La langue française

Tournesol

Définitions du mot « tournesol »

Trésor de la Langue Française informatisé

TOURNESOL, subst. masc.

A. −
1. BOT. [N. vulgaire de plusieurs plantes tinctoriales de familles diverses, notamment la maurelle ou croton des teinturiers/tournesol des teinturiers, et certains lichens comme l'orseille] (Dict. xixeet xxes.).
2. TECHNOL. Matière colorante bleu violet, extraite de ces plantes. On n'emploie guère le tournesol que pour le décor et qu'à la colle, afin de donner une teinte azurée aux plafonds (Manuel du fabricant de couleurs, t. 1, 1884, p. 430).Lichens utiles: les Roccella, développés sur les rochers côtiers des régions chaudes, fournissent des matières colorantes, dont le tournesol (Plantefol, Bot. et biol. végét., t. 2, 1931, p. 185).
Tournesol en drapeaux (vx). ,,Matière bleue préparée aux environs de Nîmes avec le suc de la maurelle, dont on imprègne des toiles grossières ou drapeaux`` (Guignet, Coul., 1889, p. 174).
Tournesol en pain(s). Tournesol préparé à partir de certains lichens mélangés à de la chaux, etc. et réduits en pâte. On vend dans le commerce, sous le nom de tournesol en pains, une matière colorante mélangée à des matières terreuses (Wurtz, Dict. chim., t. 3, 1878, p. 506).
3. CHIM. (Teinture de) tournesol. Solution de cette matière colorante, utilisée comme réactif, ayant la propriété de virer au rouge sous l'effet d'un acide et de redevenir bleue sous l'effet d'une base. Sous l'injure, M. Rezeau (...) vira comme tournesol du bleu au rouge, s'étrangla (H. Bazin, Vipère, 1948, p. 216).Le suc gastrique est un liquide très acide qui rougit intensément la teinture de tournesol (Camefort, Gama, Sc. nat., 1960, p. 131).
Papier de tournesol. Petite bande de papier imprégnée de teinture de tournesol et utilisée comme indicateur d'acidité ou d'alcalinité. [Le principe calmant de l'opium] fait revenir au bleu le papier de tournesol rougi par un acide: il est donc alcalin (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog., t. 2, 1821, p. 496).
B. −
1. BOT. ,,Sous le nom de tournesol on désigne diverses plantes dont les fleurs, par torsion du pédoncule, se présentent toujours de face au soleil; tels sont les héliotropes (...) qui sont des borraginées; les rudbeckies et les hélianthes, qui sont des composés`` (Lar. 20e).
2. En partic. Plante du genre Hélianthe, de la famille des Composées, originaire d'Amérique, caractérisée par une très haute tige épaisse et rugueuse, de larges feuilles triangulaires, de grands capitules ronds, jaune d'or et bruns, cultivée pour ses graines oléagineuses servant dans l'alimentation humaine et animale et parfois pour sa valeur ornementale. Synon. (grand) soleil*.Des tournesols avaient poussé au hasard, constellant le mur de leurs disques bruns, auréolés d'or. Ils étaient si grands qu'ils atteignaient la planche du toit (Moselly, Joson Meunier, Paris, Libr. P. Ollendorff, 1910, p. 62).Champs de tournesols pareils à nos topinambours où tous les perroquets prenaient leur pâture (...), les ailes déployées, pour manger à même les soleils (Giraudoux, Suzanne, 1921, p. 82).
P. métaph. Elle s'appelle Aurore (...). Lever du soleil, je me prosterne devant vous; je veux être le tournesol qui saluera vos premiers rayons (Sand, Hist. vie, t. 3, 1855, p. 98).
P. anal. Personne dont les opinions oscillent au gré des influences extérieures. De lâches courtisans, tournesols politiques, Pivotant de leur mieux, pareils au fer mouvant Qu'un seul souffle remue et qui tourne à tout vent! (Pommier, Colères, 1844, p. 33).
P. méton.
Fleur coupée de cette plante. Dans de grands vases de faïence de hauts bouquets de fleurs naïves, principalement des tournesols jaunes (Rostand, Cyrano, 1898, II, p. 63).P. anal. La lune (...) comme une fleur sans tige (...) Ce pâle tournesol de lumière figée (Rodenbach, Règne sil., 1891, p. 64).
TECHNOL. Huile de tournesol. Huile comestible extraite des graines de cette plante. Les huiles de tournesol et de soja, aussi efficaces [que l'huile de maïs], ne sont peut-être pas autant appréciées pour leur goût (R. Schwartz, Nouv. remèdes et mal. act., 1965, p. 148).
Prononc. et Orth.: [tuʀnəsɔl]. Ac. 1694, 1718: tourne-sol; dep. 1740: tournesol. V. tourne-. Étymol. et Hist. 1. 1360 tournesol « substance tinctoriale de couleur bleue » (doc. ds Comptes de l'argenterie des rois de France, éd. L. C. Douët d'Arcq, p. 291); 2. 1606 torne sol « héliotrope » (Junius, Nomencl., p. 97 ds Gdf. Compl.); 1671 tournesol (Pomey). Empr. à l'ital.tornasole, att. dep. déb. xives. (Dino Compagni d'apr. DEI), comp. de torna, de tornare (tourner*) et de sole « soleil » (v. ce mot). Voir FEW t. 13, 2, p. 76b et p. 78a. Fréq. abs. littér.: 62. Bbg. Dauzat Ling. fr. 1946, p. 249. − Kidman (J.). Les Empr. lexicol. de fr. à l'espagnol... Thèse, Paris, 1969, pp. 267-270. − S chmidt 1914, § 14.

Trésor de la Langue Française informatisé

TOURNESOL, subst. masc.

A. −
1. BOT. [N. vulgaire de plusieurs plantes tinctoriales de familles diverses, notamment la maurelle ou croton des teinturiers/tournesol des teinturiers, et certains lichens comme l'orseille] (Dict. xixeet xxes.).
2. TECHNOL. Matière colorante bleu violet, extraite de ces plantes. On n'emploie guère le tournesol que pour le décor et qu'à la colle, afin de donner une teinte azurée aux plafonds (Manuel du fabricant de couleurs, t. 1, 1884, p. 430).Lichens utiles: les Roccella, développés sur les rochers côtiers des régions chaudes, fournissent des matières colorantes, dont le tournesol (Plantefol, Bot. et biol. végét., t. 2, 1931, p. 185).
Tournesol en drapeaux (vx). ,,Matière bleue préparée aux environs de Nîmes avec le suc de la maurelle, dont on imprègne des toiles grossières ou drapeaux`` (Guignet, Coul., 1889, p. 174).
Tournesol en pain(s). Tournesol préparé à partir de certains lichens mélangés à de la chaux, etc. et réduits en pâte. On vend dans le commerce, sous le nom de tournesol en pains, une matière colorante mélangée à des matières terreuses (Wurtz, Dict. chim., t. 3, 1878, p. 506).
3. CHIM. (Teinture de) tournesol. Solution de cette matière colorante, utilisée comme réactif, ayant la propriété de virer au rouge sous l'effet d'un acide et de redevenir bleue sous l'effet d'une base. Sous l'injure, M. Rezeau (...) vira comme tournesol du bleu au rouge, s'étrangla (H. Bazin, Vipère, 1948, p. 216).Le suc gastrique est un liquide très acide qui rougit intensément la teinture de tournesol (Camefort, Gama, Sc. nat., 1960, p. 131).
Papier de tournesol. Petite bande de papier imprégnée de teinture de tournesol et utilisée comme indicateur d'acidité ou d'alcalinité. [Le principe calmant de l'opium] fait revenir au bleu le papier de tournesol rougi par un acide: il est donc alcalin (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog., t. 2, 1821, p. 496).
B. −
1. BOT. ,,Sous le nom de tournesol on désigne diverses plantes dont les fleurs, par torsion du pédoncule, se présentent toujours de face au soleil; tels sont les héliotropes (...) qui sont des borraginées; les rudbeckies et les hélianthes, qui sont des composés`` (Lar. 20e).
2. En partic. Plante du genre Hélianthe, de la famille des Composées, originaire d'Amérique, caractérisée par une très haute tige épaisse et rugueuse, de larges feuilles triangulaires, de grands capitules ronds, jaune d'or et bruns, cultivée pour ses graines oléagineuses servant dans l'alimentation humaine et animale et parfois pour sa valeur ornementale. Synon. (grand) soleil*.Des tournesols avaient poussé au hasard, constellant le mur de leurs disques bruns, auréolés d'or. Ils étaient si grands qu'ils atteignaient la planche du toit (Moselly, Joson Meunier, Paris, Libr. P. Ollendorff, 1910, p. 62).Champs de tournesols pareils à nos topinambours où tous les perroquets prenaient leur pâture (...), les ailes déployées, pour manger à même les soleils (Giraudoux, Suzanne, 1921, p. 82).
P. métaph. Elle s'appelle Aurore (...). Lever du soleil, je me prosterne devant vous; je veux être le tournesol qui saluera vos premiers rayons (Sand, Hist. vie, t. 3, 1855, p. 98).
P. anal. Personne dont les opinions oscillent au gré des influences extérieures. De lâches courtisans, tournesols politiques, Pivotant de leur mieux, pareils au fer mouvant Qu'un seul souffle remue et qui tourne à tout vent! (Pommier, Colères, 1844, p. 33).
P. méton.
Fleur coupée de cette plante. Dans de grands vases de faïence de hauts bouquets de fleurs naïves, principalement des tournesols jaunes (Rostand, Cyrano, 1898, II, p. 63).P. anal. La lune (...) comme une fleur sans tige (...) Ce pâle tournesol de lumière figée (Rodenbach, Règne sil., 1891, p. 64).
TECHNOL. Huile de tournesol. Huile comestible extraite des graines de cette plante. Les huiles de tournesol et de soja, aussi efficaces [que l'huile de maïs], ne sont peut-être pas autant appréciées pour leur goût (R. Schwartz, Nouv. remèdes et mal. act., 1965, p. 148).
Prononc. et Orth.: [tuʀnəsɔl]. Ac. 1694, 1718: tourne-sol; dep. 1740: tournesol. V. tourne-. Étymol. et Hist. 1. 1360 tournesol « substance tinctoriale de couleur bleue » (doc. ds Comptes de l'argenterie des rois de France, éd. L. C. Douët d'Arcq, p. 291); 2. 1606 torne sol « héliotrope » (Junius, Nomencl., p. 97 ds Gdf. Compl.); 1671 tournesol (Pomey). Empr. à l'ital.tornasole, att. dep. déb. xives. (Dino Compagni d'apr. DEI), comp. de torna, de tornare (tourner*) et de sole « soleil » (v. ce mot). Voir FEW t. 13, 2, p. 76b et p. 78a. Fréq. abs. littér.: 62. Bbg. Dauzat Ling. fr. 1946, p. 249. − Kidman (J.). Les Empr. lexicol. de fr. à l'espagnol... Thèse, Paris, 1969, pp. 267-270. − S chmidt 1914, § 14.

Wiktionnaire

Nom commun

tournesol \tuʁ.nə.sɔl\ masculin

  1. (Courant) (Botanique) (Agriculture) Helianthus annuus, espèce d’hélianthe à très grandes fleurs. Ses graines oléagineuses sont utilisées dans l’alimentation et ses fleurs comme ornement.
    • Le tournesol est surtout cultivé pour ses graines oléagineuses ; une variété, le soleil uniflore ou soleil de Russie, est particulièrement intéressante, surtout la variété à graines blanches. — (Le Chasseur français, n°606, février 1942, page 108)
    • Originaire du Mexique, le Tournesol a été introduit en Ukraine vers le milieu du xviiie siècle à titre de plante ornementale.— (Boris Tkatchenko, La culture du Tournesol en U.R.S.S. publié dans Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, 1949, p.227)
    • Les cours de la graine de tournesol fluctuent en fonction de l'humeur des triturateurs et donc de la demande en huile. — (ÉPIS-CENTRE Infos, mai 2010)
    • Le tournesol est originaire d’Amérique du Nord et a été introduit en Europe vers 1510 par les explorateurs espagnols. Il s’y est progressivement diffusé jusqu’en Russie. Il a d’abord été cultivé comme plante ornementale puis pour des graines consommées grillées ou crues comme friandises. Le tournesol est principalement cultivé pour ses graines, qui constituent la seconde source mondiale d’huile comestible. L’huile de tournesol... Le tourteau, riche en protéines, est utilisé pour l’alimentation du bétail (porcs, volaille, bovins). On consomme aussi les graines salées, crues ou grillées. Les graines crues constituent un aliment de base pour les volailles et les oiseaux de compagnie. Les plants sont utilisés comme fourrage ou engrais vert. — (Cirad/Gret/MAE, Mémento de l'Agronome, 1 692 pages, page 925, 2002, Paris, France, Cirad/Gret/Ministère des Affaires Étrangères)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TOURNESOL. (L'S se prononce dure.) n. m.
Plante à grande fleur radiée, ainsi nommée parce qu'elle se tourne du côté du soleil. On la nomme vulgairement Soleil.

TOURNESOL se dit aussi d'une Matière colorante bleue, dont la graine de tournesol est la base. Teinture de tournesol, Dissolution de cette matière colorante qui rougit en présence d'un acide. Papier de tournesol, Papier coloré avec cette matière et qui tourne aussi au rouge en présence d'un acide.

Littré (1872-1877)

TOURNESOL (tour-ne-sol) s. m.
  • 1L'héliotrope (borraginées), ainsi dit parce que ses fleurs se tournent vers le soleil. Un frêle tournesol croît et meurt avant un chêne, Rousseau, Hél. I, 11.

    Fig. Celui qui se prosterne devant une supériorité quelconque. Courage ! inclinez-vous vers le soleil levant [un homme enrichi tout à coup], agiles tournesols, Picard, Marionnettes, v, 8. Vers cet astre nouveau [une jeune et jolie femme] qui promettait d'éclipser toutes ses émules, s'inclinaient à l'envi tous les tournesols de la galanterie, Ch. de Bernard, la Chasse aux amants, III.

  • 2Nom de quelques plantes, appelées aussi fleurs du soleil, qui se tournent vers le soleil tant qu'il est sur l'horizon.
  • 3Plante à grande fleur radiée, dite aussi soleil, helianthus annuus, L. (famille des composées).
  • 4Nom donné à une matière colorante d'un bleu violet, qu'on obtient par la fermentation de plusieurs espèces de lichens, et notamment du roccella tinctoria, qu'on met en contact avec l'urine, l'ammoniaque ou la chaux. Tournesol, le cent pesant payera comme orseille, 34 sols, Tarif, 18 sept. 1664. Le tournesol paraît n'être que la combinaison d'une couleur rouge végétale avec un alcali ou oxyde métallique ; en conséquence il faut concevoir qu'en versant un acide dans la dissolution de tournesol, cet acide se combine avec l'alcali, met la couleur rouge en liberté ; et, en ajoutant ensuite à la liqueur un oxyde, celui-ci se combine avec l'acide ou la couleur rouge, et la ramène au bleu, Thenard, Traité de chim. t. II, p. 3, dans POUGENS.

    Tournesol en drapeau, tournesol préparé en Languedoc en trempant à plusieurs reprises dans le suc du croton tinctorial (euphorbiacées) des chiffons qu'on expose chaque fois à la vapeur d'un mélange de chaux et d'urine putréfiée. La mauvaise couleur bleue connue sous le nom de tournesol, que l'on fabrique au Grand-Gallargues dans le ci-devant Languedoc, en imbibant des chiffons avec le suc du croton tinctorium, Fourcroy, Conn. chim. t. VIII, p. 69.

    Tournesol en pains, tournesol préparé en Auvergne avec plusieurs espèces de lichens, parmelia roccella et tartarea, Acharius, que l'on mêle avec moitié de leur poids de cendres gravelées, et que l'on réduit en pâte en les arrosant de temps en temps avec de l'urine humaine.

    Adjectivement. Bleu tournesol.

  • 5Papier de tournesol, papier teint en bleu avec le tournesol en pain ; il sert de réactif aux chimistes, attendu que sa couleur vire au rouge par les acides et au vert par les alcalis.
  • 6 Terme de peintre en bâtiment. Pâte de chaux colorée en bleu au moyen du tournesol.

HISTORIQUE

XIVe s. Prenez sus [chez] un espicier deux onces de tournesot [fruit de l'heliotropium, triccocum], Ménagier, II, 5.

XVIe s. Le verd de vessie, le tournesol, et autres telles couleurs, Palissy, 289.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TOURNESOL, s. m. (Hist. nat. Bot.) nom vulgaire donné à la premiere & principale espece de racinoïde dans le système de Tournefort ; c’est aussi pour la distinguer que cet habile botaniste appelle cette plante racinoides ex quâ paratur tournesol Gallorum I. R. H. 656. dans Mathiole heliotropium minus ; dans C. Bauhin, heliotropium tricoccum ; dans Clusius heliotropium minus tricoccum ; enfin dans Lobel, heliotropium vulgare tournesol Gallorum sive Plinii tricoccon.

La racine de cette plante est blanche, ronde, ordinairement droite & longue, garnie de quelques petites fibres à son extrémité, surtout aux piés les plus élevés, car il en est plusieurs qui n’en ont point du tout ; elle pousse une tige ronde de différente hauteur, suivant le terrein qu’elle occupe ; cette tige se divise en plusieurs branches, la plûpart desquelles sortent des aisselles des feuilles.

Clusius avoit raison lorsqu’il a dit que les feuilles du tournesol ont de la ressemblance avec celles du xanthium ; mais il s’est trompé lorsqu’il a cru qu’elles en avoient beaucoup plus avec celles du solanum somniferum ; il en est de même de Lobel lorsqu’il les a comparées à celles du calament de montagne. Elles sont d’un verd pâle & presque cendré, attachées à un fort long pédicule.

Les fleurs sont renfermées dans des petits boutons, lesquels forment une espece de grappe qui sort d’entre les aisselles de chaque branche, & de leur extrémité. Elles sont les unes stériles, & les autres fécondes.

Les stériles qui occupent la sommité de cette grappe, sont contenues dans un calice divisé en cinq parties découpées jusqu’au centre ; elles sont composées de cinq petites feuilles jaunes, placées autour d’un petit stile rond surmonté de quelques étamines de même couleur disposées en aigrette ; comme elles sont attachées par un fort petit pédicule qui seche à mesure que la grape croît & s’éleve, elles se fannent & tombent en fort peu de tems.

Le calice de celles qui en occupent la base, & qui sont fécondes, est divisé en dix pieces fendues pareillement jusqu’au centre ; elles sont composées de cinq petites étamines jaunes surmontées chacune d’un petit sommet de même couleur. Elles sont placées autour du pistil qui est chargé de trois filets fourchus & jaunes. Ce pistil qui est dans le fond du calice, devient dans la suite un fruit rond, raboteux d’un verd foncé divisé en trois loges, qui renferment chacune une semence ronde & blanche. Il est attaché avec son calice à un pédicule assez long ; de-sorte que lorsque les premieres fleurs ont passé, & que le fruit est arrivé à sa juste grosseur, il pend des aisselles des branches, & semble y être né sans aucune fleur. C’est-là ce qui en a imposé à tous ceux qui ont avancé que les fleurs & les fruits de cette plante naissent sur des piés différens.

La Médecine ne tire aucun secours de cette plante pour la guérison des maladies, quoique Dioscoride nous assure qu’elle est excellente pour chasser les vers du corps, & pour la guérison de cette espece de verrue, que les Grecs appellent αχροϰορδων, en les frottant de son suc mélé avec un peu de sel ; mais elle se vend cher, parce que son usage est réservé pour la teinture ; aussi les auteurs qui en parlent sous le nom d’heliotropium, ont eu raison de dire que le suc de son fruit donnoit un verd éclatant, qui se changeoit promptement en un fort beau bleu ; le suc des grappes de fleurs produit la même chose, mais cela n’arrive point à celui des feuilles. En effet le tournesol en pâte & en pain a pour base le fruit de cette plante.

Celui qu’on prépare à Gallargues, village du diocèse de Nîmes, à quatre ou cinq lieues de Montpellier, est en grande estime. On s’en sert en Allemagne, en Angleterre & en Hollande pour donner une agréable couleur aux confitures, gelées & autres liqueurs. Pomet & Lemery se sont trompés en avançant que le tournesol en drapeau se faisoit avec des chifons empreints d’une teinture rouge préparée avec le suc des fruits de l’heliotropium, & un peu de liqueur acide. Mais voici en deux mots la préparation du tournesol à Gallargues.

Les paysans de ce village ramassent au commencement du mois d’Août les sommités du racinoïdes, qu’ils appellent de la mantelle, & les font moudre dans des moulins assez semblables à nos moulins à huile : quand elles ont été bien moulues, ils les mettent dans des cabats, & mettent ces cabats à une presse, pour en exprimer le suc qu’ils exposent au soleil pendant une heure ou deux. Après cela ils y trempent des chifons qu’on étend ensuite sur une haie, jusqu’à ce qu’ils soient bien secs ; cela fait, on prend environ dix livres de chaux vive qu’on met dans une cuve de pierre ; & l’on jette par-dessus la quantité d’urine qui peut suffire pour éteindre ladite chaux : on place des bâtons dans la même cuve, à la hauteur d’un pié de liqueur, sur lesquels on étend les chifons qu’on avoit déjà fait sécher. Après qu’ils y ont resté quelque-tems, c’est-à-dire, jusqu’à ce qu’ils aient été humectés par la vapeur de l’urine & de la chaux, on les tire de la cuve, on les fait sécher au soleil, & quand ils sont bien secs, on les retrempe comme auparavant dans du nouveau suc, & pour lors on les envoie en différens pays de l’Europe.

Il y a beaucoup d’apparence que les especes de tournesol en pâte & en pain qu’on reçoit d’Hollande, se fabriquent ou avec ces mêmes chifons qu’on leur a envoyés de Montpellier, ou se font avec d’autres drogues dont le secret nous est inconnu ; il est du moins certain que le ricinoïdes ne croît point en Hollande, & que leur tournesol en pain est précieux.

Tournesol, (Chimie.) on donne en général le nom de tournesol à plusieurs préparations chimiques qui donnent une teinture d’un bleu pourpre. Il sera parlé des plus connues dans la suite de cet article. Celle qu’on appelle en particulier pierre de tournesol, est la principale de ces préparations. Cette pierre de tournesol se fabrique en Hollande, selon un procédé qui est absolument ignoré en France. Nous fournissons seulement aux Hollandois les chifons ou drapeaux qui en font la base ou matiere premiere. Ces chifons se préparent au grand Gallargues, village du bas Languedoc du diocèse de Nîmes, où on les imbibe du suc d’une plante, qui croît naturellement dans le pays, & qu’on appelle en langue vulgaire maurelle, nom que j’adopte dans cet article. M. de Tournefort appelle cette plante ricinoides ex qua paratur tournesol Gallorum, inst. rei herb. app. 565. M. Linnæus la nomme croton foliis rhombeis, repandis, caule herbaceo. Feu M. Nissolle, de la société royale des Sciences de Montpellier, a donné la description de cette plante, qu’il a accompagnée d’une figure très exacte. Voyez les mémoires de l’académie royale des Sciences, année 1712, page 339. Pl. XVII. tout ce travail sera exposé à la fin de cet article.

M. Lemeri dit dans son traité des drogues, p. 863. qu’on prépare le tournesol en Languedoc avec le fruit de l’heliotropium tricoccum, qui est une autre plante d’un genre bien différent de la précédente. Voyez Héliotrope ou Herbe aux verrues. On voit que M. Lemeri étoit mal instruit sur cette préparation où l’héliotrope n’entre point, & où jamais il n’a pu être employé.

M. Lemeri dit dans le même traité des drogues, que la perelle, la chaux & l’urine entrent dans la composition du tournesol. On m’a assuré que l’orseille y entroit encore.

M. Lemeri dit encore dans son traité des drogues, qu’on fabriquoit à Lyon du tournesol qui étoit inférieur à celui d’Hollande. Je crois que M. Lemeri se trompe. On m’a assuré qu’on n’a jamais fabriqué la pierre de tournesol à Lyon. Je pense que M. Lemeri a confondu avec la pierre de tournesol, la préparation de la perelle & d’un autre lichen, qui est une espece d’orseille qu’on prépare à Lyon pour la teinture.

On nous envoie le tournesol d’Amsterdam tel qu’on le voit chez les épiciers-droguistes ; savoir en petits pains secs d’une couleur bleue foncée, de forme parallélépipede d’environ un pouce de longueur. En cet état on l’appelle tournesol en pâte ou en pain.

Le tournesol étoit autrefois d’un usage plus étendu. Mais depuis que les Chimistes ont découvert le bleu de Prusse, l’indigo, le pastel, &c. & les autres bleus qui se préparent en Allemagne, & qu’on tire du cobolt, ceux-ci ont été substitués en beaucoup d’occasions au tournesol, & effectivement la couleur du tournesol est peu durable ; elle pâlit à l’air, & le moindre acide la détruit.

Le tournesol se dissout fort aisément dans l’eau froide, il donne une teinture bleue fort chargée, qui est de faux teint, & que les teinturiers n’appliquent que sur des toiles de fil ou de coton.

Les peintres s’en servent quelquefois pour colorer le papier & le crayonner. On l’emploie aussi à la détrempe & sans gomme, parce que cette couleur est fine & n’a pas de corps. On en peint quelquefois les murailles bien blanchies avec la chaux, qui ne sont pas exposées à la pluie. On n’en fait aucun usage avec l’huile, ni dans les fresques.

Les dessinateurs s’en servent pour les différens desseins qu’ils tracent sur la toile, ou sur les étoffes de soie qu’on veut faire broder ; mais l’usage le plus commun du tournesol est pour teindre le papier ; par exemple, ce gros papier d’un bleu foncé tirant sur le violet, avec lequel on envelope le sucre, est teint avec le tournesol.

Les chimistes se servent de la dissolution très-étendue ou délayée de tournesol dans l’eau, qu’ils appellent communément teinture de tournesol, pour reconnoître si une liqueur saline contient de l’acide ou de l’alkali, & lequel de ces deux principes y est surabondant. Si c’est l’acide, la teinture rougit : si c’est l’alkali, elle verdit, mais ce verd tire un peu sur le pourpre ; & si elle est neutre, la couleur ne change point. Quoique cet effet soit en général assez constant, il a ses exceptions, mais en petit nombre. On se sert encore de la teinture de tournesol dans l’analyse des eaux minérales à la même intention.

Les limonnadiers & les confiseurs l’emploient pour imiter ou foncer les infusions de violette, & pour donner la couleur bleue ou violette à plusieurs liqueurs : mais c’est une falsification véritablement condamnable ; car les liqueurs ou sirop où il y a du tournesol, ont toujours un mauvais goût tirant sur le pourri. On s’en sert encore, mais sans inconvénient, dans le même art pour donner une couleur bleue à certaines pâtes, conserves, & autres confitures. On peut donner une couleur violette à l’esprit-de-vin, en y versant quelques gouttes d’une forte teinture de tournesol.

On emploie encore beaucoup la pierre de tournesol dans les blancheries de toiles, en particulier pour les cambrais & les batistes que l’on passe à ce bleu, après les avoir passées au lait.

Outre ce tournesol que nous pouvons appeller le nôtre, ou le tournesol de Languedoc, Lémeri (traité des drogues) fait encore mention d’un tournesol en drapeau, qu’il dit venir de Constantinople, & qu’il assure être fait avec de la cochenille & quelques acides. Ce qui paroît impossible, puisque les acides éclaircissent le rouge de la cochenille, & le font changer en ponceau ou orangé. Les alkalis pourroient plutôt produire cet effet, en tournant la couleur rouge en violet.

Il y a suivant le même auteur, du tournesol fait avec du coton ; c’est du coton applati de la grandeur & figure d’un écu, qu’on teint en Portugal avec la cochenille mesteque. M. Lémeri dit que l’un & l’autre tournesol servent à colorer les liqueurs & les gelées de fruits. Mais toutes ces especes de teintures ne sont plus en usage, & on n’entend aujourd’hui par tournesol, que celui qui se fait avec le suc de la maurelle ; & c’est de celui-là que je vais parler d’après le mémoire que j’ai donné sur cette matiere, dans le volume des Mém. de l’acad. royale des Scienc. pour l’ann. 1754.

Pour l’intelligence du procédé que je vais décrire, il est nécessaire que je dise un mot de la maniere dont on ramasse la plante, & des instrumens dont on se sert pour faire cette préparation. J’ai appris de plusieurs habitans du grand Gallargues, qu’on préparoit ces drapeaux dans ce village depuis plusieurs siecles.

« Les habitans du grand Gallargues n’ont pas la liberté de cueillir la maurelle dans tous les tems de l’année. En vertu d’un ancien réglement, ils ne peuvent faire cette récolte qu’après en avoir obtenu la permission des maire & consuls du lieu. On donne ordinairement cette permission à toute la communauté vers le 25 Juillet, tems où la récolte du blé est déja faite, & où la maurelle est dans sa perfection. On ne fait dans l’année que cette seule récolte, depuis le 25 Juillet jusqu’au 5 ou 8 de Septembre. Les paysans vont alors chercher cette plante à quinze ou vingt lieues à la ronde dans le Gévaudan, & même jusqu’en Provence. Ils ont grand soin de se cacher les uns aux autres les lieux particulier où elle croît en abondance : ils font cette récolte en diligence, la plante pour pouvoir être employée, devant être fort récente ; la fermentation nuisant toujours au succès de l’opération dont il s’agit : il faut aussi que la maurelle ne soit pas terreuse.

» Les vaisseaux & instrumens dont on se sert ne sont pas tous de la même grandeur, & on croit assez inutile de les assujettir à une certaine capacité déterminée.

» Les particuliers qui font l’opération que nous décrivons, placent leurs vaisseaux à un rez-de-chaussée, dans une espece de hangar ou d’écurie, où l’on voit d’abord un gros pressoir fait de bois de chêne verd, & soutenu des deux côtés sur deux murs de maçonnerie. Ce pressoir a d’ordinaire un pié d’épaisseur à chaque bras, sur huit piés & demi de longueur, & un pié & demi de hauteur : je ne puis mieux le comparer qu’à une grande presse de relieur. On pratique sous ce pressoir une cuve de pierre, qu’on appelle en langue vulgaire pile ; elle a communément la forme d’un parallélépipede, & rarement celle d’un gros cylindre ; son épaisseur ordinaire est de trois ou quatre pouces : on lui donne intérieurement un pié & demi de large, sur trois piés de long, & sur deux piés de profondeur : c’est dans cette cuve qu’on met l’urine & autres ingrédiens nécessaires. Enfin on trouve dans ce même lieu un moulin, dont la meule posée de-champ, a un pié d’épaisseur ; un cheval la fait tourner : elle roule autour d’un pivot perpendiculaire, dans une orniere circulaire, assez large & assez profonde, où l’on met la maurelle qu’on veut broyer. Ce moulin est de même forme que ceux dont on se sert pour écraser les olives ou le tan. M. Astruc, de la société royale des Sciences de Montpellier, a donné la figure très-exacte de ce moulin, dans ses Mémoires pour l’histoire naturelle de la province de Languedoc. Voyez pages 336, 337. Pl. VI. fig. 1. »

Procédé de la coloration des drapeaux ou chiffons avec lesquels les Hollandois font la pierre de tournesol. Les habitans du grand Gallargues qui ont ramassé une certaine quantité de maurelle, choisissent pour la faire broyer & en tirer le suc, un jour convenable. Ils veulent que le tems soit fort serein, l’air sec, le soleil ardent ; que le vent souffle du nord ou du nord-ouest : il n’est pas difficile d’avoir au mois d’Août, dans le bas Languedoc, des jours où toutes ces circonstances se trouvent réunies. La constitution de l’atmosphere étant telle que nous venons de le dire, on fait moudre la maurelle dans le moulin que nous avons décrit ; quand elle est bien écrasée, on la met dans un cabas de forme circulaire, fait d’une espece de jonc, & fabriqué à Lunel, parfaitement semblable à ceux dont on se sert pour mettre les olives au pressoir. On remplit le cabas de maurelle bien écrasée, on la met ensuite au pressoir & on presse fortement ; le suc découle dans la cuve de pierre, placée immédiatement sous le pressoir : dès qu’il a cessé de couler, on retire le cabas du pressoir, & on jette le marc. On commence cette opération dans la matinée, & on continue la même manœuvre jusqu’à ce que tout le suc soit exprimé, ayant soin de changer de cabas dès qu’on s’apperçoit que celui dont on s’étoit servi jusque-là est percé. Quand on a tiré tout le suc, les uns avant que de l’employer le laissent reposer un quart d’heure ; les autres en font usage sur le champ ; quelques-uns, mais en petit nombre, mettent auparavant dans le suc une chopine ou un pot d’urine, sur environ trente pots de suc (il y a en général peu d’uniformité dans la maniere de procéder). La plupart emploient leur suc tout de suite, comme je viens de le dire. On en sent assez la raison sans que je l’explique, & voici de quelle façon ils procedent.

Ceux qui font cette préparation achetent à Montpellier, ou dans d’autres villes voisines, de grands sacs à laine, de vieilles serpilieres, ou quelqu’autre toile écrue (je veux dire qu’on n’emploie à Gallargues que cette espece de toile, qui n’a pas été blanchie par la rosée, ni par la lessive), qui ait déja servi, & qui soit à bon compte ; si elle est sale, on la lave & on la fait sécher. Toute toile est bonne pour cette opération, pourvu qu’elle soit de chanvre, la plus grossiere, la moins serrée dans son tissu, n’est pas à rejetter ; mais il faut qu’on l’ait bien nettoyée, car tous les corps gras & huileux sont contraires au succès de cette préparation.

On divise la toile dont on se sert en plusieurs pieces ; sur cela il n’y a aucune regle, les femmes font toute la manœuvre de cette opération. Le suc exprimé est porté dans une espece de petite cuve de bois, que nous appellons dans ce pays semàou ou comporte. La femme a devant soi un baquet de bois, pareil à ceux dont les blanchisseuses se servent pour savonner leur linge ; elle prend une, deux ou trois pieces de toile, suivant qu’elles sont plus ou moins grandes, qu’elle met dans le baquet ; elle verse ensuite sur ces morceaux de toile, un pot du suc de maurelle qu’elle a toujours à son côté ; & tout de suite, par un procédé pareil à celui des blanchisseuses qui savonnent le linge, elle froisse bien la toile avec ses mains, afin qu’elle soit partout bien imbibée de suc. Cela fait, on ôte ces chiffons, & on en remet d’autres qui sont à portée, & toujours ainsi de suite : on ne cesse de faire cette manœuvre que tout le suc exprimé n’ait été employé. Après cette opération, l’on va étendre ces drapeaux sur des haies exposées au soleil le plus ardent, pour les faire bien sécher : on ne les met jamais à terre, parce que l’air y pénétreroit moins facilement, & qu’il est essentiel que les chiffons sechent vîte. Je ferai observer que les femmes qui font cette manœuvre savent bien mettre à profit tout leur suc : les drapeaux ne sortent du baquet qu’imbibés de ce suc dans une juste proportion.

Après que les drapeaux ont été bien séchés au soleil, on les ramasse & on en forme des tas. Les femmes ont soin un mois avant que de commencer cette préparation, de ramasser de l’urine dans leur cuve de pierre, qui, après qu’on y a mis tous les ingrédiens, est appellée l’aluminadou, ce qui indique qu’on y mettoit autrefois de l’alun ; quelques particuliers, en petit nombre, s’en servent encore aujourd’hui.

La quantité d’urine qu’on met dans la cuve n’est pas déterminée, on en met ordinairement une trentaine de pots, ce qui donne cinq ou six pouces d’urine dans chaque cuve. On jette ensuite dans la cuve cinq à six livres de chaux vive. Ceux qui sont dans l’usage d’employer l’alun, y en mettent alors une livre : car il faut remarquer qu’on y met toujours de la chaux, quoiqu’on emploie l’alun. On remue bien ce mélange avec un bâton ; après cela on place à la superficie de l’urine, des sarmens ou des roseaux, assujettis à chaque extrémité de la cuve ; on étend sur ces roseaux les drapeaux imbibés de suc & bien séchés : on en met l’un sur l’autre ordinairement sept à huit, quelquefois plus ou moins, ce qui dépend de la grandeur de la cuve ; on couvre ensuite cette même cuve d’un drap ou d’une couverture. On laisse communément les drapeaux exposés à la vapeur de l’urine pendant vingt-quatre heures ; sur cela il n’y a aucune regle certaine, la force & la quantité de l’urine doivent décider : quelques particuliers laissent leurs drapeaux exposés à la vapeur pendant plusieurs jours, les autres s’en tiennent au tems que j’ai marqué. Mais pour juger avec certitude du succès de l’opération, l’on visite de tems en tems les drapeaux ; & quand on s’apperçoit qu’ils ont pris la couleur bleue, on les ôte de dessus la cuve. Il faut se souvenir que pendant que les chiffons sont exposés à la vapeur de l’urine, il faut les retourner sens-dessus-dessous, afin qu’ils présentent à la vapeur toutes leurs surfaces. On doit prendre garde que les chiffons qui sont sur les morceaux de bois exposés à la vapeur de l’urine, ne trempent point dans cette liqueur, ce seroit autant de perdu, l’urine détruiroit entierement la partie colorante des drapeaux.

Comme il faut une grande quantité d’urine, & que d’ailleurs les cuves sont trop petites pour que l’on puisse colorer dans l’espace d’un mois & demi tous les drapeaux que demandent les marchands, les particuliers ont eu recours à une autre méthode, ils ont substitué le fumier à l’urine ; cependant la plus grande partie emploient l’urine, mais tous en font en même tems par l’une & par l’autre méthode. Les drapeaux que l’on colore par le moyen de l’urine, sont les plus aisés à préparer, quelque tems qu’on les laisse exposés à sa vapeur, ils ne prennent jamais d’autre couleur que la bleue, & la partie colorante n’est jamais détruite par l’alkali volatil qui s’éleve de l’urine, quelque abondant qu’il soit : il n’en est pas de même quand on emploie le fumier ; cette autre méthode demande beaucoup de vigilance, comme nous l’allons voir. Dès qu’on veut exposer les drapeaux qui ont reçu la premiere préparation à la vapeur du fumier, on en étend une bonne couche à un coin de l’écurie ; sur cette couche on jette un peu de paille brisée, on met par-dessus les chiffons entassés les uns sur les autres, & tout de suite on les couvre d’un drap, comme dans l’autre méthode : on met sur le fumier à-peu-près le même nombre de drapeaux que l’on exposeroit à la vapeur de l’urine.

Si le fumier est de la premiere force, on va au bout d’une heure retourner sens-dessus-dessous les chiffons ; une heure après on va encore les visiter, & s’ils ont pris une couleur bleue, on les retire de dessus le fumier ; on les met en tas & on les expose à l’air pour les faire sécher. Je ferai remarquer que si le fumier n’est pas fort, on les y laisse plus long-tems, quelquefois douze heures, & plus même s’il est nécessaire. On sent bien que tout ceci dépend des différens degrés de force du fumier : la couleur bleue est la pierre de touche pour connoître la durée du tems dont nous parlons. On doit être attentif à visiter souvent les drapeaux ; car la vapeur du fumier, si on les y laissoit trop long-tems exposés, en détruiroit la couleur, & tout le travail seroit perdu. Le fumier qu’on emploie est celui de cheval, de mule ou de mulet. Certaines femmes exposent d’une autre maniere leurs drapeaux à la vapeur du fumier ; elles les mettent entre deux draps, & les draps entre deux couches de fumier.

Pour l’ordinaire on n’expose qu’une seule fois les chiffons à la vapeur de l’urine ou du fumier. Quelques particuliers m’ont dit que quand l’opération ne réussissoit pas par le moyen du fumier, on exposoit les drapeaux qu’on n’avoit pu colorer par cette voie, à la vapeur de l’urine ; mais ces cas sont extrèmement rares. Je ferai observer que pendant tout le tems que dure cette préparation, l’on met presque tous les jours de l’urine dans la cuve ; & à l’égard de la chaux vive, on n’en met que trois fois pendant toute la durée de l’opération : il en est de même quand on y met de l’alun. On remarquera que toutes les fois qu’on expose de nouveaux drapeaux à la vapeur de l’urine, il faut, avant de les y exposer, bien remuer l’urine avec un bâton : on change de même le fumier à chaque nouvelle opération. Après que les femmes ont achevé toutes leurs préparations, qui se font chaque année, elles jettent l’urine de leur cuve qu’elles nettoyent bien.

Nous avons dit qu’on n’exposoit qu’une seule fois les drapeaux à la vapeur de l’urine ou du fumier : cette opération étant faite, comme je viens de la décrire, on a de nouveau suc de maurelle (car il est bon de faire observer que pendant toute la durée de cette préparation, il y a des hommes en campagne pour recueillir de la maurelle) ; on imbibe une seconde fois les drapeaux de ce nouveau suc, en faisant la même manœuvre qu’à la premiere opération, je veux dire qu’on savonne en quelque sorte les drapeaux avec ce nouveau suc, & on les fait bien sécher, comme nous avons dit. Si après cette seconde imbibition de suc les chiffons sont d’un bleu foncé tirant sur le noir, on ne leur fournit plus de nouveau suc ; alors la marchandise est dans l’état requis. Si les chiffons n’ont pas cette couleur foncée que je viens d’indiquer, on les imbibe de nouveau suc une troisieme fois, quelquefois une quatrieme, mais ces cas sont bien rares.

Les particuliers qui font cette préparation, ne commencent à imbiber leurs drapeaux de suc de maurelle que vers les dix ou onze heures du matin, comme j’en ai été témoin : la raison en est qu’alors le soleil commence à être dans sa plus grande force, & que les drapeaux étant exposés à son ardeur, sechent plus vîte. Le tems est très-favorable, comme je l’ai déja dit, quand le vent est majhistrâou ou nord ouest, & le soleil bien ardent. On se garde bien de faire cette préparation quand le vent est sud-est, ou, comme on dit dans ce pays-ci, marin ; on risqueroit alors de perdre tout le fruit de son travail : ce vent est fort humide, & les chiffons, pour réussir, doivent secher promptement. Il est arrivé dans certaines années pluvieuses, que des particuliers ont perdu leur maurelle, recueillie avec beaucoup de peine, faute de trouver un jour favorable.

Nous avons dit que quand la toile qu’on emploie est sale, on la lave & on la fait sécher ; de même il faut prendre garde qu’elle ne soit pas imbibée de quelque corps gras ou huileux. On me raconta qu’un particulier avoit employé dans sa fabrique certaines toiles qui avoient servi sur les vaisseaux ; elles étoient un peu enduites de gaudron, cela fit une mauvaise préparation, à cause que le gaudron empêchoit le suc de faire union avec le chanvre ; aussi lui confisqua-t-on sa marchandise, comme n’étant pas de recette.

Je remarquai, étant au grand Gallargues, que dans la grande quantité de drapeaux colorés, il y en avoit quelques morceaux qui n’avoient pas pris la couleur bleue. Je ne fus pas surpris de ce phénomene, dès que j’eus vu manœuvrer les femmes ; elles n’observent pas beaucoup de régularité en étendant leurs chiffons, tant sur la cuve que sur le fumier : la partie volatile de l’urine ou du fumier ne peut pas pénétrer par-tout également. D’ailleurs, si on a le malheur de laisser un peu trop long-tems les drapeaux à la vapeur du fumier, qui a beaucoup de force, il mange la couleur, si je puis m’exprimer ainsi ; au lieu d’être bleue, elle tire sur la couleur de chair : les femmes appellent cela en leur langue faula. Aussi la plûpart de celles qui ont leurs chiffons sur du fumier extrêment fort, vont-elles les visiter souvent.

On m’a raconté à Gallargues & dans les lieux voisins, qu’on ne pouvoit préparer ces drapeaux de la maniere que je viens de décrire, que dans ce premier village seulement : les habitans du grand Gallargues & des environs le croient fermement ; voici les preuves qu’ils en donnent. Les filles de ce village, disent-ils, qui vont se marier ailleurs, par exemple, à Aigues-vives, autre village qui n’en est éloigné que d’une petite lieue, ne peuvent réussir à faire cette préparation, quoiqu’elles l’aient faite plusieurs fois dans leur maison. Tout ceci sent le merveilleux ; j’ai l’expérience du contraire. J’ai préparé moi-même à Montpellier dans mon laboratoire de pareils drapeaux, par le moyen de la vapeur de l’urine, & ils sont aussi beaux que ceux qu’on nous envoie de Gallargues. Il est vrai de dire, qu’au sujet des drapeaux qu’on prépare au grand Gallarques, on ne peut le faire que dans une partie de cette province & dans quelqu’autres voisines, comme la Provence & une partie du Dauphiné, où cette plante croît dans quelques cantons.

M. Nissolle dit, que la maurelle ne croît pas du côté de Lyon, ni en Auvergne : si elle croissoit en Hollande, les Hollandois ne seroient pas assez dupes pour nous acheter nos drapeaux ; ils les prépareroient chez eux, & par-là ils épargneroient beaucoup. Ce seroit au gouvernement à acheter ou à se procurer le secret des Hollandois pour faire la pierre bleue appellée tournesol ; le commerce en retireroit un grand avantage, & principalement cette province ; par ce moyen deux préparations se feroient dans le même pays. Il est impossible de faire la premiere, que dans le pays où la maurelle croît naturellement : s’il étoit nécessaire de la multiplier, on pourroit laisser murir la graine, & en semer des champs comme on seme le blé.

Je pense qu’un jour, il en faudra venir à ce que je propose ; cette année (1760), la maurelle a manqué, les marchands n’ont pas pû avoir la quantité des drapeaux qu’on leur demande d’Hollande ; on n’en a préparé à ce qu’on m’a assuré, que pour trois mille livres. Si le gouvernement n’y prend garde, on détruira entierement cette plante ; les paysans qui font cette recolte arrachent la plante, & alors la graine n’est pas mûre, & par-là on voit qu’elle ne peut pas se multiplier, ils assurent que ce qui a fait la rareté cette année de la maurelle, c’est la sécheresse, & qu’il n’a pas plû au commencement de l’été ; mais je crois que c’est faute de graine qu’il n’en vient point, cette plante n’étant pas vivace.

La maurelle ne peut pas être transportée fort loin, parce qu’il faut qu’elle soit verte pour être employée, & qu’on ne peut la garder trop long-tems sans qu’elle se gâte par une trop grande fermentation, comme on peut le voir dans la théorie que j’ai donnée du procedé. Voyez le mém. de l’acad. royale des Sciences, année 1754, pag. 698. & suiv.

Quand les drapeaux ou chiffons, préparés comme je viens de le dire, sont bien secs, on les emballé dans de grands sacs, on les y serre & presse bien, puis on fait un second emballage dans d’autres sacs dans de la toile avec de la paille, & on en forme des balles de trois ou quatre quintaux ; des marchands-commissionnaires de Montpellier ou des environs, les achetent pour les envoyer en Hollande, en les embarquant au port de Cette. Cette marchandise se vend 30 à 32 liv. le quintal ; elle a valu certaines années jusqu’à 50 liv. On m’a assuré qu’on fabriquoit toutes les années dans ce village (qui est composé de 230 maisons, & qui a mille habitans) de ces drapeaux pour dix ou douze mille livres.

Ces drapeaux colorent le vin qui peche par la couleur, & toutes sortes de liqueurs : on m’a assuré qu’on les employoit en Hollande à cet usage, & au rapport de M. Nissolle, Simon Pauli désapprouve toutes ces pratiques. Je ne vois pas cependant que cela puisse être fort dangereux.

Les Hollandois font un grand usage des drapeaux de Gallargues pour colorer leur fromage ; ils le nomment alors fromage à croute rouge, tirant sur le violet, dont le principal commerce se fait sur les côtes de la Méditerranée, comme l’Espagne, la France & l’Italie.

Je crois avoir suffisamment détaillé toutes les parties de ce procedé chimique, qui fait le principal sujet de cet article, & je renvoie mes lecteurs pour la partie théorique, à ce que j’en ai dit dans le mémoire déja cité de l’académie royale des Sciences pour l’année 1754. Article de M. Montet, maître Apoticaire, & membre de la société royale des Sciences de Montpellier.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tournesol »

Du verbe tourner et de sol, pour soleil, car les fleurs de ces plantes se tournent en direction du soleil.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tourner, et sol pour soleil ; Berry, tourne-soleil, qui s'est écrit aussi : L'autre voyant le tourne-soleil dit : quand sera-ce, mon Dieu, que mon âme suivra les attraits de votre bonté ? St Franç. de Sales, p. 483, dans JAUBERT, Gloss. Le tournesol, couleur, est ainsi dit parce que le suc des graines du croton des teinturiers est modifié dans sa couleur par les rayons du soleil.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « tournesol »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tournesol turnœsɔl

Citations contenant le mot « tournesol »

  • Je suis en train de peindre avec l'entrain d'un Marseillais mangeant la bouillabaisse, ce qui ne t'étonnera pas lorsqu'il s'agit de peindre de grands tournesols. De Vincent Van Gogh / Lettre à Théo - Août 1888
  • Il faudra bien plus d’un été pour accommoder le productivisme, le constructivisme et le centralisme des uns avec l’essentialisme, le fédéralisme et la décroissance des autres. Mais le PS veut y croire, il y va de sa survie. Son université d’été, qui se tiendra fin août à Blois, sera élargie aux Verts et à d’autres mouvements avec l’ambition affichée de bâtir « la gauche d’après ». Les congressistes se retrouveront à la Halle aux grains de la ville. Tout un symbole. Reste à choisir entre la rose et le tournesol. , Politique | La rose ou le tournesol
  • Des tournesols, près de Lyon, souffrant de la chaleur. Sciences et Avenir, Pourquoi le tournesol se tourne-t-il vers le soleil ? - Sciences et Avenir
  • Les têtes de tournesol font grise mine. Rabougrie, desséchée, la fleur courbe l’échine et les graines sont comme brûlées par un soleil de plomb qui s’éternise en Occitanie, comme dans l’ensemble des départements du Grand Sud menacés de sécheresse. ladepeche.fr, Touffailles. Tarn-et-Garonne : "Vite, de la pluie pour sauver les tournesols" - ladepeche.fr
  • En complément du dossier "barres de coupe" du magazine de juillet-août, la Rédaction vous propose des compléments web avec des avis d'experts et de distributeurs. Dans ce troisième rendez-vous, place aux barres de coupe spécialisées avec l'exemple de la coupe à tournesol. Entraid' : le média des cuma et du matériel agricole, Barre de coupe à tournesol : qualité de récolte, vaut-elle le coût ?
  • Un jeune garçon qui a demandé à son père un tournesol « aussi grand que la maison » a été surpris lorsque son père au pouce vert a exaucé son voeu. ipnoze, Un père cultive un tournesol de 6 mètres après que son fils de 4 ans lui ait demandé un tournesol « aussi grand que la maison » | ipnoze
  • La visite sanitaire des tournesols durant l’été est un rendez-vous incontournable pour la réussite de la culture. En parcourant vos parcelles vous contrôlerez l’état sanitaire et pourrez ainsi agir et anticiper pour limiter l’extension des maladies, carences, parasites, adventices... Aujourd’hui, l’outil mobile « Tour de plaine » vous guidera et facilitera ce diagnostic au champ. Terre-net, La visite sanitaire des tournesols pendant l'été : un incontournable
  • Rapport mondial de recherche Repas de graines de tournesol marché mettant laccent sur lensemble des informations qui peuvent aider à prendre des décisions sur la situation actuelle du marché. Ce rapport fournit des informations sur la taille, les types, demande, production, revenu, taux de croissance, la marge brute, les possibilités avec lanalyse des risques futurs. Le rapport décrit également les profils haut de lentreprise qui présente sur le marché avec les tendances mondiales. , Repas de graines de tournesol Marché 2020: Analyse approfondie de la taille, les actions, les types, les revenus, Taux de croissance, des acteurs clés, les opportunités et les prévisions pour 2026 avec limpact de Covid-19 – Derrière-l'Entente.com

Images d'illustration du mot « tournesol »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tournesol »

Langue Traduction
Anglais sunflower
Espagnol girasol
Italien girasole
Allemand sonnenblume
Chinois 向日葵
Arabe دوار الشمس
Portugais girassol
Russe подсолнух
Japonais ひまわり
Basque ekilorea
Corse girasole
Source : Google Translate API

Synonymes de « tournesol »

Source : synonymes de tournesol sur lebonsynonyme.fr

Tournesol

Retour au sommaire ➦

Partager