La langue française

Terreau

Sommaire

  • Définitions du mot terreau
  • Étymologie de « terreau »
  • Phonétique de « terreau »
  • Citations contenant le mot « terreau »
  • Images d'illustration du mot « terreau »
  • Traductions du mot « terreau »
  • Synonymes de « terreau »

Définitions du mot terreau

Trésor de la Langue Française informatisé

TERREAU, subst. masc.

A. − Sol fertile formé par la décomposition de substances végétales, et parfois animales, réduites en poudre. Synon. humus.Un vent humide (...) charriait d'âcres senteurs d'hiver, senteurs d'écorces mouillées, de pommes de pin et de glands tournant au terreau (Châteaubriant, Lourdines, 1911, p. 186).Nous avons choisi un sol de bruyère que la charrue avait largement défoncé et ameubli. Ce terreau riche et noir, composé de débris de végétaux et d'humus friable, retourné par le soc, nous a paru propre à la fermentation. Ni trop gras ni trop tendre, et déjà naturellement bien fumé (Bosco, Mas Théot., 1945, p. 321).
P. méton., littér. La campagne, le terroir. D'une haute porte (...) sortit une paysanne en bonnet tuyauté tout semblable à celui de la grosse Catherine. Mais tandis que celui-ci provenait visiblement du même terreau rural sur lequel la grosse Catherine avait elle-même poussé, l'autre (...) trahissait une paysannerie volontaire et presque maniérée (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 19).Ce n'était pas une fille de la ville: son enfance s'était développée au contact du terreau, le père paysan, bien que gentilhomme, exploitant lui-même cent cinquante hectares de cultures (T'Serstevens, Itinér. esp., 1963, p. 17).
HORTIC. Ce sol utilisé comme engrais; engrais naturel provenant de la décomposition poussée du fumier ou de végétaux, mêlé de terre sableuse. Pour rajeunir un peu ces arbres déjà vieux, j'ai fait creuser et mettre du terreau (Dumas père, Villefort, 1851, III, 5, tabl. 3, p. 212).On a (...) été amené à rechercher des solutions plus rapides et moins coûteuses que ne l'étaient la houe du vigneron, les apports de terreau et de compost, la remontée des terres à dos d'homme (Levadoux, Vigne, 1961, p. 96).
B. − P. métaph. ou au fig. Ce qui favorise la naissance, l'épanouissement de quelqu'un, de quelque chose. Faut-il attribuer à une autre cause l'incapacité politique de notre classe moyenne, dans laquelle les larges situations d'argent deviennent un terreau pour la frivolité orgueilleuse et inutile, au lieu d'en devenir un pour le talent? (Bourget, Irrépar., 1884, p. 35).Le judaïsme (...) et l'islamisme ont leurs racines dans ce terreau antique [la vie nomade] (Renan, Hist. peuple Isr., t. 1, 1887, p. 14).
REM. 1.
Terreautage, subst. masc.,hortic. Épandage de terreau sur un sol pour l'améliorer et favoriser la croissance des végétaux. Le terreautage produit aussi les meilleurs résultats; il consiste à employer les terreaux usés des couches, au profit des cultures de pleine terre (Gressent, Potager mod., 1863, p. 264).
2.
Terreauter, verbe trans.,hortic. Améliorer une terre avec du terreau. Le soir, après avoir fait terreauter les semis ou tailler lui-même les arbres fruitiers, il rentrait avec la mine d'un homme qui a tranché des questions considérables (Lacretelle, Hts ponts, t. 1, 1932, p. 70).
Prononc. et Orth.: [tε ʀo], [te-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1611 (Cotgr.). Dér. de terre*; suff. -eau*. Fréq. abs. littér.: 133. Bbg. Dub. Dér. 1962, p. 30 (s.v. terreautage).

terreau .« Engrais naturel composé de terre végétale et de produits de décomposition »

Wiktionnaire

Nom commun

terreau \tɛ.ʁo\ ou \te.ʁo\ masculin

  1. (Agriculture) (Jardinage) Support, substrat, majoritairement composé de débris végétaux, destiné à la culture des plantes en pot.
    • Couche de terreau pour des melons, pour des fleurs.
    • Le terreau que l’on trouve dans le commerce contient beaucoup de tourbe.
  2. (Par extension) Amendement organique, mélange plus ou moins riche en humus, de produits de décomposition (compost, fumier).
    • Il faut mettre du terreau au pied de ces arbres.
  3. (Par extension) Terre fertile.
    • Le pré dégageait une odeur de terreau humide, une marouette sifflait dans les roseaux au sud. Son chant sonnait comme des gouttes d'eau qui tombaient. — (Kurt Aust, La confrérie des invisibles, traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier, City Édition, 2010, chap. 8)
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  4. (Figuré) Terrain propice, fertile.
    • Je poussais, herbe folle, sur le terreau de la catholicité, mes racines en pompaient les sucs et j’en faisais ma sève. — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 210.)
    • Ces ignorances furent le terreau sur lequel s’épanouirent l’influence puis l’emprise que le bolchevisme gagna sur les nouveaux partis communistes, par le truchement de la IIIe Internationale. — (Romain Ducoulombier, Le premier communisme français (1917-1925) Un homme nouveau pour régénérer le socialisme, Les Notes de la Fondation Jean-Jaurès — Histoire et Mémoire, no 42, août 2004, page 8)
    • Or, le principal terreau de la haine ne sera jamais rien d’autre que la misère. — (Thomas Dietrich, Emmanuel Macron au Tchad : une faute morale et politique, Libération. Mis en ligne le 22 décembre 2018)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TERREAU. n. m.
Terre mêlée de fumier pourri, dont les jardiniers font des couches dans les jardins potagers. Il faut mettre du terreau au pied de ces arbres. Couche de terreau pour des melons, pour des fleurs. Il se dit aussi d'une Terre qui se trouve dans les bois et qui est le résultat de la décomposition des végétaux.

Littré (1872-1877)

TERREAU (tè-rô) s. m.
  • 1Résultat actuel de la décomposition des végétaux ; il ne faut pas confondre le terreau avec la terre végétale. Dans tous les bois, il y a une couche de terreau de six à huit pouces d'épaisseur, qui n'a été formée que par les feuilles, les petites branches et les écorces qui se sont pourries, Buffon, Hist. nat. preuv. th. terr. Œuv. t. I, p. 353. Le dernier terme de la décomposition lente et manifestement putride des tiges herbacées, la fin du fumier que l'on nomme, dans cet état, consommé, est la réduction en terreau, Fourcroy, Conn. chim. t. VIII, p. 226. Cette formation du terreau, qui est une suite nécessaire du dépérissement successif des végétaux, est le grand et simple moyen que la nature emploie pour fournir sans cesse l'aliment à de nouvelles végétations, Fourcroy, ib. p. 228.
  • 2Terre mêlée de fumier pourri, qu'on emploie à faire des couches dans les jardins potagers. Des lits de terreau.
  • 3Nom donné dans le Lyonnais à des fossés à demi comblés. La place des Terreaux, à Lyon, place faite sur un ancien canal de jonction du Rhône à la Saône.

HISTORIQUE

XIIe s. Palefrois ne chevaus L'erbe sanglente ne paist par ces terraus, Ronc. p. 149.

XVIe s. … puis se tirant à part, Sur un terreau qui pendoit à l'escart…, Ronsard, 646.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

TERREAU. - HIST. Ajoutez :

XIVe s. Que tous les teraux soient menés sur les patis…, Rec. des monum. inédits de l'hist. du tiers état, t. IV, p. 207. Que nulz ne prende wason, praiel, terail…, ib. p. 211.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TERREAU, s. m. (Hist. nat. des Terres.) terre noire, mêlée de fumier pourri dont tous les Jardiniers font des couches dans les jardins potagers pour fertiliser leurs terres & avancer la végétation de leurs plantes & de leurs légumes ; ils appellent autrement terrot ce vieux fumier bien consumé, bien pourri, & mêlé avec de la terre ; ce n’est pas cependant ce dont il s’agit dans cet article.

