite Fort, qui sortait de sa maison qui est au devant de celle de la suppliante pressée et sollicitée par le dit Mouton son mari serait venue contre la suppliante lui proférer les mêmes injures et excitée, elle aurait ajouté que la sœur de la suppliante nommée Marianne Escarras, étant fille, à la voir traîner dans des cabanes avec des hommes qui la connaissaient en passant tous outre, lui ayant tiré les hommes de dessus son ventre. Toutes ces calomnies et injures venaient de lui être suggérées par le dit Mouton qui était dans sa maison, et qui avait poussé sa dite femme de les dire, disant même contre Jeanne Roustan, mère de la suppliante qu’elle avait été vue putain et que toutes se filles en étaient de même.
Le jour d’hier, 17 du courant par une continuation de calomnies et une récidive amendable aurait la dite Fort, sollicitée par son dit mari, aurait réitéré contre la suppliante les mêmes injures, calomnies et contre le dit Rey, son mari, capelleau, contre-bandeur, voleur, cocu et autres injures atroces calomnieuses et diffamatoires, allant diversement contre l’honneur et réputation, non seulement de la suppliante, mais encore de toute la famille, mérite peine afflictive et punition exemplaire, elle a recours à votre justice pour lui pourvoir.
Ce considéré, vous plaira, Monsieur, informer sur ce que dessus, et qu’en dépend circonstances et dépendances, pour l’information faite, communiquée au procureur juridictionnel, et à vous, Monsieur, rapportée, y être ordonné ce qu’il appartiendra par raison, et de suite laxer ajournement contre les témoins qu’elle entend faire ouir pour la justification de la susdite plainte, et seront la dite Fort et Mouton, mariés, condamnés à 100 livres d’amende chacun envers la suppliante, et à dire et déclarer un jour d’audience, le plaid tenant, que follement et témérairement, ils ont proféré les dites injures qu’ils les réputent pour gens de bien d’honneur, et leur demande pardon face au procureur juridictionnel pour la vindicte publique, de requérir toutes autres peines qu’il avisera avec dépens, et ferez justice.

Sera par nous informé sur ce que dessus et qu’en dépend, et aux fins, témoins nous seront administrés contre lesquels laxons l’ajournement requis.
A Cannes le 18 août 1712.

Auriez vous une idée sur le sens du mot utilisé : capelleau (problème d’orthographe ?)
nota : je peux vous envoyer copie du document – fourniture mail

Répondre
La langue française

Bonjour Lucien,
Bonne question, peut-être parlent-ils de « capelan » : Prêtre pauvre ou cagot dont on parle avec mépris.

https://www.lalanguefrancaise.com/dictionnaire/definition/capelan

Nicolas.

Répondre
Gerard Teilhol

Jean-foutre et fesse-mathieu

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire
Partager