La langue française

Protée

Sommaire

  • Définitions du mot protée
  • Étymologie de « protée »
  • Phonétique de « protée »
  • Citations contenant le mot « protée »
  • Traductions du mot « protée »

Définitions du mot protée

Trésor de la Langue Française informatisé

PROTÉE, subst. masc.

A.− Littér. [Parfois avec une majuscule]
1. Gén. péj. Personne qui change constamment d'apparence, d'attitude ou d'opinion; personne qui joue toutes sortes de rôles, de personnages. C'est un protée, il est dans la même heure Jocrisse, Janot, Queue-Rouge, ou Mondor, ou Harpagon, ou Nicodème (Balzac, Cous. Pons,1847, p. 108):
Le monde de la politique ou des affaires a ses protées aux multiples visages, mais les tentations protéiformes du monde moderne sont moins redoutables que les fabuleuses apparitions de la légende antique. Dansel1979.
En appos. avec valeur d'adj. On voit défiler [au music-hall] toutes les sortes d'acrobates, des danseurs (...) des chanteurs en toutes langues, des imitateurs et des hommes protées, des parodistes (Arts et litt.,1935, p. 76-16).
2. Chose qui se présente sous les aspects les plus divers. Le doute revêt une foule de formes; c'est un Protée qui souvent s'ignore lui-même (Baudel., Salon,1846, p. 175).Véritable protée physiologique, la vigne est également un protée morphologique (Levadoux, Vigne,1961, p. 23).
En appos. avec valeur d'adj. Cet élément protée [la peinture] capable d'être tous les autres et en même temps d'exciter des plaisirs qui ne sont qu'à lui (Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 199).
B.− ZOOLOGIE
1. HERPÉTOL. Amphibien cavernicole, au corps mince, nu, non pigmenté, virant au noir à la lumière, aux membres réduits, aux yeux rudimentaires recouverts de peau (d'apr. Animaux 1981). Les protées conservent peut-être, pendant toute leur vie, des poumons et des branchies, à moins que des observations ultérieures ne prouvent que ces derniers sont des larves de salamandres (Cuvier, Anat. comp.,t. 4, 1805, p. 348).Le célèbre protée est un batracien vraiment troglobie puisqu'il passe toute sa vie dans les rivières souterraines des Balkans et qu'il meurt presque toujours rapidement s'il s'est laissé entraîner au dehors par une crue brutale de son cours d'eau natal (Gèze, Spéléol. sc.,1965, p. 153).
2. Synon. anc. de amibe.Le genre Amibe, établi par M. Bory pour le Protée de Roesel et le Proteus diffluens de Müller (F. Dujardin, Hist. nat. des Zoophytes,Infusoires, 1841, p. 231).
Prononc. et Orth. : [pʀ ɔte]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. A. 1. 1555 Prothé « personne qui change sans cesse d'opinions, de forme, d'humeur, etc. » (Ronsard, Continuation des Amours I, 12 ds Œuvres complètes, éd. P. Laumonier, t. 7, p. 116 : ce monstrueux Prothé [ici : le public des lecteurs au goût changeant]); 1563 Prothée (Id., Responce aux injures, 984, t. 11, p. 166); 1565 Protées plur. (Id., Élégies, t. 13, p. 103); 2. 1685 « ce qui peut prendre des formes diverses » (La Fontaine, Remerciement à l'Académie fr. ds Œuvres, éd. H. Régnier, t. 8, p. 308 : l'esprit des François est un véritable Protée). B. 1. 1800 zool. synon. anc. de amibe (Boiste); 2. 1805 « sorte de batracien urodèle » (Cuvier, op. cit., p. 332). Empl. comme nom commun de Protée, nom d'un dieu marin de la mythol. gr. qui avait le don de se métamorphoser à volonté, du lat. Proteus (également att. au sens fig. « homme versatile »), empr. au gr. Π ρ ω τ ε υ ́ ς. Au sens B 1, empr. au lat. sc. Proteus (1755, Roesel, Insecten Belustigungen t. 3, p. 621 ds Neave), au sens B 2, empr. au lat. sc. Proteus (1768, J. N. Laurenti, Synopsis Reptilium, Vienne, p. 35 ds Agassiz Rept. et Neave). Fréq. abs. littér. : 30.
DÉR. 1.
Protéen, -éenne, adj.,littér. Qui peut prendre les formes les plus variées, qui se présente sous des aspects très divers. Synon. protéiforme.a) [En parlant d'une pers.] Écrivain protéen et prolifique, Anthony Burgess sait traverser siècles, sociétés et genres littéraires en faisant montre d'un mimétisme éblouissant et dans le langage et dans la reproduction caricaturale des plus diverses visions du monde (Le Monde, 1remars 1969, p. I, col. 1).b) [En parlant d'un inanimé] Le désir sous toutes ses formes; la volupté dans tous ses rythmes; l'amour dans toutes ses incarnations protéennes; toute la femme, ses spasmes et ses larmes; ses désespoirs et ses ivresses (Péladan, Vice supr.,1884, p. 64).Dans le diptyque humain (...), Wilde (...) représente l'élément de fixité (...) Gide, tout à l'inverse, l'élément protéen, l'esprit de métamorphose qui ne se sent fidèle qu'alors que fidèle à son infidélité (Du Bos, Journal,1927, p. 364).− [pʀ ɔteε ̃], fém. [-eεn]. − 1resattest. 1571 protean (M. De La Porte, Épithètes, fo79 ro: Desguiseure fainte, colore [...] proteanne, masquee) − 1580, Id., ibid., éd. 1580, fo145 vods Hug., attest. isolées, à nouv. 1869 protéen (Littré); de protée, suff. -éen (-ien*).
2.
Protéique, adj.,littér., rare. Synon. de protéiforme.L'amour-propre aux mille formes (...) est le plus protéique de nos démons intérieurs (Mounier, Traité caract.,1946, p. 545).− [pʀ ɔteik]. − 1reattest. 1910 (Combarieu, Mus., p. 327); de protée, suff. -ique*.
3.
Protéisme, subst. masc.Tendance à se transformer, à prendre des formes variables. Ces femmes à caprices brusqués possèdent une facilité d'oubli qui s'explique, comme les subites virevoltes de ces caprices, par le protéisme inconscient de leurs personnalités (Bourget, Conflits int.,1925, p. 112).À cause de son protéisme, la magie suscite des interprétations multiples (Philos., Relig., 1957, p. 42-14).− [pʀ ɔteism̭]. − 1reattest. 1826 (Dict. des gens de lettres vivants, art. Desrosiers, pp. 99-100, Marchands de nouveautés ds Quem. DDL t. 21); de protée, suff. -isme*.
BBG. − Quem. DDL t. 21.

Wiktionnaire

Nom commun 1

protée \pʁɔ.te\ masculin

  1. (Littéraire) Homme qui change continuellement de manières, d’opinions, qui joue toutes sortes de rôles.
    • Cet homme est un vrai protée.
  2. (Zoologie) Amphibien urodèle cavernicole à branchies persistantes.
    • Dans l’obscurité des cavernes, les protées sont blancs ; exposés à la lumière, ils se couvrent de taches brunes ou noires.
  3. (Entomologie) Papillon de la famille des Lycaenidae, aussi appelé « azuré des mouillères ».

Nom commun 2

protée \pʁɔ.te\ féminin

  1. (Botanique) Plante de la famille des Protéacées.
    • La protée royale est l’emblème floral de l’Afrique du Sud.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PROTÉE. n. m.
Nom d'un Personnage mythologique, qui, dans le langage courant, désigne un Homme qui change continuellement de manières, d'opinions, qui joue toutes sortes de rôles. Cet homme est un vrai protée.

Littré (1872-1877)

PROTÉE (pro-tée) s. m.
  • 1Terme du polythéisme. Divinité de la mer qui, lorsqu'on la saisissait endormie pour lui faire prédire l'avenir, se changeait en toute sorte de formes effrayantes ; c'était le pasteur des animaux marins (Protée avec une majuscule). Tel que le vieux pasteur des troupeaux de Neptune, Protée, à qui le ciel, père de la fortune, Ne cache aucuns secrets, Sous diverse figure, arbre, flamme, fontaine, S'efforce d'échapper à la vue incertaine Des mortels indiscrets, Rousseau J.-B. Ode au comte de Luc. Ce Protée dont la fable raconte tant de merveilles n'était qu'un de leurs danseurs qui, par la rapidité de ses pas et la force de son expression, semblait à chaque instant changer de forme, Cahusac, Dans. anc. et mod. I, III, 2.
  • 2 Fig. Homme qui joue toutes sortes de personnages (protée avec une minuscule). Vous [Alcibiade] êtes un protée qui prenez indifféremment toutes les formes les plus contraires, parce que vous ne tenez à aucune, Fénelon, Dial. des morts anc. XVII. Le ministre ou le plénipotentiaire est un caméléon, est un protée, La Bruyère, X. On prétend qu'il [Mélanchthon] changea quatorze fois de sentiment sur le péché originel et sur la prédestination ; on l'appelait, dit-on, le protée de l'Allemagne, Voltaire, Mél. litt. Lett. au prince de ***, VI.
  • 3 Fig. Il se dit des choses qui se présentent sous des formes diverses. Je conviens qu'il y a dans la substance une première détermination essentielle ; mais c'est là un protée qui prend plaisir à se présenter à moi sous mille formes différentes, et qui me défie de le saisir sous aucune, Condillac, Traité des syst. 10.

    Terme d'alchimie. Protée des philosophes, le mercure, ainsi dit à cause de sa fluidité merveilleuse et de ses différentes préparations.

  • 4 Terme de zoologie. Genre de reptiles batraciens.

    Genre d'animalcules infusoires, dit aujourd'hui genre amibe.

  • 5 S. f. Terme de botanique. Genre de plantes, type de la famille des protéacées, et dans lequel on distingue la protée argentée, dite arbre d'argent, bois d'argent, parce que ses jeunes pousses ont des feuilles blanches et comme argentées.

HISTORIQUE

XVIe s. La marine est plus arrestée [qu'une dame infidèle], Et du ciel les hauts mouvements ; Bref, tout ce qu'on lit de Protée Ne s'egale à ses changemens, Desportes, Amours diverses, XXIX, Chanson.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PROTÉE, s. m. (Mythol.) la fable nous donne Protée pour un dieu de la mer, fils de Neptune & de l’Océan. Ceux qui ont lu l’Odyssée & les Géorgiques, doivent savoir par cœur tout ce qui le regarde. Il avoit le don de connoître les choses cachées, & de prédire l’avenir. Virgile nous l’apprend :

Est in carphato Neptuni gurgite vates
Coeruleus Proteus.

Ce don de connoître les choses cachées étoit la récompense du soin qu’il prenoit de faire paître sous les eaux les monstres qui composoient le troupeau du dieu des mers ; mais il n’annonçoit pas ces prophéties, comme tant d’autres, de gaieté de cœur : quand on vouloit tirer de lui des lumieres sur l’avenir, il se transformoit en toutes sortes de figures ; & ce n’étoit qu’à force de violences qu’on venoit à bout de le faire parler. Virgile nous assure encore cette particularité.

Ille suæ contra non immemor artis
Omnia transformat sese in miracula rerum,
Ignemque, horribilemque feram fluviumque liquentem.

C’est-à-dire,

Tel que le vieux pasteur des troupeaux de Neptune,
Protée à qui le ciel, pere de la Fortune,
Ne cache aucuns secrets,
Sous diverse figure, arbre, fleuve, fontaine,
S’efforce d’échapper à la vue incertaine
Des mortels indiscrets.

Homere raconte, Odyssée, livre IV. que Ménélas, de retour de Troie, ayant été jetté par la tempête sur la côte d’Egypte, y fut retenu vingt jours entiers sans pouvoir en sortir. Dans cette triste situation, il alla consulter Protée, ce vieillard marin de la race des immortels, principal ministre de Neptune, & toujours vrai dans ses réponses. Eidothée sa propre fille voulut bien instruire Ménélas de la maniere dont il devoit se conduire pour tirer de son pere la connoissance de l’avenir.

Tous les jours vers l’heure du midi, lui dit-elle, Protée sort des antres profonds de la mer, & va se coucher sur le rivage au milieu de ses troupeaux. Dès que vous le verrez assoupi, jettez-vous sur lui, & serrez-le étroitement malgré tous ses efforts ; car pour vous échapper il se métamorphosera en mille manieres ; il prendra la figure de tous les animaux les plus féroces ; il se changera même en eau, ou bien il deviendra feu : que toutes ces formes affreuses ne vous épouvantent point, & ne vous obligent point à lâcher prise ; au contraire liez-le, & le retenez plus fortement. Mais dès que revenu à la premiere forme où il étoit quand il s’est endormi, il commencera à vous interroger ; alors n’usez plus de violence : vous n’aurez qu’à le délier, & lui demander ce que vous voulez savoir, il vous enseignera les moyens de retourner dans votre patrie ; il vous instruira même de tout le bien & de tout le mal qui est arrivé chez vous pendant votre voyage.

Je laisse Ménélas au milieu des transports de sa joie & de sa reconnoissance ; ou plutôt j’abandonne les fictions d’Homere pour donner la véritable histoire de Protée.

C’étoit un roi d’Egypte qui regna deux cens quarante ans après Moïse ; il avoit appris à prédire les révolutions du cours des planetes par une étude profonde de l’Astronomie. Quant à ses métamorphoses, dit Diodore de Sicile, c’est une fable qui est née chez les Grecs d’une coutume qu’avoient les rois égyptiens. Ils portoient sur leur tête pour marque de leur force & de leur puissance, la dépouille d’un lion ou d’un taureau ; ils ont même porté des branches d’arbres, du feu, & quelquefois des parfums exquis. Ces ornemens servoient à les parer, & à jetter la terreur & la superstition dans l’ame de leurs sujets. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « protée »

(1568) De Protée qui avait la propriété de changer d’apparence. (Amphibien) (1805) De Protée, car l’amphibien change de couleur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Πρωτεὺς, de πρῶτος, proprement le premier-né, le vieux de la mer ; comparez Πρωτὼ, nom d'une néréide.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « protée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
protée prɔte

Citations contenant le mot « protée »

  • Selon la presse britannique, pour son mariage à Edoardo Mapelli Mozzi, la princesse Beatrice a emprunté, à sa grand-mère Elizabeth II, une robe et un diadème. Pour les connaisseurs de la monarchie britannique, cités par Parismatch, la robe de mariée choisie par la fille du prince Andrew et de Sarah Ferguson a été protée à plusieurs reprises par la reine Elizabeth II. Bénin Web TV, Reine Elizabeth II: la princesse Béatrice d'york emprunte sa robe de mariée - Bénin Web TV
  • Le protée a un cycle de vie extrêmement lent : il peut vivre plus de 100 ans, son cycle de reproduction dure 12 ans et en cas de disette, il est capable de réduire son métabolisme et de jeûner jusqu'à 10 ans. Autant dire qu'il faut s'armer de patience pour étudier son comportement. Deux zoologistes de l'université de Budapest (Hongrie) se sont attelés à la tâche et ont suivi 19 spécimens dans une grotte de Bosnie-Herzégovine entre 2010 et 2018, en leur injectant un pigment sur la queue pour les reconnaître. Ils ont ensuite effectué des visites régulières dans la grotte pour marquer leur position. Futura, Brève | Incroyable : cette salamandre n'a pas bougé pendant 7 ans !

Traductions du mot « protée »

Langue Traduction
Anglais proteus
Espagnol proteo
Italien proteus
Allemand proteus
Chinois 变形蛋白
Arabe بروتين
Portugais proteus
Russe протей
Japonais プロテウス
Basque proteus
Corse prutezzione
Source : Google Translate API
Partager