La langue française

Accueil > Littérature > Jean Racine - Le guide complet

Jean Racine - Le guide complet

Article financé par nos membres premium

Jean Racine (1639 - 1699) est un dramaturge et poète français. Il porte à son apogée le modèle de la tragédie classique. Parmi ses pièces les plus connues, on trouve Andromaque, Britannicus, Bérénice ou Phèdre. Nous présentons dans cet article la vie de Jean Racine, sa contribution au classicisme et ses œuvres les plus connues.

Vie de Jean Racine

Portrait de Jean Racine d'après Santerre

De quelques paradoxes raciniens

La vie de Jean Racine est composée de paradoxes étonnants. Le premier a trait à son rapport au théâtre :

Éduqué par les jansénistes qui avaient le théâtre en horreur, il s’empressa de courir après la gloire procurée par la poésie dramatique [le théâtre]. Puis, l’ayant obtenue, et avec elle la richesse, il chercha à faire oublier qu’il avait été un poète profession, […].

Georges Forestier, Jean Racine

Le second à son rapport à la figure du Roi-Soleil :

Admirateur passionné [du Roi-Soleil], il n’en rédigea pas moins, secrètement, un Abrégé de l’histoire de Port-Royal, monastère si haï du monarque qu’il le fit raser dix ans après avoir accepté que Racine s’y fît inhumer.

id.

S'abonner

C’est donc Port-Royal, où il a reçu une éducation littéraire incomparable, qui explique en partie ces paradoxes. Son bagage littéraire et sa maîtrise parfaite de l’art oratoire lui valent en effet l’admiration du roi et le privilège de devenir son conseiller et son historiographe à partir de 1677 à l’âge de 38 ans, alors même que Port-Royal, peuplé de solitaires qui ont en horreur tout ce qui n’est pas service et préoccupation de Dieu, est une institution détestée du roi.

L’éducation comme ascenseur social dans la France d’Ancien Régime : un cas d’école

Le deuxième élément à mentionner dans la vie de Racine est la singularité de sa trajectoire sociale, car il « n’a pas seulement accédé à la célébrité des plus grands écrivains » (G. Forestier). Né en 1639 dans une famille de magistrats et contrôleurs de La Ferté-Milon, Racine est orphelin très tôt : sa mère décède début 1641 et son père en 1643.

Vue générale de l'abbaye de Port-Royal-des-Champs en 1674.

Il entre aux Petites Écoles de Port-Royal à l’âge de sept ans, où quatre maîtres s’occupent de seulement six écoliers chacun. L’enseignement est très lourd : plusieurs heures de version latine par jour, apprentissage du grec, récitation, enseignement religieux. Il entre en 1655 à Port-Royal des Champs et y découvre Quintilien, Tacite, Virgile, Homère et d’autres. Cette période est brillamment relatée dans Titus n’aimait pas Bérénice de Nathalie Azoulai, dans les chapitres consacrés à la jeunesse de Racine.

Il obtient à l’été 1657 la protection de son cousin Nicolas Vitart et vit avec lui à Paris à l’hôtel de Luynes1. Lors de cette période charnière, il commence à publier des vers, dont La Nymphe de la Seine à la Reine en 1660 qui célèbre le mariage du roi. En juin 1663, il tente d’intégrer la petite académie d’auteurs instituée par Colbert pour former un éloge royal, et écrit sur la convalescence du roi dans une Ode, qui « fut une réussite absolue » lui conférant « une reconnaissance immédiate » (G. Forestier, p. 185).

Il intègre au mois de juillet la liste des gratifiés, aux côtés de Chapelain, Corneille, Perrault, Molière, et ce à vingt-quatre ans. Une représentation fine et amusée de sa soif de réussir est fournie par Mathieu Sapin dans la BD Comédie française.

Mais si Racine commence brillamment sa carrière par la poésie encomiastique, ses aspirations l’amènent à devenir auteur dramatique dans le genre de la tragédie, considéré comme le plus noble :

Triompher dans le genre de la tragédie, c’était pour lui le seul chemin pour se faire hisser au premier rang des poètes.

G. Forestier, p. 294-295

Ses pièces lui valent de manière quasi systématique un grand succès. Il est élu à l’Académie française au milieu de sa carrière théâtrale lors des représentations de Mithridate, en décembre 1672.

En 1690, il devient gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, et obtient la survivance de cette charge pour son fils aîné en 1693, ce qui constitue un anoblissement. En somme « l’orphelin issu d’une famille de petits notables dans un bourg endormi de Picardie », grâce à l’éducation précieuse de Port-Royal mise à profit dans ses compositions, a « reçu du théâtre gloire et richesse » (G. Forestier, p. 13) et même anoblissement, alors que le concept d’ascenseur social n’existait pas dans la France d’Ancien Régime2.

