La langue française

Tympan

Définitions du mot « tympan »

Trésor de la Langue Française informatisé

TYMPAN, subst. masc.

A. −
1. ANAT. Membrane fibreuse, élastique et translucide, qui sépare le conduit auditif externe de l'oreille moyenne et qui est l'organe récepteur des sons. Perforation du tympan; crever, déchirer le tympan. J'ai l'oreille dure, une oreille, parce que mon tympan s'est épaissi. J'entends tout de même, mais moins vite (Renard, Journal, 1908, p. 1167).Si on ne pratique pas la paracentèse pour donner issue au pus, le tympan se perfore spontanément (Menetrier, Stévenin dsNouv. Traité Méd.fasc. 11926, p. 293).
Membrane du tympan. Même sens. Qu'est-ce qu'écouter, sinon déployer une action sur les muscles destinés à communiquer divers degrés de tension à la membrane du tympan (Maine de Biran, Influence habit., 1803, p. 25).Les ondes sonores parviennent normalement à l'oreille interne par la membrane du tympan, l'air contenu dans l'oreille moyenne, et la fenêtre ronde (Arts et litt., 1935, p. 34-7).
Caisse du tympan et, p. ell., rare, tympan. Cavité de l'oreille moyenne, comprise entre le conduit auditif externe et l'oreille interne, où sont situés les osselets articulés qui transmettent les vibrations à la membrane du tympan. Synon. caisse tympanique*.Sa loge postérieure est la plus courte, et communique avec la caisse du tympan par la fenêtre ronde, qui est fermée par une membrane (Cuvier, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 465).
2. P. méton. Oreille, organe de l'audition. À un moment donné, éclate en un article-réclame, le grossier coup de trompette qui fait pénétrer dans les plus durs tympans le nom de l'idole nouvelle (Rolland, J.-Chr., Amies, 1910, p. 1092).L'excès même de cette colère de faible, bien douce à nos tympans, nuisait à notre cause (H. Bazin, Vipère, 1948, p. 70).
P. exagér., loc. verb. Briser, casser, crever, déchirer, fracasser, etc. le(s) tympan(s). Produire un bruit assourdissant. Que pensez-vous de l'emploi du trille vocal dans la musique dramatique? me demandait un soir un amateur dont une prima donna venait de vriller le tympan (Berlioz, Grotesques mus., 1859, p. 181).Allons, si tu es un coq, montre que tu es un coq et non pas un petit poulet sans crête qui ne sait que se dresser sur ses ergots en battant des ailes et en ouvrant le bec, (...), et qui vous perce le tympan avec sa voix pointue d'imbécile! (Claudel, Endormie, 1883, p. 13).
3. P. anal.
a) [Chez certains animaux comme les reptiles, les batraciens, les oiseaux] Membrane externe fermant le conduit auditif située généralement à fleur de tête. Le tympan de leur oreille [des vertébrés à sang froid], lorsqu'il existe, est toujours à fleur de tête; il manque souvent, ainsi que les osselets (Cuvier, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 67).
b) [Chez les insectes] Membrane cuticulaire mince dont les vibrations sont transmises aux centres sensoriels et située selon les espèces au niveau de la tête, du thorax, de l'abdomen ou d'une patte (d'apr. Séguy 1967).
4. Vx ou littér. [Pour désigner divers instruments à percussion, tympanon, gong, etc.] Il y a des guitares, des morceaux de bois, que l'on frappe comme des tympans, que l'on heurte comme des castagnettes (Claudel, Connaiss. Est, 1907, p. 40).Tambour, cloche, ou tympan de bronze (...) se trouvent étroitement liés à la destinée (...) de la cité (Schaeffner, Orig. instrum. mus., 1936, p. 104).
B. −
1. ARCHIT. Espace triangulaire, compris entre les deux corniches rampantes et la corniche horizontale d'un fronton. Les nus des figures du tympan du Parthénon (Viollet-Le-Duc, Archit., 1872, p. 246).Cet ancien château (...) avec (...) son fronton dans le tympan duquel était logée une puissante horloge (Huysmans, En route, t. 2, 1895, p. 56).
[Dans les églises romanes ou gothiques] Espace compris entre l'archivolte et le linteau d'un portail, le plus souvent orné de sculptures. En sortant de la cathédrale (...) j'ai pu examiner la façade. Le grand tympan du portail central est des plus curieux (Hugo, Rhin, 1842, p. 19).Les tympans et les chapiteaux des vieux sanctuaires romans (Faure, Espr. formes, 1927, p. 32).
P. anal., MENUIS. Panneau, orné ou ajouré, situé entre les moulures dans la partie supérieure d'un dormant de porte ou de fenêtre. [Pierre] souleva la portière et admira le travail exquis de la porte sculptée, ainsi que les ornements d'architecture à filets délicatement enroulés qui encadraient les chambranles et le tympan (Sand, Compagn. Tour de Fr., 1840, p. 33).Ces belles figures de la Poésie (...) de la Justice, que Raphaël a peintes dans les tympans et les voussures des chambres du Vatican (Gautier, Guide Louvre, 1872, p. 169).
2. TECHNOLOGIE
a) IMPR. TRADITIONNELLE. Cadre métallique garni d'une toile fine, monté sur charnière, sur lequel on place la feuille à imprimer dans les presses à bras. V. frisquette ex. de Balzac.
b) HYDRAULIQUE. Roue hydraulique élévatoire, qui était mue autrefois par des hommes marchant à l'intérieur pour imprimer un mouvement de rotation. Les roues élévatoires sont des engins (...) qu'on peut utiliser (...) pour des élévations ne dépassant pas quelques mètres. On emploie la roue (...) à tympans (Haton de La Goupillière, Exploitation mines, 1905, p. 649).
c) MÉCAN. Pignon enté sur un arbre et qui engrène sur une roue dentée. Tympan d'une horloge. [Les catapultes] se bandaient avec des leviers, des moufles, des cabestans ou des tympans (Flaub., Salammbô, t. 2, 1863, p. 77).
d) CONSTR. Mur de tête d'un pont servant à maintenir les terres de remblai des voûtes. [Il faut] surmonter la voûte de maçonneries (...) appelées tympans, qui portent le tablier sur lequel passe la voie publique (Degrand, Résal, Ponts en maçonn., 1887, p. 72).La maîtrise de l'ingénieur [d'un pont] était prouvée par divers détails d'architecture, comme l'évidement des tympans pour alléger la charge (P. Rousseau, Hist. transp., 1961, p. 72).
REM.
Tympano-, élém. de compos.entrant dans la constr. de qq. termes dans le domaine de la méd.V. tympanoplastie, s.v. -plastie B 4 et aussi:a)
Tympanophonie, subst. fém.,,Bourdonnement d'oreille`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
b)
Tympanosclérose, subst. fém.,,Sclérose cicatricielle du tympan consécutive à une infection de l'oreille moyenne`` (d'apr. Pt Lar. Méd. 1976).
c)
Tympanotomie, subst. fém.,,Paracentèse du tympan`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
Prononc. et Orth.: [tε ̃pɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1170 « tambour de basque » (Livre des rois, éd. E. R. Curtius, 1. I, IX, 6); 2. 1506 archit. timpan (Fabr. de Tréguier, A. Côtes-du-Nord ds Gdf. Compl.); 3. 1523 impr. (doc. ds Mém. Soc. hist. de Paris, p. 135); 4. 1547 « panneau de menuiserie » (J. Martin, Architec. Vitruve, 62 vods Cah. Lexicol. t. 19 1971, p. 107); 5. 1567 « roue hydraulique élévatoire » (Id., ibid., p. 141 vo); 6. 1676 « pignon enté sur un arbre » (Félibien, p. 765). B. 1. 1552 tympane « membrane qui sépare l'oreille moyenne du conduit auditif externe » (Rabelais, Quart Livre, éd. R. Marichal, chap. XXX, 1. 13, p. 142); 2. 1814 « cavité de l'oreille moyenne » (Nysten); 3. a) 1830 avoir le tympan déchiré (par un cri) (Balzac, Œuvres div., t. 1, p. 299); b) 1835 bruit à briser le tympan (Ac.); c) 1859 casser le tympan à qqn (Mérimée, Lettres Panizzi, t. 1, p. 29). Empr. au lat.tympanum « tambourin, tambour », « machine élévatoire, grue » et aussi chez Vitruve au sens architectural; du gr. τ υ ́ μ π α ν ο ν « tambour ». Fréq. abs. littér.: 201. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 543, b) 166; xxes.: a) 197, b) 182.
DÉR.
Tympanal, -ale, -aux, adj.,anat. Os, anneau, cercle tympanal et, p. ell., le tympanal, subst. masc. sing. (Os) qui forme le temporal avec le rocher et l'écaille. Synon. tympanique1.L'os tympanal entre surtout dans la constitution du conduit auditif externe, et contribue à fermer en dehors la caisse du tympan (G. Gérard, Anat. hum., 1912, p. 49). [tε ̃panal], plur. masc. [-o]. 1reattest. 1865 adj. cercle, cadre, os tympanal et subst. masc. (Littré-Robin); de tympan, suff. -al*.
BBG.Born. 1967, p. II, 9, 44. − Goug. Mots t. 1 1962, pp. 250-254.

Wiktionnaire

Nom commun

tympan \tɛ̃.pɑ̃\ masculin

  1. (Anatomie) Cavité tympanique.
  2. (Anatomie) Membrane tympanique.
    • Les cloches lui avaient brisé le tympan, il était devenu sourd. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
    • Le mal de tête causé par l’anesthésie ne fit que s'aggraver en raison du bruit infernal qui parvenait jusqu'à elle par vagues successives, risquant à chaque fois de lui briser les tympans. — (Søren Hammer & ‎Lotte Hammer, Le Prix à payer, Éditions Actes Sud, traduit du danois par Michèle Lamothe-Nielsen, 2012, chap. 47)
    • La voix surexcitée de Trop Pas vint me vriller le tympan. Il y avait une soirée mousse à l'autre camping, pouvaient-elles y aller ? — (Vincent Ravalec, 15 ans et demi, éd. Flammarion, 2008)
  3. (Musique) (Vieilli) (Littéraire) Désigne divers instruments à percussion : tympanon, gong, etc.
    • Il y a des guitares, des morceaux de bois, que l'on frappe comme des tympans, que l'on heurte comme des castagnettes.
  4. (Architecture) Espace qui se trouve encadré par les trois corniches du fronton, par le linteau et l’arc d’une porte (archivolte), par un arc et une ligne droite, etc.
    • Le tympan du fronton oriental du Parthénon.
    • Les sculptures des tympans de la cathédrale de Chartres.
    • Au tympan de la porte, un écusson est porté par deux sirènes : elles ont les cheveux dénoués, se détachent de la pierre et se penchent, pour regarder qui arrive. — (José Cabanis, Les cartes du temps, Gallimard, 1962, Le Livre de Poche, page 150.)
    • Elle a, au rez-de-chaussée, trois colonnes ioniques et, au premier étage, une galerie à plein cintre, tandis que le tympan qui la termine est rempli par un coq gaulois. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Michel Lévy frères, Paris, 1857)
  5. (Menuiserie) Panneau, orné ou ajouré, situé entre les moulures dans la partie supérieure d'un dormant de porte ou de fenêtre.
    • [Pierre] souleva la portière et admira le travail exquis de la porte sculptée, ainsi que les ornements d'architecture à filets délicatement enroulés qui encadraient les chambranles et le tympan.
  6. (Technique) (Imprimerie) Dans la presse à bras, sorte de châssis composé de quatre barres de bois ou de fer, sur lesquelles est tendu un morceau d’étoffe ou un parchemin.
    • On étend sur le grand tympan les feuilles à imprimer, et le petit tympan reçoit l’action de la platine.
  7. (Technique) (Hydraulique) Roue hydraulique élévatoire, qui était mue autrefois par des hommes marchant à l'intérieur pour imprimer un mouvement de rotation.
    • Les roues élévatoires sont des engins (...) qu'on peut utiliser (...) pour des élévations ne dépassant pas quelques mètres. On emploie la roue (...) à tympans.
  8. (Technique) (Mécanique) (Horlogerie) Pignon enté sur son arbre et qui engrène dans les dents d’une roue.
  9. (Technique) (Construction) Mur de tête d'un pont servant à maintenir les terres de remblai des voûtes.
    • [Il faut] surmonter la voûte de maçonneries (...) appelées tympans, qui portent le tablier sur lequel passe la voie publique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TYMPAN (tin-pan) s. m.
  • 1 Terme d'anatomie. Cavité de forme irrégulière creusée dans la base du rocher, tapissée par une membrane muqueuse, communiquant au pharynx par la trompe d'Eustache, et constituant l'oreille moyenne. Sans même qu'aucun objet extérieur frappe nos oreilles, nous y sentons certains bruits qui ne peuvent guère arriver que de ce que, par quelque cause interne que ce soit, le tympan est ébranlé, Bossuet, Conn. III, 6.

    Fig. [Un écrit du roi de Prusse] qui a fort choqué le tympan de toutes les oreilles pieuses, Voltaire, Lett. Thiriot, 18 fév. 1760.

    La membrane du tympan, membrane tendue entre l'oreille moyenne et l'oreille externe.

    Un bruit à briser le tympan, le tympan de l'oreille, un bruit très éclatant et très fort.

  • 2 Terme d'imprimerie. Feuille de parchemin, ou morceau d'étoffe étendu sur un châssis de bois ; on y met les feuilles à imprimer.
  • 3 Terme d'architecture. Espace uni qui se trouve encadré par les trois corniches d'un fronton, et dans lequel on place parfois des statues, des bas-reliefs, des ornements.

    Tympan d'arcade, espace triangulaire qui résulte d'une arcade circonscrite par des lignes droites.

    Le dé d'un piédestal.

  • 4Panneau de bois renfermé entre des moulures.
  • 5 Terme de mécanique. Pignon enté sur un arbre, et qui engrène dans les dents d'une roue.

    Roue creuse dans laquelle un ou plusieurs hommes marchent pour la faire tourner.

    Machine destinée à récurer les rivières.

  • 6Tambour creux mobile autour de son axe, dans lequel sont des cloisons en spirale par l'intermédiaire desquelles on élève de l'eau, en faisant tourner le tambour.

HISTORIQUE

XVIe s. Les branches feront un architrave, frise et corniche, et tympane, et frontispice, Palissy, 65.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TYMPAN, s. m. en Anatonie, la membrane du tympan est une peau mince & délicate, entiere, seche, transparente, qui ferme l’extrémité du canal auditif, descend en-devant de la partie supérieure vers l’inférieure, de façon qu’elle fait un angle obtus avec l’une, & aigu avec l’autre, surtout dans l’adulte ; car dans le fœtus elle est presque horisontale. Sa figure est elliptique, mais elle envoie une appendice obtuse supérieurement dans la fissure de l’anneau. Elle n’est donc ni ovale, comme l’ont voulu Casserius & Valsalva, & encore moins circulaire, comme le prétend Vieussens & Duvernny. Son milieu avance comme un bouclier, est tiré tellement au-dedans, qu’il est cave du côté du canal, & conique vers la cavité du tympan. La peau & l’épiderme se séparent sans peine l’une de l’autre même dans l’adulte par la macération ; après quoi on trouve cette membrane seche, extérieurement couverte d’une lame fournie par le périoste du tympan, comme le démontre évidemment l’adhésion du manche du marteau ; ce périoste est au milieu de cette seche membrane, & cela paroit plus manifestement dans le fœtus. Vieussens qui exclut cette tunique, & n’en admet que deux, n’a donc pas raison, non plus que Valsalva, de rejetter le périoste auditif. Morgagni soutient ces trois lames ; Winslow prétend qu’on en peut distinguer quatre ou cinq. Les vaisseaux de cette partie injectés ressemblent à des branches d’arbres, & il n’est pas difficile de les injecter à la faveur de leur tronc qui vient par le canal auditif, & avec le muscle externe de Fabricius, comme le pensent Ruysch & Cassebohmius. On le voit en effet souvent venir des vaisseaux du périoste du tympan & de l’adhésion du manche du marteau, se reprendre de toutes parts ; il est probable qu’il y a deux couches de vaisseaux dont l’une appartient à la peau extérieurement collée à la membrane du tympan, & l’autre sert au périoste du tympan rampant intérieurement sur la même membrane.

Puisque la membrane du tympan est cave en son milieu, & qu’ainsi le sac borgne du canal de l’ouie se termine enfin en un tube conique, il ne peut aucunement être douteux qu’il se fasse de nouvelles réflexions dans la pointe même du cône.

Les ondulations de l’air externe doivent se communiquer, & au périoste de la cavité du tympan & au marteau, & à l’air interne, le périoste & le marteau étant continus à la membrane du tympan que cet air touche de près.

Le tympan, appellé vulgairement le tambour, est situé obliquement eu égard à la posture droite du corps, & regarde en-bas : de-là vient que nous entendons mieux les sons qui viennent d’en-bas, que ceux qui viennent d’en-haut. Voyez Tambour.

La face externe du tympan est un peu enfoncée dans le milieu ; il est composé de deux ou trois lames. Il a un trou, ou du-moins une portion qui n’est pas attachée au cercle osseux, & qui laisse passer l’air, & dans quelques sujets la fumée du dedans de la bouche en-dehors. Voyez Trou.

Derriere la membrure du tympan est une cavité dans l’os pierreux, appellée caisse du tympan, & quelquefois simplement tympan. On y remarque quatre petits os ; savoir, le marteau, l’enclume, l’étrier & l’os orbiculaire. Voyez-les chacun sous son article particulier Marteau.

Au-dedans de la caisse du tympan, Vieussens a découvert une membrane très-mince, qui sert à former la porte du labyrinthe, & à empêcher toute communication entre l’air interne & l’air externe. La membrane du tympan a une branche considérable de nerfs, qui passe sur la face interne entre le marteau & l’enclume, & qui est appellée corde du tympan. Voyez Corde.

Willis regarde la membrane du tympan comme une espece d’instrument préparatoire de l’ouie ; & il croit que sa fonction est de recevoir les premieres impressions des sons, & de les transmettre au cerveau duement modifiées & proportionnées à sa disposition. Voyez Sons, Proportion, &c.

En effet, la fonction de la membrane du tympan par rapport à l’ouie, semble être la même que celle de la prunelle de l’œil par rapport à la vue. La prunelle empêche qu’il n’entre dans l’œil une trop grande quantité de rayons de lumiere ; elle les tempere, les adoucit, & les proportionne, pour ainsi dire, au sensorium, auquel elle les transmet. La membrane du tympan fait la même chose à l’égard des rayons fonores ; car si les uns & les autres tomboient immédiatement sur le sensorium, ils pourroient aisément blesser sa délicatesse. Voyez Prunelle.

La membrane du tympan à la vérité n’est pas l’organe propre de l’ouie ; mais elle fait que l’on entend mieux. Pour cela il est nécessaire qu’elle se tende ou se relâche dans le besoin, comme la prunelle ; & c’est à quoi servent les quatre osselets dont nous avons parlé ci-dessus, qui ont le même usage pour tendre ou relâcher la membrane du tympan, que les cordages d’un tambour à l’égard de cet instrument. Par le moyen de cette tension & de ce relâchement, la membrane du tympan s’accommode à tous les sons, violens ou foibles, de même que la prunelle à tous les degrés de lumiere. Voyez Ouie.

L’ingénieux docteur Holder a perfectionné cette théorie. Il conçoit que l’action du muscle qui tend ou relâche la membrane du tympan, le tient toujours dans un état de tension modérée. Mais lorsqu’il s’agit d’écouter, & de faire une attention particuliere à quelque son, alors l’action de ce muscle est plus forte, & la membrane du tympan plus tendue qu’à l’ordinaire, afin de faciliter le passage du son. Voyez Attention.

Sur ce fondement le même auteur ayant entre ses mains un jeune homme sourd de naissance, & remarquant que son mal venoit d’un défaut de tension dans la membrane du tympan, il dit à sa mere de consulter les médecins pour savoir s’il n’y auroit pas moyen par quelques fumées astringentes ou autrement, de rendre à cette membrane sa tension nécessaire.

En attendant, il s’avisa d’un moyen passager, qui fut d’employer quelque son violent, comme de battre du tambour auprès du malade. Un pareil son tant qu’il continue, doit nécessairement distendre la membrane du tympan, en le poussant & le faisant enfler en-dehors, comme un vent frais enfle les voiles d’un vaisseau. L’expérience réussit selon l’espérance du docteur ; car tandis qu’on battoit fortement du tambour près du jeune homme, celui-ci entendoit les gens qui étoient près de lui, & qui l’appelloient doucement par son nom ; mais lorsqu’on cessoit de battre du tambour, il n’entendoit plus les mêmes personnes, quoiqu’elles l’appellassent à haute voix. Voyez Surdité.

Ce qui montre néanmoins que la membrane du tympan n’est pas si nécessaire, c’est qu’il y a des exemples de gens qui entendoient parfaitement sans le secours de cette membrane. M. Cheselden rapporte qu’il rompit la membrane du tympan des deux oreilles d’un chien, qui ne laissa pas d’entendre. Il est vrai que quelque tems tems après les sons violens lui faisoient beaucoup de peine. Le même auteur ajoute que M. S. André l’avoit assuré qu’un de ses malades ayant eu cette membrane détruite par un ulcere qui avoit même fait sortir les osselets, ne laissa pas néanmoins de conserver l’ouie.

Corde du Tympan, voyez Corde.

Tympan, s. m. (Architect.) mot dérivé du grec tympanon, tambour. C’est la partie qui reste entre les trois corniches d’un fronton triangulaire, ou les deux d’un fronton ceintré. Elle est quelquefois lisse, & quelquefois ornée de sculpture en bas-relief, comme au temple de Castor & de Pollux, à Naples, & au portail de l’église des peres Minimes, à Paris.

Tympan d’arcades, table triangulaire, placée dans les encoignures d’une arcade. Les plus simples tympans de cette espece n’ont qu’une table renfoncée, ornée quelquefois de branches de laurier, d’olivier, de chêne, &c. ou de trophées, festons, &c. comme au château de Trianon ; & ils conviennent aux ordres dorique & ionique. Les tympans les plus riches sont décorés de figures volantes, comme des renommées, ainsi qu’on en voit aux arcs de triomphe antiques ; ou de figures assises, telles que sont des vertus, comme dans l’église du Val-de-Grace ; ou des béatitudes, comme dans celle du collége Mazarin, à Paris. Daviler. (D. J.)

Tympan de machine, (Mécan.) roue creuse qu’on nomme aussi roue à tambour, dans laquelle un ou plusieurs hommes marchent pour la faire tourner, & qui sert aux grues, aux calandres, & à certains moulins. (D. J.)

Tympan, (Imprimerie.) grand & petit tympan, piéces d’une presse d’imprimerie ; le premier est fait d’une feuille de parchemin collée sur le chassis de bois, attaché au bout du coffre par deux couplets ; c’est sur ce tympan après qu’il a été ramoiti avec une éponge trempée dans l’eau, que se marge ou se pointe la feuille de papier prête à passer sous presse : le petit tympan est aussi une feuille de parchemin collée sur un plus petit chassis, de bois ou de fer, qui s’enclave au revers du premier ; entre ces deux peaux ou tympans se mettent les blanchets, & le carton. Voyez Pointures, Blanchets, Carton , & les fig. & Pl. d’Imprimerie.

Tympan de menuiserie. (Menuis.) panneau dans l’assemblage du dormant d’une baye de porte ou de croisée, qui est quelquefois évidé, & garni d’un treillis de fer, pour donner du jour. Cela se pratique aussi dans les tympans de pierre. (D. J.)

Tympan de l’oreille, (Anatom.) Voyez membranne du tambour, au mot Tambour. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tympan »

Lat. tympanum, tambour, du grec τύμπανον, qui vient de τύπτω, frapper. Dans l'ancienne langue tympan signifiait tambour : XIIe S Estrumens, psalterie, tympans…, Rois, p. 33.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin tympanum (« tambourin, tambour », « machine élévatoire, grue ») emprunté au grec ancien τύμπανον, tumpanon (« tambour »).
Depuis 1814 (« cavité de l'oreille moyenne »), de 1552 tympane (« membrane qui sépare l'oreille moyenne du conduit auditif externe »).
1676 (« pignon enté sur un arbre »).
1567 (« roue hydraulique élévatoire »).
1547 (« panneau de menuiserie »).
1170 (« tambour de basque »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tympan »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tympan tɛ̃pɑ̃

Citations contenant le mot « tympan »

  • Il faut dire : La crasse du tympan et non Le sacre du printemps. De Marcel Duchamp
  • En effet, après avoir financé à 70 % l’étanchéité des terrasses (en partenariat avec la municipalité), l’association de Sauvegarde du patrimoine de Donzy-le-Pré a pu engager cette année, en faisant partie des associations lauréates du budget participatif nivernais, d’importants travaux d’urgence afin de sauvegarder le tympan, en prévision de travaux de restauration complet. www.lejdc.fr, Opération de sauvetage pour le tympan de Notre-Dame-du-Pré à Donzy - Donzy (58220)
  • Le tympan de la façade nord du Palais fédéral va s'enrichir d'une nouvelle oeuvre d'art. Un concours s'ouvrira en 2021. Un budget de 100'000 francs est prévu. SWI swissinfo.ch, Un concours artistique pour orner la façade nord - SWI swissinfo.ch
  • Près de la moitié avaient entendu parler de cette pratique et certains ont rapporté que l’utilisation de chandelles auriculaires avait causé des brûlures (13 sur 122), des blocages complets ou partiels du canal auditif par la cire (7 cas) et même une perforation du tympan. l-express.ca, Une chandelle pour se nettoyer l’oreille? Non merci - l-express.ca
  • « Je suis un peu une excitée de l’hygiène, confie Samia. Alors, voir quelqu’un avec les oreilles jaunes, je trouve ça vraiment sale. Je sais qu’il ne faut pas trop abuser des cotons-tiges, donc j’essaie de me limiter au nettoyage de la partie externe de l’oreille et de ne pas trop l’enfoncer. Une fois, ma sœur, je ne sais pas trop comment, a poussé le coton-tige trop loin dans l’oreille et elle s’est fait très mal au tympan. Ça m’a calmée par procuration ». , C'est un peu cracra : C'est jaune et ça fait les oreilles sales, mais à quoi sert le cérumen ?
  • Visite guidée du tympan et du village Abbatiale Sainte-Foy, le samedi 19 septembre à 11:30 Unidivers, Visite guidée du tympan et du village Abbatiale Sainte-Foy Conques samedi 19 septembre 2020
  • - 21 heures : présentation du tympan par un frère de la communauté des Prémontrés. ladepeche.fr, Conques-en-Rouergue. Conques, terre des métiers d’art - ladepeche.fr

Traductions du mot « tympan »

Langue Traduction
Anglais tympanum
Espagnol tímpano
Italien timpano
Allemand tympanum
Chinois 鼓室
Arabe طبلة الأذن
Portugais tímpano
Russe тимпан
Japonais 鼓膜
Basque tinpanoan
Corse timpanu
Source : Google Translate API

Synonymes de « tympan »

Source : synonymes de tympan sur lebonsynonyme.fr

Tympan

Retour au sommaire ➦

Partager