Punique : définition de punique


Punique : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PUNIQUE, adj. et subst. masc.

A. − HIST. ANC., adj. Qui est relatif aux colonies phéniciennes d'Afrique et principalement à Carthage et aux Carthaginois. Art, constitution, flotte, médaille, religion punique. Les habitants des terres puniques se distinguoient surtout par leur génie commerçant (Chateaubr.,Essai Révol., t. 1, 1797, p. 197):
Alors, désespérant de la république, Hamilcar leva de force dans les tribus tout ce qu'il lui fallait pour la guerre: du grain, de l'huile, du bois, des bestiaux et des hommes. Les habitants ne tardèrent pas à s'enfuir. Les bourgs que l'on traversait étaient vides, on fouillait les cabanes sans y rien trouver; bientôt une effroyable solitude enveloppa l'armée punique. Flaub.,Salammbô, t. 2, 1863, p. 7.
Guerres puniques. Les trois guerres des Romains contre Carthage. Dès la ruine de Carthage, du vivant même du fidèle Massinissa, les Romains prenaient ombrage du royaume des Numides qui ne leur était plus utile. Ils n'avaient pas voulu de leurs secours dans la dernière guerre punique (Michelet,Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 147).J'étais à deux doigts de ma perte, comme Rome aux pires temps des guerres puniques (Flaub.,Corresp., 1851, p. 306).
Au fig., littér. Qui évoque la ruse, la perfidie attribuées aux Carthaginois. Que disent de cette loyauté punique les économistes? (Proudhon,Syst. contrad. écon., t. 2, 1846, p. 62).Ce travail punique, incontestablement autorisé par la guerre qui admet le piège, était si bien fait que Haxo, envoyé par l'empereur à neuf heures du matin pour reconnaître les batteries ennemies, n'en avait rien vu (Hugo,Misér., t. 1, 1862, p. 384).
Foi punique. Mauvaise foi insigne. J'étais donc vivement inquiet de voir un mois s'écouler sans avoir de vos nouvelles. Je craignais tout de la foi punique (Rec. textes hist., 1799, p. 113).On aurait pu dire la foi romaine, à plus juste titre que la foi punique, tant Rome était habile à éluder ses serments ou hardie à les violer (Lamennais,Indifférence, t. 1, 1817-23, p. 282).
Empl. subst., rare. Les Phéniciens de Carthage. Les Grecs et les Puniques (Rob.).
B. − LING., adj. et subst. masc. Langue punique, le punique. Langue sémitique parlée par les Carthaginois. Ainsi, en Campanie, vers la fin de la république, on parlait: l'osque, comme les inscriptions de Pompéi en font foi; le grec, langue des colons fondateurs de Naples, etc.; le latin; peut-être même l'étrusque, qui avait régné sur cette région avant l'arrivée des Romains. À Carthage, le punique ou phénicien avait persisté à côté du latin (Sauss.1916, p. 267).C'est d'abord l'inscription en langue punique sur des tables de bronze, laissée par l'amiral carthaginois Hannon, dans un temple de Carthage (Hist. sc., 1957, p. 1345).
Prononc. et Orth.: [pynik]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. 1. a) Fin du xives. guerres puniques (Eustache Deschamps, Œuvres, VI, 287, 5 ds T.-L.); b) 1552 « relatif, propre à Carthage » (G. Postel, Hist. mem., f o79 r ods Gdf. Compl.); 2. 1721 subst. ling. (Trév., s.v. sufféte); 3. 1798 adj. « qui évoque la ruse, la perfidie que les Romains prêtaient aux Carthaginois » (Ac.). Empr. au lat.Punicus « relatif, propre à Carthage », Punica bella « guerres puniques », Punica fides « mauvaise foi ». Fréq. abs. littér.: 123.

Punique : définition du Wiktionnaire

Adjectif

punique \py.nik\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est relatif aux Carthaginois.
    • Médailles puniques.

Nom commun

punique \py.nik\ masculin au singulier uniquement

  1. (Linguistique) Langue sémitique parlée au travers de la civilisation carthaginoise en Afrique du Nord et dans plusieurs îles méditerranéennes par les Puniques entre 1100 et 700 av. J.-C.
    • Les Amazighs avant d’être confrontés aux Phéniciens, aux Romains, aux Byzantins, aux Vandales, aux Arabes, aux Turcs et aux Européens, avant de parler et d’écrire en punique, latin, grecque, arabe, français, espagnole, italien, avant d’adopter les trois religions monothéistes, étaient des Amazighs, parlaient en amazigh et écrivaient en Tifinagh tout naturellement. — (Mohand O. Khacer, La co-officialité de l’amazigh demeure un droit historique inaliénable (1ère partie), tamurt.info, 13 novembre 2012)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Punique : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PUNIQUE. adj. des deux genres
. Qui est relatif aux Carthaginois. Médailles puniques. La langue punique, La langue des Carthaginois. Les guerres puniques, Les trois guerres des Romains contre Carthage. Foi punique, Mauvaise foi insigne, par allusion à la perfidie dont les Romains accusaient les Carthaginois.

Punique : définition du Littré (1872-1877)

PUNIQUE (pu-ni-k') adj.
  • Qui est des Carthaginois. Médailles puniques.

    Guerres puniques, les trois guerres qui eurent lieu entre les Romains et les Carthaginois, et qui se terminèrent par la ruine de Carthage. Là commencent les guerres puniques : et les choses en viennent si avant, que chacun de ces deux peuples jaloux croit ne pouvoir subsister que par la ruine de l'autre, Bossuet, Hist. III, 7.

    Langue punique, langue que parlaient les Carthaginois ; elle appartient à la famille sémitique.

    Fig. Foi punique, mauvaise foi.

HISTORIQUE

XVe s. Les prouesses que fit li bons Bertrans Connestable du Guesclin qui engrans [désireux] Fut de garder l'utilité publique, Et qui maintint si sa guerre punique Sur les Anglois, que France reformée En fut…, Deschamps, Poés. mss f° 198.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Punique : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PUNIQUE, adj. (Hist. anc.) Les Romains qui étoient dans l’usage de corrompre les noms de toutes les nations étrangeres, appelloient les Carthaginois Pœni, vraisemblablement parce qu’ils tiroient leur origine de Phœnicie ; & l’on nommoit punicus ou punique ce qui leur appartenoit. C’est ainsi qu’on appelloit bella punica ou guerres puniques, les trois guerres dans la derniere desquelles la république des Carthaginois, ainsi que la ville de Carthage furent totalement détruites & soumises par les Romains.

Les auteurs ont été assez partagés sur la nature de la langue punique, c’est-à-dire de celle que parloient les Carthaginois ; quelques-uns ont cru que la langue punique & la langue arabe étoient les mêmes ; il ne nous en reste que quelques fragmens qui ont été conservés dans la comédie de Plaute, appellée pœnulus ou le petit carthaginois. Les Romains ont eu soin de détruire toutes les archives & les monumens historiques qui pouvoient conserver le souvenir d’une nation qui leur étoit odieuse. Des critiques très-célebres ont fait voir qu’originairement cette langue étoit la même que celle qui se parloit en Phoenicie, c’est-à-dire à Tyr, d’où Didon avoit fui pour fonder sa nouvelle colonie de Carthage. Cependant cette langue s’altéra avec le tems, & ne conserva pas la pureté de la langue hébraïque ou phoenicienne. Malgré ces variations on trouve une très-grande ressemblance entre la plûpart des noms propres des Carthaginois qui ont passé jusqu’à nous, & les noms hébreux ou phoeniciens. C’est ainsi que les noms Carthaginois Sichœus, Machœus, Amilco ou Himilcon, Hamilcar, Hanno, Hannibal, Asdrubal, Mago, Anna, Adherbal &c. ont une très-grande ressemblance avec les noms hébreux & phœniciens Zachœus, Michœus, Amalec, Melchior, Hinnon ou Hanon, Hana-baal, Ezra-baal, Magog, Hannah, Adar-baal &c. Le nom même de Carthage paroît dérivé du mot phoenicien charta, ville, & Aco nom propre, ce qui signifie la ville d’Aco. Il y avoit un port de ce nom près de Tyr.

Saint Augustin qui, étant évêque d’Hippone en Afrique, habitoit le pays occupé par les descendans des Carthaginois, nous apprend que la langue punique avoit de son tems quelque rapport avec le syriaque & le chaldéen. En 1718 M. Majus, professeur dans l’université de Giessen, publia une dissertation, dans laquelle il prouve que la langue que l’on parle aujourd’hui dans l’île de Malte, a beaucoup de rapport avec la langue punique. Les matériaux dont il s’est servi pour faire cette dissertation, lui avoient été fournis par un jésuite maltois, appellé le P. Ribier ou Riviere de Gattis ; on y voit que les Carthaginois ont été très-long-tems maîtres de l’île de Malte, & que leur langage, qui differe de toutes les autres langues connues, a conservé une très-forte teinture de l’ancienne langue punique. On démontre dans cette dissertation, que les nombres dont les Maltois se servent encore actuellement pour compter, sont les mêmes que dans le chaldéen ou le phœnicien. D’un autre côté Jean Quintinius Heduus, auteur qui vivoit à Malte dans le milieu du seizieme siecle, dit que l’on y parloit de son tems la langue africaine ou punique, que l’on voyoit encore dans l’île des piliers avec des inscriptions puniques, & que les Maltois entendoient très-bien les mots carthaginois qui se trouvent dans Plaute & dans Avicenne. Les Maltois ont encore dans leur langue un proverbe carthaginois, qui nous a été conservé par S. Augustin ; la peste a besoin d’une piece d’argent, donnez-lui en deux, elle vous quittera d’elle-même.

On voit par ce qui précede, que la langue punique avoit du rapport avec le phoenicien, l’hébreu & le chaldéen ; langues qui ont beaucoup d’affinité entre elles. On a trouvé des monnoies carthaginoises en Espagne & en Sicile ; les caracteres que l’on y voit ont assez de ressemblance avec ceux des Phoeniciens & même des Hébreux & des Assyriens. Voyez l’hist. univ. d’une société de gens de Lettres, publiée en anglois, à l’article des Carthaginois. (—)

Punique guerre. Les guerres puniques font la partie la plus intéressante de l’histoire des Romains. Ils n’eurent pas plutôt soumis les Latins, les Toscans, les Samnites & leurs alliés, qu’ils songerent à passer la mer. Le secours donné par les Carthaginois aux Tarentins en fut le prétexte, & la conquête de la Sicile le véritable sujet. Rome & Carthage s’acharnerent l’une contre l’autre ; le voisinage & la jalousie de ces deux grandes républiques, firent naître ces guerres sanglantes que tout le monde sait par cœur. La seconde fut la plus célebre.

Quand on examine bien cette foule d’obstacles qui se présenterent devant Annibal, & que cet homme extraordinaire les surmonta tous, on a le plus beau spectacle que nous ait fourni l’antiquité. Ce fut dans cette guerre que ce grand capitaine fit éclater ses talens supérieurs qui lui donnerent tant d’avantage sur les généraux romains : toujours juste dans ses projets, des vues immenses, le génie admirable pour distribuer dans le tems l’exécution de ses desseins, toute l’adresse pour agir sans se laisser appercevoir ; infini dans les expédiens, aussi habile à se tirer du péril qu’à y jetter les autres ; du reste sans foi, sans religion, sans humanité, & cependant ayant su se donner tous les dehors de ces vertus autant qu’il convenoit à ses intérêts.

Tel étoit le fameux Annibal lorsqu’il forma le plus hardi projet que jamais aucun capitaine eut osé concevoir, & que l’événement justifia. Du fond de l’Espagne il résolut de porter la guerre en Italie & d’attaquer les Romains jusque dans le centre de leur domination, sans y avoir ni places, ni magasins, ni secours assurés, ni espérance de retraite ; il traverse l’Espagne & les Gaules, passe les Alpes, & vient camper fierement jusques sur les bords du Thésin, où se donna la premiere bataille l’an de Rome 535, & où les Romains furent défaits. On sait qu’ils le furent une seconde, près de la riviere de Trébie. La perte qu’essuya Flaminius près du lac de Trasymene fut encore plus grande ; & la déroute de Cannes, l’an 537, mit Rome à deux doigts de sa ruine. Elle fut un prodige de constance dans cette occasion ; car abandonnée de presque tous les peuples d’Italie, elle ne demanda point la paix. Il ne fut pas même permis aux femmes de verser des larmes après cette funeste journée ; enfin, le sénat refusa de racheter les prisonniers, & envoya les miserables restes de l’armée faire la guerre en Sicile, sans récompense, ni aucun honneur militaire, jusqu’à ce qu’Annibal fût chassé d’Italie.

Les conquêtes même d’Annibal commencerent à changer la fortune de cette guerre. Il n’avoit pas été envoyé en Italie par les magistrats de Carthage ; il recevoit très-peu de secours, soit par la jalousie d’un parti, soit par la trop grande confiance de l’autre. Pendant qu’il resta avec son armée réunie, il battit les Romains ; mais lorsqu’il fallut qu’il mît des garnisons dans les villes, qu’il défendît ses alliés, qu’il assiégeât les places, ou qu’il les empêchât d’être assiégées, ses forces se trouverent trop petites ; & il perdit en détail une grande partie de son armée. Les conquêtes sont aisées à faire, parce qu’on les fait avec toutes ses forces : elles sont difficiles à conserver, parce qu’on ne les défend qu’avec une partie de ses forces.

Comme les Carthaginois en Espagne, en Sicile, & en Sardaigne, n’opposoient aucune armée qui ne fut malheureuse ; Annibal, dont les ennemis se fortifioient sans cesse, se vit réduit à une guerre défensive. Cela donna aux Romains la pensée de porter la guerre en Afrique : Scipion y descendit. Les succès qu’il y eut obligerent les Carthaginois à rappeller d’Italie Annibal, qui pleura de douleur, en cédant aux Romains cette terre, où il les avoit tant de fois vaincus. Tout ce que peut faire un grand homme d’état & un grand capitaine, Annibal le fit pour sauver sa patrie ; n’ayant pu porter Scipion à la paix, il donna une bataille, où la fortune sembla prendre plaisir à confondre son habileté, son expérience & son bon sens.

Carthage reçut la paix, non pas d’un ennemi, mais d’un maître : elle s’obligea de payer dix mille talens en cinquante années, à donner des ôtages, à livrer ses vaisseaux & ses éléphans ; & pour la tenir toujours humiliée, on augmenta la puissance de Masinisse son éternel ennemi.

Enfin les Romains se rappellant encore le souvenir des batailles de Trasymene & de Cannes, résolurent de détruire Carthage. Ce fut le sujet de la troisieme guerre punique. Le jeune Scipion, fils de Paul Emile, & qui avoit été adopté par Scipion, fils de l’Africain, démolit cette ville superbe, qui avoit osé disputer avec Rome de l’empire du monde. On en dispersa les habitans, & Carthage ne fut plus qu’un vain nom.

Cette ville ruinée éleva le cœur des Romains, qui n’eurent plus que de petites guerres & de grandes victoires, au lieu qu’auparavant ils avoient eu de petites victoires, & de grandes guerres. Bientôt ils soumirent l’orient & l’occident, portant jusques chez les peuples les plus barbares la crainte de leurs armes & le respect de leur puissance. Leurs mœurs changerent avec la fortune : le luxe de l’Orient passa à Rome avec les dépouilles des provinces. La douceur de vaincre & de dominer, corrompit cette exacte probité, auparavant estimée par leurs ennemis même. L’ambition prit la place de la justice dans leurs entreprises : une sordide avarice & la rapine succéderent à l’intérêt du bien public ; les guerres civiles s’allumerent, & l’état devint la proie du citoyen le plus ambitieux & le plus hardi. (D. J.)

Punique, pierre, (Hist. nat.) lapis punicus, nom donné par quelques auteurs à une pierre spongieuse, qui, pulvérisée, étoit un remede contre les maladies des yeux : il paroît que ce nom vient par corruption de pumex, pierre-ponce.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « punique »

Étymologie de punique - Littré

Lat. punicus, de pœnus, carthaginois, le même que φοίνιξ, phénicien.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de punique - Wiktionnaire

Du latin Punicus, « Carthaginois », venant de Poenus issu du grec ancien Φοῖνιξ, phoînix, « phénicien, carthaginois »[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « punique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
punique pynik play_arrow

Citations contenant le mot « punique »

  • Les guerres puniques, au nombre de trois, sont le nom donné aux affrontements sanglants ayant opposé Rome et Carthage pendant plus d'un siècle. De 264 à 146 av. J.-C., ces deux cités florissantes bataillèrent impitoyablement en Méditerranée pour conquérir des territoires toujours plus vastes. Futura, Qu'appelle-t-on les guerres puniques ?
  • En se tournant vers l’Ouest méditerranéen, Rome affronte cette puissante cité. C’est le début d’un long conflit, les "guerres puniques", qui durera presque un siècle (264 - 146 avant J.-C.). Geo.fr, Guerres puniques : comment les Romains ont rayé Carthage de la carte - Geo.fr
  • Il en va de même pour la religion. Les dieux vénérés dans les cités phéniciennes de Méditerranée occidentale provenaient aussi bien d’Egypte, de Grèce que d’Anatolie ou de Mésopotamie. Quant aux fameux sacrifices rituels d’enfants si souvent identifiés à la religion punique, ils n’étaient pas une caractéristique partagée par la totalité de la diaspora phénicienne mais seulement par quelques communautés comme Carthage ou les ports de Sardaigne. Libération.fr, Les Phéniciens, puniques mais pas uniques - Culture / Next
  • Luc Baray, archéologue et chercheur au CNRS, s’intéresse justement aux pires ennemis de Rome, Celtes et Carthaginois, tous unis dans un même projet, la chute de Rome durant la seconde guerre punique. France Culture, Mes pires ennemis : Hannibal et les Celtes
  • Au début de la première guerre punique (264 av. J.C.), Carthage est un vaste empire maritime, puissance dominante de la mer Méditerranée alors que Rome est la puissance montante en Italie. , HISTOIRE - Les guerres puniques : à la conquête de la Sicile | lepetitjournal.com
  • Les péripéties vont s'enchaîner à un rythme endiablé pour le plus grand plaisir du lecteur, le tout entrecoupé de passages venant apporter un éclairage historique sur les guerres puniques ainsi que des passages consacrés au récit fantaisiste des aventures de son père par le baron de Münchhausen. Cette histoire est évidemment fortement inspirée des aventures de Jules Verne mais de manière parfaitement assumée, lui rendant ainsi un magnifique hommage.  LExpress.fr, Guerres puniques, sauce british - L'Express
  • Paru récemment aux éditions Anep ce livre de 350 pages fournit des aperçus sur des figures allant de Sophonisbe ( 235 -203 av.J.C.), princesse carthaginoise d'abord promise à Massinissa et qui a épousé Syphax lors de la deuxième guerre punique jusqu'aux icônes sportives que sont les judokates Salima Souakri et Soraya Haddad et la championne olympique du 1500m Nouria Mérah-Benida. , Parution de l'ouvrage "Femmes ayant marqué l'histoire de l'Algérie" de Mostéfa Khiati
  • Si Scipion l’Africain est arrivé à raser cette ville lors de la troisième guerre punique, en 146 av. J.-C., les Romains ont par la suite couvert leur nouvelle capitale africaine d’innombrables mosaïques, qui en font toujours l’orgueil. Même si les plus remarquables d’entre elles ont été transférées au Musée du Bardo – lui aussi devenu tristement notoire –, des pans entiers de ces fins ouvrages parent encore ce qu’il reste de Carthage. Et c’est là que j’ai failli étrangler la « conseillère en voyages » qui a fait augmenter ma pression en quelques nanosecondes. Accès Laurentides, TUNISIE - Accès Laurentides

Traductions du mot « punique »

Langue Traduction
Corse punica
Basque puniko
Japonais プニック
Russe пунический
Portugais púnico
Arabe البونيقية
Chinois 布尼奇
Allemand punisch
Italien punico
Espagnol púnico
Anglais punic
Source : Google Translate API

Synonymes de « punique »

Source : synonymes de punique sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires