La langue française

Tanneur

Sommaire

  • Définitions du mot tanneur
  • Étymologie de « tanneur »
  • Phonétique de « tanneur »
  • Citations contenant le mot « tanneur »
  • Images d'illustration du mot « tanneur »
  • Traductions du mot « tanneur »
  • Synonymes de « tanneur »

Définitions du mot « tanneur »

Trésor de la Langue Française informatisé

TANNEUR, subst. masc.

A. − Ouvrier employé à la tannerie pour procéder à toutes les opérations de tannage et de corroyage des peaux nécessaires à la fabrication du cuir tanné. La corporation des tanneurs. Un jeu de mots bien connu chez les vieux tanneurs de cuir à semelle résume parfaitement la question: « Pour faire un bon cuir, il faut du tan et du temps » (Bérard, Gobilliard, Cuirs et peaux, 1947, p. 56).Les bouchers livrent les peaux des animaux abattus; les tanneurs reçoivent le tan des forêts exploitées par la nation et sont tenus de garnir leurs fosses sans discontinuer (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p. 401).
P. métaph. La pluie, Le soleil et le vent, ces farouches tanneurs, M'ont fait le cuir robuste et ferme, messeigneurs! (Hugo, Légende, t. 1, 1859, p. 279).
En appos. Maître tanneur. Son père, un ouvrier tanneur, qui lui avait laissé pour tout héritage la masure de l'impasse Saint-Mittre (Zola, Fortune Rougon, 1871, p. 42).Les révoltes de garçons du port et d'ouvriers tanneurs ou drapiers (Brasillach, Corneille, 1938, p. 18).
B. − Propriétaire ou patron d'une tannerie qui emploie des ouvriers tanneurs et vend les produits finis. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [tanœ:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1226 « celui qui tanne les peaux » (Cens. du Paracl. de Provins, fo6a, A. Aube ds Gdf. Compl.). Dér. de tanner*; suff. -eur2*. Fréq. abs. littér.: 53.

Wiktionnaire

Nom commun

tanneur \ta.nœʁ\ masculin (pour une femme on dit : tanneuse)

  1. Celui dont le métier est de tanner des cuirs, de vendre des cuirs tannés.
    • Les cinq métiers de la bonne ville de Paris sont les tanneurs, les mégissiers, les baudroyeurs, les boursiers et les sueurs/ — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
    • Une des légendes raconte que le Père Fouettard est né à Metz en 1552, lors du siège de la ville par les troupes de Charles Quint. Pour donner du courage aux habitants assiégés, la corporation des tanneurs invente un personnage grotesque, armé d’un fouet, qui poursuit jouvencelles et damoiseaux. L’année suivante, Metz est libérée. Le personnage au fouet est ressuscité. Son passage coïncide avec celui de saint Nicolas. Sa caricature restera dans les esprits sous l’appellation de Père Fouettard, un tanneur de fesses, accompagnateur de saint Nicolas, un distributeur de cadeaux. — (Cortège de saint Nicolas, Metz)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TANNEUR. n. m.
Celui qui tanne des cuirs, qui vend des cuirs tannés.

Littré (1872-1877)

TANNEUR (ta-neur) s. m.
  • Celui qui tanne les cuirs, qui vend des cuirs tannés.

    Adjectivement. Maître tanneur, ouvrier tanneur.

HISTORIQUE

XIIIe s. Taneur qui decaupent doivent chascuns, chascun an, neuf sous de hauban, à poiier au roy, Liv. des mét. 298.

XIVe s. Nous avons receu la supplicacion des tanneurs de nostre ville de Troyes, contenant comme d'ancienneté soient ordenez quatre maistres sur le fait dudit mestier…, Ordonn. des rois de Fr. t. v, p. 315.

XVe s. Et s'aucun des cuirs vers aux taneurs de la ville… estoient trouvez mal tanez… [on le fera\ remetre en tan et appareiller tant qu'il soit assez tanné et tencé [corrigé], Ordonn. mai 1487.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TANNEUR, s. m. c’est un marchand ou artisan qui travaille à la tannerie, & qui prépare les cuirs avec la chaux & le tan.

Les Tanneurs préparent les cuirs de plusieurs manieres, savoir en coudrement ou plaqués, comme les peaux de bœufs qui servent à faire les semelles des souliers & des bottes.

Ils préparent les cuirs de vache en coudrement ; ces cuirs servent aux cordonniers pour les empeignes des souliers & des bottes ; aux selliers pour les carosses & les selles, & aux bourreliers pour les harnois des chevaux.

Ils préparent les cuirs de veaux en coudrement ou à l’alun ; les veaux en coudrement servent aux mêmes usages que les vaches ; ceux qui sont passés en alun servent aux couvertures des livres, &c.

Les peaux de mouton passées en coudrement ou basanne, servent à couvrir des livres, à faire des cuirs dorés, &c.

Enfin les Tanneurs passent aussi en coudrement & en alun les peaux de sangliers, &c. qui servent à couvrir des coffres.

Les Tanneurs de Paris forment une communauté considérable, dont les statuts accordés par Philippe-le-Bel en 1345, contiennent 44 articles. Il n’y en a que 16 qui concernent les Tanneurs ; les autres concernent les Courroyeurs.

Les articles de ces statuts qui regardent en particulier les Tanneurs, sont communs à tous les Tanneurs dans l’étendue du royaume.

Les Tanneurs de Paris ont quatre jurés dont la jurande dure deux ans, & on en élit deux tous les ans. Ils ont outre cela deux jurés du marteau pour la marque des cuirs.

Pour être reçu maître tanneur à Paris, il faut être fils de maître ou apprenti de Paris. L’un & l’autre doivent faire preuve de leur capacité ; le premier par la seule expérience, & l’autre par un chef-d’œuvre. L’aprentissage est de cinq années au-moins, & les maîtres Tanneurs ne peuvent avoir qu’un apprenti à la fois, ou deux tout-au-plus.

Chaque tanneur est obligé de faire porter ses cuirs aux halles, pour y être visités & marqués ; il ne leur est pas permis d’en vendre sans cela.

Si les cuirs se trouvent mal apprêtés, ils sont rendus au tanneur pour les remettre en fosse, s’il y a du remede, sinon on les brûle, & le tanneur est condamné en l’amende, qui consiste dans la perte de ses cuirs pour la premiere fois, & qui est plus forte en cas de récidive.

Enfin, il est défendu par l’article 16. aux Tanneurs, tant forains, que de la ville, de vendre leurs cuirs ailleurs que dans les halles & aux foires publiques qui se tiennent cinq fois l’année.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tanneur »

Tanner ; wallon, teneu.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de tanner avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tanneur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tanneur tanœr

Citations contenant le mot « tanneur »

  • Des tanneurs, afin d’exercer leur métier, s’étaient installés le long du ruisseau d’où le nom de rue des Tanneurs. Il y a encore quelques années, on pouvait voir dans l’impasse des Moutons une maison de tanneurs qui n’avait pas beaucoup changé au cours des siècles. Cette maison a été démolie. , Société | Un emplacement propice au métier de tanneur
  • Avec l'association, Tristan cherche sa place dans un premier temps. Le cuir devient une évidence. Il sera l'artisan-tanneur. Avec passion, il dessine, découpe les peaux tannées uniquement avec des végétaux, teint et coud avec du fil de lin normand poissé à la cire d'abeilles des Andelys. Son site Internet, sa présence sur Little Market et sa page Facebook lui permettent de se faire connaître rapidement : « c'est là que je fonde Légendes Celtes. Mes ceintures, sacs à main, portefeuilles ou autres grimoires et livres d'or partent partout en France, en Europe et ailleurs. Même si le médiéval représente 80 % de mon activité, je fais aussi du sur-mesure avec des dessins personnalisés ». leparisien.fr, Dans l’Eure, Tristan a l’époque médiévale normande dans la peau - Le Parisien
  • J'ai bien connu un tanneur de peaux de ... Dur métier. On en faisait des sacs pour mettre les petites truffes. Quand on les caressait un peu, on faisait ses courses hebdomadaires avec. Il a fait faillite avec les "sacs plastique" (des "poches" selon Aurélien PRADIÉ). ladepeche.fr, L’unique tanneur de cuir de thon au monde est du Tarn - ladepeche.fr
  • Pontacq et les chaussures ? Résumons. Pour tanner le cuir autrefois, il fallait des peaux et de l’eau de qualité. Entre le courant de l’Ousse et les troupeaux de Bigorre et du Béarn, Pontacq avait les deux au pied des Pyrénées lorsqu’au début du XVIe siècle s’installèrent les premiers tanneurs. Qui dit tanneur dit corroyeur, mégissier et… cordonnier. ladepeche.fr, Lamarque-Pontacq. Le Soulor, la chaussure des Pyrénées, de la ville aux sommets - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « tanneur »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tanneur »

Langue Traduction
Anglais tanner
Espagnol curtidor
Italien conciatore
Allemand gerber
Chinois 皮匠
Arabe تانر
Portugais curtidor
Russe дубильщик
Japonais タナー
Basque tanner
Corse tanneru
Source : Google Translate API

Synonymes de « tanneur »

Source : synonymes de tanneur sur lebonsynonyme.fr
Partager