Rescription : définition de rescription


Rescription : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RESCRIPTION, subst. fém.

DR., FIN.
A. − Mandat de paiement, ordre écrit adressé à un caissier, de payer à un tiers une somme déterminée. [Il] s'adresse (...), pour une rescription, au trésorier de l'épargne (Sainte-Beuve, Tabl. poés. fr., 1828, p. 124).
En partic. Mandat fourni par les receveurs généraux à l'ordre du Trésor public. L'assemblée (...) se priva en même temps des avances qu'ils consentaient au Trésor, sur le produit de ces dernières, sous forme d'engagements appelés « rescriptions » que les banquiers escomptaient (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p. 177).
B. − Billet d'état substitué en 1795 aux assignats et dont l'hypothèque était établie sur les domaines nationaux. Arrêté du Directoire exécutif, qui affecte au remboursement des rescriptions les rentrées de l'emprunt forcé dans tous les départements de la Belgique (Arrêté du Directoire exécutif,18 pluviôse an IV [7 févr. 1796]ds B. des Lois de la République Française).
Prononc. et Orth.: [ʀ εskʀipsjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1283 rescrission « chose récrite ou écrite après coup, surcharge d'écriture (sur un document officiel) » (Ph. De Beaumanoir, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon, § 1082: par toutes teles rescrissions); 2. 1307 rescription « réponse par écrit » (doc. d'Ypres cité par R. Mantou ds B. de la Commission Royale de Topon. et Dialectol., t. 51, p. 187); 1340 rescripcion (Miracle de l'abbeesse grosse, 295 ds Mir. ND par personnages, éd. G. Paris et U. Robert, t. 1, p. 68); 3. 1555 « mandement, ordre écrit que l'on donne pour toucher une somme » (B. de Monluc, Lettres, éd. A. de Ruble, t. 4, p. 52); 4. 1795 « billet d'état substitué à l'assignat » (d'apr. Frey, p. 242); 1796 (Arrêté du Directoire exécutif, loc. cit.). Empr. au lat. d'époque impérialerescriptio « réponse écrite de l'empereur donnant sa décision, rescrit », dér. de rescribere (cf. rescrit). Bbg. Ranft 1908, p. 88.

Rescription : définition du Wiktionnaire

Nom commun

rescription féminin

  1. (Rare) Ordre, mandement par écrit que l’on donne pour toucher une somme.
    • Telle était la destinée de la Hollande et sa situation par rapport à nous. Dans cet état, elle n'avait pas été fort utile au gouvernement français. Sa marine et son armée se réorganisaient très lentement ; les rescriptions bataves, avec lesquelles avait été payée l'indemnité de guerre de cent millions, s'étaient négociées presque pour rien. — (Adolphe Thiers, Histoire de la Révolution française, tome VII, livre XXXV : Léoben ; Furne et Cie éditeurs, quatorzième édition, Paris, 1846, page 400.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Rescription : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RESCRIPTION. n. f.
Ordre, mandement par écrit que l'on donne pour toucher une somme. Il est très peu usité.

Rescription : définition du Littré (1872-1877)

RESCRIPTION (rè-skri-ption ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
  • 1Synonyme de l'effet de commerce nommé mandat. Porteur d'une rescription sur le receveur des impositions. Sans vous, monsieur, ma rescription n'eût jamais persuadé mon partisan ; elle eût été rejetée, et il serait encore inexorable, Guez de Balzac, liv. VIII, lett. 24.
  • 2Sorte d'actions ou obligations financières. En achetant sur la place des billets des fermes, des actions de la compagnie des Indes, des rescriptions, des billets du Canada, Voltaire, Dict. phil. Intérêt. M. de la Borde qui avait eu la bonté de placer en rescriptions toute la fortune dont je pouvais disposer, Voltaire, Lett. Tabareau, 3 mars 1770. Les anticipations sont une disposition des revenus de Votre Majesté, faite à l'avance par la négociation de rescriptions ou d'assignations à un terme plus ou moins long, Necker, Compte rendu au roi, janv. 1781, p. 20.
  • 3Billet d'Etat substitué, en 1795, aux billets nommés assignats.

HISTORIQUE

XIIIe s. Par toutes teles rescritions porroit estre le [la] lettre faussée, et estre de nule valeur, Beaumanoir, XXXV, 9.

XIVe s. Et bailleront [les sergents] copie de leur rescription, se il en sont requis, Du Cange, rescripsio.

XVe s. Et adonc le comte de Hainaut lui rescripvit… que… de ceste rescription se contenta le roi de France assez bien…, Froissart, I, I, 80. La forme ni substance de leurs rescriptions [correspondance] ne puis-je pas savoir, Froissart, III, IV, 21. …que, pour quelque rescription qui faite lui fust, il ne mist personne en la dicte place, Bibl. des chartes, 4e série, t. I, p. 275.

XVIe s. Les autres [parmi les auteurs faisant des dédicaces] y emploient des gouverneurs plus soigneux de rescriptions que de rimes, D'Aubigné, Confess. Épître. Le chancelier mit au bas de sa rescription : moi non consentant, D'Aubigné, Hist. I, 108.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Rescription : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RESCRIPTION, s. f. (Com.) ordre, mandement que l’on donne par écrit à un correspondant, commis, facteur, fermier, &c. de payer une certaine somme à celui qui est le porteur de ce mandement. Les rescriptions ne sont ordinairement que d’un supérieur sur son inférieur, ou d’un créancier sur son débiteur. Ainsi un seigneur donne aux marchands des rescriptions sur ses fermiers. On prend à Paris à l’hôtel des fermes des rescriptions des gabelles, des aydes, & des cinq grosses fermes, sur les revenus de ces fermiers du roi dans les provinces, ce qui est très-commode pour y faire passer de l’argent sans frais. Les rescriptions des banquiers se traitent comme les lettres-de-change.

Modele de rescription.

Vous payerez, ou je vous prie de payer à M. Robert, banquier de votre ville, la somme de cinq mille livres, de laquelle je vous tiendrai compte sur les deniers de la recette que vous faites pour moi, en rapportant la présente rescription, avec la quittance dudit sieur Robert, à Paris le 10 Août 1745.

Godeau.

Pour la somme de 5000 livres.
Dictionn. de Commerce & de Trév.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rescription »

Étymologie de rescription - Littré

Lat. rescriptionem, de rescribere, de re, et scribere (voy. ÉCRIRE). Dans l'ancien français, rescription veut dire action de récrire, chose récrite ou écrite après coup. Probablement à l'origine, la rescription, au sens de mandat, de billet, était quelque chose d'écrit après coup, en marge d'autre chose.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de rescription - Wiktionnaire

Du latin rescriptio → voir rescrit.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rescription »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rescription rɛskripsjɔ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « rescription »

  • Dans le monde occidental, on peut toujours couper les dépenses pour se relever de la crise. Ça va grandement aider un pays comme la Chine où les salaires doubles ces temps-ci. À moyen terme, le pôle de l’économie mondiale va se déplacer de l’occident vers l’Asie plus rapidement avec ces politiques de coupure et rescription des dépenses. L’actualité, Gérald Fillion est-il bolchévique ? | L’actualité

Traductions du mot « rescription »

Langue Traduction
Corse rescrizione
Basque rescription
Japonais 書記
Russe rescription
Portugais rescription
Arabe الوصفة
Chinois 处方
Allemand reskription
Italien rescription
Espagnol rescripcion
Anglais rescription
Source : Google Translate API

Synonymes de « rescription »

Source : synonymes de rescription sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires