La langue française

Trépan

Définitions du mot « trépan »

Trésor de la Langue Française informatisé

TRÉPAN, subst. masc.

A. − CHIR. Instrument de chirurgie, muni d'un dispositif de débrayage pour éviter la perforation, destiné à percer les os et principalement ceux de la boîte crânienne. Après mise à nu de l'os, on perfore la paroi osseuse à l'aide du trépan (...). Le pus s'écoule immédiatement (Garcin, Guide vétér., 1944, p. 91).V. lithotome ex. de J. De Maistre.
P. méton. Opération qui consiste à percer les os du crâne à l'aide du trépan. Synon. trépanation.Il n'y a pas lieu d'intervenir, du moment que vous n'avez ni vertiges, ni fièvre, ni convulsions. D'après l'aspect de la plaie, il n'y a pas d'esquilles. C'est à vérifier par un trépan discret (Bourget, Sens mort, 1915, p. 159).
B. − GÉOL. (forage)
1. Instrument utilisé pour la désagrégation des roches, constitué d'un assemblage de fraises afin de creuser un trou circulaire dans le sous-sol par rotation. Les méthodes par rotation: le trépan animé d'un mouvement de rotation découpe peu à peu le terrain (procédé Rotary (...)) (Chartrou, Pétroles natur. et artif., 1931, p. 44).Trépan à molettes. ,,Outil de forage pourvu d'un certain nombre de molettes dentées qui détruisent les roches à la fois par éclatement et par broyage`` (Pétrol. 1964). Trépan à jet. ,,Trépan à lames ou à molettes dans lequel la boue de forage passe par des orifices calibrés, donnant des jets sous forte pression`` (Pétrol. 1964). Trépan à diamants, trépan diamanté. ,,Trépan dont les surfaces actives sont garnies de diamants`` (Pétrol. 1964).
2. Outil de sondage ajusté à la dernière allonge d'une sonde, qui par percussion s'enfonce dans le sol. Le foreur de l'ancienne école fait appel à la percussion, et son outil est un trépan ajusté au bout d'une série de tiges assemblées, une cloche à soupape, à balai ou à clapet, permettant le curage des trous de sonde (E. Schneider, Charbon, 1945, p. 230).L'attaque de la roche au fond du trou se fait au moyen d'un trépan ou ciseau tranchant suspendu au moyen d'une tige de sonde qui est animé d'un mouvement alternatif vertical de translation (Stocker, Sel, 1949, p. 51).
C. − SCULPT. Outil en forme de vilebrequin dont se servent les sculpteurs pour faire des trous dans la pierre, le marbre ou le bois. Le praticien enlève la matière jusqu'à ce qu'il parvienne à cette profondeur. Au préalable, celle-ci a été forée avec un trépan. Il arrive ainsi que le bloc de bois est criblé de marques (Arts et litt., 1935, p. 22-2).
Prononc. et Orth.: [tʀepɑ ̃]. Ac. 1694, 1718: trepan; dep. 1740: trépan. Étymol. et Hist. 1. a) xiiies. « instrument chirurgical » (Medica, Trinity College Cambridge O.1.20 cité ds Z. fr. Spr. Lit. t. 86, p. 259); b) 1680 « opération chirurgicale » (Rich.: Ordonner le trépan); 2. 1562 trapan « vilbrequin pour percer la pierre, le bois... » (Du Pinet, Pline, XII, 25 ds Gdf. Compl.); 1676 trépan « id. » (Félibien, p. 761). Empr. au lat. médiév.trepanum « outil de chirurgien » (1250 ds Latham), lui-même empr. au gr. τ ρ υ ́ π α ν ο ν terme de chir. et également techn. « outil pour percer, employé par le menuisier ». Fréq. abs. littér.: 14. Bbg. Born. 1967, p. 11.

Wiktionnaire

Nom commun

trépan \tʁe.pɑ̃\ masculin

  1. (Arts) Instrument qui sert à percer, à désagréger les roches dans les sondages, les forages.
  2. (Sculpture) Outil muni d’une mèche, comme le vilebrequin, pour percer la pierre, le marbre, le bois.
  3. (Chirurgie) Instrument en forme de vilebrequin, avec lequel on perce les os, et spécialement ceux du crâne.
    • Opérer avec le trépan.
  4. (Par extension) Opération qui se fait avec cet instrument.
    • Ce blessé est trop faible, il ne pourra jamais souffrir, supporter le trépan.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TRÉPAN. n. m.
T. de Chirurgie. Instrument en forme de vilebrequin, avec lequel on perce les os, et spécialement ceux du crâne. Opérer avec le trépan. Il désigne, par extension, l'Opération qui se fait avec cet instrument. Ce blessé est trop faible, il ne pourra jamais souffrir, supporter le trépan. En termes de Sculpture, il désigne un Outil muni d'une mèche, comme le vilebrequin, pour percer la pierre, le marbre, le bois. En termes d'Arts, il se dit d'un Instrument qui sert à percer, à désagréger les roches dans les sondages, les forages.

Littré (1872-1877)

TRÉPAN (tré-pan) s. m.
  • 1Instrument de chirurgie en forme de vilebrequin, avec lequel on perce les os, surtout ceux du crâne, pour remplir diverses indications thérapeutiques, et le plus ordinairement pour donner issue à un épanchement, ou pour relever des pièces d'os enfoncées.

    Trépan à couronne, celui qui représente la forme d'une scie circulaire, d'une couronne, à forme conique ou cylindrique, dont l'extérieur offre de petits tranchants obliques et terminés par une petite dent.

    Trépan perforatif, trépan composé d'une lame d'acier pyramidale, qui se termine par une pointe quadrangulaire, tranchante sur les côtés ; les tranchants sont fournis par deux biseaux tournés de droite à gauche.

    Trépan exfoliatif, trépan présentant une lame dont le bord inférieur est tranchant, et a dans son milieu une pointe saillante, qui le partage en deux moitiés taillées en sens inverse l'une de l'autre.

    Trépan se dit quelquefois pour trépanation. Plusieurs coups reçus à la tête lui avaient fait essuyer [au fils de la princesse d'Harcourt] trois ou quatre trépans, Saint-Simon, 146, 133.

  • 2Trépan de sonde, instrument qui s'ajuste à la dernière allonge d'une sonde et qui agit par percussion.

    Sorte de tarière avec laquelle on perce des trous dans les pierres tendres.

    Outil pour percer ou creuser le marbre, les pierres ou le bois.

    Espèce de foret pour percer le ciel d'une galerie, lorsque l'air n'y circule pas assez pour qu'on y puisse tenir une chandelle allumée.

    Terme de puits artésiens. Outil destiné à tailler et à percer le roc.

    Terme de serrurier. Machine qui sert à faire tourner un foret tenu verticalement.

HISTORIQUE

XVIe s. De peur qu'il n'applique son trepan sur les commissures, Paré, III, 3. L'os tendre et delié sera plustost coupé par la trepane que celuy qui est dur et espais, Paré, III, 4.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TRÉPAN, s. m. terebra, terebella, œ, trepanum, ni ; instrument de chirurgie. C’est une espece de villebrequin de fer & d’acier, propre pour percer & scier en rond les os, principalement ceux du crâne. Il est composé de deux pieces, l’une est le villebrequin ou le trépan proprement dit, l’autre est l’arbre sur lequel on le monte, & qui le soutient.

Il y a trois sortes de trépan ; l’exfoliatif, voyez Exfoliatif, le perforatif & le couronné.

Le trépan perforatif est ainsi appellé parce qu’il n’a d’autre action que de percer. Il faut considérer à cet instrument son milieu & ses extrémités. Le milieu du perforatif est une tige d’acier exactement polie, perpendiculaire, & de différente structure pour la beauté & la propreté de l’instrument. Voyez la figure 5. Pl. XVI.

La partie supérieure de cette tige est une plaque taillée à pans à sa circonférence, mais exactement plane du côté de la scie, & limée de maniere qu’elle ne soit pas polie, afin de l’appliquer plus intimement sur la partie inférieure de l’arbre du trépan. Les couteliers nomment cette petite plaque la mitte.

Du sommet de cette mitte s’éleve une tige ou scie, de la hauteur d’un pouce, qui porte deux lignes & demie en quarré. A une des surfaces de cette scie, & environ deux lignes & demie de la mitte, on pratique une hoche ou entaille située transversalement, & dont les deux bords sont distans d’une ligne & demie l’une de l’autre. Cette entaille peut avoir une ligne de profondeur dans sa partie supérieure, d’où elle vient obliquement trouver le bord inférieur.

La même surface dans laquelle l’entaille est pratiquée, ne se continue pas quarrément jusqu’à son sommet, mais elle forme un biseau en doucine, de trois lignes & demie de longueur, & dont nous dirons l’usage.

La partie inférieure, ou la lame du perforatif ressemble à une lame qui se termine par une pointe tranchante sur les côtés. La trempe de cet instrument doit être douce, afin qu’il ne s’égrene point.

L’usage le plus commun du perforatif est de faire d’abord un trou sur le crâne pour y placer la pyramide du trépan couronné. Voyez Trépaner. On s’en sert aussi pour faire plusieurs trous sur d’autres os ; pour percer, par exemple, des exostoses, afin de les enlever ensuite plus facilement par le moyen du ciseau & du maillet de plomb. Voyez Exostose.

Le trépan couronné a trois parties. La moyenne & la supérieure ne différent en rien des mêmes parties du perforatif, dont nous venons de parler. Le trépan couronné est ainsi appellé parce que sa partie inférieure représente une couronne. C’est une tige d’acier qui soutient une espece de boisseau de figure conique en-dehors & en-dedans, & qui est hérissé par le bas de dents tranchantes qui forment une scie circulaire. Chaque dent est à l’extrémité d’un biseau : tous les biseaux sont tournés de droite à gauche pour couper dans le même sens. Ils ne tombent pas perpendiculairement de la partie supérieure de la couronne à l’inférieure, mais ils descendent obliquement & en spirale, non-seulement pour mieux couper, mais pour chasser par leur obliquité la sciure qui le sépare au fond de l’ouverture. La couronne est plus étroite par son extrémité que par sa culasse, afin que la piece d’os qu’on scie puisse y monter facilement à mesure qu’elle avance, & qu’on ait la facilité de pancher le trépan de côté & d’autre pour scier également. Sa profondeur est d’environ dix lignes ; sa largeur varie ; car il y a de grandes, de moyennes & de petites couronnes. Le diametre de la plus grande est de neuf à dix lignes dans son fond, & de six à sept à son entrée, les autres diminuent à proportion. Fig. 6. Pl. XVI.

Dans le fond de la couronne, se monte de gauche à droite une pyramide, fig. 7 & 8. faite comme un poinçon, ovale ou quarrée, terminée par son extrémité inférieure en façon de langue de serpent, tranchante sur les côtes, pointue comme le perforatif, & un peu plus longue que la couronne. Son extrémité supérieure est une vis de trois lignes de hauteur. Cette pyramide se monte & se démonte par le moyen d’une clé d’acier, fig. 9. qui est un tuyau ovale ou quarré, long au-moins de deux pouces & demi, pour recevoir & embrasser juste la pyramide, & terminé par un anneau ou un treffle qui sert de manche. On fait entrer la pyramide dans la cavité de cette clé ; on tourne de gauche à droite pour la monter, & de droite à gauche pour l’ôter.

L’usage du trépan couronné est de faire une ouverture au crâne, pour donner issue au sang ou au pus épanché sur la dure-mere, ou sur le cerveau ; pour ouvrir des abscès dans le canal des os longs ; pour trépaner le sternum dans le cas d’abscès ou d’épanchement quelconque entre les deux lames du médiastin ; pour retirer des corps étrangers engagés dans les os ; pour enlever des esquilles, ou pieces d’os enfoncées. Voyez Trépaner.

L’arbre qui sert à porter les différentes pieces dont nous venons de détailler la construction, a beaucoup de ressemblance au vilebrequin dont les serruriers se servent. Voyez fig. 11. Pl. XVI.

Pour le bien examiner, nous le considérerons sous trois parties ; deux sont perpendiculaires l’une à l’autre, & la troisieme est une branche coudée qui représente un demi-cercle fort alongé & irrégulierement arrondi, mais très-symmétriquement construit.

La partie ou l’extrémité supérieure de l’arbre du trépan est comme la base de toute la machine. C’est une piece d’acier très-polie, qui a environ un pouce deux lignes de longueur sur quatre à cinq lignes de diametre ; elle est taillée à huit pans. La partie supérieure de cette piece octogone, est une mitte sur laquelle le manche est appuyé. Du milieu de la mitte s’éleve une scie, ou petite tige d’acier fort ronde & polie, d’un pouce & demi de hauteur sur près de deux lignes d’épaisseur ; cette scie est cachée & contenue dans le manche, par la méchanique que nous allons expliquer.

Le manche de l’arbre du trépan doit être construit de deux pieces, qui sont ordinairement d’ébene ou d’ivoire ; la partie inférieure de ce manche est plus longue que large ; elle ressemble assez à une petite pomme de canne bien tournée ; il y a une vis à son sommet, & elle est percée dans toute son étendue. Ce canal contient & renferme une petite canule de cuivre, qui entre avec beaucoup de justesse, & qui est très-polie en-dedans, afin de permettre à la scie qu’elle entoure, d’y tourner & d’y faire ses mouvemens ; c’est pourquoi cette scie est comme rivée sur la canule par un petit écrou qui s’engage sur la vis qui est à son sommet, ce qui est beaucoup plus commode que la rivure que les couteliers ont coutume d’y mettre. Voilà quelle est la méchanique qui cache & contient la scie de l’arbre du trépan ; ce que l’on appelle la noix. Cette partie supérieure de l’arbre est couronnée par une pomme d’ébene ou d’ivoire, applatie, convexe en-dehors, & cave en-dessous ; elle se joint avec l’autre partie du manche par un écrou, gravé dans la partie cave de la pomme, & qui se monte sur la vis qui est à la partie supérieure de l’autre piece de manche.

La partie inférieure de l’arbre du trépan est perpendiculaire à celle dont on vient de parler : on la nomme la boîte, parce qu’elle sert à emboîter la scie des couronnes & des autres trépans. Pour que cette partie soit bien construite elle ne doit point être ronde & tournée en écrou, comme on le voit dans plusieurs auteurs, parce qu’alors les scies des couronnes sont en vis ; structure qui a beaucoup d’inconvéniens : un des principaux est que cette vis se monte à contre sens du jeu de la couronne ; lorsqu’on trépane, elle se serre quelquefois à un tel point, qu’il faut un étau pour la démonter. D’ailleurs il est plus long & plus embarrassant de monter une vis dans un écrou, que de faire entrer une scie quarrée dans une boîte de même figure. La boîte est à pans, elle a environ un pouce & demi de longueur. La surface de la boîte qui est diamétralement opposée à celle qui touche à la manivelle ou branche courbe qui joint la partie supérieure & l’inférieure, est fendue de la longueur de dix lignes par une ouverture qui pénetre jusque dans la cavité de la boîte, & qui sert à y placer un petit ressort à bascule, dont l’extrémité inférieure faisant éminence en-dedans de la boîte, est taillée en talus, & très-polie afin de glisser facilement sur la surface ou biseau de la scie des trépans, pour s’engager dans leur hoche ou entailleure. V. fig. 12. la coupe de cette boîte.

La troisieme piece de l’arbre est la branche ou manivelle. C’est un arc irrégulierement arrondi, dont les extrémités tiennent aux parties supérieure & inférieure de l’instrument. Cet arc est plus ou moins orné suivant le goût & l’adresse de l’ouvrier. Il doit y avoir dans son milieu une petite boule tournante d’acier, ovale, ayant environ un pouce de diametre sur quinze lignes de longueur. Cette petite boule doit être garnie de petits sillons, moins pour l’ornement, qu’afin de présenter des surfaces inégales aux doigts, & d’être tenue avec plus de fermeté. Cette boule doit tourner autour d’un essieu, ce qui facilite beaucoup l’action de la machine, & en rend le mouvement bien plus doux.

Nous expliquerons la maniere de se servir de tous ces instrumens en parlant de l’opération à laquelle ils conviennent. Voyez Trépaner. (Y)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « trépan »

Ital. trepano, trapano.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin médiéval trepanum, désignant un instrument de chirurgie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « trépan »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
trépan trepɑ̃

Citations contenant le mot « trépan »

  • Les revers des chapeaux couvrent des têtes vidées par le trépan du conformisme. De Thea Mazzoni Balzano / Mots inutiles
  • Le segment des services publics est principalement stimulé par laugmentation des incitations financières et des soutiens réglementaires des gouvernements à léchelle mondiale. Les denrées Scie trépan actuelles sont principalement affectées par la pandémie de COVID-19. La plupart des projets en Chine, aux États-Unis, en Allemagne et en Corée du Sud sont retardés, et les entreprises sont confrontées à des problèmes opérationnels à court terme en raison des contraintes de la chaîne dapprovisionnement et du manque daccès au site en raison de lépidémie de COVID-19. LAsie-Pacifique devrait être fortement affectée par la propagation du COVID-19 en raison de leffet de la pandémie en Chine, au Japon et en Inde. La Chine est le centre épique de cette maladie mortelle. La Chine est un pays majeur en termes dindustrie chimique. Instant Interview, Marché Scie trépan mondial 2017-2026 | Bosch, LENOX, DEWALT, The M. K. Morse Company, EAB Tool Company – Instant Interview
  • Les quatre puits seront réalisés grâce à la technique du "raise boring", ou "forage de relance". Depuis la surface, un trou de faible diamètre est percé jusqu’à la profondeur requise. L’excavation au diamètre voulu se fait ensuite vers le haut, en remontant le trépan. La zone de travaux est ainsi réduite en surface. Les déblais tombent au fond du puits vertical. Il seront acheminés vers l’extérieur par la descenderie existante. , Lyon-Turin | Lyon-Turin : le marché du puits de ventilation attribué
  • Le rapport inspecte en outre la valeur marchande des scies trépan carbure, l’analyse SWOT, le taux de consommation et les plans de développement à venir. Étant donné que le marché mondial des scies trépans carbure est fortement séparé par les joueurs d’élite, les régions, les types et les applications pour la période 2020-2026, les perspectives de croissance réelles parmi les segments offrent des estimations exactes des ventes et de la production en termes de valeur et de volume. Tropicalizer, Scies trépans au carbure (mise à jour COVID-19) Marché 2020-26 par les acteurs clés Starrett, LENOX, Greenlee, Bosch, MPS Sagen, Tunco, K&W Tools, Makita – Tropicalizer
  • Les 128 cases sont percées ? Vous avez fait le plus difficile ! L'étape suivante consiste à découper le cercle central à l'aide d'une scie-trépan afin de créer l'espace pour les dés. Pour cela, fabriquez un petit support avec des planches afin que le plateau de jeu ne repose plus directement sur le plan de travail. Afin de ne pas trop abîmer les bords en perçant, percez d'abord d'un côté, mais uniquement jusqu'à ce que l'outil traverse la planche. Cela sert à fixer la planche avant de la retourner. Retournez ensuite la planche et percez le reste du trou de l'autre côté. Femme Actuelle, Tuto DIY : fabriquez un joli jeu de petits chevaux facilement : Femme Actuelle Le MAG

Traductions du mot « trépan »

Langue Traduction
Anglais trepan
Espagnol trepanar
Italien trapano
Allemand trepan
Chinois 特雷潘
Arabe تريبان
Portugais trépano
Russe трепан
Japonais トレパン
Basque trepanoa
Corse trepan
Source : Google Translate API

Trépan

Retour au sommaire ➦

Partager