La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « varech »

Varech

Variantes Singulier Pluriel
Masculin varech varechs

Définitions de « varech »

Trésor de la Langue Française informatisé

VARECH, subst. masc.

A. − Au sing. coll. ou au plur. Ensemble de plantes marines, en particulier d'algues brunes (fucus, laminaires), que l'on récolte sur le rivage aux marées basses d'équinoxe ou lorsqu'elles ont été rejetées par la mer, dont on extrait l'iode, la soude, le mucilage et dont on se sert pour amender les terres et pour faire des litières. Synon. goémon.Lit de varechs; couvert, tapissé de varechs; ramasser, sentir le varech. Des flaques d'eau miroitaient au loin parmi les varechs (Fromentin, Dominique, 1863, p. 164).Il a reparu, à midi passé, dans la salle à manger de l'hôtel, avec du sable dans les oreilles et du varech collé sur tout le corps, riant (Martin du G., Notes Gide,1951, p. 1380).V. fucus ex., odeur ex. 1.
Plais. Une barbe en varech plantée au bas d'une figure en poire (Huysmans, En route, t. 2, 1895, p. 124).
Soude de varech ou, absol., varech. Soude extraite du varech. Verre à bouteilles. Verre très commun, à pâte très bulleuse, composée de sable ocreux, d'argile ocreuse, de cendres et de soude de varech (A. Pérès, Pierres et roches, 1896, p. 50).
B. − Vieilli. Épave, débris, tout ce que la mer rejette sur le rivage. (Dict. xixeet xxes.).
HIST. Droit de varech. Dans la vieille coutume de Normandie, droit selon lequel toutes choses rejetées par la mer à terre, appartenaient au seigneur du fief où elles étaient trouvées (d'apr. Marion Instit. 1923).
Prononc. et Orth.: [vaʀ εk]. Att. ds Ac. dep. 1762. Gattel 1841, Rob.: varec, varech. Catach-Golf. Orth. Lexicogr. 1971, p. 223, 334: varec. Étymol. et Hist. 1. Déb. xiies. marin werec « algues de mer » (St Brendan, éd. E. G. R. Waters, vers 1577 [trad. en prose lat. alga; var. ms. E xiiies.: warec]); 1367 varet (Réglement du commerce de la marée à Rouen ds Ordonnances des Rois de France, t. 5, p. 254); 1681 Varech ou Vraic (Ordonnance in Pardessus, Col., IVc, 405 d'apr. R. Arveiller ds Fr. mod. t. 26, p. 59); 2. ca 1175 werec [var. ms. O: wrec] « épave, restes d'un naufrage » (Horn, éd. M. K. Pope, p. 8, vers 224); ca 1181 warec « ce que la mer rejette sur la côte » (Charte, Tabula de l'église de Dol ds Du Cange, s.v. wreckum); 1341 verec, plur. verez (Charte in Reg. 72 chartoph. reg. ch. 224, ibid., s.v. verecum); 1374 droiz de Veret et de poissons Royaux (Ordonnance Charles V ds Ordonnances des Rois de France, t. 6, p. 47 [note: C'est sans doute la même chose que Varech, qui signifie le droit que le Roy prend sur les choses que l'eau rejette sur le rivage]); xvies. [1510-39] varech (Anciennes Coutumes de Normandie, chap. XVII ds Nouv. Coutumier gén., t. 4, p. 9). Du nord. vágrek « ce qui est rejeté sur la côte, épave qu'on trouve sur le rivage » (FEW t. 17, p. 418b). Fréq. abs. littér.: 116.

Wiktionnaire

Nom commun - français

varech \va.ʁɛk\ masculin

  1. Algue ou plante marine qui pousse sur les roches que la mer tantôt couvre et tantôt laisse à sec.
    • C’étaient de longs filaments de varechs qui, on n'en pouvait douter, avaient été récemment arrachés au continent américain ! — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Des rochers bas, couverts de mousses et de varechs, émergent à marée basse. On pêche la crevette et l’équille. — (Paul Gruyer, Normandie, Collection de Guides-Joanne, Librairie Hachette, 1912, p. 165)
    • Ces Algues sont très souvent sur nos côtes désignées sous le nom vulgaire de Goëmon ou de Varech, bien que ce dernier nom ne doive s’appliquer qu’à une plante phanérogame mais maritime : la Zostère, du grec Zoster, ceinture. — (Émile Wuitner ; Les Algues marines des côtes de France (Manche et Océan)., 1921)
    • Il n'est pas rare de voir les maraîchers rétais charger le varech providentiel sur leurs remorques pour en engraisser les parcelles de pommes de terre. — (52 week-ends en France, page 89, Le Petit Futé, 2011)
    • […] ces matins blafards où l’on rentrait avec un masque de poussière et de fatigue, des odeurs de pipe, de pétrole, de vieux varech collées aux vêtements. — (Alphonse Daudet, Mon képi, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 125.)
  2. (Désuet) Débris que la mer rejette sur ses côtes.
  3. (Désuet) (Rare) Navire naufragé.
  4. (Argot poilu) Tabac de troupe.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

VARECH (va-rèk) s. m.
  • 1Nom collectif de tous les débris que la mer rejette sur ses côtes. Naufrages et varech, qu'est-ce ? ce sont les biens pêchés au bord de la mer, des lacs et des rivières, Arch. des Finances, mss. Instr. sur la Chambre des Comptes, 1701, p. 19.

    Droit de varech, droit qui existait autrefois de s'emparer de tout ce qui est rejeté par la mer sur les côtes.

  • 2Nom qu'on donne quelquefois à un vaisseau submergé, coulé à fond.
  • 3Particulièrement, nom donné sur les côtes de l'Océan aux plantes marines, principalement aux fucacées jetées sur le rivage et employées à fumer les terres ou à faire de la soude. On trouve sur les bords de la mer une plante que l'on appelle varech… c'est un excellent engrais végétal, vu qu'il contient beaucoup de sel marin, Genlis, Maison rust. t. III, p. 159, dans POUGENS. Un seul hydriodate se trouve dans la nature : c'est l'hydriodate de potasse ; il fait partie des varechs dont l'on retire la soude de Cherbourg, Thenard, Traité de chim. t. II, p. 596, dans POUGENS.

    Varech nageur, dit aussi raisin du tropique, le sargassum bacciferum.

    Varech, ou soude de Normandie, ou soude de varech, soude qu'on extrait, par incinération, des fucus qui croissent sur les côtes de l'Océan.

HISTORIQUE

XIVe s. Comme feust venuz et arrivez à werecq [en épave] deux tonneaux de vin, Du Cange, wreckum.

XVIe s. Toute icele chose est dite werech, que la mer deboute et gete toute hors à la terre, Du Cange, ib.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

VARECH, s. m. (Botan.) plante maritime, nommée par Tournefort, fucus maritimus vesiculas habens, I. R. H. Cette herbe se nomme en Bretagne gouémon ; sur les côtes du pays d’Aunis, sar ; & sur les côtes de Normandie, varech, nom qui s’étend même sur tout ce que la mer jette sur ses bords ; d’où vient le droit de varech que dans cette province les seigneurs de fiefs voisins de la mer prétendent avoir sur les effets qu’elle jette sur le rivage ; il est vraissemblable que ce mot dérive de l’anglois wrack ou wreck, qui signifie naufrage, vieux mot normand que ce peuple a porté en Angleterre.

Quoi qu’il en soit, le varech est une espece de fucus des botanistes ; c’est une plante maritime qui pousse plusieurs petites tiges plates, étroites, mais qui s’élargissent peu-à-peu en croissant, & qui se divisent en petits rameaux, portant des feuilles larges, oblongues, ayant quelque ressemblance à celles du chêne, cependant plus petites, attachées avec leurs tiges par une substance tenace, pliante, membraneuse, ordinairement lisses, quelquefois velues ou couvertes d’un poil blanc ; c’est peut-être la fleur de la plante qui est suivie de graines rondes ; il s’y éleve aussi des tubercules vuides, en forme de vessies, tantôt oblongues, tantôt rondes, tantôt plus grosses, tantôt plus petites. Cette plante est souvent basse, & quelquefois elle croît jusqu’à la hauteur d’un pié & demi : pendant qu’elle est récemment cueillie, elle a une vilaine couleur jaune-verdâtre ; mais si on la fait sécher, elle devient noire, principalement celle qu’on a tirée des rivages sablonneux de la mer.

