La langue française

Thrace

Sommaire

  • Définitions du mot thrace
  • Étymologie de « thrace »
  • Phonétique de « thrace »
  • Images d'illustration du mot « thrace »
  • Traductions du mot « thrace »
  • Synonymes de « thrace »

Définitions du mot thrace

Trésor de la Langue Française informatisé

THRACE, adj. et subst.

I.
A. − Adj. et subst. (Personne) qui habite la Thrace ou qui en est originaire. Une émigration non interrompue de Thraces, de Gaulois, d'Asiatiques surtout, avait lieu en Italie et en Sicile. Ils y étaient amenés comme esclaves en même temps que leurs dieux y entraient comme souverains (Michelet, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 163).C'est un acte non de désespoir, mais d'abnégation. Si chez les anciens Danois, chez les Celtes, chez les Thraces, le vieillard arrivé à un âge avancé met fin à ses jours, c'est qu'il est de son devoir de débarrasser ses compagnons d'une bouche inutile (Durkheim, Divis. trav., 1893, p. 226).
Expr., rare. Boire comme un Thrace. Boire immodérément. J'ai bu comme un Thrace! s'écria Chéréas. Et il roula sous la table (A. France, Thaïs, 1890, p. 203).
B. − Adj. Qui est relatif, qui est propre à la Thrace, à ses habitants. Cavaliers, armées thraces. Les mœurs thraces étaient empreintes d'une certaine férocité (Lar. 19e).
II. − Subst. masc.
A. − ANTIQ. ROMAINE. Gladiateur armé d'un bouclier et d'un glaive recourbé, qui combattait contre les mirmillons. (Dict. xixeet xxes.).
B. − LING. Langue ancienne du groupe Thraco-phrygien (groupe de langues indo-européennes) connue par de courtes inscriptions et des noms propres. (Dict. xxes.).
Prononc.: [tʀas]. Homon. trace. Étymol. et Hist. 1. 1732 nom de peuple (Trév.); 2. 1732 désigne les gladiateurs qui combattaient avec les armes thraces (ibid.); 3. 1952 ling. (Lang. Monde, p. 38). 1 empr. au lat. Thraces, -um, les Thraces, le peuple de la Thrace, contrée du nord de la Grèce (Thracia), gr. Θ ρ α ̃ κ ε ς; 2 empr. au lat. thraex ou threx, -cis désignant une sorte de gladiateur. Fréq. abs. littér.: 14.

Trésor de la Langue Française informatisé

THRACE, adj. et subst.

I.
A. − Adj. et subst. (Personne) qui habite la Thrace ou qui en est originaire. Une émigration non interrompue de Thraces, de Gaulois, d'Asiatiques surtout, avait lieu en Italie et en Sicile. Ils y étaient amenés comme esclaves en même temps que leurs dieux y entraient comme souverains (Michelet, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 163).C'est un acte non de désespoir, mais d'abnégation. Si chez les anciens Danois, chez les Celtes, chez les Thraces, le vieillard arrivé à un âge avancé met fin à ses jours, c'est qu'il est de son devoir de débarrasser ses compagnons d'une bouche inutile (Durkheim, Divis. trav., 1893, p. 226).
Expr., rare. Boire comme un Thrace. Boire immodérément. J'ai bu comme un Thrace! s'écria Chéréas. Et il roula sous la table (A. France, Thaïs, 1890, p. 203).
B. − Adj. Qui est relatif, qui est propre à la Thrace, à ses habitants. Cavaliers, armées thraces. Les mœurs thraces étaient empreintes d'une certaine férocité (Lar. 19e).
II. − Subst. masc.
A. − ANTIQ. ROMAINE. Gladiateur armé d'un bouclier et d'un glaive recourbé, qui combattait contre les mirmillons. (Dict. xixeet xxes.).
B. − LING. Langue ancienne du groupe Thraco-phrygien (groupe de langues indo-européennes) connue par de courtes inscriptions et des noms propres. (Dict. xxes.).
Prononc.: [tʀas]. Homon. trace. Étymol. et Hist. 1. 1732 nom de peuple (Trév.); 2. 1732 désigne les gladiateurs qui combattaient avec les armes thraces (ibid.); 3. 1952 ling. (Lang. Monde, p. 38). 1 empr. au lat. Thraces, -um, les Thraces, le peuple de la Thrace, contrée du nord de la Grèce (Thracia), gr. Θ ρ α ̃ κ ε ς; 2 empr. au lat. thraex ou threx, -cis désignant une sorte de gladiateur. Fréq. abs. littér.: 14.

Wiktionnaire

Adjectif

thrace \tʁas\ masculin et féminin identiques

  1. (Géographie) (Histoire) Qui concerne le peuple des Thraces, ayant vécu dans les Balkans entre le IIIe millénaire et le IIIe siècle avant J.C.

Nom commun

thrace \tʁas\ masculin

  1. (Antiquité) Gladiateur armé d’un bouclier et d’un glaive recourbé, qui combattait contre les mirmillons.
  2. (Linguistique) Langue morte indo-européenne parlée entre le IIIe millénaire et le Ve siècle après J.C.
  3. (Linguistique) Le terme peut parfois désigner informellement une langue vivante, l’albanais arvanite, une variante de l’albanais parlée par les Arvanites originaires de la région de la Thrace en Grèce. L’albanais arvanite désigne une langue également très proche de l’albanais tosk parlé en Albanie mais qu’en Grèce on désigne plutôt par « thrace alvanite », une expression souvent abrégée en thrace, bien que la région grecque actuelle parle plutôt le grec, et que la communauté arvanite soit disséminée en Grèce (notamment dans tout le Péloponnèse et à Athènes, ainsi que dans des pays voisins) et non spécifique à la région de Thrace actuelle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Encyclopédie, 1re édition (1751)

Thrace, (Géog. anc.) en grec θρᾴκη, en latin, Thracia ou Thracé, grande contrée de l’Europe, renfermée entre le mont Hémus, la mer Egée, la Propontide & le Pont-Euxin. La borne septentrionale du côté du Pont-Euxin, est cependant assez incertaine.

Les anciens géographes, comme le Périple de Scylax, Pomponius Méla & Pline, étendent la Thrace jusqu’à l’embouchure du Danube ; de sorte qu’ils y renferment Istropolis, Tomi & Catalis. Pline a suivi en cela Pomponius Méla ; & peut être celui-ci a-t-il suivi le périple de Scylax.

Les historiens au contraire, mettent ces trois villes & quelques autres du voisinage dans la Scythie, en-deçà du Danube, ou les marquent simplement sur la côte du Pont-Euxin. Strabon lui même divise ce quartier-là en côtes pontiques ; savoir, celle qui prend depuis l’embouchure sacrée du Danube, jusqu’aux montagnes qui sont près du mont Hémus ; & celle qui s’étend depuis ces montagnes jusqu’à l’embouchure du Bosphore, près de Bysance.

Les bornes que Ptolomée donne à la Thrace paroissent plus naturelles. Ce qui est au-delà du mont Hémus, il l’attribue à la basse Mœsie ; & du côté du Pont-Euxin, il ne pousse pas la Thrace au-delà de la ville Mesembria. En effet, on ne voit pas comment Pline, après avoir marqué le mont Hémus pour la borne de la Thrace dans les terres, a pû le long de la côte, l’étendre si fort au-delà de cette montagne, & la pousser jusqu’au Danube.

La Thrace a été extrèmement peuplée autrefois ; ses habitans étoient robustes & pleins de valeur ; leur fleuve Strymon servit long-tems de bornes entre la Thrace & la Macédoine ; mais Strabon dit qu’aussi -tôt que Philippe eut réduit sous sa domination, plusieurs villes entre le Strymon & le Nessus, on s’accoutuma à confondre sous le nom de Macédoine, le pays conquis nouvellement.

Les poëtes grecs & latins ne nous font pas un beau portrait de la Thrace. Callimaque, Eschile, Euripide & Aristophane l’appellent la patrie de Borée, le séjour des aquilons & le pays des frimats. Virgile, Horace, Ovide & Catulle tiennent le même langage. Séneque la nomme la mere des neiges & des glaçons ; & Lucain appelle les grands hivers, des hivers de Thrace. Pomponius-Méla, l. II. c. ij. n’en parle pas plus avantageusement. Regio, dit-il, nec cœlo læta, nec solo, & nisi qua mari proprior est, infœcunda, frigida, eorumque servatur maximè admodùm patiens. Rarò usquam pomiferam arborem, vitem frequentiùs tolerat, sed nec ejusquidem fructus maturat ac mitigat, nisi ubi frigora objectu frondium, cultores arcuere.

Celui qui a civilisé ces peuples, & qui leur a donné le premier des lois, a été un disciple de Pythagore nommé Zamolxis. Hérodote rapporte les noms d’une multitude infinie de différens peuples qui ont habité la Thrace. Il dit, que s’ils eussent pû, ou se réunir sous un seul chef, ou se lier d’intérêts & de sentimens, ils auroient formé un corps de nation très-supérieur à tout ce qui les environnoit.

Les Thraces avoient eu divers rois depuis Térès, qui eut deux fils, Sitalcée & Sparado. Il y eut de grandes brouilleries entre leurs descendans, qui tour-à-tour se détrônerent, jusqu’à ce que Seuthès reconquit une partie des états de son pere Moësadès, & transmit sa succession paisible à Cotys, pere de Chersoblepte. A la mort de Cotys, les divisions recommencerent, & au lieu d’un roi de Thrace, il y en eut trois, Chersoblepte, Bérisade & Amadocus. A la fin Chersoblepte déposséda les deux autres : après quoi Philippe, roi de Macédoine, le dépouilla lui-même.

La république d’Athènes, après les victoires de Salamine & de Marathon, ne commanda pas seulement dans la Grece, mais conquit beaucoup de villes vers la Thrace, & dans la Thrace même ; entr’autres Pidne, Potidée & Méthone. Ces villes secouerent le joug, dès que Lacédémone à la fin de la guerre du Péloponnèse, eut abattu la puissance d’Athènes ; mais Thimothée l’athénien, les remit encore sous l’obéissance de sa patrie. Le roi Philippe les leur enleva, & se rendit maître de trente-deux villes de la Thrace.

Alexandre acheva la conquête entiere de ce pays, dont les peuples ne recouvrerent leur liberté, qu’après sa mort. Un autre Seuthès, fils ou petit-fils de Chersoblepte, entra aussi-tôt dans les droits de ses ancêtres, & il livra deux sanglantes batailles à Lysimachus, un des capitaines & des successeurs d’Aléxandre.

A quelque tems de-là une partie des Gaulois, qui sous la conduite de Brennus, ravageoient la Grece, se détacha du gros de la nation, & alla s’établir en Thrace. Le premier roi de ces Gaulois thraces s’appella Commontorius, & le dernier Clyœus, sous qui les Thraces naturels exterminerent les Gaulois, transplantés chez eux, & remirent sur le trône Seuthès, issu de leurs anciens rois. Ce prince & ses descendans régnerent sans interruption jusqu’à Vespasien, qui à la fin, réduisit la Thrace en province romaine.

Depuis ce tems-là, la Thrace a eu le même sort que le reste de la Grece, jusqu’à ce qu’elle soit demeurée sous la puissance des Turcs, que la prise de Constantinople a rendu maîtres du pays.

La Thrace des anciens se nomme aujourd’hui la Romanie de Thrace, pour la distinguer de la Romanie de la Morée ; c’est la province la plus orientale de la Turquie européenne, entre la mer Noire, la mer de Marmora, l’Archipel, la Macédoine & la Bulgarie.

Le P. Briet divise l’ancienne Thrace en Thrace, en-deçà de Rhodope, & Thrace en-delà de Rhodope. La premiere comprend la Thrace médique, grecque ou macédonienne ; la Thrace drausique, sapaïque, corpialique ; la province de Bysance, la Thrace cénique, sellétique & samaïque. La seconde Thrace au-delà du Rhodope, comprend la Thrace usdicestique, la Thrace bennique, danthelétique, bessique ; & enfin la Quersonnèse de Thrace.

La notice de l’empire, depuis Constantin jusqu’à Arcadius & Honorius, renferme dans la Thrace six provinces, qui sont l’Europe, Rhodope, la Thrace, l’Hémimont, la seconde Moësie, & la Scythie.

Les Thraces étoient naturellement féroces, violens, emportés & cruels ; cependant ceux qui venoient des colonies de Phénicie, & qui demeuroient au voisinage de la Grece, se policerent, & se rendirent célebres dans les arts & dans les sciences ; leur pays produisit Orphée, Linus & Musée, dont j’ai déja parlé dans cet ouvrage.

Phèdre étoit aussi de Thrace ; il fut réduit à l’esclavage, ensuite affranchi sous Auguste, & exposé sous Tibere à toutes les persécutions de Séjan, jusqu’à la mort de cet indigne favori d’un tyran odieux. Il ne se soucia jamais d’amasser du bien, & met cette raison entre les choses qui devoient lui faciliter la promotion au rang de poëte. Ses fables sont admirables, & l’on a raison d’être surpris qu’un ouvrage plein d’autant d’agrément & de pureté, que l’est celui de Phèdre, ait été si peu connu pendant plusieurs siecles. Nous avons outre la belle édition d’Hoogstraten, mise au jour à Amsterdam en 1701, in-4°. celle de Burman, imprimée dans la même ville en 1727, in-4°. (Le chevalier de Jaucourt.)

Thrace, la mer de, (Géog. anc.) Thracium mare. Strabon donne ce nom à la partie de la mer Egée, qui baigne les côtes de la Thrace. (D. J.)

Thrace, bosphore de, (Géog. mod.) autrement dit le canal de Constantinople, qui sépare l’Asie d’avec l’Europe. C’est un canal de 15 milles de long, sur environ deux de large, en des endroits plus, en d’autres moins. Sa promenade est agréable, & son aspect est charmant, voyez les détails au mot Bosphore de Thrace. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « thrace »

(Siècle à préciser) Du latin Thracus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « thrace »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
thrace tras

Images d'illustration du mot « thrace »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « thrace »

Langue Traduction
Anglais thracian
Espagnol tracio
Italien thracian
Allemand thrakisch
Chinois 色雷斯
Arabe التراقي
Portugais trácio
Russe фракийский
Japonais トラキア人
Basque thracian
Corse traciano
Source : Google Translate API

Synonymes de « thrace »

Source : synonymes de thrace sur lebonsynonyme.fr
Partager