La langue française

Purulence

Définitions du mot « purulence »

Trésor de la Langue Française informatisé

PURULENCE, subst. fém.

MÉD., PATHOL. État de ce qui est purulent; suppuration. Purulence d'un crachat. Et leurs blessures fourmillaient de vers, ils étaient morts, empoisonnés par ces plaies immondes. C'était cette purulence que rien ne pouvait combattre, qui soufflait et vidait des rangées de lits (Zola,Débâcle, 1892, p. 500).La putréfaction des matières organiques est due à l'activité de minuscules êtres vivants dont les germes proviennent de l'extérieur. N'est-il pas logique d'expliquer de façon analogue la putréfaction, la purulence des plaies? (J. Rostand,Genèse vie, 1943, p. 152).
Au fig., littér. Chose, état qui évoque la pourriture, qui inspire le dégoût, la répulsion. Il fallut se noyer l'âme dans les malpropres soucis d'argent, dans la purulence des égoïsmes sollicités, dans le cloaque des poignées de main (Bloy,Femme pauvre, 1897, p. 218).
Prononc. et Orth.: [pyʀylɑ ̃:s]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. 1555 [éd.] « état de ce qui est purulent; suppuration » la purulence et la sanie ([B. Aneau], Tresor de Evonime, p. 185 ds Gdf. Compl.), attest. isolée; à nouv. av. xviiies. 1766 une tendance à la purulence (Diderot, Lettres S. Volland, p. 123); 1886 fig. la purulence infinie d'une âme (Bloy, Désesp., p. 326). Empr. au b. lat.purulentia « pus, purulence », et fig. « lie, rebut », dér. du lat. purulentus, v. purulent.

Wiktionnaire

Nom commun

purulence \py.ʁy.lɑ̃s\ féminin

  1. (Médecine) Qualité de ce qui est purulent.
  2. (Par métonymie) Chose purulente.
    • (Figuré)Pendant qu'il se débondait avec rage dans un besoin d'évacuer toute sa purulence, les autres écoutaient, vivement intéressés, presque apitoyés. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 18)


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PURULENCE. n. f.
T. de Médecine. Qualité de ce qui est purulent.

Littré (1872-1877)

PURULENCE (pu-ru-lan-s') s. f.
  • Terme de médecine. Qualité de ce qui est purulent. La purulence des crachats.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « purulence »

Lat. purulentia, de purulentus, purulent.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « purulence »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
purulence pyrylɑ̃s

Citations contenant le mot « purulence »

  • Maintenant, après des décennies de purulence dans un sous-sol oublié, le spécimen a trouvé son chemin et est sur une frénésie d’alimentation mortelle. Seul Diaz sait comment l’arrêter. Betanews.fr, Le thriller du scénariste de Jurassic Park trouve un réalisateur - / Film - Betanews.fr
  • «Aujourd'hui, ma vie a retrouvé une apparence de normalité, confie-t-elle. J'ai 32 ans, je suis vendeuse en prêt-à-porter. Et je n'ai aucun souci avec les hommes. Il faut juste que je continue à sortir toute cette purulence.» C'est donc le titre qu'elle a donné à son ouvrage. Aujourd'hui, le gourou des Enfants de Dieu est mort. Sa femme a repris les rênes. Et Amoreena Winkler rédige le deuxième tome de son histoire. , L'innocence perdue des Enfants de Dieu
  • Dans une langue spasmodique, pleine de secrets et de sinuosités, ces poèmes swompeux ont la beauté trouble de ce qui suinte, bien que l’on ne saurait conclure à la purulence ou à la féconde humidité, et qu’il nous serait bien hasardeux de déterminer pour de bon si cette baignade dans les « eaux rouges » tient de l’exercice salvateur ou du sacrifice de soi (« les transes me crawlent à l’intérieur / l’air goûte l’herbe brûlée »). Le Devoir, La poésie sous un nuage sombre | Le Devoir
  • Pays qui dérive dans la purulence,communautarisme,colonisé par d'infectent politiques,il est plus que temps de se mobiliser par tous les moyens dans les quartiers à la chasse ......... Valeurs actuelles, Municipales : à Bordeaux, les verts apocalyptiques aux portes du pouvoir | Valeurs actuelles
  •  Empressons-nous alors de dire qu’il se peut même que les chiffres mentionnés soient sous-estimés et que la catastrophe sanitaire qui guette Haiti soit bien plus effrayante. Car, il n’échappe à personne qu’Haïti est au cœur d’une catastrophe sociale et économique qui, depuis des décennies, la désintègre peu à peu. Il est une évidence à tout observateur de la réalité haïtienne que les turbulences aux confins de ce shithole ont été brutalement amplifiées et accélérées avec le séisme de janvier 2010. L’impact de cette catastrophe a été si violent qu’il a laissé au sommet du leadership national un cratère immense, comme un grand vide, dans lequel s’engouffrent toutes les médiocrités devenues actives par radiation indigente induite. Cette catastrophe sismique a été si bien exploitée par un certain réseau affilié et dévoué aux intérêts étrangers qu’elle a pris, bien avant le coronavirus, la forme d’une contagion plus grave encore pour le pays : elle a fait germer et croitre une purulence politique contre laquelle personne ne semble immuniser. Pire, malgré la pestilence qu’elle dégage à mille lieux à la ronde, aucun groupe au sommet de la société n’a voulu s’en distancier. Le Nouvelliste, Le Nouvelliste - Simulation défaillante, fabulation sous-jacente
  • C’est l'une des meilleures manières de développer un scorbut. Un Scorquoi vous dites ? Sachez Mesdames que le scorbut est une maladie due à une carence en vitamine C qui peut entrainer la purulence des gencives et  le déchaussement des dents. Cosmopolitan.fr, Les problèmes que seuls les étudiants peuvent comprendre - Cosmopolitan.fr
  • La terre se gratte. Pour survivre, il faut apprendre à observer, réfléchir et s’adapter. Il faut être aveugle pour ne pas voir que nous sommes en pleine crise évolutive. Une crise évolutive qui impose un changement drastique des normes fondatrices de notre néo-civilisation moderne. Le système économique ultra-libéral monétariste et mondialisé à l’excès nous montre aujourd’hui ses limites en s’amputant de ses excroissances les plus gangrenées. La purulence vient à peine de faire surface et certains pessimistes commencent déjà à parler d’apocalypse. Non, ce n’est pas le début de l’apocalypse si l’humanité entière se rend compte de la nécessité absolue de passer à un nouveau stade de l’évolution. L'Economiste Maghrébin, 2020 : Les murmures d’une ère révolue
  • Le scorbut est une maladie due à une carence aiguë en vitamine C qui entraîne dans sa forme la plus grave un déchaussement dentaire, la purulence des gencives, des hémorragies puis la mort. Dans le cas de Saint Louis, il semblerait que son régime alimentaire composé quasi-exclusivement de poisson durant cette huitième croisade ait largement favorisé le développement d’une carence en vitamine C. Geo.fr, Peste, scorbut, dysenterie… De quoi est vraiment mort Saint Louis ? - Geo.fr
  • Pour Didier Leschi, haut fonctionnaire et président de l’Institut européen en sciences des religions, qui a écrit dans l’ouvrage de Zeev Sternhel, le colonel de la Rocques était, vis-à-vis des Juifs, en adéquation avec Pétain ou Maurras. Comme eux, il pensait –selon l’historien – que la première coupable de la « purulence juive » c’est la franc-maçonnerie. IsraelValley, L’historien israélien Zeev Sternhell créé une polémique sur le « fascisme français ». - IsraelValley
  • Il commence à y avoir une injonction à la rentabilité sur le monde informationnel. La langue politique peut très vite faire croire qu’elle nous dit quelque chose, c’est aussi vrai pour un chanteur. Questionner le langage est une démarche inévitable pour une personne qui s’intéresse à l’écriture. J’ai mis longtemps à comprendre que les chansons n’ont pas vocation à être lues, elles passent par le larynx. Petit à petit, j’ai arrêté d’écrire les chansons, je les accumule dans ma mémoire. La musique, c’est le biotope des mots dans une chanson, ce n’est pas la page qui est une conséquence éventuelle. Qu’ils puissent avoir une vie après, ça n’appartient pas à moi d’en juger. En passant par cette oralité, il y a un rapport beaucoup plus direct au corps, ça a probablement à voir avec la question de l’incarnation au théâtre. Dans notre activité d’artiste, c’est difficile de se sentir à la fois concerné par la purulence de certaines situations et la douleur qui nous entoure sans tomber dans un discours de sociologue. Je fais un travail rémunéré donc je ne vais pas m’emparer de la misère du monde pour la vendre. Il faut faire avec ces courants sensibles, avec ce monde qui ne va plutôt pas très bien et la destination de ses prises de parole qu’est la chanson. Maze, Rencontre avec Bertrand Belin - « La fiction est tout aussi réelle que le reste du monde » - Maze Magazine
  • L'exclusion des juifs de la citoyenneté a été le point pivot du déshonneur, une remise en cause profonde des acquis de la Révolution française. Vis-à-vis des juifs, de La Rocque était en adéquation avec Pétain ou Maurras. Comme eux, il pense que la première coupable de la « purulence juive » c'est la franc-maçonnerie. Elle en est, dit-il, la « protectrice, l'inspiratrice, la conspiratrice ». Sous le Front populaire, il accuse Léon Blum d'être entouré « d'une clientèle israélite […] ayant littéralement encombrée les postes rémunérateurs ». En octobre 1940, il parle « d'encombrement israélite à l'intérieur de certaines professions » et appelle les juifs à ne plus vouloir « imposer leur place au soleil par voie de réquisition ». Il demande que l'on fasse le procès de ces « catégories juives » qui ont commis des crimes contre la « culture chrétienne et la moralité nationale ». La philosophie de la discrimination est toute là. En 1943, il accuse la Grande-Bretagne d'entretenir à Londres autour de De Gaulle qu'il a traité de « dévoyé » « une pléiade franc-maçonne israélite et décadente ». Sont visés René Cassin, Maurice Schumann ou encore Pierre Dac, cette voix de la France combattante qui mettait en rage les collaborateurs. Certes, dans ce domaine, il y a toujours plus abject. Céline considérait que Maurras écrivait comme un juif, c'est tout dire. Mais tous les thèmes de l'antisémitisme culturels sont présents chez de La Rocque. Le Point, Le colonel de La Rocque, figure tutélaire d'un « fascisme à la française » ? - Le Point
  • Car, ayant été proche de ces Immortels dans d’autres cieux, je sais que lorsqu’on ouvre le livre ou l’article d’un agrégé, on se concentre ; on se prépare à faire une prière esthétique parce qu’on pénètre dans le Saint siège de la pensée critique et de la rationalisation. Or, ici, c’est un fourre-tout : là une virgule viole la distance de confinement du complément d’objet direct ; plus loin, l’oubli d’un article lèche la phrase et lui donne la physionomie d’une mixture indéchiffrable, parfumée d’une purulence syntaxique prononcée. Il n’existe nulle part où le lecteur avisé pourrait poser le pied de l’œil. Ce qu’on identifiait au départ comme la Bible des exploits d’une intelligence raffinée se révèle finalement être le Manuel des orgies grammaticales et des attentats à la raison. camer.be, CAMEROUN :: LA « RÉPUBLIQUE » DES PÈRES-POULES ET DES FILS À PAPA.L’Agrégé du clan: Patrick Edgard Abane Engolo :: CAMEROON
  • Je t’ai parlé dur parce que ce n’est que par la violence (du discours dans notre cas) qu’on établit la liberté. Je me désole qu’à cause des courtisans sans inspiration et sous le prétexte de l’Autre, qui n’est pas des nôtres, tu sois devenu ce que tu es maintenant : une pauvre chose ! Regarde tes yeux éteints par des envies démesurées ! J’observe que de tous les poisons qui affectent ton âme insipide et languissante, la vanité et la luxure en sont les plus rebutants. Jacques, sous les tropiques la politique n’est pas la science de la liberté ; c’est l’art de la vanité. Considère encore le degré de pourriture où nous sommes plongés à présent, nous les universitaires en transit dans la politique. Zola, le phénoménologue de la bêtise, a annoncé notre triste avènement : nous sommes un charnier, un tas d’humeur et de sang, une pelletée de chair corrompue, jetée là, sur un coussin. Il faut lire son roman Nana, Jacques. Tu comprendras que le virus de l’immoralité au moyen duquel nous avons contaminé le peuple s’est replié sur notre visage bourru pour le maculer de la virale purulence dont souffrent les citoyens chez nous depuis un demi-siècle. Oui, la contrefaçon de l’être humain existe ! Et la réciproque est également vrai : « un génie ne s’agresse pas, ne se vole pas… Le génie se soigne, se respecte ». Mais une chose est certaine : quoiqu’un peu illuminé, tu n’es ni un martyr ni un moine. Tu ne peux donc t’offrir le luxe de te mépriser toi-même au prétexte de la politique et de la guerre tribale. Tu te condamnerais à une solitude aux effets psychotiques et phtisiques incontrôlables. Or, justement : « Tout notre mal vient de pouvoir être seul : de là le jeu, le luxe, la dissipation, le vin, les femmes, l’ignorance, la médisance, l’envie, l’oubli de soi-même et d Dieu » (Jean de La bruyère, Les Caractères). camer.be, CAMEROUN :: L’ADIEU DE FRIDOLIN NKE À JACQUES FAME NDONGO OU LE SERMON D’UN LIBRE ESPRIT À UN CORPS CONSTITUÉ :: CAMEROON
  • Davantage que sur un scénario, Le Fils de Saul repose d’abord sur la force visuelle. Dans ce film à petit budget, pas question de reconstitution historique à grand spectacle. On patauge dans la sanie avec Saul, on sombre au cœur de la purulence, le reste cesse d’exister. Le format de l’écran est carré, la profondeur de champ réduite à l’extrême, la visibilité totalement nulle lorsque les fours crématoires vomissent leur fumée, le hors-champ laissé à l’appréciation du spectateur. Le Temps, «Le Fils de Saul»: descente au cœur du mal - Le Temps
  • L’épisode 10 justement pose également un petit souci de notre côté. Ça nous fend le cœur de l’écrire, mais à force de privilégier la purulence (bravo aux maquilleurs, on a senti toutes les odeurs), la lourdeur et la fatigue du voyage à pied et de se perdre un petit peu dans des paraboles métaphysiques (dont le sens est pourtant simple) pendant quatre épisodes, fatalement la conclusion en souffre. Certains liens logiques ou certaines situations ont un peu de mal à s’opérer par manque de justifications claires, et le tout dernier affrontement a beau être malin et proposer quantités de plans et de micro-évènements extrêmement bien pensés, il est trop court et laisse entrevoir les limites du budget de la série. EcranLarge.com, The Terror : la série d'exploration était-elle terrifiante et glaçante jusqu'à son grand final ? - Dossier Série - EcranLarge.com
  • Bio d’un affreux, sale et méchant poète Son père était un sale type borné qui le battait, sa mère une méchante garce, ses jeunes années furent empoisonnées par la purulence de l’acné, le complexant et l’isolant comme un paria : bref c’est sous les pires auspices que Charles Bukowski (1920-1994) fit ses débuts dans une vie où il ne cessa d’accumuler « un gros lot d’emmerdes », incessamment aggravé par un caractère de sanglier et une sorte de pureté dans la déchéance qui le fit toujours se comporter plus mal qu’on ne s’y attendait, même s’il ne viola pas tout à fait Catherine Paysan sur le plateau de Bernard Pivot ni ne chia vraiment dans tous les salons qui s’ouvraient à lui. Or cet affreux personnage que l’alcool rendait encore plus méchant et sale qu’au naturel, était également une espèce d’écrivain et une sorte de poète, un écrivain « culte » comme on dit et un poète que d’aucuns dirent aussi important que William Blake, ce qui est aussi exagéré que faux. Mais le réduire à une nullité surfaite serait également injuste. Abstraction faite du mythe vivant et des séquelles de l’iconolâtrie d’époque, Charles Bukowski, dans la lignée de John Fante dont la découverte lui révéla les virtualités d’une poésie de la gadoue et du « vrai », a bel et bien laissé une œuvre, et considérable quoique inégale, dont la large partie autobiographique (mais aussi transposée que chez Céline, en nettement moins tenu quant à la musique et à l’inventivité verbale), autant que les nouvelles parfois étincelantes (disons une vingtaine de vrais joyaux dans un amoncèlement de choses excellentes ou de tout-venant vite fait sur le gaz) et les poèmes de plus en plus abondants, véritable ruissellement sur la fin, méritent plus qu’un regard condescendant. Etait-il, pour autant, indispensable de consacrer 386 pages à cette « vie de fou », qui confirme absolument la rumeur selon laquelle le vieux dégueulasse l’était plus encore qu’il ne l’a dit lui-même ? A vrai dire le ton et la façon de cette chronique signée Howard Sounes plaident pour la meilleure de ce récit plongeant immédiatement le lecteur dans le vif du sujet avec le récit d’une lecture publique, datant de 1972, au début de sa gloire dans l’underground californien, qui finit en imprécations et en injures comme à peu près toutes les interventions publiques de l’énergumène. Retraçant ensuite les tenants et l’évolution de cette vie longtemps mal barrée, l’auteur brosse son portrait en mouvement sur fond d’Amérique des marges, avant d’illustrer les accointances du poète « maudit » avec l’univers doré sur tranche de Hollywood (qu’il a lui-même décrit dans le récit éponyme), notamment dans ses relations avec un véritable ami, en la personne d’un certain Sean Penn, qui ne faillit lui casser la gueule qu’au soir où il se montra désobligeant à l’égard d’une certaine Madonna. Loin de se borner à de l’anecdote pipole, même si son livre en fourmille assez plaisamment, Howard Sounes s’attache également à l’évolution de l’œuvre et montre bien en quoi la poésie de Bukowski participe d’une sorte de rédemption, lacunaire mais réelle. Schubert dans le merdier, lumière très pure des choses ordinaires, proche parfois du lyrisme des poèmes de Carver, pas toujours faciles à traduire. Comme Verlaine filait de l’or pur dans sa propre abjection, « Hank » touche parfois à la grâce, souvent à l’émotion. De l’émotion : « …j’étais là à regarder passer les voitures dans la rue et je pensais ces veinards de fils de pute ne savent pas la chance qu’ils ont d’être niais et de pouvoir rouler au grand air pendant que je suis assis au bout de mon âge piégé rien qu’un visage à la fenêtre auquel personne n’a jamais prêté attention. » Et de la grâce : « et quand je pense qu’après ma mort, il y aura encore des jours pour les autres, d’autres jours, d’autres nuits, des chiens en maraude, des arbres tremblant dans le vent. Je ne laisserai pas grand-chose. Quelque chose à lire, peut-être. Un oignon sauvage sur la route écoeurée. Paris dans le noir ». Bukowski à Apostrophes "Ha ! Ha ! Ha ! Je me fous toujours dans des situations pas possibles. Mais quelle coterie de snobs ! C'était vraiment trop pour moi. Vraiment trop de snobisme littéraire. Je ne supporte pas ça. J'aurais dû le savoir. J'avais pensé que la barrière des langues rendrait peut-être les choses plus faciles. Mais non, c'était tellement guindé. Les questions étaient littéraires, raffinées. Il n'y avait pas d'air, c'était irrespirable. Et vous ne pouviez ressentir aucune bonté, pas la moindre parcelle de bonté. Il y avait seulement des gens assis en rond en train de parler de leurs bouquins ! C'était horrible... Je suis devenu dingue." (Extrait de l’entretien accordé par Charles Bukowski à Jean-François Duval en 1986) Howard Sounes. Charles Bukowski. Une vie de fou. Editions du Rocher, 386p. Charles Bukowski, Les jours s’en vont comme des chevaux sauvages dans les collines. Poèmes, Le Rocher. , Bukowski le dégueulasse : Passion de lire
  • Dès qu’apparaissent les symptômes caractéristiques de la formation de l’abcès (tuméfaction, chaleur, rougeur, douleur et purulence), donner en alternance : Wamiz, Soigner l'abcès du chien avec des soins naturels - Soins de la peau du chien - Wamiz
  • Pour s’en convaincre il suffit de regarder comment les pauvres gens du Donbass souffrent atrocement... Alors que le problème de la Crimée a été réglé en 2 coups de cuillère à pot, le Donbass fait figure de foyer de purulence. Poutine aurait pu infliger une sévère, rapide et humiliante défaite à l’Ukraine, mais il ne l’a pas fait. Il utilise plutôt ce foyer à son avantage et pendant ce temps ce sont les civils du Donbass qui trinquent. AgoraVox, Pourquoi Poutine « autorise-t-il » Israël à bombarder la Syrie ? - AgoraVox le média citoyen
  • Aussi dois-je te rappeler que notre office est de butiner l’ordure, de couvrir la purulence du monde de nos ailes et de nos antennes obscures pour en contenir les monstrueuses exhalaisons. Nous sommes les paravents qui sécurisent les convenances, la bienséance, la pudicité, l’éthique et toutes les commodités du goût. Notre rôle consiste en des interventions antiémétiques permanentes. Il nous revient non seulement de repérer et localiser l’insalubrité et les insanités, mais aussi d’humer et d’absorber les puanteurs nauséeuses, d’où qu’elles viennent, enfin de favoriser la décomposition accélérée des ordures tout en inventant, dans chaque cas, la science et la technologie les plus susceptibles d’aider à en faire du compost pour le jardin de l’humanité. camer.be, CAMEROUN :: Dr Fridolin NKE : NGANANG EST-IL LA PERSONNIFICATION DE L’ORDURE ? :: CAMEROON
  • Mais il serait injuste de ne pas signaler que ce désert, cher aux terroristes, est quand même cultivé. En effet, on y pratique une culture intensive : celle de la haine des Juifs suivie de près par celle de tous les autres infidèles lesquels ne sont que les chiens de l’islam. Ils en ont fait une oasis de purulence dont ses "chances" s'inspirent en France. Liberté d'expression, Les pires défenseurs des Palestiniens - Liberté d'expression
  • J’attends de lire ces intellectuels, qui représentent la même purulence que vous avez avec Pierre Bergé et son équipe, définir une voie médiane entre « islamisme » et « vassalisation économique par la voie libérale ». En attendant ni les uns ni les autres ne sont crédules, mais au moins les uns ont été élus. AgoraVox, Théorème du Singe - AgoraVox le média citoyen
  •  »Ce projet états-unien consiste à détruire sciemment des Etats stables, pour les transformer en foyers de purulence, livrés aux seigneurs de la guerre.«  AgoraVox, L'intervention militaire en Irak est une nouvelle faute des Etats-Unis - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « purulence »

Langue Traduction
Anglais purulence
Espagnol purulencia
Italien purulence
Allemand eiter
Chinois
Arabe قيحية
Portugais purulência
Russe гной
Japonais 化膿
Basque purulence
Corse purulenza
Source : Google Translate API

Synonymes de « purulence »

Source : synonymes de purulence sur lebonsynonyme.fr

Purulence

Retour au sommaire ➦

Partager