La langue française

Accueil > Articles > 24 calembours les plus drôles de la langue française

24 calembours les plus drôles de la langue française

Sommaire

  • « Notre but est atteint, comme la tarte du même nom » - Philippe Geluck.
  • « Nous le savons et pas seulement de Marseille. » - Pierre Desproges.
  • « Demandez nos exquis mots. » - Patrice Delbourg.
  • « Ce système n'est pas rentable quand le bénéficiaire vit âgé. »
  • « La place d'Enfer, rebaptisée place Denfert-Rochereau. »
  • « De deux choses lune, l’autre c’est le soleil » - Jacques Prévert.
  • « Pourquoi vouloir mettre une femme dans son lit si on ne sait pas comment la border ? »
  • « Un vieillard maniaque devient vite soûlant. »
  • « Pas de chauve à Ajaccio, mais à Calvi si ! »
  • « On n'a jamais vu de camion si terne. »
  • « Quand on veut faire l'amour, c'est entre adultes qu'on s'entend. »
  • « Des musiques comme celles-là, on n'en a jamais entendu des si belles. »
  • « Ce touareg a des airs de chameau. »
  • «Les mots rendent les cris vains. »
  • « Paradoxalement, pour être dans les normes, il faut rester mince. »
  • « Trop manger est un péché, c’est en tout cas ce que beaucoup de gourmands disent. »
  • « On ne peut pas dire que ce roman de Tolstoï ne soit guère épais. »
  • « Avec son humour, il la rend folle. »
  • « Que fait Johnny le midi ? L’idole déjeune. »
  • « Les preux chevaliers défendent vaillamment leur peau. »
  • « La politique est louche car l’élu net n’existe pas. »
  • « Les bricoleurs du dimanche en ont marre tôt. »
  • « Le poisson qui me bouffera est pas né ! » - Olivier de Kersauson (navigateur)
  • « Un sale ami mérite d'être charcuté. »

La langue française, peu accentuée et riche en homophones, est propice aux calembours, ces jeux de mots fondés sur la similarité des sons.

Le calembour est un trait d'esprit, généralement ironique ou humoristique, dont toute la force s'exprime à l'oral. Il n'est d'ailleurs pas rare de devoir lire à voix haute pour comprendre le calembour. Il est communément admis que c'est Denis Diderot qui utilisa le premier ce terme dans une lettre à Sophie Volland datée du 1er octobre 1768.

Quoi de plus agréable que de perfectionner sa maîtrise du français en jouant avec sa richesse ? Voici donc un florilège de calembours en français. Bonne lecture !

« Notre but est atteint, comme la tarte du même nom » - Philippe Geluck.

On entend Tarte Tatin en faisant correctement la liaison.

« Nous le savons et pas seulement de Marseille. » - Pierre Desproges.

Savon de Marseille
Savon de Marseille.

« Demandez nos exquis mots. » - Patrice Delbourg.

Demandez nos esquimaux

« Ce système n'est pas rentable quand le bénéficiaire vit âgé. »

Viager.

« La place d'Enfer, rebaptisée place Denfert-Rochereau. »

La place "Denfert" (d'Enfer)

« De deux choses lune, l’autre c’est le soleil » - Jacques Prévert.

« Pourquoi vouloir mettre une femme dans son lit si on ne sait pas comment la border ? »

Si on ne sait pas l'aborder.

« Un vieillard maniaque devient vite soûlant. »

Un vieil armagnac.

« Pas de chauve à Ajaccio, mais à Calvi si ! »

Calvitie.

« On n'a jamais vu de camion si terne. »

Camion citerne.

« Quand on veut faire l'amour, c'est entre adultes qu'on s'entend. »

Adultes consentants.

« Des musiques comme celles-là, on n'en a jamais entendu des si belles. »

Décibel.

« Ce touareg a des airs de chameau. »

Désert.

«Les mots rendent les cris vains. »

L'écrivain.

« Paradoxalement, pour être dans les normes, il faut rester mince. »

"Pour être dans l'énorme."

« Trop manger est un péché, c’est en tout cas ce que beaucoup de gourmands disent. »

Gourmandise.

« On ne peut pas dire que ce roman de Tolstoï ne soit guère épais. »

Guerre et Paix est un roman de Tolstoï, particulièrement épais...

« Avec son humour, il la rend folle. »

Hilarant.

« Que fait Johnny le midi ? L’idole déjeune. »

Johnny Hallyday est un chanteur français qu'on surnomme souvent "l'idole des jeunes".

« Les preux chevaliers défendent vaillamment leur peau. »

Lépreux.

« La politique est louche car l’élu net n’existe pas. »

Les lunettes.

« Les bricoleurs du dimanche en ont marre tôt. »

Marteau.

« Le poisson qui me bouffera est pas né ! » - Olivier de Kersauson (navigateur)

Poisson pané.

« Un sale ami mérite d'être charcuté. »

Un salami.

À vous ! Partagez vos calembours que vous connaissez en commentaire.

Sujets :  calembour

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

queguiner rose marie

sympa!
le mien (par mon époux de l’époque) : t’es trop au lit pour être honnête!

Répondre
Poy

En fait ça dévoile les comportements totalement déplacés des curés avec les prostituees au bois joli et le FURET doit être remplacé par….furet et apres On comprends mieux……même chose pour beaucoup de comptines pour enfant comme le petit chaperon rouge parle en termes cachés de l’an pedophilie, faites des recherches et vous serez trèeeeees étonné. Faut savoir qu’autrefois les choses se disaient de manières détournées……
Zenete depuis le Pacifique sud

Répondre
AKOGNONGBE JACQUES

À LA POISSONNERIE !
Miséricorde !!

Misère rit de la corde !!
Mise à serre rit de la corde !!
Mis sert et rit de la corde !!
Corde, vous dites, cor de maux verts, mauvais. Corde à trois noeuds , cor de trois soeurs, mégères, qui avec leurs mets gèrent notre quotidien, à la côte de TIDIEN, lot de viragos, qui vit de ragots, de rat « got », ces trois harpies, avec leur harpe à pie, agassent tant.

Ces gorgones, à la gorge « gone », vont torturer, tel le tort qui tue au rez . Ces furies, fuient et rient de leur manigances, manies en gancette, et serrent l’étau, l’étreinte.

Sthéno, Euryaleet Méduse, la dangereuse, danger heureuse, filles de Phorcys et Céto, nous malmènent, et ce mal mène la race humaine.

Les trois soeurs mégères, assimilées, assis millet africain, pêchent. Depuis leur naissance, n’est sans ce truc, amour.

L’aînée, est née, la pauvre l’été, la pauvreté. La cadette, cas dette, la mise qui sert l’amertume, la mer qui tue me. La benjamine, bain de Jah miné, la gale qui ère, ces trois furies ont pour géniteurs, des génies tueurs, le sous développement et les mauvaises gestions.

Sthéno, Euryale, Méduse et pauvreté, misère, galère du même acabit tourmentent avec leurs tours mentent.
La pauvre à été la pauvreté, la mise à ère, la misère et la gale aire, la galère.

Leurs parents PVD PSD, PMA hantent, balottent, telles des balles ôtent la joie, et font tanguer tant en ce temps à gué.

Guet apens, ces trois soeurs par préméditation, dans le pré font de la méditation, l’une médita à Sion et informa les deux autres des supplices sur les plis, ces sœurettes soeurs pas nettes, elles font des miséreux , mis heureux, des galereux, aux gales heureux, et des pauvres, à la peau VRES.

Commisération !! Con mis sera à Sion ??

Pitié !! Pis THIÉ !!
La gale ère, ? la galère, telle la gale et son air méchant, avec son met de chant , nocif, à effets malfaisants, mal faisant, la gale ère dans votre vie si vous êtes le pot, le poète.

La méchante gale avec son mets chante et la misère, la mise ère, la soeur cadette de la gale ère , cette galère lacère, lasse serre mon corps, déchire en lambeaux ma peau, et le dés chiro-mots, du poète avec son pot, l’an est beau, pot de mots mielleux, pot en or de confiture, du con fit des tours dans son châtiment.

Châtié, le chat de THIE ment et dit du concile de Nicée, en 325, que ce châtiment infligé, le châtié ment et dit de Dieu que c’est pour me corriger avec le cor de Roger.

Oh ! Pauvreté, la pauvre en été, la garce, avec ses soeurs misère et galère me hantent…

Jacques, écrivain furieux, avec son écrit en vain qui fut ? rit d’eux..

Répondre
ROGER Michel

Qui vaincra par l’épée, périra par les gaz

Répondre
Jaquet Michel

Moyen-Orient, Fait divers:
Collision entre 2 chameliers arabes qui se chamaillaient pour savoir qu’Israël ou La Mecque.

Répondre
perret

19#  » Il était jauni à l’idée de ne plus faire de rock’n’roll « 

Répondre
Remi

Quand le maître montre la lune, le disciple regarde le doigt…

Merci pour ces calembours, j’ai beaucoup ris.

Répondre
David Joël

Bonjour. C’est très amusant et détendant les calembours. Moi aussi j’en ai un. J’ai à faire avec vous. (affaire)

Répondre
Protée

A ma connaissance la phrase exacte (extraite de la tragédie « Polyeucte » de Corneille) est  » Et le désir s’accroît quand l’effet se recule » : mais nous sommes bien au delà du calembour (réputé plutôt « lourd ») : nous sommes dans le kalemphaton !

Répondre
Protée

Vous dites que vous êtes « fane de calembour » et là vous me faites penser à un marchand de fruits et légumes qui avait pour enseigne « Fan de carottes », joli petit calembour

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire
Partager