Il a accompli l’une des trajectoires sociales les plus extraordinaires de l’époque moderne : [il est à la fin de sa vie] l’un des plus proches courtisans du Roi-Soleil, pourvu de charges et gratifié par lui de la noblesse héréditaire, jouissant du privilège exorbitant d’entrer à son « petit lever » sans être annoncé.

id., p. 14

Ce changement s’est fait progressivement à partir de 1677 (date de création de Phèdre) lorsqu’il devient historiographe du roi avec Nicolas Boileau. Il écrit donc sur les campagnes militaires et les décisions politiques, et suit le roi dans divers déplacements3.

[Il est alors] en charge d’une mission que ses contemporains jugeaient infiniment supérieure à celle de poète, si grand fût-il. Une mission d’essence aristocratique qu’un compte de Bussy-Rabutin, cousin de la marquise de Sévigné, rêva vingt ans durant de se voir confier par Louis XIV.

id., p. 16

Lorsqu’il est prié de revenir au théâtre par Mme de Maintenon en 1689 pour les demoiselles de Saint-Cyr, les pièces qu’il compose lui valent une véritable consécration. Esther et Athalie sont des poèmes dramatiques à sujets bibliques avec musique (composée par Jean-Baptiste Moreau), pour lesquels il parvient, grâce aux chœurs, à retrouver l’inspiration de la tragédie grecque telle qu’écrite par Euripide et Sophocle4. Il accède alors au « saint des saints » : « l’étroite liste des invités permanents dans la royale villégiature de Marly », un privilège « auquel Boileau n’eût jamais accès » (id., p. 16).

En 1695, le roi lui accorde un logement à Versailles. En 1697, le blason des Racine est enregistré dans l’Armorial de France. Il décède en avril 1699 et les manuscrits contenant l’histoire du roi n’ont jamais été édités, car ils furent détruits dans un incendie en 1726

Œuvre de Jean Racine

Racine et la langue française

Selon son deuxième fils Louis, l’œuvre de Racine a contribué à donner une régularité à la langue, à une époque où le français parlé n’était pas soumis à des règles strictes :

[…] il a plus contribué qu’un autre, à lui donner cette forme constante, qu’elle n’avait pas encore lorsqu’il commença à écrire. C’était alors qu’on cherchait à la perfectionner, […].

Racine L., Remarques sur les tragédies de Jean Racine, p. 8

Cette manière d’écrire lui a néanmoins valu les critiques de ceux qui se considéraient comme les grands spécialistes de la question. Parmi eux, on retiendra Subligny et sa pièce La Folle querelle ou La Critique d’Andromaque, moquant les personnages d’Andromaque et leurs discours. Selon lui la pièce comporte des « expressions fausses ou sens tronqués qui signifient tout le contraire ou la moitié de ce que l’Auteur a conçu lui-même », et il pense que Racine « sait bien lui-même qu’il n’a pas encore atteint » le point « de pureté de langue » qu’on lui prête5.

Dans ses Remarques sur les tragédies de Jean Racine, Louis Racine invite à différencier la faute de langue de la faute voulue comme écart de style :

Parmi les fautes qu’on a coutume de lui reprocher, il faut, […] faire observer celles qui, suivant l’expression de Vaugelas, font beauté.

Racine L., Remarques sur les tragédies de Jean Racine, p. 7-8

Surtout, il rappelle que Racine « avait sur les règles de la langue, toute la science du plus habile grammairien » : il avait appris la grammaire avec les « Messieurs » de Port-Royal. Antoine Arnauld et Claude Lancelot6 ont rédigé la Grammaire générale et raisonnée et la Logique ou l’Art de penser, œuvres véritablement marquantes pour l’époque et qui constituent même à l’échelle de l’histoire de la grammaire une « mutation pédagogique7 ». Racine n’invente aucun mot, mais des tournures :

Lorsqu’Andromaque parut, on crut entendre parler une nouvelle langue, non qu’il y eût des mots nouveaux, l’Auteur n’en a jamais hasardé un seul : elle était pleine de tours nouveaux, qui étonnèrent d’abord, qui plurent, et devinrent depuis familiers à la langue.

id. p. 11

C’est « par une intelligence singulière de la valeur des termes » (une formule de La Mothe, rapportée par Louis Racine) qu’il fait entendre « une nouvelle langue », souvent imprégnée de tournures latines ou grecques dont les autres auteurs n’étaient pas familiers au point d’écrire selon leurs particularités8.

