Vermoulu : définition de vermoulu


Vermoulu : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VERMOULU, -UE, adj.

A. − [En parlant du bois, d'objets en bois, des os de cadavres, etc.] Attaqué par des insectes qui y creusent des galeries. Banc, charpente, escalier, plafond, plancher vermoulu(e); boiseries, planches, poutres vermoulues. J'aime mieux un beau plâtre pris sur la Diane chasseresse qu'un monstre de bois vermoulu décroché d'un grenier gothique (Musset, Lettres Dupuis Cotonet, 1836, p. 670).Un pivert attardé, qui frappait de son bec les troncs vermoulus, pour y chercher des insectes (Moselly, Terres lorr., 1907, p. 112).
P. anal. Rongé par quelque chose. Ces roches sont vermoulues, minées par les eaux (Toepffer, Nouv. genev., 1839, p. 340).C'est le tableau anatomique désormais classique de la sénilité cérébrale avec artériosclérose (...): l'état vermoulu du cortex cérébral, l'état criblé de la substance blanche (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946 [1943], p. 250).
[En parlant de vieux papiers] Une foule de livres vieux et vermoulus (Karr, Sous tilleuls, 1832, p. 19).Des liasses vermoulues (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 125).
B. − Au fig. Rongé par le temps, vieux, caduc. Civilisation, œuvre vermoulue; passé vermoulu. Jusqu'à quand garderas-tu le culte vermoulu de ce dieu, insensible à tes prières et aux offrandes généreuses que tu lui offres en holocauste expiatoire? (Lautréam., Chants Maldoror, 1869, p. 187).
Vermoulu de qqc.La maison de Dieppe se trouva vermoulue d'hypothèques jusque dans ses pilotis (Flaub., MmeBovary, t. 1, 1857, p. 20).
Rare. [En parlant de qqn] Vieux, décrépit. Cheval sans âge, cocher vermoulu et plein de ténébreux vouloir (Colette, Pays. et portr., 1954, p. 196).
Prononc. et Orth.: [vε ʀmuly]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1266-67 vermelu « rongé par les larves d'insectes » (Robert le Clerc, Vers de la mort, éd. C. A. Windahl, CCXXIII, 9); 1283 vermoulu (Philippe de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, éd. A. Salmon, § 1141); 2. 1572 au fig. (Amyot, De la tranq. d'âme, 36 ds Littré). Comp. de ver* et de moulu, part. passé de moudre*, littéral. « moulu par les vers ». Fréq. abs. littér.: 222. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 378, b) 396; xxes.: a) 417, b) 157.
DÉR.
Vermoulure, subst. fém.a) Trace laissée par les insectes qui rongent le bois. Tout le squelette de la pièce apparaît en vieilles solives ridées avec des vermoulures où dorment les cirons, ces helminthes de l'olivier qui vous font tomber sur la tête de la poudre de bois, quand on marche lourdement (Morand, Homme pressé, 1941, p. 36). α) P. méton. ,,Poudre de bois sortant des trous faits par les insectes`` (Moirant Bois 1986). ,,Maladie des arbres résultant du travail des larves qui s'introduisent dans les bois et les attaquent en manifestant leur présence à la surface par les petits trous nécessaires à leur entrée et à leur sortie`` (Chabat 1881). L'aubier est en effet beaucoup plus que le cœur, sujet aux diverses altérations (pourritures, vermoulures); il est peu durable; il est difficile de le protéger (Campredon, Bois, 1948, p. 12). β) P. anal. Cet acarus [la mite du fromage] abonde dans la croûte sèche des fromages durs un peu vieux, et toute la vermoulure qui en couvre la surface (...) est composée d'innombrables mites (Pouriau, Laiterie, 1895, p. 590).b) Par métaph. C'était tout cela, tout ce délabrement, toute cette vermoulure, qui, vu de loin, figurait dans son ensemble une grande ville féerique (Loti, Désench., 1906, p. 288). [vε ʀmuly:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1resattest. a) 1283 « fait de devenir vermoulu; trace ou trou laissé par les insectes qui rongent le bois » (Philippe de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, éd. A. Salmon, § 1141), b) 1718 « poudre laissée par les larves qui percent le bois » (Ac.); de vermoulu, suff. -ure*; au sens b, cf. vermouture (influencé par mouture*) dès ca 1300 (Recettes méd., éd. P. Meyer, § 28 ds Romania t. 37 1908, p. 364).
BBG.Orr (J.). Qq. mises au point étymol. Mél. Dauzat (A.) 1951, pp. 252-253.

Vermoulu : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VERMOULU, -UE, adj.

A. − [En parlant du bois, d'objets en bois, des os de cadavres, etc.] Attaqué par des insectes qui y creusent des galeries. Banc, charpente, escalier, plafond, plancher vermoulu(e); boiseries, planches, poutres vermoulues. J'aime mieux un beau plâtre pris sur la Diane chasseresse qu'un monstre de bois vermoulu décroché d'un grenier gothique (Musset, Lettres Dupuis Cotonet, 1836, p. 670).Un pivert attardé, qui frappait de son bec les troncs vermoulus, pour y chercher des insectes (Moselly, Terres lorr., 1907, p. 112).
P. anal. Rongé par quelque chose. Ces roches sont vermoulues, minées par les eaux (Toepffer, Nouv. genev., 1839, p. 340).C'est le tableau anatomique désormais classique de la sénilité cérébrale avec artériosclérose (...): l'état vermoulu du cortex cérébral, l'état criblé de la substance blanche (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946 [1943], p. 250).
[En parlant de vieux papiers] Une foule de livres vieux et vermoulus (Karr, Sous tilleuls, 1832, p. 19).Des liasses vermoulues (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 125).
B. − Au fig. Rongé par le temps, vieux, caduc. Civilisation, œuvre vermoulue; passé vermoulu. Jusqu'à quand garderas-tu le culte vermoulu de ce dieu, insensible à tes prières et aux offrandes généreuses que tu lui offres en holocauste expiatoire? (Lautréam., Chants Maldoror, 1869, p. 187).
Vermoulu de qqc.La maison de Dieppe se trouva vermoulue d'hypothèques jusque dans ses pilotis (Flaub., MmeBovary, t. 1, 1857, p. 20).
Rare. [En parlant de qqn] Vieux, décrépit. Cheval sans âge, cocher vermoulu et plein de ténébreux vouloir (Colette, Pays. et portr., 1954, p. 196).
Prononc. et Orth.: [vε ʀmuly]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1266-67 vermelu « rongé par les larves d'insectes » (Robert le Clerc, Vers de la mort, éd. C. A. Windahl, CCXXIII, 9); 1283 vermoulu (Philippe de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, éd. A. Salmon, § 1141); 2. 1572 au fig. (Amyot, De la tranq. d'âme, 36 ds Littré). Comp. de ver* et de moulu, part. passé de moudre*, littéral. « moulu par les vers ». Fréq. abs. littér.: 222. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 378, b) 396; xxes.: a) 417, b) 157.
DÉR.
Vermoulure, subst. fém.a) Trace laissée par les insectes qui rongent le bois. Tout le squelette de la pièce apparaît en vieilles solives ridées avec des vermoulures où dorment les cirons, ces helminthes de l'olivier qui vous font tomber sur la tête de la poudre de bois, quand on marche lourdement (Morand, Homme pressé, 1941, p. 36). α) P. méton. ,,Poudre de bois sortant des trous faits par les insectes`` (Moirant Bois 1986). ,,Maladie des arbres résultant du travail des larves qui s'introduisent dans les bois et les attaquent en manifestant leur présence à la surface par les petits trous nécessaires à leur entrée et à leur sortie`` (Chabat 1881). L'aubier est en effet beaucoup plus que le cœur, sujet aux diverses altérations (pourritures, vermoulures); il est peu durable; il est difficile de le protéger (Campredon, Bois, 1948, p. 12). β) P. anal. Cet acarus [la mite du fromage] abonde dans la croûte sèche des fromages durs un peu vieux, et toute la vermoulure qui en couvre la surface (...) est composée d'innombrables mites (Pouriau, Laiterie, 1895, p. 590).b) Par métaph. C'était tout cela, tout ce délabrement, toute cette vermoulure, qui, vu de loin, figurait dans son ensemble une grande ville féerique (Loti, Désench., 1906, p. 288). [vε ʀmuly:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1resattest. a) 1283 « fait de devenir vermoulu; trace ou trou laissé par les insectes qui rongent le bois » (Philippe de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, éd. A. Salmon, § 1141), b) 1718 « poudre laissée par les larves qui percent le bois » (Ac.); de vermoulu, suff. -ure*; au sens b, cf. vermouture (influencé par mouture*) dès ca 1300 (Recettes méd., éd. P. Meyer, § 28 ds Romania t. 37 1908, p. 364).
BBG.Orr (J.). Qq. mises au point étymol. Mél. Dauzat (A.) 1951, pp. 252-253.

Vermoulu : définition du Wiktionnaire

Adjectif

vermoulu \vɛʁ.mu.ly\

  1. Qui est piqué, qui est mangé des vers, en parlant du bois.
    • Je vis tragiquement émerger de la nuit une étonnante masure en ruines à un étage, aux persiennes vermoulues et closes. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
  2. (Figuré) Délabré par le temps.
    • Et puis, il y avait Carmen. Cette blonde fille confortable était une goulue d’amour qui, en dépit de son nom fleurant les Espagnes, —ollé ! ollé !— sortait d’une cagna vermoulue de l’antique et respectable cité Jeanne d’Arc. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 88)
    • Dans la partie septentrionale de l’Amérique, on met au fond des berceaux une bonne quantité de cette poudre que l'on tire du bois qui a été rongé des vers, et que l'on appelle communément ver-moulu : les enfants font couchés sur cette poudre et recouverts de pelleteries. (Georges-Louis Leclerc de Buffon, De l’enfance, in Œuvres, Bibliothèque de la Pléiade, 2007, page 200)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Vermoulu : définition du Littré (1872-1877)

VERMOULU (vèr-mou-lu, lue) adj.
  • 1Piqué, percé par les vers. Cette croix était alors à moitié entourée d'eau ; son bois était rongé de mousse, et le pélican du désert aimait à se percher sur ses bras vermoulus, Chateaubriand, Atala, Épilogue.

