La langue française

Teutonique

Sommaire

  • Définitions du mot teutonique
  • Étymologie de « teutonique »
  • Phonétique de « teutonique »
  • Citations contenant le mot « teutonique »
  • Traductions du mot « teutonique »
  • Synonymes de « teutonique »

Définitions du mot teutonique

Trésor de la Langue Française informatisé

TEUTONIQUE, adj.

A. − HISTOIRE
1. Qui appartient aux Teutons, aux peuples de l'ancienne Germanie; germanique. Langues teutoniques. Les Allemands, les Suisses, les Anglais, les Suédois, les Danois et les Hollandais sont des peuples teutoniques (Staël, Allemagne, t. 1, 1810, p. 15).Charlemagne (...) essaye de faire disparaître l'ignorance de son empire et d'instruire ses peuples de double race gauloise et teutonique (Encyclop. éduc., 1960, p. 12).
Écriture teutonique, caractères teutoniques. Variété d'écriture, de caractères gothiques en usage autrefois en Allemagne. (Ds Guérin 1892, Lar. Lang. fr.). Hanse* teutonique.
2. Ordre des chevaliers teutoniques, Ordre teutonique, Chevaliers teutoniques. Ordre religieux et militaire germanique fondé en Terre sainte au xiies. par des chevaliers allemands et qui abandonna son but hospitalier et la lutte contre les infidèles pour se consacrer à la conversion des Slaves des régions baltiques et la colonisation des marches de l'Est. Les chevaliers Teutoniques, pénétrant peu-à-peu dans les bois de la Prusse, y bâtirent des forteresses (...). Les chevaliers de Porte-glaive, qui de leur côté avoient travaillé à la conquête des pays septentrionaux, en se réunissant aux chevaliers Teutoniques, leur donnèrent une puissance vraiment royale (Chateaubr., Génie, t. 2, 1803, p. 479).Un premier contingent de croisés germaniques (...) aida le grand maître Hermann Von Salza à élever la forteresse de Montfort, depuis siège principal de l'Ordre des chevaliers teutoniques (Grousset, Croisades, 1939, p. 315).
Chevalier teutonique. Membre de l'Ordre des chevaliers teutoniques. Je disais à don Bernal que cette neige me rappelait le chevalier Teutonique devant le château-fort (Montherl., Maître Sant., 1947, I, 4, p. 606).
Empl. subst. masc. Ordres militaires enfin qui, depuis la chute de la royauté, n'obéissaient plus qu'à leurs grands maîtres et jouissaient d'une indépendance absolue dans leurs places fortes, les Hospitaliers au Crac des Chevaliers et à Marqab, les Templiers à Tortose, à Safitha, à Beaufort, bientôt à Safed, les Teutoniques à Montfort (Grousset, op. cit., p. 344).
3. De l'Ordre des chevaliers teutoniques; qui appartient, est relatif à cet Ordre. Les uns (...) s'en allaient en Prusse combattre les idolâtres sous le grand-maître teutonique, ou avec les chevaliers Porte-glaives (Barante, Hist. ducs Bourg., t. 2, 1821-24, p. 43).La croisade teutonique ayant cessé, les chevaliers en cherchaient une contre les marchands qui allaient ou résidaient à Nuremberg (Michelet, Journal, 1842, p. 451).
B. − Vieilli ou péj. Allemand, germanique.
1. Vieilli ou littér. [Les] plus anciens gentilshommes de la noblesse teutonique (Staël, Allemagne, t. 1, 1810, p. 125).Le philosophe teutonique [Jacob Boehme] voyait en Dieu une réalité concrète et vivante ayant une Nature et un ensemble d'énergies, qui résident en lui et qu'il accorde harmonieusement (Caron, Hutin, Alchimistes, 1959, p. 80).
2. Péj. L'Allemagne hurle contre nous. C'est un mouvement comme en 1813. Les uns disent que c'est de la haine de bon aloi, d'autres qu'il y a là-dessous une certaine quantité de libéralisme rouge qui prend aujourd'hui la forme teutonique (Mérimée, Lettres à une inconnue, t. 2, 1859, p. 50).Tout ça, Wilson l'a compris. Vaincre le Kaiser n'est rien, si on n'atteint pas l'esprit prussien, teutonique, du régime impérial, son pangermanisme (Martin du G., Thib., Épil., 1940, p. 977).
[P. ell. du subst.] D'autres fois, certaines collectivités arrivent à prendre conscience d'elles-mêmes organiquement; c'est le cas pour l'anglo-saxonne et la teutonique, qui sont de plus en plus en voie de se créer comme races (Barrès, Serv. All., 1905, p. 257).
Prononc. et Orth.: [tøtɔnik]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1. 1489, 10 août Hanse theutonique (Ordonnance des rois de France, t. 20, p. 184); 1611 alliance theutonique (Cotgr.); 1685 ordre teutonique (Ph. de Dangeau, Journal, t. 1, p. 104); 2. 1512 subst. masc. plur. les Teutoniques (Lemaire de Belges, Illustrations de Gaule, éd. J. Stecher, t. 2, p. 321, v. tudesque). Empr. au lat.Teutonicus « qui concerne les Teutons », dér. de Teutoni, v. teuton. Fréq. abs. littér.: 68.

