La langue française

Accueil > Linguistique > Périphrases verbales : définition et règles d’accord

Périphrases verbales : définition et règles d’accord

Une périphrase verbale est composée de deux segments que l’on ne peut séparer (sauf dans de rares exceptions). Le premier segment est un verbe conjugué, et le second est un verbe à un mode impersonnel (le plus souvent l’infinitif).

Elle est employée comme n’importe quelle forme verbale simple (il va pleuvoir demain = il pleuvra demain) et sert à exprimer différentes nuances dans le propos.

Comment repérer une périphrase verbale

Pour qu’un verbe conjugué suivi d’un verbe à un mode impersonnel soit une périphrase verbale, il faut que l’ensemble fonctionne comme le pivot de la phrase. Deux règles et méthodes de repérage découlent de ce fonctionnement.

Règle 1 : le verbe au mode impersonnel ne peut pas être le complément du verbe conjugué. Il faut donc cerner le début du complément du verbe, cerner la frontière entre ce qui joue le rôle de verbe et ce qui joue le rôle de complément du verbe.

Par exemple dans les propositions infinitives, telles que J’entends les oiseaux chanter, « j’entends chanter » n’est pas une périphrase verbale car le verbe à l’infinitif fonctionne en dehors du verbe conjugué pour lui servir de complément : « les oiseaux chanter » fait groupe, c’est le COD de « entends ». D’autant plus que « chanter » n’est pas le fait de « je », mais des oiseaux.

Ainsi, pour que le groupe verbe conjugué + verbe impersonnel soit une périphrase verbale, il ne faut pas que le verbe à un mode impersonnel soit remplaçable par un pronom (le, la, les, en ou y: c’est le test de la pronominalisation, et c’est le test le plus fiable.

  • Dans J’entends les oiseaux chanter, on peut dire Je les entends.
  • Dans Voulez-vous épouser Bastien, l’interlocuteur ou l’interlocutrice peut répondre Je le veux, donc pronominaliser « épouser Bastien » en « le » et désolidariser « veux » de « épouser ».
  • Dans Je pense partir, il n’y a pas non plus de périphrase verbale car on peut dire J’y pense.

En revanche dans Je vais appeler Bastien, le COD est « Bastien ». « Vais appeler » est une périphrase verbale, c’est le verbe de la phrase.

Règle 2 : pour que le groupe verbe conjugué + verbe impersonnel soit une périphrase verbale, il faut que le verbe conjugué ait perdu une partie de son sens. Il a le statut de semi-auxiliaire. Dans Je vais appeler Bastien, le verbe aller a perdu son sens de déplacement. C’est pour cette raison que l’on ne peut paraphraser cet énoncé par J’y vais : aller n’a pas le sens de « aller quelque part ».

Cette perte de sens est néanmoins variable d’une périphrase à une autre. Dans Il commence à pleuvoir, le verbe commencer a gardé un sens très plein, mais « commencer à pleuvoir » est bien une périphrase verbale.

Les différents types de périphrases verbales

Les périphrases verbales (PV) sont un moyen d’exprimer les conditions de réalisation d’une action. Elles donnent des informations liées au temps (PV temporelles), à la durée ou au déroulement (PV aspectuelles), au point de vue de l’énonciateur (PV modales), et au rôle des différents acteurs (PV actancielles).

Classification des périphrases verbales

Comment accorder le participe passé des périphrases verbales

L’accord du participe passé des périphrases verbales actancielles de responsabilité extérieure (dernière colonne du tableau ci-dessus) peut poser problème.

On dit Elle s’est vu insulter publiquement et non Elle s’est vue insulter publiquement car le verbe de la phrase n’est pas « se voir » mais « se voir insulter ». Ainsi, « se » est COD non de « voir » mais de « voir insulter ». Dès lors, si accord il y a, il ne peut se faire que sur le dernier segment, à savoir « insulter » ; or il s’agit d’un verbe à l’infinitif donc il ne portera aucun accord.

« Ils se sont vu licencier » ou « ils se sont vus licencier » ?

Pour prendre un autre exemple, on écrit « ils se sont vu licencier » et non « ils se sont vus licencier » car l'éventuel accord se fait sur le dernier segment, ici « licencier », mais celui-ci reste dans ce cas invariable car il est à l’infinitif.

Voici enfin quelques exemples tirés de la littérature :

Des centaines de milliers de paysans frappés de misère ont été ramenés d’entre les morts. Plus de cent mille familles se sont vu attribuer un droit à la terre. Deux mille écoles ont été bâties.

Harold Pinter, Art, vérité et politique

La grève des plombiers-zingueurs s’est terminée aujourd’hui après une durée de quinze jours. Les ouvriers se sont vu accorder une augmentation de 3 pfennigs de l’heure.

Hans Magnus Enzensberger, Le Naufrage du Titanic

Vous savez tout sur les périphrases verbales, un concept méconnu malgré sa fréquence d'usage en français ! N’hésitez pas à poser vos éventuelles questions en commentaire pour maîtriser parfaitement les périphrases verbales et leur accord.


Clarisse Chabernaud

Clarisse Chabernaud est docteure en langue et littérature françaises, spécialiste de l'histoire du nom propre et des tragédies de Jean Racine.

En savoir plus sur Clarisse Chabernaud >
Sujets :  grammaire

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

Retour au sommaire ➦

Partager