On se servoit autrefois en Crete de cette plante au rapport de Pline, l. XXVI. c. x. pour teindre en pourpre. Horace, ode V. l. III. le confirme, en disant :

Neque amissos colores Sana refert medicata fuco.

« La laine une fois teinte de pourpre, ne reprend jamais sa premiere couleur ». Nous avons perdu ce secret, & nous ne connoissons point d’espece de fucus qu’on emploie à aucune teinture. Son seul usage en quelques endroits est à fumer les terres ; & en Normandie, à brûler, pour faire cette sorte de soude, qu’on nomme soude de varech, qui se consume en quantité à Cherbourg pour fondre le verre, soit en table, soit en plat.

Lorsque les pêcheurs ou les riverains qui n’ont pas de bateaux ou gabarres, trouvent à la basse eau une grande quantité de gouémon, ou qu’ils en font la récolte dans le tems permis & réglé par l’ordonnance, ils ramassent les herbes marines, en font de gros tas ou meulons, qu’ils lient comme ils peuvent avec de mauvais cordages souvent seulement avec du chanvre retors & mal fabriqué ; plusieurs personnes se mettent sur ce gouémon avec des perches, & attendent que le flot souleve leur meulon pour le conduire à la côte au-dessus du plain, & pouvoir ensuite plus aisément l’emporter en haut sur les terres ; si la marée est tranquille & la mer étalle, ils y abordent aisément ; mais pour peu qu’il fasse de moture, & que le vent soit contraire, ils ont peine à gagner le bord ; & si les vagues s’augmentent, comme il arrive souvent sur le coup de la pleine mer, & qu’elles entament tant-soit-peu ces meulons, ils se dissipent & s’éboulent aussitôt ; & pour lors, les hommes & les femmes qui s’y sont exposés, tombent à la mer, & sont souvent noyés, sans qu’on puisse leur donner aucun secours, & il n’est que trop ordinaire dans les paroisses où ces sortes de meulons sont en usage, de voir périr quantité de personnes, & même des familles entieres ; c’est le sujet des remontrances des recteurs des paroisses riveraines, le motif que le seigneur évêque diocésain a eu d’en faire un cas réservé ; ainsi ces meulons doivent être défendus, à peine de punition corporelle ; & les syndics ou gardes jurés des pêcheurs doivent être chargés, lorsqu’ils seront établis le long des côtes de cette province, d’y tenir la main, & de dénoncer aux officiers du ressort les riverains qui auront contrevenu à la défense.

Les laboureurs emploient le gouémon de différentes manieres ; les uns le répandent sur les terres lorsqu’ils l’ont recueilli à la côte, ou qu’il a été nouvellement coupé ; mais la plûpart en font des fumiers qu’ils nomment mains, qu’ils composent de gouémon, des fumiers de bestiaux & de terres franches, qu’ils laissent consommer ensemble, & qu’ils répandent ensuite sur leurs terres ; un laboureur est estimé d’autant plus à son aise, qu’il a nombre ou quantité de ces mains.

Il y a le long de ces côtes grand nombre de gabarres gouémonnieres qui font pendant tout le cour de l’année uniquement le commerce du gouémon qu’ils ne discontinuent que durant la saison de la pêche du maquereau, où elles sont alors destinées & dont les équipages sont composés de ces riverains hommes & femmes.

Le grand nombre d’îles désertes & de rochers qui sont couvertes de gouémon, facilite aux maîtres de ces gabarres le commerce qu’ils en font ; mais ils chargent souvent leurs gabarres avec tant d’imprudence, que plusieurs y périssent ; d’autres qui n’ont point de gabarres pour aller en mer, s’attroupent à la côte lors des motures & des tempêtes qui rejettent ordinairement grande quantité de gouémon au bord des greves qu’ils ramassent de basse-mer, & dont ils font des meulons liés, des mauvaises cordes, & sur lesquels ils se risquent de marée montante pour conduire leur gouémon au haut de la pleine mer, la violence des vagues éboule souvent ces meulons, & fait périr ceux qui ont été assez téméraires de s’y exposer ; d’autres enfin se mettent à l’eau avec de longues perches, pour attirer à terre le gouémon qui flotte, & sont quelquefois emportées par le ressac de la lame.