Wiktionnaire

Adjectif

teutonique \tø.tɔ.nik\ masculin et féminin identiques

  1. (Histoire) Relatif aux Teutons.
    • Il […] présidait les grandes assemblées de la nation franke, suivies de ces festins traditionnels parmi la race teutonique, où des sangliers et des daims entiers étaient servis tout embrochés, et où des tonneaux défoncés occupaient les quatre coins de la salle. — (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 1er récit : Les quatre fils de Chlother Ier — Leur caractère — Leurs mariages — Histoire de Galeswinthe (561-568), 1833 - éd. Union Générale d’Édition, 1965)
  2. (Par extension) Allemand.
  3. (Spécialement) (Histoire) Qualifiait un ordre religieux militaire fondé par des seigneurs allemands à l’époque des croisades.
  4. (Spécialement) (Histoire) Qualifiait la hanse, confédération de plusieurs villes d’Allemagne et du nord de l'Europe, unies ensemble, au Moyen Âge, pour leur commerce et leur défense.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TEUTONIQUE (teu-to-ni-k') adj.
  • Qui a rapport aux anciens Teutons, qui leur appartient.

    Se dit d'une espèce d'écriture gothique. Lettres teutoniques.

    Ordre Teutonique (avec un T majuscule), ordre fondé pendant le siége d'Acre, pour recueillir les pauvres et les malades allemands abandonnés en Palestine ; il porta d'abord le nom de chevaliers de Notre-Dame du mont Sion ; dans le XIIIe siècle il fut appelé et établi en Prusse. Les deux grands ennemis de la Pologne furent longtemps les Turcs et les religieux chevaliers teutoniques, Voltaire, Mœurs, 119.

    Hanse teutonique, voy. HANSE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TEUTONIQUE, (Hist. mod.) ce qui regarde les Teutons, ancien peuple d’Allemagne qui habitoit les côtes le long de l’Océan germanique.

La langue teutonique ou le tudesque est l’ancien idiome de l’Allemagne, qui est mis au rang des meres-langues. Voyez Langue & Mere-langue.

La langue teutonique s’appelle aujourd’hui l’allemand, & on le distingue en haut & en bas allemand.

Le premier a deux dialectes considérables, savoir 1°. le scandien, le danois, ou peut-être le gothique ; de ce ressort sont les langues qu’on parle en Danemarck, en Norwege, en Suede, & en Ysland ; 2°. le saxon qui a pour dialectes les différens idiomes des Anglois, des Ecossois, des Frisons, & de ceux qui habitent le côté septentrional de l’Elbe. Voyez Anglois, &c.

Le bas allemand ou le flamand est la langue des Flamands, Brabansons, Hollandois & autres peuples des Pays-Bas. Voyez Flamand.

Teutonique, ordre, (Hist. des ordres milit. relig.) bientôt après l’établissement des Hospitaliers & des Templiers, un nouvel ordre naquit encore vers l’an 1190 en faveur des pauvres Allemands abandonnés dans la Palestine, & ce fut l’ordre des moines Teutoniques, qui devint après une milice de conquérans.

Des particuliers allemands fonderent cet ordre pendant le siege d’Acre, & Henri Valpot en ayant été nommé le chef, bâtit après la prise d’Acre, une église & un hôpital qui fut la premiere maison de l’ordre. Le pape Calixte III. en confirma l’institution en 1192, & accorda aux chevaliers tous les privileges dont jouissoient les Templiers & les Hospitaliers de saint Jean de Jérusalem ; mais à condition qu’ils seroient soumis aux patriarches, & qu’ils paieroient la dixme de tous leurs biens. L’habit de l’ordre étoit un manteau blanc chargé d’une croix noire.

Conrard duc de Suabe appella les freres Teutoniques en Prusse vers l’an 1230, pour soutenir les chevaliers de Dobrin qu’il avoit fondés, & leur assigna en pleine propriété tout le territoire de Culm.

Ils devinrent extrèmement puissans sous leur quatrieme grand-maître, Hermand de Salza ; ils conquirent la Prusse, y bâtirent les villes d’Elbing, de Marienbourg, de Thorn, de Dantzig, de Konisberg, & quelques autres. Ils soumirent aussi la Livonie. Leur nom de freres se changea en celui de seigneurs, & comme tels Conrard Wallerod ayant été nommé grand-maître de l’ordre, se fit rendre les honneurs qu’on rendoit aux plus grands princes.

