La langue française

Tenure

Sommaire

  • Définitions du mot tenure
  • Étymologie de « tenure »
  • Phonétique de « tenure »
  • Citations contenant le mot « tenure »
  • Traductions du mot « tenure »
  • Synonymes de « tenure »

Définitions du mot tenure

Trésor de la Langue Française informatisé

TENURE, subst. fém.

I. − [Corresp. à tenir 1reSection I A 4]
A. − HIST. FÉOD., DR. ANC.
1. Mode de concession d'une terre, en vertu duquel une personne n'en possède que la jouissance, à titre précaire. Tenure noble (ou fief); tenure roturière; tenure servile. Les courtes durées [des baux de fermage] sont aussi anciennes que les tenures perpétuelles, l'acensement par exemple (Guyot, Agric. Lorr., 1889, p. 30).
Tenure en parage. V. parage1B.
P. métaph. C'est [ces avantages] des espèces de fiefs moraux dont la tenure oblige [les patriciens] envers le souverain, et ici le souverain est certes aujourd'hui le peuple (Balzac, Langeais, 1834, p. 220).
2. Terre ainsi concédée par un seigneur qui en reste le propriétaire. Synon. tènement.Le paysan, usufruitier héréditaire de sa tenure, peut être, en un sens, considéré comme propriétaire (Jaurès, Ét. soc., 1901, p. 157).
Tenures féodales. ,,Fiefs concédés par les seigneurs de paroisses, sous condition de redevances, cens, droits de justice, services, etc.`` (Young, 1793 ds Doc. hist. contemp., p. 25).
3. Relation de dépendance existant entre une terre concédée et une autre, entre une terre concédée et un territoire donné. Cette terre est dans la tenure, de la tenure de tel comté, de tel marquisat, de tel duché (Ac.1798-1935).
B. − DR. RURAL
1. Mode de possession des biens immobiliers. Certainement cette forme qu'Acer nous peint de la propriété (...) a cet avantage qu'elle est vraiment perpétuelle, qu'elle a cessé d'être viagère et précaire. À la terre éternelle se superpose une tenure durable (Claudel, Convers. Loir-et-Cher, 1935, p. 268).
Vx. Tenure convenancière. Tenure relative au bail à convenant. Il est significatif que la nouvelle loi sur la tenure convenancière ait été votée par les Cinq-cents avant et par les Anciens après le 18 fructidor (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p. 608).
2. Terre exploitée moyennant le paiement d'une redevance à son propriétaire. Leur forme [des champs] tend au rectangle ou au carré, et évoque les grandes tenures des plaines américaines (Meynier, Paysages agraires, 1958, p. 181).
II. − TECHNOL. [Corresp. à tenir 1reSection III A 1 et 3]
A. − [Corresp. à tenir 1reSection III A 1 a] ,,Trou fait dans un banc d'ardoise pour recevoir le coin`` (Chesn. t. 2 1858).
B. − [Corresp. à tenir 1reSection III A 3 c α] TISS. ,,Brin de soie inutile`` (Lar. 19e-Lar. encyclop.).
Prononc. et Orth.: [təny:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. Ca 1130 « terres, domaine qu'on tient comme fief » (Lois Guillaume le conquérant, éd. J. E. Matzke, 23); 1160-74 avoir en teneüre (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, II, 478). Du lat. médiév. tenatura, tenura « id. » (ixes. toenatura dans un texte de l'Est, 1059 tenura, Marseille, v. Hollyman, p. 59), dér. de tenere, v. tenir et tènement. En m. fr. tenure a signifié également « partie d'un objet servant à le tenir » (xive-xvies., v. Gdf., s.v. teneure) et aux xvie-xviies. « ce qui sert à retenir (l'eau, la terre), écluse » (ibid.).

Wiktionnaire

Nom commun

tenure \tə.nyʁ\ féminin

  1. (Histoire) Terre concédée à une personne non noble par un seigneur, en retenant la propriété pour n’accorder que la jouissance précaire au concessionnaire.
    • Les tenures sont des terres accordées par le seigneur aux paysans. En échange de leurs terres, les paysans fournissent le cens.
    • Le seigneur foncier morcela son domaine, concéda en tenure chacune de ses parcelles.
  2. (Histoire) (Féodalité) Mode de possession d’une terre.
    • La principale différence entre ces deux formes de tenure semble résider dans le fait que la première dépendait directement du roi, alors que la seconde relevait des autorités locales. — (Isabelle Klock-Fontanille, Les Hittites, collection « Que sais-je ? », 1998, page 77)
    • Le capital humain thésaurisé par des sociétés lignagères a longtemps été la force motrice de l’histoire africaine, y compris dans son déni et sa négation que furent l’esclavage et les traites, tandis que la terre et sa tenure étaient au cœur de l’histoire européenne. — (Stephen Smith, La Ruée vers l’Europe, 278 pages, Grasset, 2018, page 43)
    • La tenure peut être en franc-alleu ou en fief.
    • La tenure en censive, que possède un tenancier, est soumise au paiement de droits seigneuriaux.
  3. (Histoire) Mouvance, dépendance d’un fief.
    • Cette terre était dans la tenure, de la tenure de tel comté, de tel duché.
  4. (Par extension) (Rare) Exploitation agricole en fermage.
    • Tu es brave, hardi compagnon, adroit. Tu ne songes pas encore à t'établir, je veux dire à te marier, à te fixer dans une tenure ? — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 45)

Nom commun

tenure \Prononciation ?\

  1. Mandat.
  2. Poste, CDI, travail.
  3. Tenure.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TENURE (te-nu-r') s. f.
  • 1 Terme de féodalité. Mode suivant lequel on tenait une terre. L'imperfection de cette tenure [ne pouvoir disposer du bien tenu en mainmorte] n'est pas le seul vice qui affecte l'héritage mainmortable, Voltaire, Pol. et lég. Coutume de Franche-Comté.

    Mouvance d'un fief. Cette terre était dans la tenure de tel duché.

    Mode ou condition de la possession d'un fief, d'un bénéfice militaire.

    Tenure féodale, fief noble, en général.

    Tenure de chevalier, fief noble qui imposait la condition de suivre son seigneur à la guerre.

    Tenure de roture, mode de possession qui existe encore en Angleterre, et pour laquelle le tenancier doit un service déterminé.

  • 2Il se dit quelquefois pour terre donnée à ferme. Ce n'est pas que je veuille faire l'apologie des grandes tenures d'après le système qui s'est introduit en Angleterre ; mais je tiens seulement à l'opinion qu'une ferme un peu considérable est mieux cultivée qu'une de moindre étendue, Noël , Inst. Mém. sc. phys. et math. sav. étr. t. I, p. 242.

REMARQUE

Bernardin de St-Pierre a dit tenure dans le sens de tenue : Qu'il l'avait sondé ; que la tenure et le mouillage en étaient très bons et que le vaisseau y était en parfaite sûreté, Paul et Virginie. Rien ne paraît justifier cet emploi ; il y a confusion de termes.

HISTORIQUE

XIIe s. Dam Hebert de Saint Liz fu de grant teneüre [possessions], Du Cange, tenere.

XIIIe s. Et de tant de tens come il fu merme [mineur] d'aage, la teneure de son aversaire ne li griege, Ass. de J. I, 65. Se uns hons demande heritage à aucun, et cil met avant tenure de dix ans pesible, Beaumanoir, VIII, 9.

XVIe s. Fidelité et felonie sont reciproques entre le seigneur et le vassal ; et, comme le fief se confisque [est perdu] par le vassal, ainsi la tenure feodale [le droit féodal] par le seigneur, Loysel, 649.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TENURE, s. f. (Gram. & Jurisprud.) est la maniere & le titre auquel on possede un héritage ; il y a plusieurs sortes de tenures, savoir la tenure en franche-aumône, la tenure en franc-aleu, la tenure en fief par hommage, la tenure par parage, la tenure par bourgage, la tenure en censive. Voyez l’article 103. de la coutume de Normandie, & les mots Aleu, Aumone, Bourgage, Censive, Fief, Foi, Franc-Aleu, Hommage, Parage. (A)

Tenure, (Rubanier.) se dit de quelques superfluités qui se trouvent dans les soies de la chaîne, qui occasionnent des filanderies qui, par le continuel frottement du travail, se confondant ensemble, empêchent entr’elles la levée des brins qu’elles occupent, & les font casser quelquefois l’un & l’autre, si l’on n’y remédie de bonne heure ; ce qui se fait en arrachant ces filanderies avant qu’elles ayent acquis plus de tenuité.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tenure »

(Siècle à préciser) De tenir, avec le suffixe -ure.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tenu.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « tenure »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tenure tœnyr

Citations contenant le mot « tenure »

  • Nomination avec prétitularisation conditionnelle (tenure track). Le-la professeur-e assistant-e est nommé-e pour un premier mandat de 3 ans, qui est renouvelable pour une période successive de 3 ans ; la titularisation à la fonction de professeur-e ordinaire ou de professeur-e associé-e dépend du résultat des évaluations à la fin des mandats. , Professeur(e) assistant-e (tenure track) en littérature allemande moderne et littérature comparée (Univ. de Genève)

Traductions du mot « tenure »

Langue Traduction
Anglais tenure
Espagnol tenencia
Italien possesso
Allemand amtszeit
Chinois 任期
Arabe فترة
Portugais posse
Russe владение
Japonais 在任
Basque agintaldian
Corse tenura
Source : Google Translate API

Synonymes de « tenure »

Source : synonymes de tenure sur lebonsynonyme.fr
Partager