La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « vouge »

Vouge

Définitions de « vouge »

Trésor de la Langue Française informatisé

VOUGE, subst. masc. ou fém.

I. − HIST. DE L'ARM. , au masc. Arme composée d'une large lame à un seul tranchant montée sur une hampe longue de quatre à six pieds. L'épée sied à un gentilhomme: voyez! le soleil dore sa cuirasse; haches, vouges, gants de fer, becs de faucons reluisent à son côté (Quinet, Ahasvérus, 1833, 3ejournée, p. 224).Les gens de pieds du XIIIeau XVIes. se servaient du vouge pour couper les jarrets des chevaux (GDEL).
II. − ARBORIC., au fém. Serpe à long manche servant à émonder les arbres. Une partie du toit pointu [d'une tourelle] manquait et, devant cette ouverture, se dressait une vouge, haute perche terminée par une serpe et qui sert à étêter les arbres (Lacretelle, Hts Ponts, t. 3, 1935, p. 183).
Rem. Masc. dans tous les dictionnaires.
Prononc.: [vu:ʒ]. Étymol. et Hist. 1. Ca 1170 « sorte de serpe à long manche » (Guillaume de St-Pair, Mont Saint-Michel, éd. P. Redlich, 231: vooges besches et piscois Et cognies à trenchier bois); 2. 1375 Gironde bodge « sorte de hallebarde » (Arch. hist. Gironde, XII, p. 200 ds Gay); ca 1470 vouge (Georges Chastellain, Chron., éd. Kervyn de Lettenhove, t. 3, p. 436); 3. 1538 « épieu de chasse » (Est. d'apr. FEW t. 14, p. 434a; le mot n'a pu y être trouvé); 1582 (E. de La Planche, tr. Tacite, l. III, 114 rods Hug.: voulges, espieux et autres bastons de chasse). Issu du b. lat. vidubium « faux » (relevé à l'époque carol. dans les Scholies de Juvenal [Sat., 3, 311], éd. Schopen, Bonn, 1847, p. 23: marrae bidubia vulgo dicuntur; également dans la gl. δ ι ́ κ ε λ λ α: viduvium, Excerpt. Stephan., 270, 1, voir H. Rönsch ds Rom. Forsch. t. 2, pp. 303-304), comp. d'orig. gaul., fait du subst. *vidu- « arbre, bois » [irl. fid « arbre »] et d'un subst. tiré du rad. *bi- « frapper »: propr. « ce qui frappe le bois », cf. irl. fidba glosé falcastrum, cymrique gwyddif « serpe », bret. gwif « fourche à deux branches », E. Ernault ds Mém. de la Sté de ling. de Paris t. 7, p. 234; v. aussi Dottin, p. 96. Se rattachent au même étymon, l'a. prov. vezoig « faux » (1130-48, Marcabru, Œuvres, éd. J. M. L. Dejeanne, XXX, 38), l'a. gasc. bezoi (1268-69, Gabarret [Landes], charte, éd. P. Meyer ds Romania t. 3, p. 439) et bezoch (xives., Gironde ds Levy Prov.); pour des ex. post. de ces différents types occit., voir Du Cange, s.v. besogium, ex. localisés par A. Thomas ds Romania t. 25, pp. 441-444. Bbg. Tobler Étymol. Z. rom. Philol. 1886, t. 10, p. 575.

Wiktionnaire

Nom commun - français

vouge \vuʒ\ masculin ou féminin (l’usage hésite)

  1. (Chasse) (Vieilli) Épieu à large fer.
  2. (Agriculture) (Vieilli) Serpe à long manche.
    • Jehannot Regnaudin, deux cognées, une vouge, une hache et une hache à main. — (Christiane Raynaud, À la hache: histoire et symbolique de la hache dans la France médiévale, XIIIe-XVe siècles, Éd. Le Léopard d'or, 2002)
  3. (Histoire) Arme d’hast médiévale apparue en Allemagne et en Suisse à la fin du xiiie siècle, constituée d’une serpe montée sur une hampe d’environ 2 mètres, issue de l’outil agricole du même nom.
    • Tous portaient sur l’épaule le vouge et à la ceinture des haches de charpentier. — (Henri Béraud, Le Bois du Templier pendu, Les Éditions de France, 1926)
    • Le couteau de brèche était de même aussi une vouge ou une guisarme, c'est-à-dire une lame au bout d'un manche en bois. — (Viollet-le-Duc, Dictionnaire Raisonne du Mobilier Francais, tome 5, Éd. Morel, Paris 1875)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

VOUGE (vou-j') s. m.
  • 1Nom d'un épieu de vénerie.
  • 2C'est aussi celui d'une serpe attachée à un long manche, pour divers usages des champs et des jardins.
  • 3Anciennement, sorte de lance dont le fer long et large était aigu et tranchant d'un côté, et qui armait les compagnies de vougiers.

HISTORIQUE

XIIe s. Hauce un voouge que entre ses mains tint, Le bras senestre li a copé par mi, Du Cange, vanga.

XVe s. Qui luy donna d'ung voulge parmy l'estomac, Commines, I, 4.

XVIe s. Et comme ils furent joignant les chevaux, ils dresserent les fers de leurs vouges et javelots contre-mont, Amyot, Pomp. 102.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

VOUGE. - ÉTYM. Ajoutez : Ce paraît être le même mot que gouge 1 (voy. ce mot au Dictionnaire).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « vouge »

Du bas latin vidubium, emprunt au gaulois vidubion « couteau de bois » (cf. gallois gwyddif « serpe », breton gouzifiad « pal, épieu à sanglier », irlandais fiodhbha « faucille »), composition de vidu « bois » (cf. gallois gwŷdd, irlandais fiodh) et °-bidon (cf. breton bidiad « découper », gallois bidio « tailler les haies »). Le mot est attesté en quercinois sous la forme vesog.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « vouge »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vouge vuʒ

Images d'illustration du mot « vouge »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « vouge »

Langue Traduction
Anglais vouge
Espagnol vouge
Italien vouge
Allemand vouge
Chinois 发誓
Arabe فوج
Portugais vouge
Russe вужо
Japonais
Basque vouge
Corse voglia
Source : Google Translate API

Synonymes de « vouge »

Source : synonymes de vouge sur lebonsynonyme.fr

Vouge

Retour au sommaire ➦

Partager