La langue française

Rosier

Sommaire

  • Définitions du mot rosier
  • Étymologie de « rosier »
  • Phonétique de « rosier »
  • Citations contenant le mot « rosier »
  • Images d'illustration du mot « rosier »
  • Traductions du mot « rosier »
  • Synonymes de « rosier »

Définitions du mot « rosier »

Trésor de la Langue Française informatisé

ROSIER, subst. masc.

BOT. Arbrisseau cultivé ou sauvage, de la famille des Rosacées, dont les tiges épineuses portent des feuilles dentées et des fleurs odorantes de diverses nuances (les roses). Rosier blanc, rouge; rosier géant, nain, grimpant, remontant, sauvage; rosier du Bengale, d'Iran; rosier de(s) chien(s) (synon. églantier); branches, épines, feuilles du rosier; allée, haie, massif, parterre de rosiers. Lentement, ils s'en allèrent dans le bois de roses. C'était un bois avec des futaies de hauts rosiers à tige, qui élargissaient des bouquets de feuillage grands comme des arbres, avec des rosiers en buissons énormes, pareils à des taillis impénétrables de jeunes chênes (Zola, Faute Abbé Mouret, 1875, p. 1337).Elle est entourée d'arbres épais et de rosiers formant berceau dont les fleurs abondantes éclatent sur la verdure (Claudel, Annonce, 1912, II, 3, p. 48).
P. anal. (d'aspect). Rosier du Japon. Camélia. (Dict. xixeet xxes.).
REM.
Rosarium, subst. masc.Endroit réservé à la culture des rosiers. Synon. roseraie.Les belles manières de son curé, sa façon de saluer, de s'asseoir, de féliciter MmeFénigan sur les splendeurs de son rosarium (A. Daudet, Pte paroisse, 1895, p. 238).
Prononc. et Orth.: [ʀozje]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1165 (Chrétien de Troyes, G. d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 2185); 2. 1791 rosier du Japon « camélia » (Valm.). Dér. de rose1*; suff. -ier*. Fréq. abs. littér.: 551. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 662, b) 992; xxes.: a) 1 152, b) 553.
DÉR.
Rosiériste, subst. masc.Horticulteur spécialisé dans la culture des rosiers. L'un des maraîchers de ce pays, qui sont aussi des rosiéristes (Coppée, Franc-parler II, 1896, p. 351).Le pompeux négociant à gros cigare qui interrogeait avec une familiarité avantageuse l'orgueilleux rosiériste (Jammes, Mém., 1921, p. 229). [ʀozjeʀist]. Att. ds Ac. 1935. 1reattest. 1868 (Revue horticole, 1eraoût, p. 297 ds Littré); de rosier, suff. -iste*.

Rosier, subst. masc.,p. iron. [Empl. masc. de rosière, créé par Maupassant pour sa nouvelle: Le Rosier de MmeHusson] Jeune homme vertueux et naïf. Qui saura et qui pourrait dire le combat terrible livré dans l'âme du rosier entre le mal et le bien, l'attaque tumultueuse de Satan, ses ruses, les tentations qu'il jeta en ce cœur timide et vierge? (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Rosier MmeHusson, 1887, p. 693).

Wiktionnaire

Nom commun 1

rosier \ʁo.zje\ masculin

  1. Arbuste du genre botanique Rosa, qui porte des roses.
    • Çà et là un rosier à tige traçante laisse sortir de terre ses jets d’un à deux pouces, portant une fleur d’un rose tendre ou une baie rouge semblable à une perle du plus beau corail. — (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, L’Archipel de Chausey, souvenirs d’un Naturaliste, Revue des Deux Mondes, tome 30, 1842)
    • La jeune fille apparut comme il descendait les dernières marches du perron, encadrée par les branchages délicats des rosiers et des mimosas. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l’Amour et de la Mort", 1940)
  2. (Littéraire) (Rare) Masculin de rosière.
    • Cependant Mme Husson hésitait encore. L’idée de substituer un rosier à une rosière la troublait, l’inquiétait un peu, et elle se résolut à consulter l’abbé Malou. — (Guy de Maupassant, Le Rosier de Madame Husson, 1887)

Nom commun 2

rosier \ʁo.zje\ masculin

  1. Autre nom du rotier ou rosetier. [1]
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ROSIER. n. m.
Arbuste qui porte des roses. Rosier sauvage. Rosier cultivé. Rosier remontant. Rosier grimpant. Une haie, une palissade de rosiers.

Littré (1872-1877)

ROSIER (rô-zié ; l'r ne se prononce pas et ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des rô-zié-z en fleur) s. m.
  • Genre de la famille des rosacées dont le rosier est le type.

    Arbuste qui porte des roses. Monsieur Jourdain, votre cœur soit toute l'année comme un rosier fleuri ; ce sont façons de parler obligeantes de ces pays-là, Molière, Bourg. gent. IV, 8. Madame, je vous souhaite toute l'année votre rosier fleuri, Molière, ib. V, 5.

    Rosier du Japon, le camélia.

HISTORIQUE

XIIe s. Et li rosier en mai florist et graine, Couci, XI.

XIIIe s. Honiz soit qui croira jamès por nule chose, Que desouz simple abit n'ait mauvestié enclose ; Quar tels vest rude robe où felons cuers repose : Li rosiers est poingnans et s'est souef la rose, Rutebeuf, 178.

XIVe s. Un rosier d'or, à tenir en sa main… et est la rose que le pape donne, le jour de la mi caresme, au plus noble, De Laborde, Émaux, p. 487.

XVe s. Ung arbre d'or, en maniere d'un rosier, où il y a au dessus une rose et dedens ung saphir, De Laborde, ib. p. 487.

XVIe s. Les roziers sont distingués en quatre principales especes : une de rouges, autre d'incarnates, ou escarlatines et deux de blanches. Les rouges sont celles de Provins propres à faire la conserve, De Serres, 551.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ROSIER, s. m. (Hist. nat. Botan.) rosa ; genre de plante à fleur composée de plusieurs pétales disposés en rond. Le calice est formé de plusieurs feuilles, & il devient dans la suite un fruit arrondi ou oblong, & charnu ; il n’a qu’une capsule, & il renferme des semences le plus souvent anguleuses & velues. Tournefort, inst. rei herb. Voyez Plante.

Rosier, (Jardinage.) rosa ; arbrisseau épineux qui se trouve en Europe plus qu’en nulle autre partie du monde. Il pousse plusieurs tiges du pié, qui sont de peu de durée, mais qui se renouvellent aisément. La hauteur commune des rosiers est de quatre à cinq piés : quelques especes en prennent beaucoup moins, & d’autres un peu plus. Les racines de cet arbrisseau tracent beaucoup, & produisent des rejettons. Sa feuille est composée de cinq ou sept folioles qui sont ovales, dentelées, & attachées par paires à un filet commun qui est terminé par une seule foliole. Ses sieurs sont simples ou doubles, plus ou moins, & de différentes grandeurs & couleurs, selon les especes. Elles viennent au bout des branches, & elles donnent un fruit oblong qui contient plusieurs semences.

Le rosier doit tenir une des premieres places parmi les arbrisseaux fleurissans. C’est sans contredit l’un des plus beaux, des plus variés, & des plus agréables, tant par la quantité & la durée de ses fleurs, que par leur éclat & la douce odeur qu’elles exhalent. La rose embellit tous les lieux qu’elle habite ; elle est la parure la plus brillante de la nature ; c’est le plus riant objet de ses productions, & l’image le plus pur de la douceur, de la beauté & de la candeur.

Rien de plus simple & de plus facile que d’élever, de cultiver & de multiplier le rosier. Il se plait dans tous les climats tempérés ; il vient à toutes expositions, & il réussit dans tous les terreins. Cependant il vit peu dans les terres seches & légeres, & ses fleurs ont moins d’odeur dans celles qui sont grasses & humides. On évitera ces deux inconvéniens en mettant le rosier dans un terrein de moyenne qualité.

On peut multiplier cet arbrisseau de toutes les façons possibles ; de rejettons, de branches couchées, de boutures ; par les graines, par la greffe & par ses racines. La semence est le moyen le plus long & le plus incertain : pour l’ordinaire, on n’acquiert de cette façon que des especes batardes ou dégénérées. Toutes les autres méthodes ont un succès à-peu-près égal. Cet arbrisseau peut se transplanter en tout tems avec succès, & même pendant tout l’été, en supprimant tout le fanage, & en réduisant la tige à quatre pouces au-dessus de terre. Nulle autre culture que de le tailler souvent & sans ménagement. Plus on le taillera, plus il durera, plus il donnera de fleurs, & plus le tems de leur venue pourra varier. Les différens tems de la transplantation rempliront aussi ce dernier objet.

Tous les rosiers peuvent se greffer les uns sur les autres ; mais il faut éviter de prendre pour sujets, ou plûtôt on doit exclure des jardins la rose à odeur de canelle, celle à fleur jaune simple, celle à feuille de pimprenelle, & sur-tout la rose sauvage de Virginie. Elles envahissent le terrein par la quantité de rejettons qu’elles poussent sur leurs racines, qui s’étendent considérablement. Le mois de Juin est le tems le plus convenable pour greffer ces arbrisseaux en écusson.

On connoît près de quatre-vingt variétés du rosier, dont le tiers environ ne donne que des fleurs simples ; cependant il y en a plusieurs qui ont assez d’agrément ou de singularité pour mériter qu’on les cultive. Tous les rosiers à fleurs doubles ont de la beauté. On peut considérer les roses sous quatre couleurs principales ; les jaunes, les blanches, les incarnates & les rouges. Il y en a peu de jaunes, un peu plus de blanches, beaucoup davantage d’incarnates, & les rouges font le plus grand nombre. Dans ces deux dernieres couleurs, il y a une infinité de nuances depuis le couleur de chair le plus tendre, jusqu’à l’incarnat le plus vif, & du rouge pâle au pourpre foncé. Il regne encore une grande variété dans la stature des rosiers, dans l’odeur des fleurs, dans les saisons de leurs venues, dans leur grandeur. Il y a aussi des rosiers sans épines ; d’autres sont toujours verds ; dans quelques-uns les feuilles ont une odeur agréable ; dans d’autres elles sont joliment tachées. Il s’en trouve plusieurs dont les roses sont panachées, tiquetées ou mi-parties. On en voit de proliferes ; d’autres à fruit épineux ; d’autres qui fleurissent deux fois l’an ; d’autres pendant presque toute l’année ; d’autres enfin ne s’ouvrent qu’à demi. Nul arbrisseau ne rassemble des différences aussi singulieres, aussi variées & aussi intéressantes. Le rosier seul peut former une collection nombreuse, où chaque jour de la belle saison donnera du nouveau & de l’agréable.

Le rosier étant donc de la plus grande ressource pour l’embellissement des jardins, on peut en faire plusieurs usages. On le met en buisson dans les platesbandes ; on le mêle avec d’autres arbrisseaux fleurissans dans les bosquets ; on en garnit des quarres entiers, où on les retient à trois piés de hauteur ; mais si l’on veut tirer grand parti de cet arbrisseau, c’est de l’entremêler de jasmin & de chevre feuilles pour en former des bordures longues & épaisses, que l’on taille en ados, & que l’on retient à deux ou trois piés de hauteur. Les bordures peuvent se mettre, & réussissent fort bien sous des grands arbres taillés en hautes palissades sur tiges, où elles donneront des fleurs pendant toute la belle saison.

La Médecine tire des services du rosier. Il y a des roses astringentes, & d’autres purgatives. On en tire un miel, une huile, & un suc électuaire : on en fait des sirops, des conserves, & jusqu’à du vinaigre ; les roses pâles & odorantes sont les plus propres à donner l’eau-rose. On fait aussi quelque usage des fruits du rosier, & d’une sorte d’éponge qui vient sur cet arbrisseau, & qui a des propriétés.

Les variétés du rosier sont si nombreuses, que la nature de cet ouvrage ne permet pas d’entrer ici dans une description détaillée de toutes les especes. Je n’en rapporterai qu’une seule, qui est en quelque façon nouvelle & fort à la mode.

Le rosier de Bourgogne, ou le rosier à pompons. Ce petit arbrisseau ne s’éleve qu’à un pié, ou un pié & demi. Il pousse du pié quantité de tiges, qui sont fortes & ont du soutien. Ses feuilles sont petites, étroites, d’une verdure terne & pâle. Ses fleurs d’environ trois quarts de pouce de diametre, sont dans leur milieu de l’incarnat le plus vif, qui se dégrade insensiblement vers les bords qui sont d’une couleur de chair pâle. L’arbrisseau en produit une grande quantité dès le commencement de Mai ; elles sont d’une odeur excellente, & de la plus brillante apparence. Ce rosier est extrèmement propre à former de petites bordures, parce qu’il ne s’étend pas beaucoup. Il se couvre de tant de fleurs, qu’il s’épuise & périt en peu d’années, sur-tout lorsqu’on le tient en pot. On peut y remédier par sa taille en rabattant toutes ses branches à moitié, & en l’arrosant fréquemment durant l’été. L’art & la culture n’ont eu aucune part à la découverte de ce rosier. C’est un jardinier de Dijon qui l’a trouvé en 1735, en cherchant des buis sur les montagnes voisines dans le tems qu’il étoit en fleurs.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rosier »

(Nom commun 1) Dérivé de rose avec le suffixe -ier.
(Nom commun 2) de ros avec le suffixe -ier qui indique un métier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Rose 1 ; wallon, rôzi ; provenç. roser, rosier ; ital. rosaio. Le lat. rosarium veut dire roseraie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « rosier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rosier rozje

Citations contenant le mot « rosier »

  • L’homme est une plante qui porte des pensées, comme un rosier porte des roses et un pommier des pommes. De Antoine Fabre d’Olivet / L’Histoire philosophique du genre humain
  • Pensée d'avril - Ce qui fait la beauté d'un rosier fait la laideur d'une femme, avoir beaucoup de boutons. De Victor Hugo / Choses vues
  • Ce n'est pas parce qu'il y a une rose sur le rosier que l'oiseau s'y pose : c'est parce qu'il y a des pucerons. De Jules Renard / Journal
  • Pour récolter plus de roses, il suffit de planter plus de rosiers. De George Eliot
  • Un vieux rosier ne se transplante pas. De Proverbe québécois
  • Tu plantes ta canne, le lendemain un rosier a poussé. De Alphonse Karr
  • Heureux qui chaque matin s'augmente de son amour comme le rosier de sa rose ! De Rina Lasnier / Miroirs
  • Greffez des plants de rosiers sur des plants de vigne, ça fera du vin rosé naturel. De Pierre Dac
  • Hélas ! Seuls les rosiers ont cette merveilleuse faculté de récupérer leur jeunesse perdue ! De J.-E. Larivière / L'iris bleu
  • La saga Delbard vient d'écrire une nouvelle page qui fera date dans l’histoire de l’entreprise horticole basée à Malicorne (Allier). Mi-juillet, son rosier Belle de Jour (*), de couleur jaune, s’est en effet vu décerner le prix “Rose of the year 2021” (rose de l’année en français) par la Royal Horticultural Society, l’une des plus anciennes et réputées sociétés horticoles de la planète. www.lamontagne.fr, Un rosier des pépinières Georges Delbard à Malicorne (Allier) remporte un prix prestigieux en Grande-Bretagne - Malicorne (03600)
  • L'ASBL Patrimoine Roses pour le Luxembourg a remis le brevet de baptême du rosier Anne-Beffort à la Bibliothèque nationale du Luxembourg. En commémoration du 100e anniversaire de la nomination comme première femme professeure du Luxembourg en 1919, un rosier dédié à la mémoire d'Anne Beffort avait été baptisé en 2019*.  , Remise du brevet de baptême du rosier Anne-Beffort à la Bibliothèque nationale du Luxembourg - gouvernement.lu // Le gouvernement luxembourgeois
  • Le rosier est un incontournable des jardins cultivé depuis des milliers d’années. Génération après génération des jardiniers de tous horizons ont travaillé à imaginer de nouvelles formes, couleurs et odeurs. Plantation, entretien, bouture et taille des rosiers n’auront désormais plus de secret pour vous ! ConsoGlobe, Taille des rosiers, bouture rosier : tout savoir sur cette star des jardins
  • La rose est une fleur légendaire, indispensable dans tout jardin qui se respecte. Se déclinant en de multiples variétés, les rosiers offrent des fleurs tantôt simples, tantôt très doubles aux nombreux pétales, se déclinant en teintes pastels, acidulées ou très colorées. Qui sont-ils ? Comment les cultiver ? Vous saurez tout sur cet arbuste tant apprécié ! auJardin.info, Questions fréquentes sur le rosier
  • Au cœur de l’été, les rosiers grimpants enchantent le jardin de leurs splendides cascades fleuries. Aucune autre famille de rosiers n’est aussi capable de métamorphoser des murs, de vieux arbres ou des pergolas en les inondant de fleurs. Une distinction s’impose entre les rosiers grimpants et les Rambler. Les premiers, appelés également Climber, sont des remontants qui, après une floraison principale en juin, continuent de fleurir avec un peu moins de force jusqu’aux premiers gels. Leurs tiges atteignent au maximum 4 m de hauteur. Les Rambler, ou rosiers lianes, atteignent avec leurs longues tiges souples des hauteurs supérieures à 4 m, et parfois même jusqu’à 10 m. Ainsi, ils mettent un peu moins d’énergie dans leur floraison, ne fleurissant généralement qu’une fois, mais durant plusieurs semaines de fin mai à début juillet. Le Telegramme, Liane ou grimpante, la rose enchante le jardin - Jardin - Le Télégramme

Images d'illustration du mot « rosier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rosier »

Langue Traduction
Anglais rosebush
Espagnol rosal
Italien rosaio
Allemand rosenstrauch
Chinois 蔷薇
Arabe الورد
Portugais arbusto de rosas
Russe розовый куст
Japonais ローズブッシュ
Basque rosebush
Corse rosebush
Source : Google Translate API

Synonymes de « rosier »

Source : synonymes de rosier sur lebonsynonyme.fr
Partager