Trot : définition de trot


Trot : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TROT, subst. masc.

A. −
1. Allure naturelle du cheval (et de quelques espèces voisines) entre le pas et le galop, à deux battues, qui consiste en un mouvement alternatif des quatre membres avec appui et suspension simultanés des deux bipèdes diagonaux. Son trot [du poulain], d'une élasticité surprenante, était aimable à regarder et séduisait comme une danse (Gide, Immor., 1902, p. 416).Elle longeait un chemin de terre molle, et se retourna en entendant le trot d'un cheval; un cavalier passa, serré dans une jaquette grise (Chardonne, Épithal., 1929, p. 253).
SYNT. Trot d'un âne, d'une jument, d'une mule, d'un mulet, d'un pur sang, d'une rosse; trot allongé, balancé, cahotant, égal, lent, lourd, menu, mesuré, paisible, puissant, rapide, sec, soutenu, superbe, vif; petit, grand trot; aller, filer, marcher, partir au trot; prendre le trot; mettre sa monture au trot; l'allure du trot.
P. métaph. J'irai plus loin, continue M. Meltour, dont la langue prend le trot (Renard, Lanterne sourde, 1893, p. 92).
Au trot! [Injonction destinée à faire prendre le trot à sa monture] Au galop! au galop! il passe sous les branches Avec ses plumes blanches. Au trot! au trot! au trot! et son grand lévrier Saute près de l'étrier (Moréas, Cantil., 1886, p. 174).
En partic. Allure habituelle d'un attelage (naguère moyen de transport usuel). Trot d'un attelage. La berline nous emmenait au tapage des grelots et des grands trots, aux claquements de fouets, aux cris du postillon rouge (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 89).[P. méton.] Trot d'un break, d'une calèche, d'une diligence, d'un équipage, d'un fiacre, d'un landau, d'une voiture attelée; rouler au trot. La calèche repartit au grand trot et disparut dans un nuage de poussière (Ponson du Terr., Rocambole, t. 3, 1859, p. 57).Importante et ridicule, compensant la marche au pas dans la longue campagne, la diligence commence un petit trot triomphal (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 31).
MANÈGE
Trot assis ou à la française. Trot dans lequel le cavalier ne se soulève pas de sa selle. Le trot assis sans étriers est un excellent exercice d'assiette (TondraCheval1979).
Trot enlevé ou à l'anglaise. Trot régulier dans lequel le cavalier se soulève de sa selle en s'appuyant sur les étriers, une battue sur deux. (Dict. xxes.).
Trot allongé. ,,Dans le trot allongé, le temps de suspension est plus long`` (Petiot 1982).
Trot raccourci. ,,Trottinement`` (St-Riquier-Delp. 1975).
COURSES.
Trot de course. Allure du cheval consistant en quatre battues (au lieu de deux) et un allongement des foulées (d'apr. Villemin 1975).
Course au/de trot ou, absol., trot. Course dans laquelle l'allure du trot est réglementaire, le galop étant rigoureusement banni. Au trot comme au galop les courses commencent à l'âge de deux ans (Zitrone, Courses, 1962, p. 43).
Trot attelé. Course dans laquelle le trotteur est attelé à un sulky. Depuis trois semaines, les courses au trot attelé font fureur (Le Sport, 26 oct. 1859ds Petiot 1982).Demain, à Vincennes. Le prix d'Amérique 2.600 m. au trot attelé 10 millions de prix (Le Figaro, 19-20 janv. 1952, p. 1, col. 8).
Trot monté. Course où le trotteur est monté par un cavalier. La même solution doit être adoptée pour les chevaux qui boitent au trot attelé et non au trot monté, ou vice-versa (Brion, Jurispr. vétér., 1943, p. 262).
2. [À propos d'autres quadrupèdes] Trot d'un chameau, d'un éléphant, d'un ours, d'un rat, d'un renard, d'une souris. Ils s'arrêtaient, souriants, laissant passer à quelques pas une bande joueuse de jeunes chevreuils, ou des couples de cerfs sérieux qui ralentissaient leur trot pour les regarder (Zola, Faute Abbé Mouret, 1875, p. 1392).Le troupeau [de cochons] arrivait, au petit trot, la queue en tire-bouchon (Pourrat, Gaspard, 1930, p. 98).
Petit trot (de souris). Trottinement. Aussitôt que les clefs grinçaient dans les serrures, on entendait un petit trot de souris et l'on entrait à temps pour voir deux yeux fixes comme des perles noires (Lemaitre, Contemp., 1885, p. 172).
B. − P. anal. [À propos d'une pers.]
1. Allure d'une personne qui avance à petits pas rapides. Elle filait droit devant elle, d'un trot élastique et précipité, et, de temps en temps, inconsciemment, elle jetait un cri perçant (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Hist. fille de ferme, 1881, p. 34).À chaque salve, on se terrait, tapi sous le sac, guettant la torche rouge de l'explosion. Puis on repartait d'un trot cahotant (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 225).
Loc. fam. Au trot, au grand trot. À vive allure, rapidement, sans tarder; de manière expéditive. Mener une affaire au grand trot. C'est un mauvais esprit que te soufflent tes jésuites du diable. Chasse-moi au trot ces sottises (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 302).Le saucier, pressé par les commandes, poussait son cri de guerre:Des filets de soles! Le Gascon lui apporta, au trot, les suprêmes des poissons de la Marie-Rose (Hamp, Marée, 1908, p. 67).
Au trot! [Injonction invitant une pers. à se rendre quelque part ou à accomplir une action dans les plus brefs délais] Passe-moi la valise. Bon! Et la clef! Ne t'occupe pas de nous. Habille-toi, au trot! (Romains, Copains, 1913, p. 176).Va te coucher. Au trot! (Van der Meersch, Empreinte dieu, 1936, p. 48).
2. Au fig. Rythme personnel; en partic., chez un écrivain, style alerte, conduite enlevée dans le déroulement d'une action. M. de Lamartine veut prendre, en quelque sorte, dans son rhythme le trot de Victor Hugo ; ce qui ne lui va pas (Sainte-Beuve, Portr. contemp., t. 1, 1839, p. 369).Sir Arthur se résigna à faire prendre à son roman une allure plus grave que le grand trot excentrique sur lequel il l'avait commencé (Sand, Jeanne, 1844, p. 319).
Prononc. et Orth.: [tʀo]. Homon. trop. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1160-74 « allure du cheval et de certains quadrupèdes, intermédiaire entre le pas et le galop » (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, II, 2314); 2. 1690 « allure d'une personne qui se presse, marche vite, ne s'attarde pas » (Fur.). Déverbal de trotter*. Fréq. abs. littér.: 566. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 403, b) 1 381; xxes.: a) 1 173, b) 616.