Quelque tems après la division s’étant mise dans l’ordre, les rois de Pologne en profiterent ; la Prusse se révolta, & Casimir IV. reçut les chevaliers à hommage. Enfin Albert, marquis de Brandebourg, grand-maître de cet ordre, quitta la religion romaine, renonça à sa dignité de grand-maître, soumit la Prusse, & en chassa le petit nombre de chevaliers qui ne voulurent pas imiter son exemple, & suivre sa profession de foi. Ceux-ci se retirerent à Mergentheim, ou Mariendal en Franconie, qui leur appartient encore.

C’est par cet évenement que l’ordre teutonique si riche & si puissant, qui a possédé en toute souveraineté la Prusse royale & la ducale, la Livonie, les duchés de Curlande & de Semigal, se trouve n’avoir présentement que quelques commanderies qui suffisent à peine à l’entretien du grand-maître & d’une poignée de chevaliers.

Vaisselius dit dans ses annales, que dans le tems que l’ordre teutonique jouissoit de sa splendeur, il avoit 28 commandeurs (& il a oublié dans ce nombre le grand hospitalier, le drapier & le trésorier) 46 commandeurs de châteaux, 81 hospitaliers, 35 maîtres de couvens, 65 celleriers, 40 maîtres d’hôtel, 35 proviseurs, 18 pannetiers, 39 maîtres de la pêche, 93 maîtres de moulins, 700 simples freres qui pouvoient aller en campagne, 162 prêtres ou freres de chœur, 6200 serviteurs.

Pierre de Dusbourg, prêtre de cet ordre, en a écrit toute l’histoire dans sa chronique de Prusse réimprimée par Hartknock avec des notes ; on peut consulter cet ouvrage. (Le chevalier de Jaucourt.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « teutonique »

Teuton.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin Teutonicus → voir Teuton et -ique. Le désuet tudesque partage le même étymon.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « teutonique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
teutonique tøtɔnik

Citations contenant le mot « teutonique »

  • Les fouilles menées l’an dernier dans le Cimetière teutonique du Vatican n’ayant rien donné, le Saint-Siège a annoncé jeudi 30 avril que la justice vaticane avait classé sans suite ce volet de l’affaire Orlandi qui défraye la chronique judiciaire romaine depuis près de quarante ans. La Croix, Affaire Orlandi : le Vatican classe l’enquête sur le Cimetière teutonique
  • L’ancienne commanderie de l’Ordre teutonique, situé à l’arrière du palais des Princes-Évêque de Liège, se cherche un nouvel acquéreur. , La commanderie de l'Ordre teutonique : à vendre - RTC Télé Liège
  • En l’an 1228, l’ordre teutonique avait acheté la ferme/forteresse et y avait installé son siège, y installant sa trésorerie et ses registres d’archives. Mais les lieux étaient encore exigus au vu des besoins de l’ordre et, avec l’aide de contributions venues d’Europe, les moines avaient complètement remodelé la structure, lui donnant un aspect européen. Le château qui avait résulté de cet ouvrage avait fini par inclure des tours massives, une immense salle à manger avec des fenêtres en vitraux, et une chapelle élégante. Montfort avait été transformé en l’un des plus beaux châteaux fortifiés du royaume des croisés. The Times of Israël, Ruines des Croisades : Dans les traces des moines et pèlerins combattants | The Times of Israël
  • La ville de Rixheim vient d’installer une statue équestre en bronze sur une place face à la Commanderie. Elle représente Philippe de Montjoie-Hirsingue, commandeur de l'ordre teutonique qui a fait bâtir ce château au 18eme siècle. France Bleu, Une statue équestre d'un commandeur de l'ordre teutonique pour la ville de Rixheim
  • Sur la terre ferme, les touristes peuvent également visiter un château d’eau, la forteresse prussienne Boyen du XIXe siècle et le château teutonique du XIVe siècle. Un règlement dans la région a en fait été enregistré beaucoup plus tôt, à l’époque romaine, à proximité de la route d’Amber. Le Courrier d'Europe centrale, Plages, montagnes et lacs : voici dix des plus belles destinations de vacances en Pologne - Le Courrier d'Europe centrale

Traductions du mot « teutonique »

Langue Traduction
Anglais teutonic
Espagnol teutónico
Italien teutonico
Allemand deutsch
Chinois 条顿人
Arabe توتوني
Portugais teutônico
Russe тевтонский
Japonais チュートン
Basque teutonic
Corse teutonicu
Source : Google Translate API

Synonymes de « teutonique »

Source : synonymes de teutonique sur lebonsynonyme.fr
Partager