L’ordonnance n’ayant pas pourvu une pareille témérité, sa majesté intéressée à la conservation de ses sujets, n’a pas mis une police pour contenir ces malheureux riverains : les évêques avertis des malheurs qui arrivent à cette occasion par les recteurs qui les en ont informés, ont fait un cas réservé de cette récolte à eux seuls, pour contenir ceux qui s’exposeroient à périr en se mettant sur ces meulons, c’est tout ce que le juge ecclésiastique a pu de sa part.

Varech, de la fabrique de la soude. Pour faire la soude, les pêcheurs ramassent tout le varech de flot & de rapport qui vient à la côte quand ils ont amassé une quantité de ces herbes, ils les sechent & les brûlent ensuite dans des trous ou especes de fourneaux qu’ils font au pié des falaises.

Voici la maniere de brûler le varech, telle qu’elle se pratique dans le ressort de l’amirauté de Cherbourg.

On construit une fosse longue de 7 à 8 piés, large de 3 à 4, & profonde au-dessus de l’atre de 18 à 20 pouces ; on sépare cette fosse en trois ou quatre au moyen de deux pierres plates, qui en traversent la largeur ; au fond sont des pierres brutes & plates, comme des gros carreaux, & que les riverains trouvent aisément le long de cette côte. Quand les fosses sont faites, on les remplit de varech sec ; on y met le feu, & l’on fournit des plantes toujours jusqu’à ce que les cendres aient rempli une partie des fosses dont on casse la soude qui s’y est formée pour l’en retirer : ce petit commerce est de conséquence pour les riverains de cette amirauté.

On ne doit brûler les varechs que lorsque le vent chasse à la mer, à cause que la fumée de ces herbes fait du tort aux arbres. Voyez la figure 2. Pl. XVII. de Péclie.

Le commerce de la soude est très-avantageux aux marchands ; car les pécheurs la leur vendent 30 livres le cent, & ils la revendent au moins le double.

Le varech sert aussi à fumer les terres.

Dans certains lieux on halle le varech au haut de la côte, par le moyen d’un cheval qui tire une corde passée sur une poulie.

Varech, (Jurisprudence.) l’ancienne coutume de Normandie dit que tout ce que l’eau de la mer aura jetté à terre est varech : la nouvelle coutume comprend sous ce terme tout ce que l’eau jette à terre par la tourmente & fortune de mer, ou qui arrive si près de terre, qu’un homme à cheval y puisse toucher avec sa lance.

Le droit que certains seigneurs prétendent sur les effets que la mer a jettés à bord, s’appelle droit de varech.

La garde du varech appartient au seigneur dans le fief duquel il est trouvé.

S’il y a des choses périssables, elles doivent être vendues par autorité de justice.

Si le propriétaire reclame les effets dans l’an & jour, ils lui sont rendus ; mais après l’an & jour, ils appartiennent au seigneur féodal & au roi.

L’article 602 de la coutume de Normandie adjuge au roi l’or & l’argent, lorsqu’il vaut plus de 20 liv. les chevaux de service, francs-chiens, oiseaux, ivoire, corail, pierres, écarlate, le vair, le gris, les peaux zibelines non encore appropriées à usage d’homme, les pieces de draps & de soie, le poisson royal. Tous les autres effets appartiennent au seigneur.

Ce droit est confirmé en faveur des seigneurs de Normandie par l’ordonnance de la marine, l. IV. tit. ix. art. 3. & suiv.

Elle leur défend seulement de faire transporter les choses échouées dans leurs maisons, avant qu’elles aient été visitées par les officiers de l’amirauté.

Elle leur défend aussi d’empêcher les maîtres de se servir de leur équipage pour alléger leurs bâtimens échoués, & les remettre à flot, ni de les forcer de se servir de leurs valets & vassaux, sous peine de 1500 liv. d’amende, & de perte de leur droit.

L’ordonnance ne veut pas non-plus, que sous prétexte du droit de varech, les riverains prennent aucune part aux effets trouvés sur les flots, ou pêchés en pleine mer, & amenés sur les greves en l’endroit de leurs seigneuries, ni sur les poissons gras, & autres qui y sont conduits & chassés par l’industrie des pêcheurs.

Enfin, elle ordonne de punir de mort les seigneurs de fiefs voisins de la mer, & tous autres qui auroient forcé les pilotes ou locmans de faire échouer les navires aux côtes qui joignent leurs terres pour en profiter, sous prétexte du droit de varech ou autre.

Le titre suivant de la même ordonnance traite de la coupe du varech. Voyez les commentateurs de la coutume de Normandie, tit. de varech, & le commentaire de M. Valin, sur le tit. 9. de l’ordonnance de la marine. (A)

Varech, (Marine.) nom qu’on donne à un vaisseau qui est au fond de l’eau, & hors de service.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « varech »

Bas-lat. warescum, wreckum, ce que la mer rejette, le droit de le recueillir, et par suite l'espèce d'algue que la mer rejette, de l'anglosax. wrac, quelque chose de rejeté, angl. wreck débris de navire, allem. wrack, tenant à un radical qui est dans ῥηγνύεν, rompre, latin frangere.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du normand, du norrois vágrek (« épave marine, ce qui est rejeté sur la côte »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « varech »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
varech varɛk

Citations contenant le mot « varech »

  • Le rapport de recherche sur le marché mondial du shampooing aux varech est une analyse approfondie de l’industrie universelle qui démontre principalement une évaluation authentique ainsi que des perspectives futuristes de l’industrie respective. En outre, il comprend des aspects importants tels que la demande du marché du shampooing aux algues, la part des revenus, le volume des ventes, le coût de production, les taux de croissance annuels et bien plus encore. Le rapport sur le marché du shampooing de varech élabore également des segments importants, présente la rivalité de l’industrie du shampooing de varech, l’environnement marketing, ainsi que les principaux concurrents sur le marché mondial du shampooing de varech. L’étude aide les acteurs du marché des shampooings aux varechs, les clients, les dirigeants de l’industrie et les parties prenantes à acquérir les connaissances indispensables sur certains secteurs. Instant Interview, Recherche sur le marché des shampooings aux varech (impact du COVID-19) 2020-2026: Jason (États-Unis), 100% Pure (États-Unis), Hairprint – Instant Interview
  • Le rapport sur le marché des produits de varech propose une méthodologie de recherche systématique, une évaluation approfondie et un haut niveau de précision afin d’aider le lecteur à collecter les informations à partir de sources directes et indirectes. Le marché des produits de varech connaît une croissance rapide là où les modèles de prévision ont été pris en compte dans les différentes régions. Le rapport sur le marché des produits de varech a apporté une lumière profonde sur le marché des produits de varech et a même collecté les informations à partir de sources primaires et secondaires. Le marché des produits de varech est classé en différentes sections, notamment par les utilisateurs finaux, par produit, par région, par application et par type. Le rapport de recherche sur l’industrie des produits de varech décrit le marché mondial en expliquant les principaux acteurs opérant sur le marché des produits de varech. Plusieurs paramètres sont utilisés dans ce rapport, tels que le modèle à cinq forces de Porters, l’analyse SWOT et l’analyse du pilon. Journal l'Action Régionale, Marché mondial des produits de varech 2020-2026 par les fabricants Weihai Shidai Marine Biotechnology, Shandong Lidao Oceanic Technology, Fujian Lianjiang Tianyuan Aquatic – Journal l'Action Régionale
  • Les scientifiques ont découvert du varech au large des côtes de l’Écosse, de l’Irlande et de la France qui a survécu depuis la dernière période glaciaire, il y a environ 16 000 ans. News 24, Le varech découvert au large de l'Écosse remonte à 16000 ans avant la dernière période glaciaire - News 24
  • Marché mondial Extraits de varech qui permet au consommateur d’évaluer la demande à long terme et d’estimer des implémentations particulières. La croissance croissante qui est vraiment attendue en fonction de l’analyse donne des informations complètes sur le marché mondial Extraits de varech. Les moteurs et les contraintes se préparent après toute la prise de conscience de la croissance de l’industrie mondiale Extraits de varech. The Walkingdeadfrance, Nouvelle génération de Mondial Extraits de varech Marche (2020-2029) || Nutri-Lawn, Humic Growth, Myvitamins - The Walkingdeadfrance
  • Le Rapport sur le marché Extraits de varech a également fourni des données sur l’impact du COVID 19 sur le marché mondial. Le monde fait face à une crise mondiale de la santé sans précédent dans les 75 dernières années. Elle a touché tous les segments de la population et est particulièrement préjudiciable aux membres des groupes sociaux dans les situations les plus vulnérables. Ainsi, l’économie mondiale a beaucoup de prétention face à cette pandémie. Le Rapport comprend des données complètes sur l’impact du COVID 19 sur le marché Extraits de varech pour aider les utilisateurs à prendre des décisions à grande échelle. Instant Interview, Impact du marché Extraits de varech mondial de Covid-19 (2020 à 2027) | Nutri-Lawn(US), Humic Growth(US), Myvitamins(UK), Shaanxi Bolin(China), Natralin(Indonesia) – Instant Interview
  • Ce rapport se concentre sur le volume et la valeur du marché varech produit 2020-2024 au niveau mondial, régional et au niveau de l’entreprise. D’un point de vue mondial, ce rapport représente la taille globale du marché varech produit en analysant les données historiques et les perspectives futures. Au niveau régional, ce rapport se concentre sur plusieurs régions clés: l’Amérique du Nord, l’Europe, la Chine et le Japon, etc. , Marché varech produit 2020: analyse par taille du marché mondial des ventes, segment et taux d’évolution par type et prévisions d’application jusqu’en 2024 – Commune Magazine
  • La vie sous-marine dans une forêt de varech près de Cortes Bank, en Californie. Ces forêts souffrent du réchauffement des océans et de la perte d'équilibre des écosystèmes. National Geographic, La disparation progressive des forêts de varech menace l'écosystème californien
  • Le tremblement de terre a été si grave qu’il a soulevé certaines parties du fond marin au-dessus de la ligne de flottaison. La catastrophe aurait mis à nu certaines des parties nouvellement formées du fond marin, suggèrent les chercheurs, permettant au varech d’occuper de nouvelles surfaces. Le varech est connu pour être une algue agressive qui migre lorsque de nouvelles opportunités de croissance et de développement se présentent, ajoute le rapport. , Les gènes des algues du varech aident les chercheurs à retracer l’histoire des tremblements de terre en Nouvelle-Zélande – Nouvelles de la technologie, ! – L'Observateur de Troyes
  • "On devrait louer le miracle qui s'est déroulé qui a fait que plus de 95% des enseignants ont suivi leurs élèves avec qualité et dévouement malgré des conditions matérielles inacceptables", écrit "le principal en varech" sur son blog. "Ils ont utilisé leur matériel personnel, ils ont utilisé leurs forfaits téléphoniques (parfois en les explosant). Tout cela sur leurs propres deniers... Oui, certains enseignants ont pu se retrouver dans l'impossibilité d'enseigner à distance, oui peut-être quelques rares ont pu décider de refuser d'utiliser leurs ressources personnelles. Mais au bout du bout du compte, qui est le responsable ? Quelle entreprise oserait demander à ses salariés d'assurer du télétravail sans y mettre les conditions matérielles ?" , Prof bashing : L'avis du "principal en varech"

Traductions du mot « varech »

Langue Traduction
Anglais kelp
Espagnol quelpo
Italien fuco
Allemand seetang
Chinois 海带
Arabe عشب البحر
Portugais kelp
Russe ламинария
Japonais 昆布
Basque kelp
Corse alga
Source : Google Translate API

Synonymes de « varech »

Source : synonymes de varech sur lebonsynonyme.fr

Varech

Retour au sommaire ➦

Partager