Déchaînement des passions et simplicité d’action : l’apogée de la tragédie française

Racine arrive dans le champ littéraire bien après Corneille (il n’est pas né lorsque paraît Le Cid) et Rotrou (ils ont trente ans d’écart) et s'impose dès sa première pièce La Thébaïde (créée en 1664, alors qu’il a 25 ans) de composer un drame sur un seul sujet, donc d’éviter de multiplier les actions.

À cette époque la duplicité d’action était admise, puisque dans Horace de Corneille (1640), le combat des Horaces et des Curiaces (sujet 1) est suivi du meurtre de la sœur du héros par le héros lui-même (sujet 2). Racine se démarque donc de ses prédécesseurs9 mais suit l’inflexion progressive des règles de composition d’une pièce de théâtre puisque Corneille lui-même dans ses Discours théoriques publiés à partir de 1660 montre les défauts de l’action double10.

Le théâtre de Racine est ainsi marqué par une recherche constante de simplicité dans la composition, et un respect de la règle des vingt-quatre heures et de la vraisemblance – poussé à son comble dans sa dernière tragédie Athalie, où le temps de l’intrigue se calque entièrement sur le temps de la représentation – pour faire ressortir la force destructrice des passions humaines, seules responsables des malheurs des personnages et de la chute finale.

Il parvient, avec cette esthétique de l’épure, à renouveler la tragédie classique française. La Comédie française met en valeur cette économie de moyens en ne faisant intervenir que les voix des comédiens dans le Cycle Racine, réalisé en partenariat avec France Culture.

Les tragédies

Racine a écrit onze tragédies mais aussi une comédie (Les Plaideurs), des pièces poétiques et les Cantiques spirituels. Ses œuvres ont été publiées de son vivant, d’abord en 1676 puis 1697. Sont présentées ci-dessous ses tragédies les plus connues.

Andromaque (création 1667, publication 1668)

Andromaque, troisième tragédie créée en 1667, arrive après le grand succès d’Alexandre le Grand. Elle est elle-même un immense succès.

À la fin de 1667, dès sa troisième pièce, Racine commençait à passer pour le seul digne de pouvoir être comparé un jour au Grand Corneille. Tous les contemporains, qu’ils eussent aimé ou détesté Andromaque, avaient senti que le jeune poète venait de créer un écart décisif par rapport à la norme tragique.

G. Forestier, Jean Racine, p. 296

Cet « écart décisif » consistait à donner une place importante à la passion amoureuse, alors que Corneille conseillait, dans le Discours de l’utilité et des parties du poème dramatique, de lui accorder un statut secondaire11. La passion amoureuse est au centre la pièce parce que les discours des personnages féminins importants, Andromaque et Hermione, sont entièrement nourris des Héroïdes d’Ovide.

D’un point de vue dramaturgique, la passion est au centre de la pièce, notamment parce que toute la décision qui revient à Pyrrhus de livrer ou non Astyanax, fils d’Hector (mort à la guerre de Troie) aux Grecs, est déterminée par la décision d’Andromaque de céder ou non aux avances de Pyrrhus. De plus, son éventuel mariage avec cette captive et ennemie (il est le fils d’Achille donc du meurtrier d’Hector, époux d’Andromaque) annulerait l’alliance scellée avec la fille de Ménélas et Hélène, Hermione. La menace qui pèse sur cette promesse de mariage a elle aussi des implications politiques car s’il repousse Hermione, Pyrrhus repousse l’alliance avec Ménélas.

L’originalité d’Andromaque, enfin, est qu’elle donne à voir une sorte de suite de la guerre de Troie où les personnages principaux ne sont pas les héros de cette guerre et se trouvent projetés comme héros de tragédie. L’indécision et l’hésitation qui règnent témoignent de la difficulté de ces « fils de » et « fille de » à s’adapter à ce statut héroïque.

Lire notre commentaire de la scène 7 de l'acte III d'Andromaque >


Britannicus (création 1669, publication 1670)

La tragédie Britannicus fait entrer Racine sur le terrain cornélien de la tragédie romaine. Aucun autre dramaturge de l’époque n’avait traité du règne de Néron et la pièce témoigne d’une extrême familiarité avec les écrits de Tacite, que Racine adolescent recopiait sur des dizaines de pages de cahiers.

De nouveau, l’intrigue politique est entièrement liée à l’intrigue amoureuse. La rivalité politique entre Néron et Britannicus et entre Néron et sa mère Agrippine – c’est grâce à elle qu’il est empereur de Rome à la place de Britannicus, et elle souhaite régner à travers lui – se double d’une rivalité amoureuse entre Néron et son demi-frère.

Junie est promise depuis l’enfance à Britannicus et ils forment un couple d’amants heureux, sans prétention au trône bien que tous deux descendants d’Auguste. Néron décide pourtant de faire enlever Junie, et tombe subitement amoureux d’elle. La pièce montre l’évolution de Néron, d’« empereur parfait » (selon les dires d’Albine dans la scène d’exposition) en « monstre naissant » (selon la formule de Racine dans sa préface). À plusieurs moments en effet, Néron est tenté de faire le bien, mais sa pente naturelle l’amène à se libérer de l’emprise insupportable de sa mère, au prix d’un assassinat.

Bérénice (création 1670, publication 1671)

Cet article est financé par nos membres premium

Profitez du site sans publicité, et accèdez à tous les articles en devenant premium

Devenir premium

Bérénice est une expérience extrême pour le dramaturge : là où les écrits de Tacite fournissaient une matière solide pour composer Britannicus, les sources de Bérénice n’offrent guère de détails sur les circonstances de la séparation de Titus et Bérénice12. Il repart de la formule de Suétone « Berenicem statim ab urbe dimisit invitus invitam », « Quant à Bérénice, il la renvoya aussitôt de Rome, malgré lui et malgré elle13 » et il vise une épure totale puisque « toute l’invention » dans Bérénice « consiste à faire quelque chose de rien » déclare-t-il dans la préface.

Ce défi extrême explique que sa Bérénice ait plus réussi que celle de Corneille, créée au même moment. Avec ce traitement si particulier du sentiment amoureux, il compose sur un fond à tort considéré comme galant, et sublimé par l’élégiaque ; sa pièce ne peut être considérée comme reposant sur un sujet léger : « Mais il ne s’agit plus de vivre, il faut régner » déclare Titus (IV, 5).

La Bérénice de Racine est, comme Andromaque et Hermione, une « héroïde », ce qui lui vaut de dépasser celle de Corneille qui « suscite seulement une émotion admirative devant sa difficulté à être à la fois une reine et une amoureuse » (G. Forestier, p. 396).

Phèdre (1677)

La dernière tragédie profane de Racine est celle d’un homme que la renommée protège de tous les coups et qui peut traiter du sujet de l’inceste sur la scène française. Si la pièce a été décriée en raison de l’amour considéré comme incestueux de Phèdre pour son beau-fils Hippolyte, un amour qu’elle ose déclarer à deux reprises (en présence d’Œnone puis d’Hippolyte lui-même), Racine réalisait là un coup de maître.

Il place au centre de sa pièce un personnage ni tout à fait coupable, ni tout à fait innocent et trouve dans la pièce d’Euripide, la figure la plus à même de représenter ce grand principe de la Poétique d’Aristote. Phèdre est en effet victime d’une vengeance de Vénus qui lui inspire son amour défendu. La suite est aux hommes : la nouvelle (fausse) de la mort de son époux Thésée l’amène à commettre l’irréparable… « J’ai dit ce que jamais on ne devait entendre » (III, 1) là est sa faute, dans l’aveu.

Phèdre – à l’origine intitulée Phèdre et Hippolyte – repose sur un sujet qui permet à Racine de montrer la dangerosité des passions poussée à son incandescence. Lorsqu’elle apprend qu’Hippolyte n’est pas insensible à l’amour (il aime Aricie et en est aimé), le mensonge qu’elle dit à Thésée (Hippolyte aurait tenté de la séduire pendant son absence) précipite la fin désastreuse du jeune homme. Frappé par Neptune, envoyé par Thésée pour le détruire, Hippolyte est tué par un monstre. Le récit qu’en fait Théramène, horrible et grandiose, entraîne le suicide de Phèdre et clôt la pièce.


Bibliographie indicative

- Alonge, T. 2017. Racine et Euripide. La révolution trahie. Genève. Droz.

- Azoulai, N. Titus n’aimait pas Bérénice. Paris. Éditions POL.

- Forestier, G. 2006. Jean Racine. Paris. Gallimard.

- Louvat, B. 2004. « Esther et Athalie, tragédies avec musique : Racine et la dramaturgie de l’introduction musicale ». Jean Racine, 1699-1999. G. Declercq, M. Rosellini (dir.). Paris. Presses Universitaires de France, p. 113-126.

- Ovide. 2005. Héroïdes. H. Bornecque, D. Porte (éd.). M. Prévost (trad.). Paris. Les Belles Lettres. 5e édition.

- Racine, J. 1999. Œuvres complètes, I. Paris. Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade ».

- Racine, L. 1752. Remarques sur les tragédies de Jean Racine suivies d’un Traité sur la Poésie dramatique ancienne et moderne. Amsterdam, Paris. M.-M. Rey, Desaint et Saillant Libraires.

