La langue française

Tinette

Définitions du mot « tinette »

Trésor de la Langue Française informatisé

TINETTE, subst. fém.

A. − Vx. Petit baquet de bois dont le fond est plus large que le haut et qui servait à transporter le beurre salé ou fondu. (Dict. xixeet xxes.).
B. − Récipient généralement en tôle servant au transport des matières fécales, faisant office de fosse d'aisances mobile. Corvée de tinette. On pourra y parvenir en multipliant les water-closet à l'entrée de la mine, et en disposant, dans les galeries, des tinettes mobiles, d'un accès facile, qui seront régulièrement emportées et désinfectées (Macaigne, Précis hyg., 1911, p. 324).
P. métaph. Si les Maurrassiens n'étaient pas des Furieux et si l'on pouvait parler avec eux calmement, je voudrais leur poser la question: existe-t-il la moindre ressemblance entre le « métèque » [Léon Blum] sur lequel, pendant un demi-siècle, l'Action Française a vidé ses tinettes et ce critique français nourri de la pure moelle classique? (Mauriac, Bloc-Notes, 1954, p. 99).
P. méton., gén. au plur. Lieux d'aisances. Et quel joli chœur que celui des vidangeurs au repos, assis en plein jour, à l'ombre des tinettes, comme des bergers sous des pampres (Flaub., Corresp., 1865, p. 33).Les premiers recherchaient surtout le chocolat, qu'ils nous marchandaient longuement dans le cadre peu ragoûtant des tinettes, et qu'ils sortaient du stalag en le dissimulant parmi les accessoires de la pompe à merde (Ambrière, Gdes vac., 1946, p. 318).
Pop., vx. En faire/ne pas en faire une tinette. Synon. fam. en faire/ne pas en faire un plat (v. plat2).(...) Oui, quand passe le marchand de journaux, pourquoi que vous êtes tous à crier: « Moi! moi! »Et pis, qu'est-ce que ça peut bien te faire tout ça! s'écrie le père Blaire. T'es là à en faire une tinette sur les journaux, mais fais donc comme moi: y pense pas! (Barbusse, Feu, 1916, p. 43).
Prononc. et Orth.: [tinεt]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Dernier tiers xiiies. tinete « petite cuve » (L'Oustillement au vilain ds Poèmes sur les biens d'un ménage, éd. V. Nyström, Ib, 230, p. 70); 2. 1639 « tonnelet dont le fond est plus large que haut pour le transport du beurre salé ou fondu » (Ordonnance sur les gabelles, art. 26 ds Havard t. 4); 3. 1751 « beurrier » (Livre-journal de Lazare Duvaux, éd. L. Courajod, t. 2, p. 106); 4. 1832 « baquet servant au transport des matières fécales » (Raymond). Dimin. de tine*; suff. -ette (-et*). Fréq. abs. littér.: 19. Bbg. Chautard Vie étrange Argot 1931, p. 494. − Quem. DDL t. 17.

Wiktionnaire

Nom commun

tinette \ti.nɛt\ féminin Note : le plus souvent au pluriel.

  1. Récipient pour les ordures et les excréments.
    • On pourra y parvenir en multipliant les water-closet à l’entrée de la mine, et en disposant, dans les galeries, des tinettes mobiles, d’un accès facile, qui seront régulièrement emportées et désinfectées. — (Macaigne, Précis hyg., 1911, page 324)
    • Si les Maurrassiens n’étaient pas des Furieux et si l’on pouvait parler avec eux calmement, je voudrais leur poser la question : existe-t-il la moindre ressemblance entre le « métèque » [Léon Blum] sur lequel, pendant un demi-siècle, l’Action Française a vidé ses tinettes et ce critique français nourri de la pure moelle classique ? — (François Mauriac, Bloc-Notes, 1954, page 99)
    • Son voisin paraît plutôt se préparer pour la nuit, il s’assoit sur la tinette après avoir baissé son pantalon sans vergogne, ce qui ne l’empêche nullement de discourir. — (Ferenc Karinthy, Épépé (1970, traduit du hongrois par Judith et Pierre Karinthy, 1999, pages 97-98)
    • Hommes, femmes, enfants grimpent [dans le wagon du train de déportation] et occupent les vingt mètres carrés. […] Éviter le centre où se trouve la tinette, sorte de tonnelet sans couvercle en tôle. Dégoût en perspective. Gêne. Pudeur bafouée. — (Jocelyne Sauvard, Simone Veil — La force de la conviction, l'’Archipel, Paris, 2012, page 129)
  2. (Par métonymie) (Construction) Toilettes, lieux d’aisance.
    • Et quel joli chœur que celui des vidangeurs au repos, assis en plein jour, à l’ombre des tinettes, comme des bergers sous des pampres. — (Flaub., Corresp., 1865, p. 33)
    • Les premiers recherchaient surtout le chocolat, qu’ils nous marchandaient longuement dans le cadre peu ragoûtant des tinettes, et qu’ils sortaient du stalag en le dissimulant parmi les accessoires de la pompe à merde. — (Ambrière, Gdes vac., 1946, page 318)
  3. (Vieilli) Baquet à fond plat.

Nom commun

tinette \Prononciation ?\ féminin

  1. Tinette, petit baquet, cuvette.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TINETTE. n. f.
Récipient pour les ordures et les excréments.

Littré (1872-1877)

TINETTE (ti-nè-t') s. f.
  • 1Vaisseau de bois fait de douves, ordinairement plus large par en haut que par en bas, et qui sert au transport du beurre fondu. Ne seront débités dans l'étendue de notre ferme des gabelles aucuns beurres, soit en pots, tinettes, barils, ou autres vaisseaux, dans lesquels il y ait aucun sel net et en nature, Ordonn. mai 1680.
  • 2Espèce de tonneau qui sert aux vidanges.

HISTORIQUE

XVe s. Il veit au milieu d'ung moult beau pré une tinette pleine d'eau chaude, Perceforest, t. IV, f° 12.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TINETTE, s. f. terme de Chandelier, les maîtres Chandeliers qui font de la chandelle moulée appellent tinette, le vaisseau dans lequel ils mettent leur suif liquide au sortir de la poële. (D. J.)

Tinette, s. f. (Tonnelerie.) espece de vaisseau approchant de la figure conique, le bas étant plus étroit que le haut, fait de douves reliés de cerceaux, ayant du côté le plus large deux especes d’oreilles, chacune percée d’un trou pour y passer un bâton au-travers afin d’en arrêter le couvercle. Les tinettes servent à mettre diverses sortes de marchandises, particulierement les beurres salés & les beurres fondus. Savary. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tinette »

Dimin. de tine ; wallon, tinulett.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Diminutif de tine avec le suffixe -ette.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Diminutif de tine avec le suffixe -ette.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tinette »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tinette tinɛt

Citations contenant le mot « tinette »

  • Chose étonnante: un «Jules» peut dans la langue populaire caractériser un «pot de chambre ou tinette», apprend-on dans Le Trésor de la langue française. On peut également parler de «Thomas», même si cet emploi est vieilli. Le Figaro.fr, «Nana», «gonzesse»... Ces mots moins innocents que nous le croyions
  • Comme eux, nombre de mots du dictionnaire français trouvent leur origine dans des histoires étonnantes voire coquines. Saviez-vous par exemple que le mot «orchidée» signifie en grec ancien «testicule»? que le «bifteck» fut le «nom donné par le souteneur à la femme qui le fit vivre»? ou bien encore que le «jules», fut un «pot de chambre», une «tinette», ainsi qu'on peut le lire dans Le Trésor de la langue française? Le Figaro.fr, Irez-vous au bout de ce test sur les mots coquins de la langue française?
  • On entend tout d'un coup des chiens qui aboient, des gens qui hurlent en allemand. C'est des déportés en rayé qui nous ouvrent les portes, qui nous disent de descendre et j'entends cette phrase : “Dis que t’as 18 ans, donne ton enfant à un vieillard.” On ne sait pas ce que ça veut dire. On a voyagé entassés les uns contre les autres avec une énorme tinette. On est 60 par wagon, ce qui est mieux que d'être 120 plus tard, bien qu'on était plus maigres. On était plus maigres après. France Culture, Marceline Loridan-Ivens : mon arrivée à Auschwitz
  • "Cet hiver, on a eu des algues sauvages qu'on n'a jamais vues ici dans la calanque. Ça a dû macérer et pourrir. On peut dire que ça sent la tinette !" Roger, cabanonier  France Bleu, Une odeur d’égout dans la calanque de Callelongue

Traductions du mot « tinette »

Langue Traduction
Anglais tinette
Espagnol tinette
Italien tinette
Allemand tinette
Chinois 色调
Arabe تينت
Portugais tinette
Russe tinette
Japonais ティネット
Basque tinette
Corse tinette
Source : Google Translate API

Synonymes de « tinette »

Source : synonymes de tinette sur lebonsynonyme.fr

Tinette

Retour au sommaire ➦

Partager