Roquet : définition de roquet


Roquet : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ROQUET, subst. masc.

A. − ZOOL. Petit chien issu du croisement d'un doguin et d'un petit danois. Les roquets ont la taille petite, le museau court, le nez retroussé, le front haut, les yeux saillans, les oreilles courtes et pendantes en partie, les jambes grêles, la queue retroussée et inclinée en avant; enfin le poil court comme les petits danois auxquels ils ressemblent encore par les formes et les couleurs (Baudr.Chasses1834).
B. −
1. P. ext. Petit chien hargneux et qui aboie souvent et de manière intempestive. Ils parlèrent des chiens. Lui, préférait les chats, elle, les toutous frisés, ces affreux roquets dont la gueule pue quand ils ont mangé de la viande ou du sucre (Huysmans,Marthe, 1876, p. 45).Des dévotes à roquet ou à matou (Bernanos,Gde peur, 1931, p. 292).
2. P. anal., fam. Personne médiocre, qui tient des propos hargneux, mais qui est peu redoutable. Il faut entendre Muet parler de la Pucelle de Chapelain et des petits poëtes jaloux (...) de ces roquets qui ne savent que mordre et qui se sont acharnés à la grave renommée de Chapelain (Sainte-Beuve,Caus. lundi, t. 2, 1850, p. 176).Critiques. Le plus sale roquet peut faire une blessure mortelle; il suffit qu'il ait la rage (Valéry,Tel quel II, 1943, p. 73).
Prononc. et Orth.: [ʀ ɔkε]. Ac. 1694: rocquet ,,on écrit ordinairement Roquet``; dep. 1718: roquet. Étymol. et Hist. 1. a) 1616 « petit chien à oreilles droites » (Songe ds Var. hist. et litt., t. 4, p. 24); 1625 (La Muse Normande de David Ferrand, éd. A. Héron, I, 49); b) 1739 comme un roquet qui aboie « se dit d'un homme sans valeur qui profère des paroles insultantes » (Voltaire, Lettre Berger, 16 févr. ds Littré); 2. 1752 « individu hargneux, envieux et médiocre » (Id., Lettre à MmeDenis, 1082, 22 mai ds Rob., s.v. gueule, citat. 9). Prob. dér. du verbe dial. roquer (roquentin*) d'où sont aussi issus roké « rainette » en usage dans le Pas-de-Calais et roké « crécelle » att. dans le Nord (v. FEW t. 10, p. 449b); suff. -et*. Fréq. abs. littér.: 71. Bbg. Pottier (B.). Azerole, cuirasse... Fr. mod. 1948, t. 16, p. 276.

Roquet, subst. masc.Manteau. − Allons, dit Gervaise prise à son tour de charité, et défaisant son roquet de laine, voici un surtout un peu plus chaud que le vôtre. Mettez ceci sur vos épaules (Hugo,N.-D. Paris,1832, p. 261).

Roquet : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

roquet \ʁɔ.kɛ\ masculin

  1. Race de chien obtenue par croisement du petit danois et du doguin.
  2. (Par extension) Petit chien hargneux qui rauque.
    • Parmi les animaux domestiques appartenant au même groupe, citons […] les roquets qui gardent les douars et les troupeaux ou qui rôdent dans les rues et aux abords des villes, où ils se chargent de la voirie. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 225)
    • Ah ! les voies de Dieu (on a bien raison de le dire) sont impénétrables et ses instruments inconscients viennent se jeter dans nos jambes comme des roquets dans un jeu de quilles. — (Louis Pergaud, La Chute, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • À l'époque du frai, il pousse spontanément un petit cri peu harmonieux, qui participe de l'aboiement du roquet et du pépiement du poussin. — (Jean Rostand, La vie des crapauds, 1933)
    • Derrière certaines portes un roquet aboie avec acharnement. — (Marie Cardinal, La souricière, Julliard, page 61)
  3. (Péjoratif) Homme insultant, hargneux, mais qui est peu redoutable.
    • Depuis Œdipe, il [St-Hyacinthe] m'a toujours suivi comme un roquet qui aboie après un homme qui passe sans le regarder. — (Voltaire)
    • Critiques. Le plus sale roquet peut faire une blessure mortelle ; il suffit qu'il ait la rage. — (Paul Valéry, Tel quel II, 1943)
    • "Soyez gentil de me laisser parler et de cesser d'intervenir incessamment, un peu comme le roquet n'est-ce-pas [...]" — (Jacques Chirac)
    • Ce mec, c'est un roquet qui aboie dans le vide.

Nom commun 2

roquet \ʁɔ.kɛ\ masculin

  1. Variante de rochet.
    • Allons, dit Gervaise prise à son tour de charité, et défaisant son roquet de laine, voici un surtout un peu plus chaud que le vôtre. Mettez ceci sur vos épaules. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1832)

Nom commun 3

roquet \ʁɔ.kɛ\ masculin

  1. (Désuet) Variante de roquette.
    • Ayez un baston creux et rond de la longueur de trois ou quatre pieds, dedans lequel bois vous mettrez un de ces petitz canons [rouleaux de papier remplis de poudre], et donnerez le feu par un bout, et incontinent s'en ira en l'air faisant grand bruit ; et si le dict canon ou roquet. — (Livre de Canonerie)

Nom commun 4

roquet \ʁɔ.kɛ\ masculin

  1. (Désuet) (Ouest de la France) Chemin, ruelle montueuse.
    • La route qui conduisait de la rivière aux carrières était une montée fort raide, ce qui lui avait fait donner par le peuple le nom de Roquet de Saint-Cyr. (Dans le langage populaire le mot roquet désigne un mauvais chemin rocailleux qui monte.) — (Notices sur les rues de Rennes, consultable sur fr.wikisource.org)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Roquet : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ROQUET. n. m.
Sorte de petit chien très commun. Un vilain petit roquet. Fig. et fam., C'est un roquet qui aboie se dit d'un Homme méprisable et sans valeur qui use de paroles insultantes et sans portée.

Roquet : définition du Littré (1872-1877)

ROQUET (ro-kè ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des ro-kè-z aboyants) s. m.
  • 1Sorte de petit chien à oreilles droites. Un petit roquet des plus gentils qu'elle a pris en amitié, Lesage, Diabl. boit. 16. Le roquet est un double métis qui vient du doguin et du petit danois, Buffon, Quadrup. t. I, p. 371.
  • 2 Fig. et familièrement. Homme comparé à un petit chien. Cinquante freluquets, Comme autant de roquets, Cherchant à mordre, Sont contre moi lâchés, Fav. Ninette, II, 9. Mme… trop entourée de ses jeunes roquets, n'avait guère le temps de m'agacer, Rousseau, Conf. VI. Les roquets de la littérature le recherchaient beaucoup, Grimm, Corresp. t. II, p. 294.

    C'est un roquet qui aboie, se dit d'un homme sans valeur qui profère des paroles insultantes. Depuis Œdipe, il [St-Hyacinthe] m'a toujours suivi comme un roquet qui aboie après un homme qui passe sans le regarder, Voltaire, Lett. Berger, 16 févr. 1739.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Roquet : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ROQUET, s. m. (Zoologie.) nom d’une espece de petit lézard d’Amérique, d’un brun rougeâtre, marqueté de taches jaunes & noires ; ses yeux sont vifs, étincelans, & ses jambes sont d’une longueur remarquable pour un si petit animal ; il porte la tête toujours droite, & la queue communément recourbée en demi-cercle sur le dos. Il n’est point sauvage, sautille légerement comme un oiseau, & est dans un mouvement perpétuel ; quand il est fatigué de ses courses, il ouvre la bouche, en tire sa langue, & halete comme les chiens ; c’est du moins ce qu’en rapporte Rochefort dans son histoire des îles Antilles. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « roquet »

Étymologie de roquet - Littré

Chevallet le tire de l'anc. allem. rakel, reckel, chien. Étymologie douteuse. Faut-il en rapprocher le poitevin roquer, faire un bruit de mâchoires, 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « roquet »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
roquet rɔkɛ play_arrow

Citations contenant le mot « roquet »

  • Maire de Paris et leader de l'opposition au gouvernement socialiste, Jacques Chirac débat en 1985 avec le Premier ministre de l'époque, Laurent Fabius. Et le ton monte entre les deux hommes. "Soyez gentil de me laisser parler et de cesser d'intervenir incessamment un peu comme le roquet, n'est-ce pas", lance calmement Chirac. Un qualificatif qui a le don d'énerver son adversaire. "Je vous en prie, vous parlez au Premier ministre de la France", s'agace Fabius en agitant la main. Europe 1, Jacques Chirac en dix moments télé
  • Un Sar "kozy"...Le retour! Comme le roquet, il choppe les chevilles, molets. midilibre.fr, Quel est ce mystérieux poisson mordeur qui sévit en Méditerranée ? - midilibre.fr
  • Attention, mesdames et messieurs dans un instant ça va commencer, installez vous dans votre fauteuil bien gentiment… Il y a la Claudina, une espèce de chienne, du genre roquet qui aboie pour un oui, pour un non, mais jamais plus de trois mots, une insulte, une menace, une injure. Il y a aussi stivenne, le perroquet, jaloux des belles couleurs… Lire la suite » GJ Magazine, Paris 8e : les beaux jours du Fouquet’s
  • Critiques : le plus sale roquet peut faire une blessure mortelle. Il suffit qu'il ait la rage. De Paul Valéry
  • Un roquet tient quelquefois un sanglier en arrêt. De Ovide / Remèdes à l'amour

Images d'illustration du mot « roquet »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « roquet »

Langue Traduction
Corse pugnu
Basque pug
Japonais パグ
Russe мопс
Portugais pug
Arabe الصلصال
Chinois 哈巴狗
Allemand mops
Italien carlino
Espagnol doguillo
Anglais pug
Source : Google Translate API

Synonymes de « roquet »

Source : synonymes de roquet sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires