La langue française

Romaniser

Sommaire

  • Définitions du mot romaniser
  • Étymologie de « romaniser »
  • Phonétique de « romaniser »
  • Citations contenant le mot « romaniser »
  • Traductions du mot « romaniser »
  • Synonymes de « romaniser »

Définitions du mot « romaniser »

Trésor de la Langue Française informatisé

ROMANISER1, verbe trans.

A. − [Corresp. à romain I et II]
1. Donner un caractère romain à quelque chose, imposer ou faire adopter à quelqu'un la civilisation romaine (principalement antique). Les Romains respectèrent les religions locales; ils se bornaient à romaniser les noms, à essayer de confondre les dieux locaux avec les leurs (Barrès, Cahiers, t. 6, 1907, p. 222).Les femmes sont habillées à la romaine, leurs maris portent tunique et manteau gaulois (...). Faut-il en conclure que les Gauloises étaient plus sensibles que leur mari à la mode romaine, (...) plus romanisées (A. Pelletier, La Femme dans la société gallo-romaine, 1984, p. 53).
Empl. pronom. Adopter les mœurs romaines, subir l'influence de la Rome antique ou moderne. La Rome ancienne ne l'absorbe [Montaigne] pas tellement (...); il assiste aux fêtes du carnaval, etc. (...) visites où il se romanise de plus en plus. L'air de Rome lui allait (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 2, 1862, p. 174).C'est peut-être (...) celui [Dagobert] qui a porté le plus loin l'imitation des empereurs de Rome. Les Francs s'étaient entièrement romanisés (Bainville, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 28).
2. TYPOGR. Transcrire en caractères romains un texte n'utilisant pas ces caractères. Un missionnaire, Alexandre de Rhodes, imagine de « romaniser » le viêtnamien en caractères latins modifiés (...). Aujourd'hui, cette romanisation est officielle dans tout le Viêtnam (Le Nouvel Observateur, 16 févr. 1966, p. 16, col. 2).
B. − [Corresp. à romain III] RELIG. Faire adopter à quelqu'un les dogmes, le rite de l'Église romaine. En laissant toucher à ses cérémonies traditionnelles, il [le peuple russe] pouvait craindre de se laisser romaniser (...), d'être à son insu incorporé à l'empire spirituel des papes (A. Leroy-Beaulieu, Revue des Deux-Mondes, 1ernov. 1874, p. 13 ds Littré Suppl. 1877).Empl. pronom. Le catholicisme, c'était encore Rome (...), les Barbares (...) furent obligés (...) d'accepter les formules que leur proposait le christianisme, et, dans la mesure où ils les acceptèrent, ils se romanisèrent (Barrès, Serv. All., 1905, p. 99).
Empl. intrans. Adopter le rite romain; être favorable, fidèle à l'Église romaine. Le régiment de Titof, presque entièrement composé de sectaires, résolut de (...) dénoncer le patriarche Joachim, qui (...) introduisait dans l'Église des doctrines pernicieuses, et était véhémentement suspect de romaniser (Mérimée, Hist. règne Pierre le Gdds Journal des Savants, 1867, p. 420).
REM.
Romanisé, -ée, part. passé en empl. adj.a) [En parlant d'une chose ou d'une pers., d'un groupe] Qui a subi l'invasion des troupes romaines, l'influence de la civilisation romaine antique. Grâce à la protection des armées romaines, la culture (...) avait gagné du terrain (...); les nomades se maintenaient au sud des territoires romanisés (Brunhes, Géogr. hum., 1942, p. 174).b) [En parlant d'une pers. étr. à Rome] Qui s'est installé à Rome, qui s'est transformé en Romain. Ce Jules Laporte, ancien sergent de la garde suisse, (...) elle avait fait de lui un marquis Montefiori (...), ce Suisse de Genève romanisé, avait vraiment fière tournure (Zola, Rome, 1896, p. 108).
Prononc.: [ʀ ɔmanize], (il) romanise [-i:z]. Étymol. et Hist. A. 1. a) 1566 romanizé « devenu romain » (H. Estienne, Apologie pour Hérodote, t. 1, p. 151 ds Hug.); b) 1579 romaniser « parler la langue des Romains » (Id., Precellence du lang. fr., p. 72, ibid.); c) 1833 « imposer la culture, les mœurs, les coutumes des Romains » (J. Michelet, Hist. de France, t. 2, p. 1 ds Rob.); 2. 1870 « transcrire en caractères romains » (Littré). B. 1688 « suivre les dogmes de l'Église romaine » (Bossuet, Hist. des variations des églises protestantes, t. 2, L. XI, p. 293). Dér. sav. de romain*; suff. -iser*.
DÉR.
Romanisation, subst. fém.Action de (se) romaniser; résultat de cette action. a) Assimilation de certains caractères romains par des pays qui se trouvent sous la domination ou sous l'influence plus ou moins lointaine de la Rome antique. Nous attendons que notre sol boive le fond germain et fasse réapparaître son inaltérable fond celte, romain, français, c'est-à-dire notre spiritualité (...). La romanisation des Germains est la tendance constante de l'Alsacien-Lorrain (Barrès, Serv. all., 1905, p. 103).En partic. Extension de la langue latine dans les pays conquis par Rome. Les femmes des Viennois citoyens romains (...) portent des noms et des surnoms à consonance latine: Clodia, Cornelia, Iulia (...), signe d'une romanisation déjà avancée (A. Pelletier, La Femme dans la société gallo-romaine, 1984, p. 79).b) Typogr. Transcription en caractères romains d'un texte n'utilisant pas ces caractères. V. supra ex. du Nouvel Observateur. [ʀ ɔmanizasjɔ ̃]. 1reattest. 1894 « extension de la langue et de la civilisation romaines » (Sachs-Villatte, Französisch-deutsches Supplement-Lexikon ds Quem. DDL t. 5: « Romanisierung »; de romaniser1, suff. -(a)tion*.
BBG.Quem. DDL t. 5 (s.v. romanisation), 30 (s.v. romanisé).

ROMANISER2, verbe

A. − Empl. trans., vx. Donner une apparence de roman, une tournure romanesque à ce que l'on raconte. Synon. romancer.Dumas père a romanisé l'histoire (Nouv. Lar. ill.; dict. xixeet xxes.).
B. − Empl. intrans., rare, vx. Écrire des romans. Il aime à romaniser (Raymond 1832; ds Boiste 1823, Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Rob.).
Prononc.: [ʀ ɔmanize], (il) romanise [-i:z]. Étymol. et Hist. 1697 « donner une apparence romanesque à ce que l'on écrit » (Bayle, Lettre à M***, 2 mai ds Littré). Dér. de roman1*; suff. -iser*.

Wiktionnaire

Verbe

romaniser \ʁɔ.ma.ni.ze\ transitif ou intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Transformer en Romain, faire prévaloir l’influence romaine.
    • Les Gaules romanisées par la conquête.
  2. Écrire en caractères latins les langues traditionnellement écrites autrement.
    • Deux éditions romanisées en Bâgo bahâr.
  3. Suivre le dogmes de l’Église romaine.
    • Ils [certains hérétiques] se plaignaient que les calixtins romanisaient en tout et partout, à la réserve de la coupe. — (Bossuet, Histoire des variations des Églises protestantes)
  4. Conduire aux dogmes de l’Église romaine.
    • En laissant toucher à ses cérémonies traditionnelles, il [le peuple russe] pouvait craindre de se laisser romaniser, et, comme les grecs-unis de Pologne, d'être à son insu incorporé à l'empire spirituel des papes. — (A. Leroy-beaulieu, Rev. des Deux-Mondes, 1er novembre 1874, page 13)
  5. Être adonné à l’étude des langues romanes.
  6. Transposer dans un roman.
    • On découvre ainsi, dans cet ouvrage, les bases du Paysan-Paysanne pervertis, bases vraies, mais romanisées dans un roman. — (Nicolas Rétif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, 1796, Bibliothèque de la Pléiade, Tome 1, p. 924)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ROMANISER (ro-ma-ni-zé) v. a.
  • 1Transformer en Romain, faire prévaloir l'influence romaine. Les Gaules romanisées par la conquête.
  • 2 Terme de philologie. Écrire en caractères romains les langues orientales, en particulier l'arabe et le persan. Deux éditions romanisées en Bâgo bahâr.
  • 3 V. n. Suivre les dogmes de l'Église romaine. Ils [certains hérétiques] se plaignaient que les calixtins romanisaient en tout et partout, à la réserve de la coupe, Bossuet, Var. XI, 173.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. ROMANISER. Ajoutez :
4 V. a. Conduire aux dogmes de l'Église romaine. En laissant toucher à ses cérémonies traditionnelles, il [le peuple russe] pouvait craindre de se laisser romaniser, et, comme les grecs-unis de Pologne, d'être à son insu incorporé à l'empire spirituel des papes, A. Leroy-Beaulieu, Rev. des Deux-Mondes, 1er nov. 1874, p. 13.
5 V. n. Être adonné à l'étude des langues romanes.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « romaniser »

De romain, avec le suffixe -iser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Romain.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « romaniser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
romaniser rɔmanize

Citations contenant le mot « romaniser »

  • Car si les papes ont, depuis quelques décennies, voulu « romaniser » le chapitre de leur cathédrale – la plupart des chanoines sont romains ou, au moins Italiens – un Français en demeure toujours membre, signe des liens anciens qui unissent la basilique à la France. La Croix, Mgr Duval-Arnould, le chanoine francais du Latran qui accueillera le président
  • Octavien est le nouvel empereur. Et c’est son plus proche ami, Marcus Agrippa, qu’il choisit pour remettre de l’ordre de l’autre côté des Alpes. Agrippa est le numéro deux de l’Empire. Sur le Rhin, sa victoire lui vaut l’acclamation des soldats, et c’est en « imperator » qu’il marche vers la Garonne avec ses 10 légions, près de 50 000 fantassins, cavaliers, archers, frondeurs, disposés à affronter les farouches guerriers celtes. Chef militaire, Agrippa est aussi investi d’une mission civile : rouvrir et sécuriser les voies romaines et créer les infrastructures qui permettront enfin de romaniser la province irrédente. SudOuest.fr, Au siège de l’Ermitage, fin du roi des Nitiobroges
  • Cette révision précisa aussi les rubriques décrivant toutes les cérémonies à accomplir au cours de la messe. Cette clarification sera confiée par la suite à la Congrégation des Rites qui sera désormais la gardienne du missel et donnera de précieuses réponses et de nombreux éclaircissements pendant quatre siècles. Cette codification des rubriques, qui reste le plus grand apport du missel tridentin, va contribuer à romaniser toute la liturgie latine.  FSSPX.Actualités / FSSPX.News, Les 50 ans de la nouvelle messe : l’élaboration du missel romain (2) - FSSPX.Actualités / FSSPX.News
  • C'est l'histoire de la ville de Carhaix dans le Finistère. Il n'y avait pas de village celte à cet endroit et les Romains ont construit la ville pour romaniser les environs. En restent les vestiges d'un aqueduc de plusieurs kilomètres, que l'on peut visiter au départ de l'Office du Tourisme de Locarn (Côtes d'Armor), bourgade connue pour abriter les réunions du Lobby Breton, dont le rêve est de brittoniser le reste du monde. Le Point, « Astérix » ou la nostalgie d'un monde rural - Le Point
  • Avez - vous entendu d'un Caffeutier du nom de Quintus un Numidien romaniser et qui a introduit le Caffe a Londunium .... /  ! Le Figaro.fr, Michèle Bernier: ses adresses à Paris IXe
  • Le roi franc se fait transmettre la Règle de Saint-Benoît du Mont-Cassin (Italie). Il permet à la papauté de « romaniser » le droit canonique et la liturgie. Pilier du régime, l’Église en fournit les cadres lettrés. À l’instar d’Alcuin, qui devient un des proches conseillers de Charlemagne. Ce diacre anglais d’York illustre l’influence aussi des religieux anglo-saxons sur la « renaissance carolingienne ». La Croix, L’empire a façonné la culture chrétienne

Traductions du mot « romaniser »

Langue Traduction
Anglais romanize
Espagnol romanizar
Italien romanizzare
Allemand romanisieren
Chinois 罗马化
Arabe كتب بالأحرف الرومانية
Portugais romanizar
Russe романизировать
Japonais ローマ字化する
Basque romanize
Corse romanizà
Source : Google Translate API

Synonymes de « romaniser »

Source : synonymes de romaniser sur lebonsynonyme.fr
Partager