    Fig. Sceptres, glaives, faisceaux, haches, houlette, armure, Symboles vermoulus, fondent sous votre main, Lamartine, Harm. IV, 13.

  • 2Réduit à l'état de vermoulure (employé comme participe). Silencieux réduit [une bibliothèque], où des rayons de bois, Par l'âge vermoulus…, Lamartine, Harm. II, 12.

HISTORIQUE

XIIIe s. S'on voit le fust du pressoir viés [vieux] ou vermolu, Beaumanoir, XXXVIII, 19.

XVIe s. C'est la pire et plus petite partie de nous, fresle et vermoulue, Amyot, De la tranq. d'âme, 36. Lances vermoulues, Amyot, Numa, 32. On scie aussi les cartilages vermolus, Paré, Introd. 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Vermoulu : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

VERMOULU, adj. (Jardinage.) est un bois attaqué des vers, non-seulement dans l’obier, mais même dans le cœur. Un tel bois n’est bon à rien.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « vermoulu »

Étymologie de vermoulu - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Composé de ver et de moulu, littéralement « moulu par les vers ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de vermoulu - Littré

Ver, et moulu : moulu par les vers. Berry, vermoulu ; wall. viermoyeu ; bourg. varmôlu.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « vermoulu »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vermoulu vɛrmuly play_arrow

Citations contenant le mot « vermoulu »

  • C’était il y a très longtemps, il y a trente ans, une génération. Le Mur de Berlin s’effondrait, pacifiquement, les nations d’Europe centrale et orientale avaient renversé le communisme. Une fois n’est pas coutume, une classe dirigeante avait cédé la place sans verser le sang. L’Occident se réjouissait: Reagan, naguère honni, était soudain fêté comme le visionnaire organisateur du coup de boutoir final dans l’édifice vermoulu. Même les moins favorables au catholicisme, parmi les médias, ne pouvaient s’empêcher de mettre en avant le rôle du pape polonais dans la chute de l’abominable totalitarisme, assagi sur sa fin mais bien étouffant et qui n’avait pas résisté, finalement, au réveil des sociétés.  Atlantico.fr, Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés | Atlantico.fr
  • Parmi les personnalités qui fréquentèrent assidument le festival tout en lui apportant leur soutien, il faut remarquer la reine Élisabeth de Belgique, amie de Casals notamment par ses actions en faveur des soldats sur le front de l’Yser durant la Première Guerre mondiale. Violoniste elle-même, élève de Eugène Ysaye, la reine créa le célèbre prix qui porte son son et qui avait été fondé par son professeur. Casals fêta dignement à Prades les 80 ans de la reine en 1956 par une allocution radiodiffusée et un concert en sa présence. Entre Casals et Élisabeth une amitié était née. La violoncelliste belge Germaine Grottendieck rapporte quelques moments privés notamment avant les concerts qui se déroulaient dans la célèbre villa Colette où habitait le Maître : « Ces répétitions étaient privées et intimes mais le Maître aimait à garder grandes ouvertes à tous, les portes du salon, exigu et dont on craignait que le plancher vermoulu ne s’effondre quand trop d’affluence s’y entassait. , Souvenirs de vieux festivals du midi de la France : Prades et Aix-en-Provence « Aller + Loin « ResMusica
  • Mahmoud Abbas dans les rues de Ramallah, en chair et en os. On n’avait pas vu cela depuis des mois. Masque sur le nez, coronavirus oblige, le président de l’Autorité palestinienne vient s’enquérir de la situation économique de ses administrés, affaiblis par de longues semaines de confinement. Ce 15 juin, le dispositif de sécurité qui l’encadre est impressionnant. Et parle de lui même. Après quinze années au pouvoir sans organiser une seule élection, l’octogénaire apparaît déconnecté de la société, vermoulu et impopulaire. Même lorsqu’il s’oppose catégoriquement à la « vision » américaine pour le Proche-Orient. Le Soir Plus, L’annexion, dernier défi de Mahmoud Abbas? - Le Soir Plus

Traductions du mot « vermoulu »

Langue Traduction
Corse vermi manghjatu
Basque harra-jan
Japonais 虫食い
Russe устарелый
Portugais comido por minhocas
Arabe تؤكل الدودة
Chinois 虫吃
Allemand wurm gegessen
Italien tarlato
Espagnol comido por gusanos
Anglais worm-eaten
Source : Google Translate API

Synonymes de « vermoulu »

Source : synonymes de vermoulu sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires