La langue française

Tailloir

Définitions du mot « tailloir »

Trésor de la Langue Française informatisé

TAILLOIR, subst. masc.

A. − HIST. DU MOY. ÂGE. Plaque ronde ou carrée de bois ou de métal, garnie d'une ou plusieurs tranches de pain bis, sur laquelle on découpait les viandes ou les mets en sauce (d'apr. Ac. Gastr. 1962). Synon. tranchoir.
P. méton. La tranche de pain qui accompagnait ce mets. Pour les aliments solides, les viandes notamment, chacun reçoit sa part sur un tailloir, qui est une tranche de pain, sur laquelle il prend avec ses doigts ou découpe avec son couteau (Faral, Vie temps st Louis, 1942, p. 166).
B. − P. anal. (de forme), ARCHIT. DU MOY. ÂGE. Petit plateau carré ou polygonal qui couronne le chapiteau d'une colonne. Synon. abaque.Pendant la période romane et jusqu'à la première moitié du XIIIesiècle, les tailloirs sont véritablement des tablettes posées sur les chapiteaux, tandis que du milieu du XIIIesiècle jusque pendant la Renaissance, le tailloir est généralement pris dans l'assise du chapiteau, comme l'abaque des ordres classiques (Noël1968).
C. − Couteau, tranchoir. Un autre traîneau le mène [le porc] à la chambre à découper, où des tailloirs mécaniques le vident et le mettent en quartiers (Taine, Notes Paris, 1867, p. 112).Il s'amusait avec de la boue à modeler des petits oiseaux, sans avoir peur du coupant des tailloirs (Flaub., Tentation, 1874, p. 71).
Prononc. et Orth.: [tɑjwa:ʀ], [taj-]. Littré, Lar. Lang. fr. [ta-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1180 « plateau sur lequel on découpe les viandes » (Chrétien de Troyes, Perceval, éd. F. Lecoy, 3219: tailleor d'argent); 2. av. 1537 archit. (Sagredo, Raison d'archit. antique, Paris, S. de Colines, fol. 28 vo: tailloer). Dér. de tailler*; suff. -oir*.

Trésor de la Langue Française informatisé

TAILLOIR, subst. masc.

A. − HIST. DU MOY. ÂGE. Plaque ronde ou carrée de bois ou de métal, garnie d'une ou plusieurs tranches de pain bis, sur laquelle on découpait les viandes ou les mets en sauce (d'apr. Ac. Gastr. 1962). Synon. tranchoir.
P. méton. La tranche de pain qui accompagnait ce mets. Pour les aliments solides, les viandes notamment, chacun reçoit sa part sur un tailloir, qui est une tranche de pain, sur laquelle il prend avec ses doigts ou découpe avec son couteau (Faral, Vie temps st Louis, 1942, p. 166).
B. − P. anal. (de forme), ARCHIT. DU MOY. ÂGE. Petit plateau carré ou polygonal qui couronne le chapiteau d'une colonne. Synon. abaque.Pendant la période romane et jusqu'à la première moitié du XIIIesiècle, les tailloirs sont véritablement des tablettes posées sur les chapiteaux, tandis que du milieu du XIIIesiècle jusque pendant la Renaissance, le tailloir est généralement pris dans l'assise du chapiteau, comme l'abaque des ordres classiques (Noël1968).
C. − Couteau, tranchoir. Un autre traîneau le mène [le porc] à la chambre à découper, où des tailloirs mécaniques le vident et le mettent en quartiers (Taine, Notes Paris, 1867, p. 112).Il s'amusait avec de la boue à modeler des petits oiseaux, sans avoir peur du coupant des tailloirs (Flaub., Tentation, 1874, p. 71).
Prononc. et Orth.: [tɑjwa:ʀ], [taj-]. Littré, Lar. Lang. fr. [ta-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1180 « plateau sur lequel on découpe les viandes » (Chrétien de Troyes, Perceval, éd. F. Lecoy, 3219: tailleor d'argent); 2. av. 1537 archit. (Sagredo, Raison d'archit. antique, Paris, S. de Colines, fol. 28 vo: tailloer). Dér. de tailler*; suff. -oir*.

Wiktionnaire

Nom commun

tailloir \tɑj.waʁ\ masculin

  1. (Rare) Assiette de bois sur laquelle on taille, on coupe de la viande.
  2. (Architecture) Partie supérieure du chapiteau des colonnes, sorte de tablette carrée sur laquelle se pose l’architrave.
    • Quelques supports nʼont pas de tailloir: lorsque le chapiteau porte la corniche, la tablette saillante de la corniche tient lieu de tailloir; cʼest fréquent. — (Jean-Auguste Brutails, Les vieilles églises de la Gironde, 1912)
    • L'auteur des étranges modillons d’Ardentes est venu à Sassierges-Saint-Germain, petite localité voisine, pour réaliser le décor de la porte occidentale de l'église. Celle-ci est un reflet parfait, quoique plus simple, du portail nord de Saint-Martin : même archivolte sculptée de demi-cercles opposés deux à deux, même alignement de rosaces sur les claveaux de la voussure médiane à l'arête torique, même mouluration complexe des tailloirs. — (Patricia Duret, La Sculpture romane de l'abbaye de Déols, chez l'auteur, 1987, page 210)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TAILLOIR. n. m.
Assiette de bois sur laquelle on taille, on coupe de la viande. Il est peu usité. En termes d'Architecture, il désigne la Partie supérieure du chapiteau des colonnes, sorte de tablette carrée sur laquelle pose l'architrave.

Littré (1872-1877)

TAILLOIR (ta-lloir, ll mouillées, et non ta-yoir) s. m.
  • 1 Terme peu usité. Assiette de bois sur laquelle on taille, on coupe de la viande.
  • 2 Terme d'architecture. Partie supérieure du chapiteau des colonnes ; tablette sur laquelle pose l'architrave.

HISTORIQUE

XIIIe s. Lors li fist aporter le roy des Tartarins un grant taillouer d'or chargé de joiaus à pierres precieuses, Joinville, 278.

XIVe s. Le millier d'escuelles et de tailloers, Du Cange, talliatorium.

XVIe s. Les pieds des elephans sont ronds comme tailloirs, large de deux ou trois empans, et autour sont cinq ongles, Paré, Monstr. app. 3. Ceste sepulture est en figure carrée ; au lieu de colonnes ce sont les vertus approchantes à la moyenne proportion du colosse ; elles soutiennent le vase et taillouer du chapiteau dessus leurs testes, Belleau, Bergeries, t. I, p. 20, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TAILLOIR, s. m. (Archit.) c’est la partie supérieure d’un chapiteau ; elle est ainsi nommée, parce qu’elle ressemble aux assiettes de bois qui anciennement avoient cette forme. On l’appelle aussi abaque, particulierement quand elle est échancrée sur ses faces.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tailloir »

(1175) Mot dérivé de tailler avec le suffixe -oir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tailler ; wallon, teyeu.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « tailloir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tailloir tajwar

Citations contenant le mot « tailloir »

  • Savez-vous ce qu’est une caryatide, une fleur de tailloir ou encore un engoulant ? www.larep.fr, Découvrez la Renaissance dans ses moindres détails, de façon ludique et numérique, à Orléans - Orléans (45000)
  • Il n’en subsistât guère que le portail latéral faisant face au pont de Loire. Les deux voussures d’un arc en plein cintre offrent des claveaux alvéolés, comme à Saint-Étienne. L’arête est ornée d’un mince boudin. Des supports, il ne reste qu’une colonne assez élancée, dont le chapiteau est très dégradé. Les tailloirs, mieux conservés, sont décorés de deux rangs de billettes. www.lejdc.fr, Connaissez-vous l'histoire de l'église Saint-Sauveur, qui s'élevait jadis place Mossé à Nevers ? - Nevers (58000)
  • Le joyau de cette église est sa tour lanterne octogonale surmontant la croisée du transept. Elle est flanquée d’un contrefort à chaque angle dont se détachent dans les quatre directions nef, chœur et croisillons. Le tambour de la tour devient octogonal, les pans coupés étant plus étroits que les faces principales. Chacune des huit faces est ornée d’une double arcature plein cintre appuyée sur colonnette à tailloir volumineux et chapiteau peu décoré. Les arcades des faces correspondent à des fenêtres, celles des pans coupés sont aveugles. On retrouve ces dispositions dans certaines églises en Angleterre. Le chœur désaxé par rapport à la nef est voûté de pierres, en berceau supporté par un arc doubleau énorme sur lequel on peut voir encore quelques fresques polychromes aux motifs géométriques rappelant le style de la peinture romane normande. La nef, datée des environs de 1100, communique avec les bas-côtés par des arcades retombant sur de majestueuses piles cylindriques. Sans doute endommagée, elle a été réduite de 4 travées au XVIIème siècle. La partie manquante est représentée sur le parvis, la façade extérieure reconstruite alors ne présente que peu d’intérêt. Les chapiteaux des colonnes sont remarquables, représentant des quadrupèdes, des serpents ou des têtes plates. Les plus anciennes sont celles de la croisée de transept et du chœur qui témoignent des nombreux courants artistiques qui ont traversé la Normandie à la période ducale (thèmes de l’orfèvrerie barbare, compositions animalières d’influences scandinaves ou italiennes s’expliquent par l’origine des populations qui ont peuplé la Normandie à cette époque). L’église est désacralisée depuis 1791. Elle faillit être détruite et doit sa sauvegarde à la Caisse Nationale des Monuments Historiques créée en 1840 qui y entreprit la même année de vastes restaurations et permit à l’édifice de continuer à exister. Elle sert maintenant de galerie d’exposition, de salle de concert et à d’autres manifestations culturelles faisant partie du Quartier des Arts de Saint-Pierre. Entrée libre Visite l’église d’une église romane du Pays d’Auge. Unidivers, Visite libre de l’église Saint-Pierre. Eglise Saint-Pierre Touques samedi 19 septembre 2020
  • Bien avant l’apparition de l’assiette et des couverts, les Français utilisaient un tailloir et un tranchoir pour se sustenter. Ce n’est qu’à partir du XVIe siècle que l’assiette trouve sa place sur la table. En bois ou en céramique, pour les plus modestes, en étain ou en argent pour les plus fortunés, les arts de la table connaissent une évolution considérable au XVIIe siècle. En effet, Louis XIV a, sans le vouloir, beaucoup œuvré pour ceux-ci. À la suite des guerres qu’il a menées, le Roi-Soleil a dû faire fondre toute l’argenterie pour renflouer les caisses. Il a donc fallu remplacer les assiettes. Une aubaine pour les faïenceries même si la cour préfère la porcelaine venue d’Asie. Au XVIIIe siècle, le repas devient alors un rituel, les pièces de vaisselle de véritables symboles de raffinement et de pouvoir. tvmag.lefigaro.fr, Les arts de la table, ce patrimoine français à l’honneur de France 5 
  • Le troisième pilier à partir de l’angle de la rue Sarret est assez curieux. Sur trois faces du tailloir du chapiteau sont gravées des inscriptions de mise en garde adressées aux larrons potentiels. Alors que le pilori et les ceps étaient situés en d’autres lieux de la Place, ont-ils été placés là ensuite ? millavois.com, Promenons-nous dans Millau : Circuit A (1/3)

Images d'illustration du mot « tailloir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tailloir »

Langue Traduction
Anglais cutter
Espagnol cortador
Italien fresa
Allemand cutter
Chinois 切刀
Arabe قطع
Portugais cortador
Russe резак
Japonais カッター
Basque cutter
Corse cutter
Source : Google Translate API

Synonymes de « tailloir »

Source : synonymes de tailloir sur lebonsynonyme.fr

Tailloir

Retour au sommaire ➦

Partager