La langue française

Thermes

Sommaire

  • Définitions du mot thermes
  • Étymologie de « thermes »
  • Phonétique de « thermes »
  • Citations contenant le mot « thermes »
  • Images d'illustration du mot « thermes »
  • Traductions du mot « thermes »
  • Synonymes de « thermes »

Définitions du mot « thermes »

Trésor de la Langue Française informatisé

THERMES, subst. masc. plur.

A. − ARCHÉOL. Établissement de bains publics renfermant les différents bassins d'eau chaude ou froide, des salles annexes, bibliothèque, palestre et des lieux de promenade. La grande salle circulaire des thermes d'Antonin Caracalla à Rome, n'a pas plus de 25 mètres de diamètre dans œuvre (Viollet-Le Duc, Archit., 1872, p. 89).On bâtit des thermes, avec des piscines où trois mille baigneurs sont à l'aise, des tepidariums immenses, des promenoirs à voûtes monstrueuses où l'oisif passe sa journée au milieu des femmes, des danseuses, des musiciens, des rhéteurs (Faure, Hist. art, 1909, p. 143).
B. − Usuel. [Souvent avec majuscule] Établissement thermal. Les thermes de Luchon. La même eau bondissante paraissait couler en deux sens opposés, et remonter vers Salins après être descendue le long du Parc des Thermes (Larbaud, Journal,1934, p. 314).Le dîner eut lieu dans la salle à manger de l'Hôtel des Thermes, parmi le chuchotement des dames mûrissantes qui venaient soigner leur retour d'âge à Bagnoles (Druon, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 146).
Prononc. et Orth.: [tε ʀm]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1200 termes « établissement de bains publics » (Dialogue Grégoire, 256, 11, 12 ds T.-L.); 1564 thermes (Rabelais, Cinquiesme Livre, éd. Ch. Marty-Laveaux, chap. V, p. 24); 2. 1398 « établissement thermal » (Somme MeGautier, mss franç. Bibl. Nat. 5288, fo85, vods DG: aigue de termes). Empr. au lat.thermae « thermes, bains d'eaux chaudes ». Fréq. abs. littér.: 68.

Wiktionnaire

Nom commun

thermes \tɛʁm\ masculin pluriel

  1. (Antiquité romaine) Établissement de bains publics chauds, auquel étaient annexés une palestre, un gymnase, une bibliothèque, des boutiques, des jardins, etc...
    • Les thermes de Titus, de Caracalla, de Dioclétien, dont les ruines imposantes existent encore à Rome, abritent des festivals l'été.
    • Près de Cluny, ce palais romain, à belles arches cintrées, c'étaient les Thermes de Julien (…) — (Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
    • Le plan que suivit l'administration française pour le déblaiement du Forum fut celui que Raphaël avait proposé à Léon X : (…) elle enleva les terres qui recouvraient l'emmarchement du Colisée, vida l'intérieur de l'arène et fit reparaître sept ou huit salles des bains de Titus.
      Ailleurs le Forum de Trajan fut exploré ; on répara le Panthéon, les Thermes de Dioclétien, le temple de la Pudicité patricienne. Des fonds furent assignés pour entretenir, hors de Rome, les murs de Faléries et le tombeau de Cecilia Metella.
      — (Chateaubriand, Mémoires d'Outre-tombe, 3, 30, 12, 1848)
  2. (Aujourd’hui) Établissement thermal.
    • Une navette mène les curistes de la gare aux thermes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

THERMES (tèr-m') s. m. plur.
  • 1 Terme d'antiquité. Édifice destiné à l'usage des bains publics. Les thermes de Julien dont des restes se voient à Paris. Le voyageur est pénétré d'admiration lorsqu'il contemple les vastes ruines des thermes de Dioclétien, sur lesquels sont placés aujourd'hui l'église, le monastère et les jardins des moines de Saint-Bernard, Mongez, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. I, p. 496. Nous le parcourûmes plusieurs fois [le défilé], nous visitâmes les thermes ou bains chauds qui lui ont fait donner le nom de Thermopyles, Barthélemy, Anach. ch. 34. C'est dans les thermes de Caracalla qu'étaient placés l'Hercule Farnèse, la Flore et le groupe de Dircé, Staël, Corinne, IV, 5.
  • 2Aujourd'hui, établissements disposés pour l'usage thérapeutique des eaux médicinales chaudes. Les thermes de Bagnères de Luchon.

HISTORIQUE

XVIe s. Les thermes des cardingaux, belles et delitieuses souverainement, Rabelais, Pant. v, 5.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

THERMES, (Antiq. rom.) les thermes étoient chez les Romains de grands édifices, principalement destinés pour les bains chauds ou froids ; nous verrons dans la suite que ces bains étoient publics ou particuliers.

Thermæ, du grec θέρμη, chaleur. Tite-Live, liv. XXXVI. c. xv. en décrivant le pas des thermopyles, dit que ce lieu étoit nommé pylæ, & par d’autres thermopylæ, parce qu’on trouvoit des eaux chaudes dans l’endroit le plus resserré entre les montagnes.

Les Romains par ce mot therma, entendoient des bains d’eau chaude ; & on l’appliqua tellement aux édifices où étoient ces bains, qu’il s’étendit même jusqu’à ceux où l’on se baignoit dans de l’eau froide.

Les thermes eurent rang parmi les édifices les plus somptueux de Rome : on s’y lavoit l’hiver avec de l’eau tiede, quelquefois avec des eaux de senteur, ou bien par une autre sorte de mollesse, on faisoit seulement sentir à son corps les vapeurs chaudes de l’eau. Pendant l’hiver, on s’oignoit le corps avec des huiles & des parfums de prix ; & pendant l’été après être sorti du bain tiede, on alloit se rafraichir dans de l’eau froide. Gordien voulut bâtir dans un même lieu des thermes pour l’hiver & pour l’été, mais la mort qui le prévint l’empêcha d’achever l’ouvrage. L’empereur Aurelien fit bâtir au-delà du Tibre des thermes pour l’hiver seulement.

Les thermes étoient si vastes, qu’Ammien-Marcellin, liv. XVI. c. vj. pour donner une idée de leur grandeur, les compare à des provinces entieres, in modum provinciarum extructa lavacra. Ce qui nous reste encore aujourd’hui de quelques anciens thermes nous fait juger de leur étendue prodigieuse.

Le nombre de ces thermes étoit aussi surprenant à Rome, que leur grandeur. Publius-Victor dit, qu’il y en avoit plus de huit cens, & Pline le jeune, liv. IV. epist. 8. dit qu’ils s’étoient augmentés à l’infini : Quæ nunc Romæ ad infinitum auxere numerum. Les empereurs les firent d’abord bâtir pour leur usage particulier, ensuite ils les abandonnerent au peuple, ou en firent bâtir pour lui. Outre les thermes où l’on ne payoit rien, il y en avoit qui se donnoient à ferme, & de plus les principaux citoyens avoient des bains particuliers chez eux.

Ces thermes étoient accompagnés de divers édifices, & de plusieurs pieces & appartemens. Il y avoit de vastes réservoirs où se rassembloit l’eau par le moyen des aqueducs ; des canaux qu’on avoit ménagés, servoient à faire écouler les eaux inutiles. Les murailles des réservoirs étoient si bien cimentées, que le fer avoit de la peine à rompre la matiere employée à la liaison des pierres. Le pavé des thermes, comme celui des bains, étoit quelquefois de verre, le plus souvent néanmoins on y employoit la pierre, le marbre, ou des pieces de rapport qui formoient un ouvrage de marqueterie de différentes couleurs.

La description des thermes de Dioclétien qui nous a été donnée par André Baccius, fournit une idée complette de la grandeur & de la magnificence romaine dans ces sortes d’ouvrages. On y voit entr’autres un grand lac dans lequel on s’exerçoit à la nage, des portiques pour les promenades, des basiliques où le peuple s’assembloit avant que d’entrer dans le bain, ou après en être sorti ; des appartemens où l’on pouvoit manger, des vestibules & des cours ornées de colonnes, des lieux où les jeunes gens faisoient leurs exercices, des endroits pour se rafraichir, où l’on avoit pratiqué de grandes fenêtres, afin que le vent y pût entrer aisément ; des lieux où l’on pouvoit suer, des bois délicieux, plantés de planes & autres arbres ; les endroits pour l’exercice de la course ; d’autres où l’on s’assembloit pour conférer ensemble, & où il y avoit des siéges pour s’asseoir ; des lieux où l’on s’exerçoit à la lutte, d’autres où les Philosophes, les rhéteurs & les poëtes cultivoient les sciences par maniere d’amusement ; des endroits où l’on gardoit les huiles & les parfums ; d’autres où les lutteurs se jettoient du sable l’un sur l’autre, pour avoir plus de prise sur leurs corps qui étoient frottés d’huile.

L’usage des thermes, comme celui des bains, étoit très-ancien à Rome. Les peuples de l’Asie en donnerent l’exemple aux Grecs, & ceux-ci le transmirent aux Romains, qui avoient des thermes, avant que les Médecins grecs eussent mis le pié à Rome, époque que l’on rapporte à l’an 535. de la fondation de cette ville, sous le consulat de L. Emilius, & de M. Licinius. Homere, odiss. θ, v. 248. compte l’usage des thermes λουτρὰ θερμὰ, au nombre des plaisirs honnêtes de la vie.

Semper autem nobis conviviumque gratum, citharæque, chorique
Vestesque mutatoriæ, lavacraque calida, & cubilia.

Plaute décrit dans les deux vers suivans, les exercice auxquels on formoit la jeunesse dans les thermes.

Ibi cursu, luctando, hasta, disco, pugilatu, pila,
Saliendo, sese exercebant magis quam scorto aut saviis.

C’étoit une des fins qu’on s’étoit proposées dans l’établissement des thermes. Par ces exercices, on augmentoit la force des jeunes gens, on leur donnoit de l’adresse, & on les instruisoit dans les Sciences. Une autre vûe que l’on avoit eue, c’étoit la conservation de la santé, & peut-être la volupté y entra-t-elle aussi pour quelque chose. J’ai déja dit qu’il y avoit des thermes où l’on entroit librement, & sans qu’il en coutât rien, & que dans d’autres il falloit payer ; du reste, la somme que l’on donnoit étoit modique ; on étoit quitte pour la plus petite piece de monnoie, comme Juvenal le remarque dans la sixieme satyre.

Cædere sylvano porcum, & quadrante lavari.

Cette piece pourtant ne suffisoit pas lorsqu’on venoit trop tard, c’est-à-dire après les dix heures ; il falloit alors payer, selon le caprice des personnes préposées pour le service des thermes. Martial, l. X. epist. 70. a fait allusion à cette sorte d’exaction, quand il a dit :

Balnea post decimam lasso, centumque petuntur
Quadrantes, &c.

Les édiles avoient inspection sur les thermes, & sous eux étoient plusieurs ministres inférieurs, de sorte que l’ordre y régnoit, malgré l’entiere liberté que l’on y trouvoit. Il n’y avoit aucune distinction pour les places ; le peuple, comme la noblesse ; l’artisan, comme le magistrat, avoit droit de choisir parmi les places vuides, celle qui étoit le plus à son gré.

Ordinairement les thermes n’étoient point communs aux hommes & aux femmes ; ce ne fut que sous quelques empereurs corrompus que cette indécence eut lieu. Les endroits où les hommes se baignoient, furent presque toujours séparés des lieux destinés aux bains des femmes ; & même pour mettre encore mieux à couvert l’honneur de celles-ci, Agrippine, mere de Néron, fit ouvrir un bain destiné uniquement à l’usage des femmes ; exemple qui fut imité par quelques autres dames romaines, comme nous l’apprend Publius-Victor. On lit dans Spartien, que l’empereur Adrien ordonna que les bains des femmes seroient séparés des bains des hommes.

Le signal pour venir aux bains & pour en sortir, se donnoit au son d’une cloche ; si l’on s’y rendoit un peu tard, on couroit risque de n’avoir que de l’eau froide pour se baigner c’est ce que signifient ces deux vers de Martial, liv. XIV. epig. 163.

Redde pilam : sonat æs thermarum ; ludere pergis ?
Virgine vis solâ, lotas abire domum.

L’heure pour entrer dans les thermes, étoit, selon Pline, liv. III. c. j. la huitieme heure du jour en été, & la neuvieme en hiver. Martial, liv. IV. épig. 8. semble dire la même chose dans ces vers.

Sufficit in nonam nitidis octava palæstris.

Spartien, in Adriano, nous apprend que l’empereur Adrien défendit qu’on se mît dans le bain en public avant la huitieme heure. La plûpart ne se baignoient qu’une fois par jour ; quelques-uns néanmoins, plus adonnés aux exercices qui s’y faisoient, y retournoient jusqu’à sept fois dans un même jour. Galien de sanitate tuenda, liv. V. rapporte, qu’un certain philosophe nommé Primigène, étoit attaqué de la fievre le jour qu’il manquoit de se baigner.

L’usage des bains n’étoit interdit qu’à l’occasion d’un grand deuil ou d’une calamité publique, comme nous le voyons dans Tite-Live & dans Suétone.

Mais S. Clément d’Alexandrie, Pédag. l. III. c. v. dit que les nobles faisoient porter aux bains des draps de toile très-fine, & des vases d’or & d’argent, sans nombre, tant pour servir aux bains, que pour le boire & le manger.

Ainsi le luxe s’introduisit dans un usage que le manque de linge, la chaleur du climat, & la nécessité de la propreté avoient fait naître. Les empereurs romains se prêterent aux besoins de la nation qu’ils gouvernoient, en bâtissant pour elle des thermes publics, plus grands ou plus magnifiques les uns que les autres. Tels furent ceux d’Auguste, de Néron, de Titus, de Trajan, de Commode, de Severe, d’Antonin, de Caracalla & de Dioclétien. Ces deux derniers surpasserent tous les autres par leur étendue. On ne peut voir les ruines des thermes de Caracalla, sans être surpris de l’immensité qu’avoit ce bâtiment ; mais il n’y en eut point de plus somptueux, plus chargés d’ornemens & d’incrustations, ni qui fit plus d’honneur à un prince, que les thermes de Dioclétien. Une seule salle de ces édifices fait aujourd’hui l’église des Chartreux à Rome ; une des loges du portier fait l’église des Feuillans. (Le chevalier de Jaucourt.

Thermes des nymphes, (Littérat.) les Poëtes peuploient tous les élémens de dieux, de déesses, de nymphes ; & la plus petite fontaine avoit sa divinité comme le plus grand fleuve. Les bains connus dans l’histoire, sont également fameux dans la fable. Si l’on en croit Diodore, les anciennes traditions portoient qu’Hercule revenant d’Espagne, & amenant les bœufs de Géryon, passa par la Sicile ; là s’étant arrêté près d’Himere, Minerve ordonna aux Nymphes de faire sortir de terre des bains où ce héros pût se délasser ; & les Nymphes obéirent. C’est peut-être pour cette raison que Pindare les nomme simplement les bains des Nymphes. Cet événement fabuleux a trouvé place sur les médailles. Nous en avons une représentant Hercule, & au revers trois nymphes qui font sortir de terre les bains d’Himère. L’autre médaille figure un char attelé de deux chevaux, monté par un homme que l’on croit être Ergoteles ; cet homme tient les renes de la main droite, & de la gauche une espece de bâton avec une victoire au-dessus ; au revers est une nymphe tenant une patere élevée sur un brasier. Derriere la nymphe est Hercule dans le bain, sur les épaules duquel un lion accroupi verse de l’eau. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « thermes »

Du latin thermae (« bains publics chauds »), emprunté au grec θερμός thermos (« chaud »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Θἑρμαι, de θἑρμη, chaleur, θερμὸς, chaud, qui est de même radical que l'allemand warm, zend garema, sanscr. gharma, chaud.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « thermes »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
thermes tɛrm

Citations contenant le mot « thermes »

  • Les curistes aussi sont là, mais bien moins nombreux qu'à l'accoutumée. La donne a changé après ces mois de confinement qui ont imposé des protocoles sanitaires, grevé les budgets et fragilisé davantage ce qui l'était déjà. Une gageure pour la mairie et les thermes, dont les destins s'imbriquent. leparisien.fr, Plombières-les-Bains : une bouffée d’air chaud pour la station thermale des Vosges - Le Parisien
  • En matière d’équipement, cette piscine remarquablement conservée dispose du dernier cri de l’époque : dallage en marbre de Saint-Béat, vestibule, système perfectionné d’évacuation des eaux, sauna, bassin de bain chaud, bassin de bain froid. On descend dans la piscine par un escalier. Le tout, alimenté par des cheminées qui se croisent et s’entrecroisent en sous-sol. Des pipettes en brique formaient l’hypocauste (fourneau souterrain) servant à chauffer le caldarium et des tuiles à mamelles formaient des conduits d’air chaud pour éviter la condensation. Dans ce bassin de 18 m3, la hauteur maximale de l’eau (1 m 20) indique qu’on y venait pour s’y détendre ou s’y laver et non pour faire des brasses. L’alimentation était assurée par les eaux de la source de Pelet qui coule juste en amont. Monnaies, fragments, amphores et céramiques trouvés dans les parages témoignent aussi de l’occupation au IVe siècle avant Jésus Christ. Ces thermes, composés à l’origine de trois salles plus ou moins chaudes sont peu connus mais ils sont classés au titre des monuments historiques depuis 1960 et son propriétaire, Yves Avezac, en assure toujours la visite. ladepeche.fr, Montoulieu-Saint-Bernard. Les thermes privés de la famille Avezac à Montoulieu - ladepeche.fr
  • Les thermes de la ville de Divonne-les-Bains rouvriront le 3 août. Une bonne nouvelle pour la clientèle thermale et de remise en forme. En effet, un médecin thermal a pu être trouvé et Valvital, gestionnaire depuis 22 ans, qui reste l’exploitant jusqu’au 30 septembre, assumera les prises de réservation et l’information jusqu’à cette date. , Santé | Thermes de Divonne-les-Bains : réouverture le 3 août avec un médecin
  • La Bourboule a retrouvé ses curistes le 6 juillet dernier. Après avoir subi le confinement, les thermes ont pu rouvrir moyennant une énorme réorganisation. Aujourd'hui, la première station pédiatrique de France n'accueille que 35 % de sa clientèle mais s'adapter à la crise sanitaire est une gageure. France Bleu, Puy-de-Dôme : faire une cure thermale à La Bourboule en pleine crise sanitaire
  • Alors que la plupart des thermes de France ont réouvert leurs portes mi-juillet, ceux de Divonne restent fermés, impactant les activités qui en dépendent. Le Messager, Divonne : pas de réouverture pour les thermes - Le Messager

Images d'illustration du mot « thermes »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « thermes »

Langue Traduction
Anglais thermal baths
Espagnol baños termales
Italien bagni termali
Allemand thermalbäder
Chinois 热水浴
Arabe الحمامات الحرارية
Portugais banhos termais
Russe термальные ванны
Japonais 温泉
Basque termak
Corse bagni termali
Source : Google Translate API

Synonymes de « thermes »

Source : synonymes de thermes sur lebonsynonyme.fr
Partager