La langue française

Vêture

Définitions du mot « vêture »

Trésor de la Langue Française informatisé

VÊTURE, subst. fém.

A. − Vx ou littér. Habit, ensemble des vêtements d'une personne. L'inhabileté de sa vêture avait toujours fait disparaître ses faibles attributs féminins qui auraient dû saillir avec art sous un habillage bien entendu (Maupass., Contes et nouv., t. 1, En fam., 1881, p. 343).Un couple très jeune passait; elle, déjà presque élégante, avec un chapeau à la mode, et lui, un ouvrier de pas vingt ans, en cotte bleue (...). Edmond les suivit des yeux, s'acharnant à penser à ce qu'il y avait de misérable dans leur vêture (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 247).
P. métaph. Le tapis roux de feuillage mort que ces arbres ne laissent tomber qu'au moment où ils se couvrent d'une vêture nouvelle (Maupass., Notre cœur, 1890, p. 469).
B. − RELIG. CATH. Cérémonie de la prise d'habit par un postulant à un ordre religieux. On donna à la novice, pendant son postulat jusqu'à la vêture, le nom provisoire de sœur Blandine (Jouve, Paulina, 1925, p. 158).
Prononc. et Orth.: [vεty:ʀ], [ve-]. Ac. 1694, 1718: vesture; dep. 1740: vê-. Étymol. et Hist. 1. Ca 1145 vesteüre « vêtement, ce qui sert à couvrir le corps » (Wace, Conception Nostre Dame, éd. W. R. Ashford, 1171); 2. a) 1342 spéc. vesteure « habit monacal » (Mir. de Nostre Dame, éd. U. Robert et G. Paris, 4, 1433, t. 1, p. 199); b) 1671 véture « prise d'habit (pour les religieuses) » (Pomey). Dér. de vêtir*; suff. -ure1*. Fréq. abs. littér.: 31.

Trésor de la Langue Française informatisé

VÊTURE, subst. fém.

A. − Vx ou littér. Habit, ensemble des vêtements d'une personne. L'inhabileté de sa vêture avait toujours fait disparaître ses faibles attributs féminins qui auraient dû saillir avec art sous un habillage bien entendu (Maupass., Contes et nouv., t. 1, En fam., 1881, p. 343).Un couple très jeune passait; elle, déjà presque élégante, avec un chapeau à la mode, et lui, un ouvrier de pas vingt ans, en cotte bleue (...). Edmond les suivit des yeux, s'acharnant à penser à ce qu'il y avait de misérable dans leur vêture (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 247).
P. métaph. Le tapis roux de feuillage mort que ces arbres ne laissent tomber qu'au moment où ils se couvrent d'une vêture nouvelle (Maupass., Notre cœur, 1890, p. 469).
B. − RELIG. CATH. Cérémonie de la prise d'habit par un postulant à un ordre religieux. On donna à la novice, pendant son postulat jusqu'à la vêture, le nom provisoire de sœur Blandine (Jouve, Paulina, 1925, p. 158).
Prononc. et Orth.: [vεty:ʀ], [ve-]. Ac. 1694, 1718: vesture; dep. 1740: vê-. Étymol. et Hist. 1. Ca 1145 vesteüre « vêtement, ce qui sert à couvrir le corps » (Wace, Conception Nostre Dame, éd. W. R. Ashford, 1171); 2. a) 1342 spéc. vesteure « habit monacal » (Mir. de Nostre Dame, éd. U. Robert et G. Paris, 4, 1433, t. 1, p. 199); b) 1671 véture « prise d'habit (pour les religieuses) » (Pomey). Dér. de vêtir*; suff. -ure1*. Fréq. abs. littér.: 31.

Wiktionnaire

Nom commun

vêture \vɛ.tyʁ\ féminin

  1. (Religion) Cérémonie qui se fait dans les couvents, lorsque l’on donne l’habit à un religieux, à une religieuse, et qui précède communément d’une année la profession solennelle.
    • Assister à une vêture.
    • Prêcher une vêture.
  2. Action de fournir des vêtements.
    • La vêture des enfants assistés.
  3. Vêtements eux-mêmes que l’on fournit à des indigents.
    • Il est déposé dans les bureaux du secrétariat général de l’Assistance publique un échantillon type de chacune des layettes et vêtures affectées au service des enfants assistés. — (Journal officiel 1er nov. 1876, p. 7856, 1re col., cité par le Littré.)
  4. (Simplement) L’ensemble des vêtements que porte une personne.
    • Ne pensez-vous pas qu’au point de vue des emblèmes parlants, la vêture de la congrégation des Annonciades fut la plus éloquente ? car ces moniales étaient habillées, de gris, de blanc et de rouge. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Je ne sais qui de la Thomassine ou de moi porta l’autre dessus le lit, mais nous y fûmes en un battement de cils, notre vêture ôtée et jetée à la diable et les rouges rideaux refermés sur nous comme sur l’enfantelet futur le ventre de sa mère. — (Robert Merle, En nos vertes années, V, 1979)
    • (Figuré)Tout de même, Il maniait les hommes qu’impressionne toujours la raison quand elle a pour vêture l’éloquence. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • – La souris rouge. De tifs et de vêture. — (Léo Malet, Les rats de Montsouris, Robert Laffont, Paris, 1955)
  5. (Architecture) Système d’isolation de façade constitué d’éléments préfabriqués comprenant un isolant et une plaque de parement, à fixer sur l’extérieur du mur.
    • La vêture extérieure est constituée d’un bardage de chêne et les menuiseries sont en châtaignier lamellé-collé. — (APEFC et FNB, Avec les bois feuillus français, vous avez le choix !, 15 mai 2014 → lire en ligne)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

VÊTURE (vé-tu-r') s. f.
  • 1Cérémonie, dite aussi prise d'habit, par laquelle un jeune homme ou une jeune fille, après avoir fait ses épreuves dans un monastère, y prend l'habit religieux pour commencer son noviciat. Il [Corbinelli] vient d'entendre par hasard un sermon de l'abbé Fléchier, à la vêture d'une capucine, dont il est charmé, Sévigné, 422.
  • 2Action de fournir des vêtements. La vêture des enfants assistés.

HISTORIQUE

XIIe s. E escriant plorarent, e à detrenchies vestures sparsent puriere sur lur chief, Job, p. 454.

XIIIe s. Ge voil soffisant vesteüre, Qui de froit et de chaut me gart, la Rose, 9111. Et estoit li fiés si petit, que il n'estoit pas convenables au vivre ne à le [la] vesture des enfans, Beaumanoir, XV, 6.

XVe s. Et aussy le sage prince, sans user de simulacion, soubz vesteure faincte, certainement tourna ses meurs en tous vertueux offices, Christine de Pisan, Charles V, I, 14. Sur l'oriere d'un champ, entre la vesture d'icellui [la récolte qui y était] et ung fossé, Du Cange, vestire 2.

XVIe s. Porter pareille vesture en hyver qu'en esté, Montaigne, I, 260.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

VÊTURE. Ajoutez :
3Les vêtements eux-mêmes que l'on fournit à des indigents. Il est déposé dans les bureaux du secrétariat général de l'Assistance publique un échantillon type de chacune des layettes et vêtures affectées au service des enfants assistés, Journ. offic. 1er nov. 1876, p. 7856, 1re col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

VÊTURE, VÊTEMENT, (Jurispr.) ou Habillement, en droit on se sert aussi de ce mot dans un sens métaphorique : ainsi la vêture d’une terre signifie le blé dont une terre est vétue ou couverte.

Vêture, signifie aussi La possession, ou la saisine. Voyez Possession & Saisine.

Dans ce sens-là, c’est un terme emprunté des feudistes, chez qui l’investiture signifie la formalité de mettre quelqu’un en possession d’un héritage par la verge, & vêture signifie ici la possession même. Voyez Investiture.

Vêture dans un sens plus littéral, signifie la prise d’habit dans un monastere, par un postulant à l’état de religieux. En ce sens un acte de vêture, est un acte qui exprime l’année, le jour & la maison où un religieux a pris l’habit de son ordre. Voyez Religieux.

Vêture, s. f. (Gram. & Jurispr.) est la même chose que vêt ou saisine ; l’acte de vêture est l’acte de mise en possession de l’acquéreur par le seigneur ou par sa justice. Voyez ci-devant coutumes de saisine, & le mot Vêt & Devêt.

Vêture, (acte de,) signifie l’acte par lequel on donne à un postulant l’habit du monastere dans lequel il va être admis à commencer son noviciat ; c’est ce que l’on appelle autrement la prise d’habit, suivant la déclaration du 9 Avril 1716 ; il doit y avoir dans les maisons religieuses deux registres pour insérer les actes de vêture, noviciat & profession ; ces registres doivent être cotés par le premier & dernier, & paraphés sur chaque feuille par le supérieur ou la supérieure, lesquels doivent être autorisés à cet effet par un acte capitulaire, qui doit être inséré au commencement du registre.

Les actes de vêture doivent être en françois, écrits de suite & sans aucun blanc, & signés sur les deux registres par tous ceux qui les doivent signer, & ce en même tems qu’ils sont faits.

On doit y faire mention du nom, surnom & âge de celui ou celle qui prend l’habit de la profession, noms ; qualités & domicile de ses pere & mere, du lieu de son origine & du jour de l’acte, lequel doit être signé, tant par celui ou celle qui prend l’habit, que par le superieur ou la supérieure, par l’évêque ou autre personne ecclésiastique qui fait la cérémonie, & par deux des plus proches parens ou amis qui y ont assisté.

Les registres des vêtures, noviciats & professions doivent servir pendant 5 années, au bout desquels on apporte un des deux doubles du registre au greffe du siege royal du ressort.

Il est au choix des parties intéressées de lever des extraits de ses actes sur le registre qui est au greffe, ou sur celui qui demeure entre les mains du supérieur ou de la supérieure. Voyez Monastere, Noviciat, Profession, Religieux, Sœurs. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « vêture »

 Dérivé de vêtir avec le suffixe -ure.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. et espagn. vestidura ; ital. vestitura ; du lat. vestitura, de vestire, vêtir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « vêture »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vêture vɛtyr

Citations contenant le mot « vêture »

  • Combien de ce que nous sommes est inscrit dans notre chair et nos os, mais caché aux yeux du monde par notre vêture. De Théodore Roszak / Les Mémoires d’Elizabeth Frankenstein
  • Le bardage comme les vêtures font désormais partie du paysage. Ils apparaissent sur de très nombreux habitats, mais aussi les bâtiments tertiaires. En plus de permettre l’intégration d’une solution d’isolation par l’extérieur, ils sont très esthétiques, avec une multiplication des matériaux et des effets. , Le bardage ne connaît pas la crise – ETI Construction
  • La réflexion des différentes parties-prenantes engagées dans cette opération s’est appuyée sur la théorie de Pareto selon laquelle 80 % des conséquences sont le résultat de 20 % des causes, ou autrement dit « faire le plus avec le moins ». Les matériaux utilisés pour la construction du bâtiment témoignent de la pugnacité des différents acteurs à inscrire le projet dans un modèle d’économie circulaire locale notable et dans un cadre budgétaire réduit. Ainsi, la réutilisation de matériaux a été privilégiée, notamment pour la conception de la façade bois issue de la transformation de 600 portes palières en chêne massif, lesquelles étaient à l’origine installées dans les immeubles de logement de la RIVP en rénovation dans le même quartier et destinées à être détruites. Conçue telle une vêture en forme de V, celle-ci vient recouvrir la première enveloppe du bâtiment réalisée en béton donnant sur rue et sur la résidence Paris Habitat pour apporter une touche de chaleur et de nature à l’ensemble. Elle a également vocation à préserver l’intimité des enfants de l’extérieur et à apporter un confort l’été en servant de brise-soleil. Les panneaux bois viennent prendre appui sur une ossature en acier galvanisé constituée de montants verticaux et de traverses horizontales. Tous les étages disposent de balcons filants aménagés, les uns sous les autres, entre la structure même du bâtiment et la vêture en bois. Un filet en maille inox faisant office de garde-corps a été disposé derrière les balcons, pour garantir la sécurité des enfants. L’angle du bâtiment reçoit un grand escalier balancé desservant l’ensemble des étages, aménagé pour répondre aux normes de sécurité de l’immeuble. , Batijournal » Une crèche à la façade recyclée dans le 20e arrondissement de Paris
  • Cette nouvelle solution en laine de roche est destinée à l’isolation des façades sous vêtures ou vêtages. lemoniteur.fr, Rockwool présente Rockvet, un isolant pour façade

Images d'illustration du mot « vêture »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « vêture »

Langue Traduction
Anglais clothing
Espagnol ropa
Italien capi di abbigliamento
Allemand kleidung
Chinois 服装
Arabe ملابس
Portugais roupas
Russe одежда
Japonais 衣類
Basque arropa
Corse vistimenti
Source : Google Translate API

Vêture

Retour au sommaire ➦

Partager