- Picard, R. 1956. La Carrière de Jean Racine. Paris. Gallimard.

- 1976. Nouveau Corpus Racinanum. Paris. CNRS Éditions.

- Sapin, M. Comédie française. Voyages dans l’antichambre du pouvoir. Paris. Dargaud.

- Vaunois, L. 1964. L’Enfance et la jeunesse de Jean Racine. Paris. Del Duca.$


Notes de bas de page

1 Nicolas Vitart est l’homme de confiance du duc de Luynes et de sa mère, la duchesse de Chevreuse.

2 Sa famille a longtemps tenté de se donner des airs de noblesse, à l’aide d’armoiries par rébus : leur blason représentait un rat et un cygne (que l’on prononçait « rat-cyne »). En 1622, le grand-père Racine fait même peindre ce blason sur les fenêtres de sa maison.

3 On sait que Racine était présent pour : la prise de Gand en 1678, l’entrée dans Strasbourg en 1681, l’inspection des fortifications de Luxembourg en 1687, le siège de Mons en 1691, la prise de Namur en 1692 et la campagne des Pays-Bas en 1693.

4 Il écrit dans la préface d’Esther : « je m’aperçus qu’en travaillant sur le plan qu’on m’avait donné, j’exécutais en quelque sorte un dessein qui m’avait souvent passé dans l’esprit, qui était de lier, comme dans les anciennes Tragédies Grecques, le Chœur et le Chant avec l’Action ». Œuvres complètes, I, p. 946.

5 Ces attaques se trouvent dans la préface de La Folle querelle, reproduite dans les Œuvres complètes, I de Racine, p. 259.

6 Claude Lancelot a publié deux méthodes absolument novatrices pour leur époque, dans l’apprentissage des langues anciennes : la Nouvelle Méthode latine et la Nouvelle Méthode pour apprendre facilement la langue grecque. Racine connaissait le latin et le grec sur le bout des doigts et parvenait à traduire les textes précisément, sans trahir l’élégance du texte de départ.

7 La formule est de Michel Foucault, dans sa préface de la Grammaire générale et raisonnée dans l’édition des Republications Paulet, 1969, p. v.

8 Ces connaissances, surtout celle de la littérature hellénistique (grecque), démarquaient Racine de ses contemporains. Il pouvait lire les auteurs grecs en langue originale, ce qui était peu courant. À ce sujet, consulter Racine et Euripide de Tristan Alonge.

9 Si La Thébaïde traite de la même histoire que l’Antigone de Rotrou (1637), elle ne fait intervenir qu’un seul sujet, là où Rotrou a « réuni en une seule pièce deux actions différentes ». Le reproche est formulé par Racine dans la préface de La Thébaïde.

10 Les trois Discours de Corneille ont été publiés successivement dans les trois volumes de ses œuvres complètes publiées de son vivant en 1660. Le Discours de l’utilité et des parties du poème dramatique est publié dans le premier volume ; le Discours de la tragédie et des moyens de traiter selon le vraisemblable et le nécessaire est publié dans le deuxième ; le Discours des trois unités d’action, de jour et de lieu ouvre le dernier volume.

11 La dignité de la tragédie « demande quelque grand intérêt d’État, ou quelque passion plus noble et plus mâle que l’amour, telles que sont l’ambition ou la vengeance ; et veut donner à craindre des malheurs plus grands, que la perte d’une maîtresse. » Dans Corneille, P. Œuvres complètes, III. Paris. Gallimard, « bibliothèque de la Pléiade », p. 124.

12 Il est question de l’écart de matière fournie par les sources entre Britannicus et Bérénice dans « Comment Racine fait-il parler des Romains en français ? Enquête sur Agrippine et Titus ». Article publié en 2021.

13 Traduction de H. Ailloud dans les Vies des douze Césars, aux éditions des Belles Lettres (éd. 1993, p. 72).

La publication de cet article a coûté 500 €

En vous abonnant à notre offre premium, vous nous aidez à financer des articles de qualité rédigés par des journalistes.

28.4% de cet article a déjà été financé par nos abonnés

Devenir premium >
S'abonner

Clarisse Chabernaud

Clarisse Chabernaud est docteure en langue et littérature françaises, spécialiste de l'histoire du nom propre et des tragédies de Jean Racine.

En savoir plus sur Clarisse Chabernaud >
Sujets :  classicisme théâtre

Recevez tous les articles de la semaine par courriel

Inscrivez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire pour recevoir tous nos nouveaux articles, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

Retour au sommaire ➦

Partager