La langue française

Seigle

Sommaire

  • Définitions du mot seigle
  • Étymologie de « seigle »
  • Phonétique de « seigle »
  • Citations contenant le mot « seigle »
  • Images d'illustration du mot « seigle »
  • Traductions du mot « seigle »
  • Synonymes de « seigle »

Définitions du mot « seigle »

Trésor de la Langue Française informatisé

SEIGLE, subst. masc.

A. − BOT. Céréale de la famille des Graminées dont les graines produisent une farine panifiable et qui est cultivée dans les régions nordiques, les montagnes et les terres pauvres. Synon. grand blé*, blé* de la saint Jean (vieilli).Seigle d'automne, de l'hiver, de mars, de printemps; terre à seigle; champ de seigle; épi, gerbe de seigle; paille de seigle; battre, cultiver, couper, faire les seigles. De chaque côté du chemin s'étendaient des landes incultes, des espaces où la couche d'humus était si mince, qu'on ne pouvait même pas y semer du seigle (Moselly, Terres lorr., 1907, p. 198).Les métayers de Grandgousier, qui, près de là, gaulaient des noix (...) frappèrent sur les fouaciers comme sur du seigle vert (France, Rabelais, 1909, p. 53).V. avoine ex. 1.
B. − P. méton.
1. Champ de seigle. Sara me tira dans un seigle voisin, où nous nous cachâmes (Restif de La Bret., M. Nicolas, 1796, p. 233).
2. Grain de cette céréale, mince et long, de couleur brun foncé. Grenier à seigle; cours, prix du seigle; engranger le seigle; picorer du seigle; vendre du seigle. Les paysans, et même quelques fermiers, ne possédaient pas assez d'argent pour payer leurs semences. Aux uns, maître Taboureau prêtait un sac d'orge pour lequel ils lui rendaient un sac de seigle après la moisson; aux autres, un setier de blé pour un sac de farine (Balzac, Méd. camp., 1833, p. 64).Infra ex. de Brunerie.
Couleur seigle. Couleur brun foncé. Un col roulé à emmanchures raglan. Vous le tricoterez avec la laine de pays de Plassard couleur seigle (Elle, 7 oct. 1974, p. 109, col. 1).
Seigle ergoté* V. ergot A 2.
3. Farine obtenue à partir de ces grains. Crêpe, galette de seigle; pain de seigle. La couque au seigle pur se fait surtout dans le nord de la France, à Reims et à Paris, ainsi qu'en Gâtinais et en Franche-Comté. La couque bâtarde ou couque dijonnaise renferme des proportions variables de blé et de seigle (Brunerie, Industr. alim., 1949, p. 20).
Prononc. et Orth.: [sεgl]. Martinet-Walter 1973 attribue à qq. suj. une prononc. [sε:gl]. Ac. 1694, 1718: seigle, segle; dep. 1740: seigle. La graph. sègle est ds Fér., Fér. crit. t. 3 1788, Besch. 1845. Étymol. et Hist. 1176-81 soigle (Chrétien de Troyes, Chevalier lion, éd. M. Roques, 2879-2880: pain D'orge, et de soigle); fin xiies. soile (Moniage Guillaume, éd. W. Cloetta, IIeréd., 2196: pain de soile); ca 1221 segle (Complainte de Jérusalem contre la cour de Rome ds Bartsch-Horning 1887, col. 377, 35); 1286 seygle (Villeloin, Arch. d'Indre et Loire ds Gdf. Compl.); ca 1350 seigle (Roques t. 1, IV, 7929). Du lat. sēcăle « seigle » ou empr. à l'a. prov. segle. Fréq. abs. littér.: 208. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 239, b) 333; xxes.: a) 374, b) 276.

Wiktionnaire

Nom commun

seigle \sɛɡl\ masculin

  1. (Botanique) (Agriculture) Graminée (poacée) donnant un grain plus long et plus brun que le froment.
    • III - Fourrages verts annuels tels que farouche, trèfle incarnat, vesces, seigles mélangés, avoines, maïs, etc. — (L'Industrie laitière, vol. 39, Société française, d'encouragement à l'industrie laitière, 1914, p. 411)
    • Enfin, les fourrages annuels d’hiver comportent surtout le trèfle incarnat, souvent appelé « farouch », la navette d’hiver, le seigle-fourrage […]. — (A. Lecomte & C. E. Riedel, L'agriculture productive: agriculture générale, Hachette, 1958, p. 158)
  2. Grain produit par cette plante ; farine qu’on en tire.
    • On fait aussi du pain, mais d'une digestion assez difficile, avec du seigle, de l'orge et même de l'avoine ; une petite quantité de farine de seigle, mêlée à la farine de blé, lui communique une saveur agréable. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 117)
    • Avec leurs pommes de terre, leurs châtaignes et leur seigle, les paysans du Ségala engraissent de nombreux troupeaux de porcs dont ils tirent beaucoup d'argent. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Nourris de lait sûri, d'orties, puis de grenailles de pommes de terre, finalement poussés au seigle jusqu'à frôler le coup de sang, les cochons vagabondent tout le jour dans le pachis — le clos — autour de la maison, […]. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SEIGLE. n. m.
Plante graminée donnant un grain plus long et plus brun que le froment. Une gerbe de seigle. Terre à seigle. Paille de seigle. Les seigles sont maigres cette année. Couper les seigles. Battre les seigles. Faire les seigles, Couper les seigles. On a fait les seigles de bonne heure cette année.

SEIGLE se dit aussi du Grain produit par cette plante et de la farine qu'on en tire. Pain de seigle.

Littré (1872-1877)

SEIGLE (sè-gl') s. m.
  • 1Genre de la famille des graminées. Une gerbe de seigle. Terre à seigle.

    Seigle multicaule, variété dite aussi seigle de Saint-Jean ou de la Saint-Jean, parce qu'elle peut être semée du 20 au 30 juin ; importée en France en 1835 de la Hesse électorale.

    Faire les seigles, couper les seigles.

    On l'a battu comme seigle vert, on l'a bien battu, parce que le grain vert sort difficilement de l'épi de seigle.

    Les seigles, un champ de seigle. …le pâtre, au loin accroupi dans les seigles, Hugo, Voix, 4.

  • 2Le grain que produit cette graminée. Le pain de seigle est moins blanc et moins nourrissant que le pain de froment.

    Seigle ergoté, seigle affecté de l'ergot.

HISTORIQUE

XIIIe s. Tout froumant, tout blé, tout orge, tout seigle, tout pois, totes feves, Liv. des mét. 363. Si comme li aucuns, quant ce vient el tans d'esté, prestent as besongneus soile, en tele maniere qu'il en rendront fourment après aoust, Beaumanoir, LXVIII, 3. Et pains de soile est mult boins à mangier en l'eve froide, Alebrand, f° 33.

XVIe s. Deux especes de segle, dont l'une est de l'hyver, et l'autre du printemps : ceste ci par aucuns estant appellée tremeze. Les fromens semeras en la terre boueuse, Les segles logeras en la terre poudreuse, De Serres, 108. Puys il courut après, tant qu'il attrapa les derniers, et les abattoyt comme seille, frappant à tort et à travers, Rabelais, Garg. I, 43. La seigle deue en d'autres lieux à cause des bœufs arants, Coust. gén. t. II, p. 510.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SEIGLE. Ajoutez :
3 Faux seigle, autre nom du ray-grass, J. F. Henry, Essai sur l'arrond, de Boulogne-sur-Mer, p. 181, Boulogne, 1810.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SEIGLE, secale, s. m. (Hist. nat. Bot.) genre de plante dont la fleur n’a point de pétales, & qui est disposée en épi par petits bouquets. Chaque fleur est composée de plusieurs étamines qui sortent du calice ; le pistil devient dans la suite une semence oblongue, grêle, farineuse, & enveloppée de sa balle qui a servi de calice à la fleur, & qui s’en détache très aisément. Les petits bouquets sont attachés à un axe denté, & composent un épi plus applati que celui du froment. Tournefort, inst. rei herb. Voyez Plante.

En anglois rye, genre de plante qui dans le système de Linnæus, a un calice formé de deux battans concaves, contenant deux fleurs ; ces deux battans sont droits, aigus, opposés l’un à l’autre, & plus petits que les feuilles de la fleur ; cette fleur consiste en deux feuilles, dont l’extérieure se termine par une longue barbe, & l’intérieure est plate & pointue ; les étamines sont trois filets capillaires qui pendent hors de la fleur ; les bossettes sont oblongues, & fendues au bout ; le germe du pistil est de forme turbinée ; les stiles au nombre de deux, sont chevelus ; les stigma sont simples ; la fleur enveloppe étroitement la graine, s’ouvre quand elle est mûre, & la laisse tomber ; la graine est unique, oblongue, un peu cylindrique, nue & pointue. Linnæi, gen. plant. p. 17.

Dans le système des autres Botanistes, le seigle a les mêmes caracteres que ceux du blé, excepté que son épi est plus plat, toujours barbu, & son grain plus foible & plus nud.

Cette plante tient le premier rang après le froment entre les grains frumentacés ; elle porte au commencement ses feuilles rougeâtres, qui deviennent ensuite vertes comme celles des autres blés, plus longues & plus étroites que celles du froment. Elle pousse six, sept tuyaux, & quelquefois davantage à la hauteur de cinq, six & sept piés, droits, semblables à ceux du froment ; mais plus grêles, plus longs, & montans en épis plutôt que le froment.

Les fleurs naissent aux sommités des tiges par paquets, composées de plusieurs étamines jaunes, & rangées en épi. Quand ces fleurs sont passées, il succede des grains oblongs, grêles, de couleur brune en dehors, blancs & farineux en dedans, plus petits, & plus obscurs que ceux du froment.

Ses racines sont des fibres déliées ; on cultive le seigle par-tout, principalement dans les terres maigres, légeres & sablonneuses ; on le seme au printems ou en automne, d’où vient que les Botanistes appellent le premier secale vernum vel minus, & le second, secale hybernum vel majus.

Le pain qu’on fait de seigle est noir, pesant, & ne convient qu’aux gens forts & qui travaillent ; sa farine est d’usage dans quelques cataplasmes émolliens & résolutifs.

Quelquefois le seigle dégénere de sa nature, sort considérablement de son enveloppe, grossit, se recourbe, prend la figure d’une corne, se noircit à l’extérieur, & contient au-dedans une substance farineuse, très-nuisible à la santé ; c’est ce qu’on nomme blé cornu, ergot, seigle ergoté. Voyez Ergot & Seigle ergoté.

Ménage de qui la reine Christine disoit plaisamment, qu’il savoit non-seulement d’où les mots venoient, mais encore où ils alloient, n’a jamais sû d’où le mot seigle venoit, quoiqu’il en ait tiré l’origine de l’italien segala. (D. J.)

Seigle, on a observé en Suede, que le seigle diminuoit chaque année de qualité, & à la fin n’étoit plus bon à rien. M. Cederhielm a proposé en 1740, dans les mémoires de l’académie de Stockholm, un moyen qu’il dit assuré & fondé sur l’expérience pour prévenir cet inconvénient ; il consiste simplement à ne point semer du seigle dans le même champ pendant deux années de suite, de cette maniere ce grain ne s’abâtardira jamais.

Seigle, (Diete & Mat. méd.) semence farineuse & ceréale. Voyez l’article Farine & Farineux, & Semences ceréales.

Tout le monde connoît l’usage diétetique du seigle ; on en fait du pain qui tient le premier rang après celui de froment ; qui lorsqu’on n’y emploie que la fleur de la farine, & qu’on le fait avec soin, est très blanc, assez bien levé, d’un goût assez agréable, bien meilleur que le petit pain de seigle à deux liards, qu’on vend dans les rues de Paris.

Les gens aisés de la campagne, & même les bons bourgeois des petites villes, mangent un pareil pain dans quelques provinces du royaume, comme en Champagne, en Anjou, dans la Sologne, le Rouergue, &c. les paysans en font dans ces mêmes pays & dans beaucoup d’autres, un pain grossier, c’est-à-dire dans lequel ils emploient une partie du son, & qui est ordinairement mal levé, dont la croûte est brûlée & la mie mal cuite & gluante. Il n’y a que les hommes très-vigoureux, que les organes robustes des paysans, dura messorum ilia, qui puissent s’accommoder d’un pareil aliment ; il est lourd & indigeste pour tout estomac, accoutumé à une nourriture plus légere.

Le bon pain de seigle passe pour rafraichissant & légerement laxatif ; cet aliment entre très-communément dans la diete que se prescrivent à eux-mêmes plusieurs personnes qui se prétendent échauffées, ou qui ont assez appris de théorie médicinale courante pour se croire les humeurs âcres, la bile exaltée, &c. on mêle aussi quelquefois dans la même vûe, de la farine de seigle avec celle de froment pour en préparer le pain, dont on fait son usage ordinaire.

La farine de seigle s’emploie assez communément avec les quatre farines résolutives ou en leur place.

Le seigle ergoté se trouvant mêlé en une certaine quantité parmi le bon grain dont on fait du pain, produit chez les personnes qui mangent ce pain, une maladie gangreneuse des plus funestes, qui a cela de particulier qu’elle attaque principalement les extrémités inférieures ; que la gangrène se borne ou se fixe d’une maniere assez constante, & que la terminaison par la séparation spontanée du membre affecté, est fort commune.

Cette terrible maladie est endémique dans la Sologne, où le paysan qui est très-pauvre, est réduit à cette nourriture empoisonnée.

Outre les ouvrages sur les maladies causées par l’ergot, qui sont indiqués à l’article Ergot ; on trouve dans le second volume des mémoires, présentés à l’académie royale des Sciences, par des savans étrangers, un mémoire de M. Salerne, médecin d’Orleans, sur les maladies que cause le seigle ergoté. Le traitement employé contre cette espece de gangrene, n’a rien de particulier. On n’a tenté jusqu’à présent que les secours généraux, les remedes communs de la gangrene. Voyez Gangrene.

Seigle ergoté (Botan.) c’est un seigle dégénéré de sa nature, & qui est très-nuisible à la santé : on en a parlé fort au long au mot Ergot, d’après le système de M. du Tillet. Voyez donc le mot Ergot.

Suivant M. Aimen, l’ergot du seigle est la même maladie que le charbon du froment. Si ces deux maladies different l’une de l’autre, ce n’est qu’à cause de la différence qui se trouve dans l’organisation de ces deux grains. Voici l’idée que M. Aimen donne de l’ergot du seigle.

1°. Les grains ergotés, plus gros & plus longs que les autres grains sains, sortent ordinairement de la balle, se montrant quelquefois droits, & quelquefois plus ou moins courbés.

2°. A l’extérieur ils sont bruns ou noirs ; leur surface est raboteuse, & souvent on y apperçoit trois sillons qui se prolongent d’un bout à l’autre ; enfin, l’extrémité extérieure des grains est constamment plus grosse que celle qui tient à la paille ; ce bout plus renflé est quelquefois fendu en deux ou trois parties : il n’est point rare d’appercevoir à leur surface des cavités qui paroissent creusées par des insectes.

3°. Quand on rompt l’ergot, on apperçoit dans l’axe une farine assez blanche, qui est recouverte d’une autre farine rousse ou brune ; cette farine viciée s’écrase entre les doigts. M. Aimen l’a quelquefois trouvée presqu’aussi noire que la poussiere du blé charbonné.

4°. Ces grains étant mis dans l’eau, surnagent d’abord, & ils tombent ensuite au fond ; si on les mâche, ils laissent sur la langue l’impression de quelque chose de piquant.

5°. Les balles paroissent saines, quoique celles qui sont extérieures soient un peu plus brunes quand les épis sont sains.

6°. Tous les grains d’un épi ne se trouvent jamais attaqués de l’ergot.

7°. L’ergot tient moins à la paille que les bons grains.

8°. M. Aimen attribue cet état du seigle à un défaut de fécondation ; il assure qu’on ne trouve jamais de germe dans les grains ergotés.

Mais quelle que soit la cause de cette dégénération du seigle, on peut se convaincre par ce qu’en ont écrit Dodart, Langius, Fagon, de la Hire, & autres modernes, que ces grains ergotés causent d’étranges maladies dans certaines années à ceux qui se sont nourris du pain fait de la farine où il est entré beaucoup de seigle ergoté.

Il est aisé de séparer la plus grande partie des grains ergotés, par le secours du crible, parce que la plûpart de ces grains malades sont beaucoup plus gros que les grains sains. Les paysans de Sologne font cette séparation dans les années où le grain n’est pas cher ; mais dans les années de disette, ils ne veulent pas perdre les grains ergotés ; & c’est alors qu’ils sont attaqués d’une gangrene seche qui leur fait tomber les extrémités du corps, sans presque sentir de douleur & sans hémorrhagie ; ensorte qu’on a vû de ces pauvres misérables à l’hôtel-dieu d’Orléans, à qui il ne restoit que le tronc, & qui ont encore vécu en cet état pendant plusieurs jours.

Comme l’ergot ne produit pas tous les ans ces fâcheux accidens, Langius a pensé qu’il pouvoit y avoir de deux sortes d’ergots ; l’un qui n’est point pernicieux, & l’autre qui occasionne la gangrene dont nous venons de parler. Il est cependant probable qu’il n’y a qu’une espece d’ergot, & que ce grain ne fait point de mal, 1°. quand les paysans ont soin de cribler attentivement leur grain ; 2°. quand il y a naturellement peu d’ergot mêlé avec le bon grain.

On prétend encore que l’ergot perd sa mauvaise qualité quand on l’a gardé un certain tems ; mais aussi c’est pour cette raison que les paysans doivent être attaqués de cette gangrene dans les années de disette, parce qu’alors ils consomment leur récolte presque aussi-tôt qu’ils ont fini la moisson. Du Hamel, traité de la culture des terres, tome IV. (D. J.)

Seigle, (Commerce.) Le seigle se vend par last, contenant 27 sacs & demi d’Amsterdam, 19 septiers de Paris, trois quarts de septiers de Rouen, & 17 razieres de Flandres. Quand le seigle est sec, le last pese ordinairement 3300 livres ; s’il n’est pas sec, 4200 livres. Dictionn. du Comm. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « seigle »

Berry, seille, s. f. ; picard, soile ; namur. soil ; provenç. seguel ; catal. segol ; ital. ségale, ségola ; du lat. secāle, seigle. Les formes romanes proviennent non pas de secāle, mais de secăle prononciation vicieuse qui a fait déplacer l'accent.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Emprunt à l’ancien occitan segle, issu du latin secale. Les parlers régionaux continuent des formes héritées comme soile, seille et le wallon swele.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « seigle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
seigle sɛgl

Citations contenant le mot « seigle »

  • Faute de froment, les alouettes font leur nid dans le seigle. De Proverbe breton
  • La bouillie de sarrasin est notre mère, le pain de seigle est notre père. De Proverbe russe
  • Le rapport sur le marché La farine de seigle 2020 fournit un aperçu de l’industrie, des tendances futures, de la taille, de la part et de l’analyse des principaux acteurs en ce qui concerne le taux de croissance du marché La farine de seigle. Le rapport d’étude de l’industrie du marché La farine de seigle signifie l’aperçu détaillé de l’état actuel du marché et des prévisions 2025. Le rapport du marché La farine de seigle couvre en outre l’analyse complète des progrès futurs du marché La farine de seigle. En outre, ce rapport donne la taille du marché La farine de seigle, les tendances, la part, la croissance et l’analyse de la structure des coûts et des moteurs. , Taille du marché de La farine de seigle: part de l’industrie mondiale, principaux acteurs, opportunités et prévisions jusqu’en 2025 – InFamous eSport
  • Après avoir obtenu son CAP en 2009, commencé son activité en 2010, Pascale a ouvert son atelier en 2012. Elle utilise différents matériaux : la canne de rotin qui vient de Chine (d’Indonésie précédemment mais il y a eu un embargo). Elle se procure la canne et la corde danoise, de papier tressé, chez Rotin Filé, à Pont-d’Ain. La paille de seigle et la paille des marais (blanche ou lèche selon les régions) viennent de L’Abergement-de-Cuisery, en Saône-et-Loire. , Culture - Loisirs | De la farine à la paille de seigle: histoire d'une reconversion de la boulangerie à l'art du paillage
  • La consommation de fibres alimentaires, en particulier le son d’avoine et le seigle, peut modifier positivement le microbiome intestinal en induisant certains effets tels que la neutralisation de la prise de poids et la réduction de l’inflammation du foie.La découverte faite par une équipe de recherche de l’Université de Finlande orientale confirme les bienfaits pour la santé humaine des aliments contenant de nombreuses fibres comme l’avoine, le seigle et d’autres aliments à base de céréales complètes. MLActu, Le son d'avoine et le seigle aident le microbiome intestinal à réduire le poids et l'inflammation du foie - MLActu
  • Nous avons récemment publié notre rapport de recherche mis à jour, intitulé «Marché de la La farine de seigle». Le rapport analyse les incidences actuelles du marché ainsi que les prévisions concernant ce dernier, plus particulièrement durant la période 2020 à 2027. Une étude de recherche permet danalyser le changement dans la dynamique du marché, le volume du marché régional, les innovations technologiques et la La farine de seigle des opportunités daffaires dans la période prévisionnelle. Le rapport analyse également la situation actuelle du marché de la La farine de seigle en analysant de manière approfondie plusieurs fabricants, associations, entreprises, vendeurs et industries qui en dépendent. [email protected] or call us on +1-312-376-8303. Journal l'Action Régionale, Marché La farine de seigle Rapport de marché 2020 Analyse d’impact du coronavirus Les meilleurs joueurs de l’édition mise à jour incluent, Dobeles Dzirnavnieks, Shipton Mill, Hodgson Mill, Doves Farm, Bobs Red Mill – Journal l'Action Régionale
  • L’assemblage délicat et parfaitement équilibré du gingembre, des agrumes et du seigle promet de faire de Belvedere Ginger Zest le nouvel allié incontournable dans la réalisation de cocktails à domicile. Kiss My Chef, Vodka Belvedere Ginger Zest, macérée au gingembre - Kiss My Chef
  • Le marché mondial La farine de seigle a été segmenté en fonction de la technologie, du type de produit, de l’application, du canal de distribution, de l’utilisateur final et de la verticale de l’industrie, ainsi que de la géographie, fournissant des informations précieuses. Instant Interview, Impact COVID-19: La farine de seigle marché | Analyse stratégique de l’évolution de l’industrie axée sur les principaux acteurs clés et analyse de la croissance des revenus par prévision jusqu’en 2026 – Instant Interview
  • Le rapport sur le marché mondial La farine de seigle vous fournit des données avancées et récentes liées aux tendances du secteur, aux principaux acteurs, aux régions dynamiques et à l’analyse des prévisions. Le rapport est une source de compréhension approfondie de la taille, de la part, des revenus et de la situation économique du marché La farine de seigle au cours de l’année d’analyse 2015 à 2019 et de l’année de prévision 2020 à 2026. Ce rapport partage également l’analyse de la croissance du marché La farine de seigle comprend des données de marché historiques et prévisionnelles, la demande, les détails de l’application, les tendances des prix et les parts de l’entreprise. , Perspectives de la taille du marché de La farine de seigle jusqu’en 2026: principales entreprises du marché, tendances et facteurs de croissance et détails pour le développement des affaires – The Fordactu
  • D’abord le sarrasin. De cette plante venue d’Orient, les Bretons ont fait cette crêpe au goût subtil, semblant née d’une recette raffinée. C’est tout l’inverse. Elle est au contraire symbolique de la pauvreté extrême qui a longtemps sévi en Bretagne où elle fut une nourriture de base dans les campagnes. Elle coûtait moins cher que le froment ou le seigle, céréales plus consistantes et de meilleure qualité nutritionnelle. Le Telegramme, [Clin d’œil] La Bretagne est une crêpe sarrasin - Débats - Le Télégramme

Images d'illustration du mot « seigle »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « seigle »

Langue Traduction
Anglais rye
Espagnol centeno
Italien segale
Allemand roggen
Chinois 黑麦
Arabe الذرة
Portugais centeio
Russe рожь
Japonais ライ麦
Basque zekalea
Corse segale
Source : Google Translate API

Synonymes de « seigle »

Source : synonymes de seigle sur lebonsynonyme.fr
Partager