La langue française

Tourterelle

Sommaire

  • Définitions du mot tourterelle
  • Étymologie de « tourterelle »
  • Phonétique de « tourterelle »
  • Citations contenant le mot « tourterelle »
  • Images d'illustration du mot « tourterelle »
  • Traductions du mot « tourterelle »
  • Synonymes de « tourterelle »

Définitions du mot « tourterelle »

Trésor de la Langue Française informatisé

TOURTERELLE, subst. fém.

A. −
1. ORNITH. Oiseau migrateur, morphologiquement proche du pigeon mais plus petit et plus fin, au vol rapide et saccadé, appartenant à la famille des Colombidés, qui compte de nombreuses espèces dont les deux plus connues en France sont la tourterelle des bois et la tourterelle turque ou tourterelle à collier. Tourterelle sauvage, apprivoisée; nuées, couple de tourterelles; élever des tourterelles; gémissement, murmure, plainte, ramage, soupir de la tourterelle. Deux tourterelles Surprises dans le nid, qui font un grand bruit d'ailes Entre les doigts de l'oiseleur (Gautier, Albertus, 1833, p. 149).En mai (...) la tourterelle mâle roucoule pour distraire et bercer sa femelle qui couve (Pesquidoux, Chez nous, 1921, p. 165).V. becqueter ex. 7, colombidés dér. s.v. colombe1ex. de Vidron.
En partic. Femelle de cet oiseau. J'aurai un nid sous ma fenêtre; une tourterelle vient de chanter sur l'acacia où il y avait un nid l'an dernier. C'est peut-être la même. Cet endroit lui a convenu et, en bonne mère, elle y replace son berceau (E. de Guérin, Journal, 1838, p. 200).
P. anal., fam. [À propos d'une femme] Maria occupait dans une autre aile un appartement isolé, avec une ancienne gouvernante du professeur qui lui était toute vendue, et qu'il avait métamorphosée en duègne pour son épouse. Le hibou ne voyait plus sa tourterelle qu'aux heures de repas (Borel, Champavert, 1833, p. 72).
P. méton. Chair comestible, viande de cet animal. Depuis six semaines nous n'avions mangé que du poulet et de la tourterelle (Flaub., Corresp., 1850, p. 189).
2. [Avec une valeur de symb.]
a) [Symb. de la fidélité conjugale] Ainsi dans les bosquets de notre Occitanie, Sur la branche fatale où le trait du chasseur Lui ravit son ramier fidèle, La plaintive tourterelle Vient déplorer son malheur (M. de Guérin, Poés., 1839, p. 31).Un médaillon bleu céleste, représentant en cheveux tressés deux tourterelles sur un autel de gazon, et au dos: « Don de Lucie » (Pourrat, Gaspard, 1930, p. 182).
b) [Symb. de douceur, de grâce, d'innocence, de faiblesse] Capricieuse et sauvage comme elle était, la voilà devenue tout à coup la plus douce, la plus caressante du monde. Un vrai petit faucon changé en tourterelle! (Arène, J. des Figues, 1870, p. 98).
[En appellatif avec valeur hypocor., s'agissant d'une femme, d'une enfant] La Nourrice: Qu'est-ce que tu veux que je fasse pour toi, ma tourterelle? Antigone: Rien, nounou. Seulement ta main comme cela sur ma joue (Anouilh, Antig., 1946, p. 151).V. gazelle B ex. de Saint-Exupéry.
B. − P. compar.
1. En appos. avec valeur d'adj. [Toujours postposé; en parlant d'une chose] D'un gris très doux comme celui du plumage de l'oiseau. Les tapis d'Olténie aux nuances tourterelle, aux feuilles et aux fleurs longuement étirées (Morand, Bucarest, 1935, p. 149).Gris tourterelle. Le ciel s'est voilé de nouveau, mais d'une gaze toute légère; c'est comme un tissu de petits nuages pommelés, d'un gris tourterelle, qui semblent être remontés à des hauteurs excessives dans l'éther (Loti, Maroc, 1889, p. 81).
Rare, empl. subst. masc. sing. Des coloris très doux [chez le couturier Gaston]. Du jaune au marron pour les écossais, du beige, beaucoup de gris, jusqu'au tourterelle (L'Œuvre, 17 mars 1941).
2. [À propos d'une pers.] Subst. + de tourterelle.Rire de tourterelle. Rire doux, gracieux, agréable à entendre. Suzanne fit entendre un rire de tourterelle, un rire si jeune et si pur qu'il rétablit l'équilibre de l'entretien et le calme au fond des cœurs(Duhamel, Nuit St-Jean, 1935, p. 143).Cou de tourterelle. Cou arrondi et fin. Un petit col évasé laissait voir un cou arrondi de tourterelle (Gyp, Souv. pte fille, 1927, p. 116).
C. − P. anal., arg. [Pendant la guerre de 1914-1918, s'agissant des projectiles ennemis]
1. Grenade à fusil. Des « tourterelles » à fusil dont on reconnaissait le départ un peu sourd et qui arrivaient en sifflant (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 269).
2. Torpille aérienne à ailettes. V. barouf(e) ex. 2.
REM. 1.
Tourte, subst. fém.,synon. (supra A 2 b).[Avec valeur hypocor.] La Gouvernante: Hé! Dis! Je ne veux pas mordre sur ton époux. Lui te façonnera, ma jolie tourte, ma jolie tourterelle (Audiberti, Mal court, 1947, I, p. 136).
2.
Tourtre, subst. fém.,synon. (supra A 1).a) Vx ou lang. poét. La tourtre fait roucoucou! (Claudel, Poés. div., 1952, p. 867).b) P. méton., vx. Chair comestible, viande de cet animal. Manger des tourtres. On servit un plat de tourtres (Ac. 1835, 1878).
Prononc. et Orth.: [tuʀtə ʀ εl]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1050 turtrele ornith. (Alexis, éd. Chr. Storey, 149); ca 1200 turterele (Poème moral, éd. A. Bayot, 54); 2. 1819 tourterelle « d'un gris très doux, comme le plumage d'une tourterelle » (Obs. modes, t. 4, p. 47); 1845 gris tourterelle (Le Moniteur de la mode, 10 mars, p. 267 ds Quem. DDL t. 16). Du b. lat. turturella, turturilla (OLD), dimin. de turtur « tourterelle ». Fréq. abs. littér.: 290. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 453, b) 698; xxes.: a) 367, b) 251. Bbg. Callebaut (Br.). Index hist. et explicatif des noms des oiseaux en fr. Trav. Ling. Gand. 1980, no7, pp. 172-173. − Quem. DDL t. 16.

Wiktionnaire

Nom commun

tourterelle \tuʁ.tə.ʁɛl\ féminin

  1. (Zoologie) Nom vernaculaire ou normalisé de plusieurs genres d'oiseaux de la famille des columbidés de taille inférieure au pigeon, à queue généralement plus longue et effilée.
    • Par intervalles, quand un rayon de lune, crevant d’argent les nuages gonflés de chaleur, lui fait croire au jeune soleil, une tourterelle roucoule dans les palmeraies. — (Pierre Benoit, L’Atlantide, Albin Michel, 1920, p. 9-14)
    • Les tourterelles volent ordinairement deux à deux, le mâle et la femelle.
    • La fidélité des tourterelles est proverbiale.
  2. Couleur gris légèrement rosé. #BBACAC
  3. (Régionalisme) Crécelle
    • Il y a des claquoirs simples ou doubles, que l'on appelle : claquoirs, battoirs, crécelles ou cricri, routelles, tartarelles ou tourterelles, dont la forme la plus connue est celle de Corbie, qui ressemble à un tonnelet de fer. — (Bulletin de la Société d'émulation historique et littéraire d'Abbeville, 1902, page 180)
  4. (Héraldique) Meuble représentant l’animal du même nom dans les armoiries. Elle se blasonne comme le pigeon dont elle ne diffère pas vraiment (il y a donc risque de confusion) si ce n’est par le fait qu’elle est généralement représentée de sable (même si d’autres couleurs sont possibles). À rapprocher de colombe et pigeon.
    • D’or au chevron de sable accompagné de deux tourterelles du même se regardant et en pointe une quintefeuille de gueules, qui est de l’Abbé Alexandre Slootmans → voir illustration « armoiries avec 2 tourterelles »
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TOURTERELLE (tour-te-rè-l') s. f.
  • 1Oiseau qui ressemble beaucoup au pigeon, mais qui est plus petit, columba turtur, L. gallinacés. Les tourterelles se fuyaient ; Plus d'amour, partant plus de joie, La Fontaine, Fabl. VII, 1. Toutes les tourterelles, sans en excepter une, se réunissent en troupes, arrivent, partent et voyagent ensemble, Buffon, Ois. t. II, p. 382. Nous achetâmes, dans le village, des tourterelles à coup de poignard ; on leur a donné ce nom, parce qu'elles ont au milieu de la poitrine une tache rouge qui ressemble exactement à une blessure faite par un coup de couteau, La Pérouse, Voy. t. II, p. 339, dans POUGENS.

    Tourterelle à collier, nom vulgaire de la colombe rieuse.

    Petite tourterelle américaine, nom donné par Brisson à un oiseau qui est la colombe passerine (Antilles) de Latham, cocotzin d'Hernandez, petite tourterelle de la Martinique et pigeon de terre, Legoarant

    Fig. Je hais la coquetterie, et je suis une tourterelle pour la fidélité, Lesage, Gil Blas, IV, 7. D'un lutin c'est tout l'esprit, C'est un cœur de tourterelle, Béranger, Margot.

    Fig. Ils s'aiment comme deux tourterelles, se dit de deux jeunes époux qui ont beaucoup d'amour l'un pour l'autre. Oh ! parbleu, nous vivrons comme deux tourterelles, Regnard, Joueur, IV, 9.

  • 2Coquille du genre strombe.

HISTORIQUE

XIe s. Dame, dist ele, jo i ai si grant perte ; Ore vivrai en guise de turtrele ; Quant n'ai tun filz, ensemble ot [avec] tei voil estre, Saint Alexis, XX.

XIIIe s. Je voi que vous estes plus simple En cel surcot, en cele guimple, Que torterele ne coulons, la Rose, 8552. Torterele est uns oisiaus de grant chasteé qui habite volentiers loing des gens, Latini, Trésor, p. 220.

XIVe s. Perdrix, tuerterelles, gelines sauvages, Bibl. des ch. 5e série, t. I, p. 216.

XVe s. Et pour sa loyaulté garder, Il veult desormais ressembler à la loyalle turterelle Qui seule se tient, à part elle, Après qu'elle a perdu son per, Orléans, Quittance d'amour.

XVIe s. Et estimoit qu'en cette cage, sa farouche tourterelle se pourroit apprivoiser, Yver, p. 542.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TOURTERELLE, Turterelle, Tortorelle, Turtrelle, Tourte, s. f. (Hist. nat. Ornitholog.) turtur ; oiseau que M. Brisson a mis dans le genre des pigeons ; il a 11 pouces de longueur depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue, & seulement 9 pouces jusqu’au bout des ongles ; l’envergure est d’un pié huit pouces ; les aîles étant pliées s’étendent jusqu’aux trois quarts de la longueur de la queue. Le dessus de la tête & de la face supérieure du cou est cendré ; le bas de cette même face du cou, le dos, le croupion & les plumes qui recouvrent l’origine de la queue ont une couleur brune. Les petites & les moyennes plumes des aîles sont en partie brunes & en partie rousses ; le milieu de chaque plume est noir, & les bords sont roux ; les grandes plumes ont une couleur brune, à l’exception des bords extérieurs, qui sont blanchâtres. La face inférieure du cou & le dessus de la poitrine ont une couleur rouge vineuse ; le bas de la poitrine & les côtés du corps sont d’un gris-brun ; le ventre, les jambes & les plumes du dessous de la queue, ont une couleur blanche. Les plumes de la queue sont d’un gris-brun en-dessus, & noirâtres en-dessous ; elles ont toutes l’extrémité blanche, excepté les deux du milieu ; la plume extérieure de chaque côté a les barbes externes blanches. Il y a de chaque côté du cou une grande tache noire, & traversée par trois ou quatre lignes blanches, qui descendent obliquement vers le dos, & qui forment une espece de collier : les yeux sont entourés d’un petit cercle rouge. Ornit. de M. Brisson, t. I. Voyez Oiseau.

Tourterelle, (Diette & Mat. médic.) Voyez Pigeon.

Tourterelle d’Amérique, turtur Americanus ; cet oiseau est de la grosseur de notre tourterelle ; il a environ 11 pouces de longueur depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue : les aîles étant pliées, ne s’étendent guere qu’au quart de la longueur de la queue. La partie antérieure de la tête & la gorge sont d’un brun roussâtre, & le derriere de la tête a une couleur cendrée bleuâtre ; il y a de chaque côté à l’endroit où le cendré & le brun se réunissent, une petite tache noire & ronde, qui a environ deux lignes de diametre. La face supérieure du cou, la partie antérieure du dos, les grandes plumes des épaules, les petites & les moyennes plumes des aîles sont d’un brun obscur, & il y a de plus sur les moyennes plumes des aîles & sur les grandes des épaules des taches noirâtres & ovales de différentes grandeurs. La partie postérieure du dos & le croupion, ont une couleur qui tire sur le cendré ; la face inférieure du cou & la poitrine sont d’une couleur de rose, qui s’affoiblit par degré en descendant vers la poitrine : les plumes du ventre, des jambes & du dessous de la queue ont une couleur brune mélée d’un peu de cendré. Il y a de chaque côté de la tête une petite ligne blanche, qui s’étend depuis les coins de la bouche jusqu’aux yeux. Les grandes plumes des aîles sont d’un brun foncé, & ont les bords extérieurs des barbes roussâtres. Les deux plumes du milieu de la queue sont noirâtres & les plus longues, les autres diminuent successivement de longueur jusqu’à l’extérieur, qui est la plus courte ; elles sont presqu’entierement cendrées, & elles ont seulement une large bande transversale & noire près de leur extrémité, qui est blanchâtre. Les piés sont rouges, & la couleur des ongles est noire. Ornit. de M. Brisson, t. I. Voyez Oiseau.

Tourterelle d’Amérique, turtur barbadensis minimus Wil. oiseau de la grosseur d’une alouette hupée ; il a un peu plus de six pouces de longueur depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue ; la longueur du bec est de sept lignes, depuis sa pointe jusqu’aux coins de la bouche ; les aîles étant pliées ne s’étendent qu’au quart de la longueur de la queue. Le dessus de la tête & du cou est un cendré clair ; le dos & le croupion sont d’un cendré plus foncé. Le devant de la tête, la gorge, la face inférieure du cou, la poitrine, le ventre, les côtés du corps & les plumes du dessous de la queue sont d’un rouge clair, avec quelques taches brunes qui occupent le milieu de certaines plumes du cou & de la poitrine. Les petites plumes des aîles ont une couleur mélée de cendré-foncé & de rougeâtre, avec quelques taches d’un verd foncé ; les grandes plumes, & celles de la face inférieure, sont rousses ; les grandes plumes ont l’extrémité & le bord extérieur bruns. Les deux plumes du milieu de la queue sont d’un cendré plus foncé que celui du dos ; les autres ont une couleur brune presque noire. Le bec est d’un rouge pâle à son origine, & noirâtre à l’extrémité ; les piés sont rouges & les ongles sont noires. La femelle differe du mâle en ce qu’elle a la face inférieure du corps d’une couleur blanchâtre, au-lieu de l’avoir rougeâtre. Ornit. de M. Brisson, t. I. Voyez Oiseau.

Tourterelle brune d’Amérique, petite, cocolzin aliûs gen. Wil. oiseau qui a cinq pouces & demi de longueur depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue ; la longueur du bec est de six lignes depuis sa pointe jusqu’aux coins de la bouche ; les aîles étant pliées s’étendent environ jusqu’au tiers de la longueur de la queue. Toute la face supérieure de cet oiseau est brune & luisante comme de la soie ; les petites & les moyennes plumes des aîles sont de la même couleur brune, mais un peu rougeâtre ; elles ont sept petites taches de couleur d’acier poli, dont trois sont sur les petites plumes, & les quatre autres sur les moyennes. La gorge est d’un blanc roussâtre ; la face inférieure du cou & la poitrine sont d’un brun roussâtre ; les plumes des côtés du corps, du ventre, des jambes, & celles du dessous de la queue sont d’un blanc sale mélé d’une teinte de roux ; les grandes plumes des aîles, & celles du second rang, ont le côté extérieur & l’extrémité d’un roux noirâtre ; le bord inférieur est roux. Les deux plumes du milieu de la queue sont brunes ; les autres ont la face supérieure noire, & l’inférieure est cendrée à son origine, ensuite noire & brune à l’extrémité ; le bout des barbes extérieures des deux premieres plumes de chaque côté est blanc. Ces piés sont rouges, & les ongles ont une couleur brune. On trouve cette espece de tourterelle à Saint-Domingue. Ornithol. de M. Brisson, tome I. Voyez Oiseau.

Tourterelle verte d’Amboine, turtur viridis amboinensis ; oiseau qui est un peu plus petit que la tourterelle ordinaire ; il a environ sept pouces neuf lignes depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue, & sept pouces trois lignes jusqu’au bout des ongles ; la longueur du bec est de huit lignes depuis sa pointe jusqu’au coin de la bouche ; les aîles étant pliées s’étendent jusqu’à la moitié de la longueur de la queue. Le devant de la tête & de la gorge sont cendrées ; le derriere de la tête, la face supérieure du cou, le dos & le croupion, les plumes du dessus de la queue, les petites des aîles, la poitrine, le ventre, les côtés du corps & les jambes ont une belle couleur verte dorée & luisante, qui change en une couleur de cuivre bronzé à certains aspects ; la face inférieure du cou est d’un très-beau violet pourpré : les plumes de la face inférieure des aîles ont une couleur cendrée ; les grandes plumes des aîles & celles du second rang sont de même couleur que celles du dos, à l’exception du côté inférieur qui est noirâtre ; le dessous de ces plumes a une couleur en-dessus mélée de brun. Les plumes de la queue sont cendrées d’un beau verd doré qui paroît à certains aspects de couleur de cuivre de rosette ; elles ont toutes l’extrémité d’un jaune clair, & un peu de noirâtre sur le côté intérieur ; le dessous de ces plumes a une couleur noirâtre, à l’exception de l’extrémité, qui est d’un blanc sale. Le bec & les piés sont rouges, & les ongles ont une couleur grise brune. Ornit. de M. Brisson, t. I. Voyez Oiseau.

Tourterelle d’Amboine, turtur amboinensis, oiseau qui est à-peu-près de la grosseur de la tourterelle ordinaire ; il a un pié deux pouces de longueur depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue, & seulement huit pouces jusqu’au bout des ongles ; la longueur du bec est de dix lignes, depuis sa pointe jusqu’aux coins de la bouche : les aîles étant pliées, s’étendent à trois pouces au-delà de l’origine de la queue. Les plumes de la tête, du cou, de la poitrine, des côtés, du corps, du ventre, des jambes & celles du dessous de la queue sont rousses ; celles du dessus de la tête, du cou & de la poitrine ont chacune une bande transversale noirâtre. Les plumes de la partie antérieure du dos & les petites des aîles sont d’un brun foncé, à l’exception de l’extrémité qui est rousse ; celles de la partie postérieure du dos, celles du croupion & du dessous de la queue ont une couleur rousse : la couleur des grandes plumes des aîles est d’un brun foncé. Les deux plumes du milieu de la queue sont les plus longues ; les autres diminuent successivement de longueur jusqu’à l’extérieure, qui est la plus courte ; elles ont toutes une couleur brune, tirant sur le roux. Le bec & les piés sont rouges, & les ongles ont une couleur brune. La femelle ne differe du mâle qu’en ce qu’elle a des couleurs plus claires. Ornit. de M. Brisson, tome I. Voyez Oiseau.

Tourterelle du Canada, turtur canadensis, oiseau qui est un peu plus gros que la tourterelle ordinaire ; il a un pié un pouce de longueur, depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue ; la longueur du bec est d’un pouce, depuis sa pointe jusqu’aux coins de la bouche. Les aîles étant pliées, s’étendent un peu au-delà du milieu de la longueur de la queue. Le dessus de la tête, la face supérieure du cou & la partie antérieure du dos sont d’un gris brun ; la partie postérieure du dos & le croupion ont une couleur cendrée ; la gorge, la face inférieure du cou & la poitrine sont d’un gris brun mêlé de jaunâtre. La couleur des plumes des côtés du corps est blanche, & celle des plumes des jambes & du ventre est d’un blanc sale. Les grandes & les moyennes plumes des aîles sont brunes, à l’exception du bord extérieur des grandes plumes qui est jaunâtre ; il y a sur les petites de grandes taches d’un brun noirâtre. Les plumes de la queue sont cendrées, à l’exception de l’extérieure de chaque côté qui est blanche ; elles ont toutes, excepté les deux du milieu près de leur origine sur les barbes intérieures, une grande tache rousse, au-dessus de laquelle il y en a une autre aussi grande d’un brun noirâtre. Le bec est noirâtre ; les piés sont rouges & les ongles noirs. La femelle differe du mâle en ce qu’elle a l’extrémité des plumes de la tête, du cou, de la poitrine, de la partie antérieure du dos, & des petites plumes des aîles, d’un blanc sale & jaunâtre. Ornit. de M. Brisson, tome I. Voyez Oiseau.

Tourterelle du cap de Bonne-Espérance, turtur capitis Bonæ-Spei, oiseau qui n’est guere plus gros que l’alouette hupée ; il a neuf pouces six lignes de longueur, depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue ; la longueur du bec est de sept lignes, depuis sa pointe jusqu’aux coins de la bouche ; les aîles étant pliées, s’étendent jusqu’au tiers de la longueur de la queue. Les plumes de la tête, du cou, de la poitrine, du dos, du croupion, du dessous de la queue, & les petites des aîles sont d’un gris brun ; celles du ventre, des côtés du corps, des jambes & du dessous de la queue ont une couleur blanche sale. Il y a sur chaque aîle une tache d’une couleur semblable à celle de l’acier poli ; les barbes extérieures & l’extrémité des grandes plumes des aîles sont brunes, & les barbes intérieures ont une couleur rousse ; les plumes du second rang sont grises à l’extérieur du tuyau, & brunes à l’intérieur ; les deux plumes du milieu de la queue ont en-dessus une couleur brune noirâtre, mêlée d’une légere teinte de roux ; la face supérieure de toutes les autres est d’un gris brun à l’origine, & noirâtre vers l’extrémité ; elles ont toute la face supérieure noire, excepté la premiere plume de chaque côté qui a le côté extérieur & l’extrémité blancs : les deux du milieu sont les plus longues ; les autres diminuent successivement de longueur jusqu’à la premiere, qui est la plus courte. Le bec & les piés ont une couleur rouge, & les ongles sont bruns. On trouve cet oiseau au cap de Bonne-Espérance & au Sénégal. Le mâle differe de la femelle en ce qu’il a la gorge & la face inférieure du cou d’un noir brillant. Ornit. de M. Brisson, tome I. Voyez Oiseau.

Tourterelle de la Caroline, columba turtur Caroliniensis, Klein ; oiseau qui est un peu plus petit que la tourterelle ordinaire ; il a dix pouces & demi de longueur, depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue ; la longueur du bec est de huit lignes, depuis sa pointe jusqu’aux coins de la bouche ; les aîles étant pliées, s’étendent un peu au-delà du tiers de la longueur de la queue. Le devant de la tête, la face inférieure du cou & la poitrine sont d’une couleur rougeâtre ; le dessus de la tête & la face supérieure du cou ont une couleur cendrée obscure. Les plumes du dos, du croupion, du dessus de la queue & les petites des aîles qui se trouvent près du corps sont de la même couleur que la face supérieure du cou, mais elle est mêlée d’un peu de roussâtre ; les plumes du ventre, des côtés du corps, des jambes & du dessous de la queue sont roussâtres ; celles de la face inférieure des aîles ont une couleur cendrée. Il y a sur chaque aîle quelques taches noires, placées près de l’extrémité des moyennes plumes ; les grandes sont d’un cendré noirâtre, & les plus longues ont le bord extérieur blanchâtre. Les deux plumes du milieu de la queue sont les plus longues, & d’un cendré brun ; les autres diminuent successivement de longueur jusqu’aux extérieures qui sont les plus courtes : les trois extérieures de chaque côté ont la face supérieure de couleur cendrée à leur origine & blanche à l’extrémité ; & elles sont en-dessous noires à l’origine, & blanches à l’extrémité : les deux qui suivent de chaque côté sont cendrées en-dessus, & marquées d’un peu de noir vers le milieu de leur longueur ; elles ont la face inférieure noire, depuis l’origine jusqu’à la moitié de leur longueur, & le reste est d’un cendré clair. Les yeux sont entourés d’une peau bleue ; le bec est noirâtre, & les piés ont une couleur rouge. Le mâle differe de la femelle en ce qu’il a la poitrine d’un beau violet doré qui change à différens aspects. On trouve cet oiseau à la Caroline, au Brésil & à S. Domingue. Ornit. de M. Brisson, tome I. Voyez Oiseau.

Tourterelle rayée de la Chine, columba sinensis, elegans, Klein ; cet oiseau est à-peu-près de la grosseur de la tourterelle à collier. Le sommet de la tête a une couleur cendrée ; les plumes des joues & des côtés du cou sont jaunes, & celles des côtés du cou ont l’extrémité rouge : cette couleur jaune est séparée de la couleur du dessus du cou par une bande longitudinale de couleur bleue. Le derriere de la tête, la partie supérieure du cou, le dos & le croupion sont d’un brun rayé transversalement de petites bandes noires, qui forment chacune un arc de cercle. La poitrine, le ventre, les côtés du corps & les jambes sont d’une couleur de rose pâle : les petites plumes des aîles ont une couleur brune, plus claire que celle du dos ; elles ont aussi à l’extrémité une bande transversale blanche, au-dessous de laquelle il y en a une noire. Les premieres & les dernieres des moyennes de l’aîle sont noires, & ont le bord extérieur blanc ; celles du milieu sont entierement blanches : la couleur des grandes plumes est noire, & elles ont le bord extérieur blanc. Les plumes de la queue sont d’un brun clair. Le bec est d’un cendre bleuâtre. Les piés ont une couleur rouge, & les ongles sont blancs. Ornit. de M. Brisson, tome I. Voyez Oiseau.

Tourterelle a collier, turtur torquatus, elle est un peu plus grosse que la précédente, elle a un pié de longueur, depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue, & un pié huit pouces d’envergure ; les aîles étant pliées, s’étendent un peu au-delà du milieu de la longueur de la queue. Le dessus de la tête & du cou, le dos & les petites plumes des aîles sont roussâtres ; la partie inférieure du cou & la poitrine ont une couleur blanche, mêlée d’une légere teinte rougeâtre ; le ventre, les côtés du corps, les jambes & les plumes du dessous de la queue sont blanches ; la couleur des plumes du croupion tire un peu sur le gris-brun. Les grandes plumes des aîles sont de la même couleur que celles du croupion, & elles ont le bord extérieur blanchâtre. Les plumes de la queue sont cendrées en-dessus, & elles ont toutes l’extrémité blanchâtre, excepté les deux du milieu, dont la face inférieure est noirâtre à l’origine des plumes, & ensuite d’un cendré clair ; la plume extérieure de chaque côté a les barbes externes blanches. La partie supérieure du cou est entourée d’un collier noir, & large d’environ deux lignes. La femelle ne differe du mâle qu’en ce qu’elle est plus blanche. Ornit. de M. Brisson, tome I. Voyez Oiseau.

Tourterelle a collier du Sénégal, turtur torquatus senegalensis, oiseau qui est à-peu-près de la grosseur du merle ; il a environ neuf pouces six lignes de longueur, depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue ; la longueur du bec est de neuf lignes, depuis sa pointe jusqu’aux coins de la bouche ; les aîles étant pliées, s’étendent environ à la moitié de la longueur de la queue. La tête, le cou, & la poitrine approchent d’une couleur vineuse, un peu rembrunie sur le dessus de la tête & du cou. Les plumes du dos, du croupion, du dessus de la queue & les petites plumes des aîles sont d’un gris-brun ; le ventre, les côtés du corps, les jambes & les plumes du dessous de la queue ont une couleur blanche sale ; les plumes de la face inférieure de l’aîle sont cendrées ; les grandes plumes des aîles & celles du second rang ont une couleur brune-noirâtre, à l’exception du bord extérieur qui est d’un blanc sale. Les deux plumes du milieu de la queue sont d’un gris-brun ; les autres ont une couleur noire, depuis leur origine jusqu’à environ les deux tiers de leur longueur, le reste est gris ; le côté extérieur de la premiere plume a cette même couleur. La partie supérieure du cou est entourée d’une espece de collier noir, large d’environ trois lignes : ce collier remonte un peu vers la tête sur les côtés du cou. Le bec est noirâtre ; les piés sont rouges, & les ongles ont une couleur brune. Ornit. de M. Brisson, tome I. Voyez Oiseau.

Tourterelle de la Jamaïque, turtur jamaicensis, oiseau qui est à-peu-près de la grosseur du biset. Il a onze pouces de longueur depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue, & près de dix pouces jusqu’au bout des ongles ; la longueur du bec est de onze lignes depuis sa pointe jusqu’aux coins de la bouche ; les aîles étant pliées s’étendent un peu au-delà du tiers de la longueur de la queue ; le dessus de la tête & la gorge sont bleus ; cette couleur s’étend un peu sur le milieu de la face inférieure du cou, & il y a plus bas des plumes noires, dont quelques-unes ont une bande transversale blanche ; la face supérieure du cou, le dos, le croupion, les petites plumes des aîles, & celles du dessus de la queue, sont d’un brun tirant sur le rougeâtre ; il y a une bande blanche qui s’étend de chaque côté, depuis le dessous de la mâchoire inférieure, jusqu’au derriere de la tête, en passant au-dessous de l’œil ; les grandes plumes des aîles sont brunes, à l’exception du bord extérieur qui est roussâtre ; celles de la queue ont la face supérieure d’un cendré noirâtre, & l’inférieure est noirâtre sans mélange d’autres couleurs ; le bec a une couleur rouge à sa base, l’extrémité est cendrée ; les piés & les ongles sont rouges. Ornit. de M. Brisson, tom. I. Voyez Oiseau.

Tourterelle rayée des Indes, colomba turtur indiæ orientalis. Klein. Oiseau qui est un peu moins gros que la tourterelle ordinaire ; il a environ neuf pouces & demi de longueur depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue ; la longueur du bec est de neuf lignes depuis sa pointe jusqu’aux coins de la bouche ; les aîles étant pliées, s’étendent environ à la moitié de la longueur de la queue ; le devant de la tête, les joues & la gorge sont d’un brun clair ; le derriere & le dessus de la tête ont une couleur roussâtre ; la face supérieure du cou, le dos, & les petites plumes des aîles, sont d’un cendré brun, & ont de petites bandes noires transversales, qui forment chacune un arc de cercle ; les plumes du croupion, & celles du dessus de la queue, sont de même couleur que le dos, mais elles n’ont point de bandes transversales ; les plumes des côtés du cou & du corps, sont bleuâtres, & ont de petites bandes transversales d’un bleu foncé, tirant sur le noir ; la face inférieure du cou, la poitrine, le ventre & les jambes, sont de couleur de rose ; les plumes du dessous de la queue ont une couleur blanche ; il y a une petite ligne blanche qui s’étend depuis les narines jusqu’aux yeux ; les grandes plumes des aîles & celles de la queue, sont d’un cendré brun, un peu plus foncé que la couleur du dos, & les deux plumes du milieu de la queue, ont l’extrémité blanche ; la membrane du dessus des narines est d’un bleu clair, & les piés sont d’un rouge pâle. Ornit. de M. Brisson, tom. I. Voyez Oiseau.

Tourterelle mulet, turtur hybridus ; c’est une variété qui provient d’une tourterelle ordinaire, & d’une tourterelle à collier ; elle est de la grandeur de cette derniere ; elle a le sommet de la tête, le cou & la poitrine, d’une couleur vineuse ; le dos est en entier d’une couleur cendrée, mêlée d’une très légere teinte de rougeâtre foncé ; les plumes des aîles sont brunes ; le bec est d’un brun bleuâtre, & les piés sont d’un beau rouge couleur de sang : au reste cet oiseau ressemble à la tourterelle à collier. Ornit. de M. Brisson, tom. I. Voyez Oiseau.

Tourterelle du Sénégal, turtur senegalensis ; oiseau qui est un peu moins gros qu’un merle, & qui a huit pouces de longueur depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue ; la longueur du bec est de huit lignes depuis sa pointe jusqu’aux coins de la bouche ; les aîles étant pliées s’étendent jusqu’à la moitié de la longueur de la queue ; le dessus de la tête est cendré ; la face supérieure du cou, le dos, le croupion & les petites plumes des aîles, sont d’un gris brun ; la gorge est blanchâtre ; la face inférieure du cou, & la poitrine, ont une couleur rougeâtre très-claire, les plumes du ventre, des côtés du corps, des jambes, & celles du dessous de la queue, sont d’un blanc sale ; celles du dessous de la queue ont une couleur grise brune, à l’exception de la pointe qui est d’un brun noirâtre ; les plumes de la face inférieure des aîles, sont rousses ; les grandes plumes des aîles & celles du second rang, ont l’extrémité & le côté extérieur brun ; le côté intérieur est roux ; il y a sur les aîles quelques taches d’un verd foncé & luisant qui paroît violet à certains aspects ; les plumes de la queue sont toutes noires en-dessous, à l’exception de la premiere de chaque côté, qui a le côté extérieur blanc, depuis son origine jusqu’aux deux tiers de sa longueur, & une petite tache blanche à son extrémité ; les deux plumes du milieu sont d’un brun noirâtre en dessus ; les autres ont une couleur mêlée de gris & de brun ; leur origine & leur extrémité est noirâtre ; le bec & les piés sont rouges, & les ongles ont une couleur brune. Ornit. de M. Brisson, tome I. Voyez Oiseau.

Tourterelle a gorge tachetée du Sénégal, turtur gutture maculato senegalensis ; oiseau qui est à-peu-près de la grosseur d’un merle ; il a environ neuf pouces neuf lignes de longueur, depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue ; la longueur du bec est de huit lignes, depuis sa pointe jusqu’aux coins de la bouche ; les aîles étant pliées, s’étendent environ jusqu’à la moitié de la longueur de la queue ; la tête, le cou, & la poitrine sont d’une assez belle couleur vineuse, & il y a sur la partie inférieure du cou, de petites taches noires ; la partie supérieure du dos est d’un brun mêlé de roux ; chaque plume n’a que l’extrémité rousse, le reste est brun ; les petites plumes des aîles, qui se trouvent près du corps, ont les mêmes couleurs que le dos ; les autres petites plumes des aîles, les plumes de la partie inférieure du dos, & celles du croupion, sont cendrées ; les plumes du ventre, des côtés du corps, des jambes, & du dessous de la queue, sont blanches ; celles de la face inférieure des aîles ont une couleur cendrée ; les grandes plumes des aîles, & celles du second rang, sont brunes en-dessus, & elles ont en-dessous les barbes extérieures cendrées, & les intérieures brunes ; les plumes de la queue sont noires en-dessous, depuis leur origine jusqu’à environ la moitié de leur longueur, & le reste est cendré dans les six du milieu, & blanc dans les trois autres de chaque côté ; la face supérieure des six plumes du milieu, a une couleur brune mêlée de cendré ; les autres sont d’un cendré noirâtre ; sur la même face, depuis leur origine jusqu’à environ le milieu de leur longueur, & le reste est blanc ; les piés sont rouges, & les ongles ont une couleur noirâtre. Ornit. de M. Brisson, tom. I. Voyez Oiseau.

Tourterelle, (Monum. Antiq. & Médail.) la tourterelle est dans les monumens, le symbole de la fidélité entre ami, entre époux, & même des soldats pour leur généraux. On trouve sur le revers d’une médaille d’Elagabale, une femme assise, tenant dans sa main une tourterelle, avec cette inscription, fides exercitûs. Ce symbole est fondé sur ce que le mâle & la femelle de cet oiseau volent ordinairement ensemble, & poussent des gémissemens quand ils sont séparés. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tourterelle »

Berry, tourtourelle ; du lat. turturella, dimin. de turtur (voy. TOURTRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin turturella (ou turturilla) diminutif de turtur (« tourterelle ») qui a donné tourtre en ancien français et « tourte » dont est directement issu l'anglais turtle (aujourd'hui synonyme de tortoise « tortue » mais autrefois « tourterelle », sens qui se maintient dans le nom d'oiseau turtle dove).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tourterelle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tourterelle turtœrɛl

Citations contenant le mot « tourterelle »

  • Humble comme un agneau, diligente comme une abeille, belle comme un oiseau de paradis, fidèle comme une tourterelle. De Proverbe russe
  • Pour apprendre sur la violence, demande à la tourterelle. Pour apprendre sur la douceur, demande au tigre. De Proverbe / Les proverbes du panda
  • Plaignons les tourterelles qui ne baisent qu'au printemps ! De Ninon de Lenclos
  • Il y aurait beaucoup de tendresse à apprendre des loups et beaucoup de férocité des tourterelles. De Yvan Audouard / Les Pensées
  • Faudra que je regarde quel type de tourterelles nichent dans mon coin, si c'est oui, aucune chance d'être chassées. Actu-Environnement, Tourterelle des bois : un quota de 17 000 prises prévu malgré le grave déclin de l'espèce
  • La tourterelle a pondu dans mon pot de fleurs. » , Abbeville. La tourterelle couve dans le pot de fleurs | Le Journal d'Abbeville
  • Alors qu’ils étaient en train de contrôler des véhicules à Vercheny, les gendarmes de la brigade motorisée de Valence ont été les témoins d’un départ de feu, causé par une tourterelle, qui venait de percuter une ligne électrique. , Faits-divers - Justice | Drôme : les gendarmes éteignent un départ d’incendie causé par... une tourterelle !
  • A peine arrivée, Barbara Pompili va-t-elle ouvrir le feu sur la tourterelle des bois, espèce en voie d’extinction, malgré l’injonction de la Commission Européenne d’y mettre fin ?! , Chasse à la tourterelle des bois la France tente de pigeonner l’Europe - Actualités - LPO
  • Avez-vous remarqué cela ? Rien n'a l'air plus méchant qu'une tourterelle en colère. Victor Hugo, Tas de pierres, Éditions Milieu du monde
  • Les tourterelles se fuyaient : Plus d'amour, partant plus de joie. Jean de La Fontaine, Fables, les Animaux malades de la peste
  • La tourterelle turque (Streptopelia decaocto) est une espèce dite « commensale » de l’Homme (qui vit aux côtés des êtres humains, dans une relation profitable pour l’une des deux parties et sans danger pour l’autre). Cette tourterelle apprécie les villes, villages ou hameaux, où elle va profiter de l’activité humaine et surtout des équipements (maisons, toitures, murets ou encore poteaux…) pour faire son nid. ConsoGlobe, Dans la famille biodiversité ordinaire, protégeons la tourterelle turque
  • Le terme tourterelle est employé communément pour désigner différentes espèces d’oiseaux appartenant à la famille des Columbidae (Colombidés) mais à quatre genres bien distincts, à savoir : Le Mag des Animaux, La tourterelle : comment et où vit-elle ? Tout savoir sur la tourterelle

Images d'illustration du mot « tourterelle »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tourterelle »

Langue Traduction
Anglais turtledove
Espagnol tórtola
Italien tortora
Allemand turteltaube
Chinois 斑鸠
Arabe السلحفاة
Portugais rola
Russe горлица
Japonais タートルドブ
Basque turtledove
Corse tartaruga
Source : Google Translate API

Synonymes de « tourterelle »

Source : synonymes de tourterelle sur lebonsynonyme.fr
Partager