Trot : définition du Wiktionnaire

Nom commun

trot \tʁo\ masculin

  1. (Équitation) Allure rapide et régulière d’un cheval et d’autres quadrupèdes, intermédiaire entre le pas et le galop, dans lequel les pattes sont déplacées ensemble par paires diagonales opposées.
    • La troupe prit un trot allongé qui, en moins d’une demi-heure, la conduisit aux premières barricades du camp. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Si, au contraire, la claudication est dans le train postérieur, on débute par l’allure la plus lente, et, au retour, l’on vous gratifie d’un peu de trot. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Pour arrêter le cheval étant au pas, au trot ou au galop, passer du galop au trot ou au pas, du trot au pas, et même pour reculer, la tension des rênes, la pression des jambes, la position des mains et des jambes sont les mêmes, c’est-à-dire que les mains doivent être à la même hauteur et les jambes également en arrière. — (Félix van der Meer, Connaissances complètes du cavalier, de l'écuyer et de l'homme de cheval, page 242, Lebègue & Cie à Bruxelles & Dumaine à Paris, 1865)
    • Nous avions combattu et couru toute la journée. Faits prisonniers par les dragons prussiens, nous avions été emmenés jusqu'à Vrigne-aux-Bois au grand trot de nos montures. — (Victor Thiéry, Après la défaite : Souvenirs et impressions d'un prisonnier de guerre en Allemagne, Paris : chez Frinzine, Klein & Cie, 1884, page 17)
    • Au Maroc, le cheval sert surtout de monture, quelquefois de bête de somme. Ses allures sont le pas et le galop; mais on arrive assez facilement à lui enseigner le trot. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 231)
    • Le lieutenant commande : « Relevez les étriers sur l’encolure » puis lève le bras droit et l’agite pour nous faire prendre le trot. — (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 229)
  2. (Par extension) Manière de se poser du cavalier quand le cheval va à cette allure.
    • Trot assis. - Trot enlevé, à l’anglaise.
  3. (Équitation) Allure particulière du trot.
    • Le chemin débouchait à cent pas de l’entrée du village, sur une petite route très bien entretenue où Angelo et la jeune femme égayés de matin se lancèrent au trot allongé. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 361)
  4. (Sports hippiques) Ensemble des disciplines hippiques dans lesquelles les chevaux doivent courir en maintenant cette allure sous peine de disqualification.
  5. (Figuré) Marche rapide en faisant des petits pas.
    • J’éduquais mon oreille à traduire des multitudes de sons infimes, petits trots de souris et grincements de bois, […]. — (Claude Collignon, L'œil de la chouette, Éditions du Seuil, 1988, page 41)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Trot : définition du Littré (1872-1877)

TROT (tro ; le t ne se lie pas) s. m.
  • Allure naturelle du cheval, entre le pas et le galop, dans laquelle les deux bipèdes diagonaux agissent successivement avec promptitude, et lancent le corps assez vivement pour que, dans le grand trot, il quitte terre un instant à chaque impulsion nouvelle. Il [M. le Prince] entendit un assez grand nombre de chevaux qui marchaient au trot vers lui, La Rochefoucauld, Mém. 269. Le trot doit être ferme, prompt et également soutenu, Buffon, Quadrup. t. I, p. 36. Elle est partie ce matin au grand trot de six chevaux, dans sa berline de campagne, Riccoboni, Œuv. t. VI, p. 168, dans POUGENS. Nous grimpions au grand trot les montagnes, et nous les descendions au galop à travers les précipices, Chateaubriand, Itin. part. 1.

    Un cheval a le trot franc, court ou égal, quand il lève peu les pieds de derrière ; dur, quand il fatigue le cavalier.

    Les autres quadrupèdes ont aussi le trot. L'âne, le mulet, l'éléphant, etc. vont au trot.

    Par extension. Ils mèneront les infidèles Turcs au grand trot dans l'enfer, Montesquieu, Lett. pers. 35.

    Fig. et familièrement. Mener une affaire au grand trot, la conduire d'une manière expéditive.

    On dit plus ordinairement : grand train.

HISTORIQUE

XIIe s. Ne jamais en s'aïe [à son aide] n'irons ne pas ne trot, Sax. XVII.

XIIIe s. La vielle illec plus ne sejorne, Le trot à Bel Acuel retorne, Qui la tor outre son gré garde, la Rose, 12746.

XVe s. Et se departirent environ la mie-nuit de Buch, et chevaucherent le grand trot vers Straulle, Froissart, II, III, 98.

XVIe s. Le trot rompu d'ung cheval de courrier, Saint-Gelais, 64. Le duc de Mayenne, aiant trouvé le joinct de la division, changea le pas au trot, D'Aubigné, Hist. II, 408. Il se mit au trot devers ses gens de pied, D'Aubigné, ib. III, 32.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Trot : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TROT, s. m. en terme de Manege, est un des pas naturels du cheval, qu’il forme en élevant deux jambes en l’air, & en posant les deux autres à terre dans le même tems, & en forme de la croix de S. André, de sorte qu’en marchant il leve alternativement la jambe de derriere d’un côté, & en même tems la jambe de devant de l’autre côté, en laissant l’autre jambe de derriere & l’autre jambe de devant à terre jusqu’à ce qu’il ait posé les deux premieres.

Moins un cheval leve ses piés de terre, plus il a le trot franc, court & égal ; quand il leve les jambes lentement, c’est un signe qu’il bronche ou qu’il est estropié ; quand il serre ou qu’il croise le pas, cela marque qu’il est fautif ou qu’il s’entre-heurte les jambes, & qu’il est sujet à se donner des atteintes ; s’il alonge le pas, c’est un signe de nerf-ferrure ; & lorsqu’il a le pas inégal, c’est une marque de fatigue & de lassitude.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « trot »

Étymologie de trot - Wiktionnaire

(XIIe siècle)[1] Déverbal de trotter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de trot - Littré

Voy. TROTTER ; provenç. trot ; espagn. trote ; ital. trotto.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « trot »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
trot tro play_arrow

Citations contenant le mot « trot »

  • L’hippodrome de Pornichet accueille deux belles réunions premium en semi-nocturne cette semaine. Mardi, à partir de 16 h, huit courses de trot attelé et une de trot monté sont au programme de la soirée. Temps fort de la réunion : le prix du casino Partouche de Pornichet, support de la 4e course. À cette occasion, les meilleurs drivers seront sur la ligne de départ, dont l’actuel n° 1, Éric Raffin. Ouest-France.fr, Pornichet. Une semaine au petit trot sur l’hippodrome
  • "C'est un cadeau que les propriétaires m'ont fait. C'est un privilège. je vais m'appliquer et j'espère ne pas me tromper dans la drive et que le cheval prendra une belle place", explique un peu intimidé Hugues Monthulé dont ce sera la première épreuve de Groupe 1, le plus haut niveau du trot. On espère être dans les trois. Le cheval est bien. On a un bon numéro, le trois. On a l'ogre de la course qui sera Face Time Bourbon et derrière les places sont ouvertes. France Bleu, Bold Eagle : la dernière course ce dimanche du crack normand avant sa retraite
  • ZEROZEROSETTE GAR (5, photo), qui a gagné de loin dernièrement à Cabourg, est un trotteur doté, à l'évidence, de gros moyens au monté. Disqualifié en dernier lieu, FAKIR DE L'ECLUSE (6) est en quête d'un rachat après sa disqualification à Cabourg. FIFTY FIVE BOND (3) et FOREVER SPEED (4) sont eux aussi en mesure de jouer un bon rôle. CANALTURF, Pronostic de la course PRIX DE FORGES-LES-EAUX - 2 août 2020 Canalturf
  • Entraîneur d’obstacles de tout premier plan, installé aux Mathes-La Palmyre, Guillaume Macaire a été victime mercredi 28 juillet d’un accident rare. Alors qu’il prenait part à une course de trot attelé pour drivers amateurs, il a chuté lourdement quand son sulky s’est littéralement détaché. Il a même été percuté par le sulky qui le suivait. SudOuest.fr, Hippodrome Royan Atlantique : la chute spectaculaire de Guillaume Macaire filmée de l’intérieur
  • En raison des conditions météo, la société des courses d’Aix-les-Bains a reporté la réunion de courses hippiques prévue le mardi 4 août à l’hippodrome d’Aix-les-Bains au vendredi 7 août. Elle se déroulera à partir de 16h, en semi-nocturne, avec  le programme imaginé initialement : huit courses de trot avec pari mutuel sur hippodrome. , Sports Savoie | Courses hippiques : la réunion de trot du 4 août reportée au 7 août à Aix-les-Bains
  • Un petit trot est une cure contre nos démons. De Benjamin Disraeli

Images d'illustration du mot « trot »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « trot »

Langue Traduction
Corse trot
Basque trot
Japonais トロット
Russe рысь
Portugais trote
Arabe الهرولة
Chinois 小跑
Allemand trab
Italien trotto
Espagnol trote
Anglais trot
Source : Google Translate API

Synonymes de « trot »

Source : synonymes de trot sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires