La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « se boucher »

Se boucher

Définitions de « se boucher »

Wiktionnaire

Verbe - français

se boucher \sə bu.ʃe\ pronominal 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Forme pronominale de boucher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « se boucher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
se boucher sœ buʃe

Évolution historique de l’usage du mot « se boucher »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « se boucher »

  • Avant d’envisager de se boucher le nez pour aller glisser un indispensable bulletin à son nom dans l’urne, le 24 avril, il faut en passer par la catharsis de lister toutes les raisons de détester Emmanuel Macron. Une purge nécessaire avant d’aller voter, malgré tout pour lui, dans cette troisième croisade anti-Le Pen en vingt ans. Si l’exercice est masochiste, il n’en est pas moins indispensable tant sa responsabilité est centrale dans la situation actuelle. Politis.fr, Macron, pompier pyromane par Patrick Piro | Politis
  • La détestation de Macron est si forte qu’on préfère se boucher les yeux. Ne pas voir. L'Obs, « Soyons justes ! » : une tribune de Diastème face au risque Marine Le Pen
  • Pourtant, il ne faut ni perdre la mémoire, ni se boucher les oreilles, ni refuser de lire. Fondation Jean-Jaurès, Front républicain - Fondation Jean-Jaurès
  • Et c’est là tout l’enjeu. À quelques mois des élections, le gouvernement tente de rendre le tunnel plus acceptable, surtout du côté de Montréal. Son revirement par rapport aux décrets du tramway, qu’il a finalement autorisés avec l’air de se boucher le nez, sans condition, n’y est pas étranger non plus. Le Journal de Québec, Le fameux «nouveau» troisième lien... | JDQ
  • Un aspect essentiel de ces écoulements est le fait que l’espace poral des formations géologiques est susceptible de se boucher. L’obstruction des pores est d’origine hydraulique lorsqu’une bulle d’air ou une goutte d’huile (issue d’une pollution, par exemple) vient se piéger par capillarité dans l’espace poral ; mécanique lorsque des particules de sable ou d’argile s’agrègent à l’entrée d’un pore ; chimique lorsque, par exemple, de la calcite précipite et colmate des pores ; ou biologique lorsque des colonies de microorganismes se développent au sein de biofilms bactériens. Cette réduction de l’espace à travers lequel s’écoulent les fluides devient une aubaine pour étanchéifier des réservoirs de stockage souterrain ou au contraire un fléau lorsque le colmatage d’un puits fait chuter sa production, ou lorsqu’il faut extraire un polluant piégé dans les pores d’un sous-sol contaminé. Pourlascience.fr, La microfluidique infiltre les géosciences | Pour la Science

Images d'illustration du mot « se boucher »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Se boucher

Retour au sommaire ➦

Partager