Nous entendons avec les Physiciens par terreau, une terre naturelle, qui n’est pas en tous lieux d’une profondeur égale, n’ayant qu’un pié dans quelques endroits, dans d’autres deux, quelquefois trois selon les différens terreins. Ce terreau est la matrice propre des végétaux, & c’est pourquoi les Physiciens ont cherché d’en connoître la nature par le moyen de l’eau & du feu. Pour y parvenir par le moyen de l’eau.

1°. On prend, par exemple, quatre livres de bon terreau frais, noir, réduit en poussiere, & qui aura été exposé à l’air pendant un an, sans avoir été épuisé par la végétation.

2°. On lessive ce terreau dans de l’eau bouillante, claire & nette, jusqu’à ce que toutes les parties capables de s’y dissoudre soient épuisées, ou imbibées par l’eau.

3°. Après avoir obtenu par ce moyen une lessive ou dissolution de ce terreau, on la filtre à-travers un double papier gris fort épais, jusqu’à ce qu’elle donne une liqueur transparente, ou au-moins dégagée de toutes les parties grossieres & terrestres, dont elle étoit chargée.

4°. Cette dissolution contiendra toutes les parties du terreau qui sont solubles dans l’eau bouillante.

5°. Pour rapprocher ces parties de maniere qu’elles puissent se manifester aux sens, & particulierement au goût, on fait évaporer le fluide le plus aqueux.

6°. On compare alors cette dissolution concentrée avec une portion de la premiere qui n’aura point été évaporée, & on lui trouvera évidemment le goût plus fort, ou plus salin.

7°. Pour que l’observation soit encore plus exacte, il faut pousser plus loin l’évaporation de la liqueur, & la faire crystalliser, pour voir si elle ne donnera point quelques sels.

8°. On verse sur un partie de la dissolution filtrée du sirop violat, &c. pour savoir si elle est acide, alkaline, ou neutre ; on la trouvera plutôt neutre qu’acide, ou alkaline.

9°. On lavera ensuite dans plusieurs eaux ce qui sera resté de la matiere terrestre, & on décantera à chaque fois la liqueur de la partie bourbeuse ; on la laissera reposer quelque tems, afin d’obtenir le sable pur qui est contenu dans le terreau, & on trouvera qu’il en fait une très-grande portion.

Cette expérience, ou plutôt cette combinaison d’expériences, nous enseigne une méthode pour réduire la terre matrice des végétaux à ses parties constituantes, sans altérer leur forme naturelle ni leurs propriétés.

D’après ces observations, il paroît qu’on peut établir un jugement certain sur le terreau, tant en général qu’en particulier, aussi loin que les expériences précédentes, ont pu nous conduire. On acquiert par cet examen une regle pour composer un terreau artificiel par le mêlange des matieres qui le composent. On trouve donc par l’examen du terreau, qu’il contient une certaine quantité de terre très-fine capable de nager dans le liquide ; une plus considérable dont la nature est plus grossiere & plus pesante qui tombe au fond du vase ; un peu de sel neutre, & une très grande quantité de sable.

Pour rendre encore cette expérience plus instructive, & plus utile à la découverte des principes de la végétation, & de la nature des différentes especes de terres & de plantes, il faudroit la comparer avec une analyse semblable de quelque matiere végétable. Pour cet effet on pile une plante tendre : on fait une lessive avec de l’eau chaude de toutes ses parties solubles, on fait évaporer ensuite l’humidité superflue, & on met à crystalliser ce qui sera resté après l’évaporation : on obtiendra la partie saline de la plante, sous une forme solide, qui sera de l’espece tartareuse ou nitreuse, conformément à la nature de ce végétal.

Si on arrose pendant le tems de sa végétation quelque plante alkaline, comme le cresson avec une dissolution de nitre, quoique ce dernier fournisse beaucoup d’esprit acide dans la distillation, la plante sera toujours alkaline : il en est de même de toutes les autres plantes & des autres sels qu’on a jusqu’à présent essayés dans les mêmes vûes. Cette expérience prouve qu’il y a dans les plantes une faculté pour convertir la nature de tous les sels en celui qui leur est propre, & on trouve d’après l’expérience que les composés de terreau qui abondent en sel marin, en nitre ou en sel urineux, s’accordent tous à favoriser la végétation.

Comme il pourroit y avoir cependant quelques parties naturellement plus fixes contenues dans le terreau, qui se dissoudroient dans l’eau bouillante, & qu’elles peuvent être assez dégagées & assez digérées pour être capables de s’élever dans les végétaux, par l’action continue du soleil & de l’atmosphere, il est à-propos de tenter une analyse plus puissante sur le même sujet, c’est celle du feu.

Après avoir pesé deux livres de la même espece de terreau vierge, que celui de l’expérience précédente, on le met dans une retorte de terre, on l’expose à feu nud, & on la distille à un feu très-doux dans un récipient de verre, on augmente le feu par degré jusqu’à ce que la retorte soit rouge, & on la tient dans cet état pendant quelque tems. Il passera 1°. de l’eau ; 2°. de l’huile ; 3°. un esprit volatil, presque semblable à celui de corne de cerf, ou comme si on distilloit quelque matiere animale ; & 4°. il restera dans la retorte, selon toutes les apparences (la distillation étant finie), un caput mortuum fort sec, ou une terre fixe & inactive.

On fait une lessive d’une portion de ce caput mortuum, on le fait sécher, & on en réduit par la trituration, une autre portion en poudre très-fine : on met ensuite ces deux portions chacune dans un pot séparé, exposé à l’air libre pendant un an, afin d’éprouver si elles ne deviendront point fertiles.

Il paroît par cette expérience que notre terreau étoit d’une nature végétale ou animale, par les sels ou les sucs qu’on en a retirés. Sa matiere fixe nous prouve en même tems qu’il tient un peu de la nature minérale. Cette analyse nous fait voir qu’il ressemble beaucoup à la composition naturelle des végétaux & des animaux ; & elle nous apprend aussi pourquoi les substances animales & végétales forment un composé propre à engraisser la terre.

Si l’on veut savoir comment le terreau acquiert cette propriété, je crois qu’on en trouvera la cause en général dans l’expérience précédente sur les parties qui composent l’atmosphere ; ces parties étant animales & végétales aussi bien que minérales, abreuvent continuellement la surface de la terre : c’est par cette raison que les Jardiniers trouvent une si grande différence entre le terrein de Londres & celui de la campagne ; cette différence vient de la quantité de fumée précipitée de l’air journellement sur les jardins de cette ville : il en est de même des autres villes, & des campagnes qui les environnent.

En comparant ce procédé avec pareille analyse des substances végétales, animales & minérales, il paroît qu’une simple terre fixe est la base de tout corps animal, végétal, minéral & terrestre ; qu’elle est la partie vraiment solide, le soutien & la base de la chair, des os, des bois, des métaux, des différentes especes de terre, &c. puisqu’elle est elle-même d’une nature fixe & inaltérable.

M. Cartheuser rapporte des expériences du docteur Kulbel, sur la fertilité des terres. Par ces expériences ce dernier a retiré, par la digestion & la coction dans l’eau des terres grasses, une matiere terreuse onctuoso-saline. Ce sel dans les terres les plus fertiles étoit nitreux ; dans les autres il étoit semblable au sel marin ; enfin dans d’autres terres il étoit alkalin. Ce sel au contraire, dans les terres stériles, étoit d’une nature acide. Shaw, leçons de chimie. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « terreau »

(1611) Dérivé de terre avec le suffixe -eau, en ancien français terral.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Terre ; dans l'ancienne langue, terreau a le sens de terrein.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « terreau »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
terreau tɛro

Citations contenant le mot « terreau »

  • La douleur est le terreau de l’artiste. De Dalida / Télé 7 jours
  • Les hommes ne demanderont pas si ce terreau précieux Fut jadis chair blanche ou chair noire. De Countee Cullen / To a brown boy
  • Le seul moyen de vaincre l’intégrisme est de le priver du terreau sur lequel il se développe. De Slavoj Zizek / Le Nouvel Observateur, 22 janvier 2015
  • L'argent est le fumier dans lequel pousse l'humanité de demain. Le terreau nécessaire aux grands travaux qui facilitent l'existence. De Emile Zola / L'Argent
  • La télévision offre à l'intelligence un terrain bien plus riche à labourer, un terreau aussi complexe que le réel même peut l'être. De Michèle Cotta / Les Dossiers de l’Audiovisuel
  • Ouvrez un sac de terreau et à l’aide de vos mains ou d’une petite pelle de jardinage, remplissez les jardinières fraîchement réalisées. Vous pouvez en mettre jusqu’aux 3/4 du contenant. , Fabriquer un jardin vertical avec des palettes
  • Sur le terreau de l’anomie, de l’absence de repères, du relativisme moral poussent le pire des obscurantismes. De Henri Guaino / Le Figaro, 23 janvier 2015
  • La poule fouille dans le terreau, dans les ordures et même dans les immondices, mais elle n'offre à ses petits que ce qu'elle décèle de meilleur. De Massa Makan Diabaté / Une hyène à jeûn
  • C'est après dîner que l'homme a le plus d'idées. L'estomac rempli semble dégager la pensée, comme ces plantes qui suent instantanément par leurs feuilles l'eau dont on a arrosé leur terreau. De Edmond et Jules de Goncourt / Idées et sensations
  • C’est le terreau de la vie, la banalité. Rarement, une perle, un grain de sable, une particule luisante tombe sur notre épaule. Et dans cet océan de vagues ordinaires, le pouvoir est le vice banal le plus à son aise chez l’homme. De Fred Vargas / Temps glaciaires
  • L’innovation suppose la remise en question de ce qui existe déjà. Innover consiste à dépasser des idées reçues en explorant de nouvelles façons de faire dans le but de concevoir produits et services qui trouvent leurs publics. Nous devons à l’économiste Joseph Schumpeter d’avoir théorisé l’innovation en relevant que les périodes de crises sont un terreau d’innovation. Son analyse part du constat que les crises économiques, inhérentes au capitalisme selon lui, portent leurs lots de dangers mais aussi de nouvelles opportunités. Face à une remise en cause des positions acquises, les entreprises n’ont d’autres choix que d’explorer de nouvelles idées pour s’adapter. Schumpeter dira que l’innovation suppose la destruction de ce qui est pour reconstruire le futur sur de nouvelles bases. FrenchWeb.fr, Les périodes de crises sont un terreau d'innovation - FrenchWeb.fr
  • Un récipient, une plante grasse, du terreau et un paillage par-dessus : tels ont été les ingrédients pour réaliser un pot garni. Vendredi 31 juillet, aux Villes Moisan, se tenait la deuxième séance d’apprentissage des secrets du jardinage, proposé par le centre social du Tremplin en partenariat avec l’association Vert le Jardin. Le Telegramme, Secrets de jardinage : comment rempoter les succulentes ? - Ploufragan - Le Télégramme
  • Dans les dernières recherches sur les sols de rempotage polyvalents, nos experts ont fourni les dernières tendances de croissance industrielle en fonction des besoins du client. De plus, ce rapport de recherche vous permet de capturer des statistiques perspicaces et, pendant ce temps, d’avoir une compréhension claire du marché mondial des terreaux universels. De plus, il vous permet de garder une longueur d’avance sur la concurrence dans l’environnement industriel. Le rapport sur le marché du terreau tout usage est évalué comme une étude intelligente et systématique qui vous permet de renforcer votre point de vue lié à plusieurs facteurs tels que la croissance du marché du terreau tout usage, les tendances futures, la situation actuelle et les perspectives à venir pour des segments distincts. Journal l'Action Régionale, Taille du marché du terreau tout usage 2020-26:, Scotts Miracle-Gro, Sun Gro, Klasmann-Deilmann – Journal l'Action Régionale

Images d'illustration du mot « terreau »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « terreau »

Langue Traduction
Anglais potting soil
Espagnol tierra para macetas
Italien terriccio
Allemand blumenerde
Chinois 盆栽土壤
Arabe تربة
Portugais envasamento solo
Russe почва
Japonais ポッティング土壌
Basque lurzorua
Corse putting soil
Source : Google Translate API

Synonymes de « terreau »

Source : synonymes de terreau sur lebonsynonyme.fr
Partager