La langue française

Pourpris

Sommaire

  • Définitions du mot pourpris
  • Étymologie de « pourpris »
  • Phonétique de « pourpris »
  • Citations contenant le mot « pourpris »
  • Images d'illustration du mot « pourpris »
  • Traductions du mot « pourpris »
  • Synonymes de « pourpris »

Définitions du mot « pourpris »

Trésor de la Langue Française informatisé

POURPRIS, subst. masc.

Vx. littér.
A.− Enceinte, clôture qui entoure un espace. Le pourpris d'un temple, le pourpris d'un champ (Ac.).Et par delà l'allée au vert et haut pourpris, Dans la campagne il est, bien humble et sans feuillée, Un sentier (Sainte-Beuve, Pens. août,1837, p. 331).
B.− P. méton. Espace ainsi entouré, enclos, jardin. Il avait coutume chaque soir, en cette charmante maison sise rue Galilée dans le pourpris du Palais-Royal (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 227).Comment lier en une candide gerbe ces fleurs plaintives que les moines cultivèrent dans les pourpris des cloîtres (Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 38).Elle recevait souvent les Dames du ciel dans son petit jardin, contigu au pourpris de l'église (A. France, J. d'Arc,t. 1, 1908, p. 49).
C.− Vx. Lieu, local, demeure, habitation. Au premier étage le jeune homme s'arrêta. − Nenni, dit Cornélius. Diable! ce pourpris est le gîte où le roi prend ses ébats (Balzac, MeCornélius,1831, p. 231).Dieu nous garde, si vous êtes chair et os, et, si vous n'êtes pas fantômes, d'héberger en notre pourpris des païennes ou tout au moins des schismatiques (Bertrand, Gaspard,1841, p. 152).
Poét. (Le céleste) pourpris, le pourpris du ciel. Le séjour céleste. Les étoiles éteintes, une à une, jaillissent du néant, comme une procession de candélabres, pour que leur maître regarde, sous le pourpris du ciel, si leur front ne pâlit pas (Quinet, Ahasvérus,1833, 4ejournée, p. 314).Mon soliloque achevé, je me pris à contempler le ciel et son divin pourpris (M. de Guérin, Poés.,1839, p. 103).
Prononc. et Orth. : [puʀpʀi]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1165-70 « terrain cultivé, jardin » (Chrétien de Troyes, Erec, éd. M. Roques, 5350); 2. 1553 celestes pourpris « le ciel » (O. de Magny, Les Amours, éd. E. Courbet, 59 ds IGLF). Part. passé empl. subst. de porprendre « investir; occuper; entourer » (dep. ca 1100, Roland, éd. J. Bédier, 805), dér. de prendre*. Fréq. abs. littér. : 18. Bbg. Gohin 1903, p. 309.

Wiktionnaire

Nom commun

pourpris \puʁ.pʁi\ masculin

  1. (Vieilli) Enceinte, enclos, ce qui enferme un lieu, un espace.
    • Dieu nous garde, si vous êtes chair et os, et si vous n'êtes pas fantômes, d'héberger en notre pourpris des païennes ou tout au moins des schismatiques! — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Comment lier en une candide gerbe ces fleurs plaintives que les moines cultivèrent dans les pourpris des cloîtres, alors que l’hagiographie était la sœur de l’art barbare et charmant des enlumineurs et des verriers, de l’ardente et de la chaste peinture des Primitifs ? — (Joris-Karl Huysmans, En route, 1895)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

POURPRIS (pour-prî ; l's se lie : un pour-pri z étendu) s. m.
  • Enceinte, habitation. De pilastres massifs les cloisons revêtues En moins de deux instants s'élèvent jusqu'aux nues ; Le chaume devient or, tout brille en ce pourpris, La Fontaine, Phil. et Bauc. Eh ! morbleu, c'est dans le pourpris Du brillant palais de la lune… Qu'un honnête homme fait fortune, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 164.

    Poétiquement. Le céleste pourpris, les célestes pourpris, les cieux. Les habitants des célestes pourpris.

HISTORIQUE

XIIIe s. Dehait [malheur] ait, fors vous solement, Qui en ces porpris [jardins] l'amena, la Rose, 2943. Quant aucun valet [jeune homme] y va por l'amor d'une mescine [jeune fille] qui maint en l'hostel, et il est trovés el porpris…, Beaumanoir, XXXIV, 46.

XVIe s. L'immensité ne sera point prouvée, jusques à ce qu'ils ayent prouvé qu'il [Dieu] est partout sans distance ne pourpris, Calvin, Instit. 1125. Comme Romulus feist faire un fossé à l'entour du pourpris qu'il vouloit enfermer de murailles, Remus s'en moqua, Amyot, Rom. 15. Il n'y a point de vol de chapon par laditte coustume, ains [il] aura l'hostel avec le pourpris, et s'entend ledit pourpris la closture, ou fossez s'il n'est clos, Nouv. coust. génér. t. III, p. 212. Au celeste pourpris, D'Aubigné, Tragiques, édit. LALANNE, p. 201.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

POURPRIS, s. m. (Droit coutum.) le mot est ancien, & il n’est guere plus connu que dans les coutumes. Froissard a dit, vol. I. ch. xiij. « & furent ordonnés gens d’état autour de lui qui bien savoient que l’on devoit faire, mais point ne le devoient laisser passer, ni aller hors du pourpris ». Et dans le roman de la Rose :

Si ce pourpris ne peut garder
Tout vif me puisse-t-on larder
Si jamais hom vivant y entre.

Ce terme signifie, selon Raqueau, l’enclos, les environs & prochaines clôtures de quelque lieu seigneurial, châtel, manoir & hôtel noble ou de l’église.

Il est dit dans l’article 68, tit. IV. de la coutume de Nivernois, que le « dénombrement doit contenir tous les droits, prérogatives, prééminence du fief, ensemble les châtel, maison, grange, pourpris & domaine, &c ».

On lit aussi dans la coutume de Bretagne, article 541, les maisons, fiefs, terres, de convenans, & domaines congeables nobles, & autres terres nobles, soit d’ancien patrimoine ou d’acquêt, & les meubles seront partagés noblement entre les nobles qui ont eux & leurs prédécesseurs dès & auparavant les cent ans derniers vécus, & se sont comportés noblement, & aura par préciput en succession de pere & de mere & en chacun d’icelles le château ou principal manoir, avec le pourpris, qui sera le jardin, colombier & bois de décoration, & outre les deux tiers, &c. & par l’article 621. il est dit que bois pris outre la volonté de celui à qui il est ne porte crime, s’il n’étoit charpenté pour merrain à édifier, &c. ou qui est pourpris & hébergemens, & prochaines clôtures de la maison pour la décoration d’icelle. Aubry sur Richelet.

En poésie le céleste pourpris veut dire le ciel, la voûte azurée. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pourpris »

Participe passé pris substantivement de l'ancien verbe pourprendre, de pour et prendre ; picard, pourprins, enclos.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du masculin du participe passé de porprendre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pourpris »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pourpris purpri

Citations contenant le mot « pourpris »

  • Appelé autrefois Polgelou, du nom d’un chevalier (1245), puis Poulguilou, Poulguidou est ancré dans l’histoire. Le lieu abrita un château fort (motte féodale du XIe ou XIIIe siècle) dont il ne reste que le tertre. La seigneurie comprenait un manoir et divers bâtiments. De mariages en héritages, elle fut propriété de plusieurs maisons nobles finistériennes et d’un riche marchand pontécrucien. Un aveu au roi de 1699 mentionne : « Le manoir de Poulguillou, consistant en vieilles ruines, vieilles douves, colombier, estang, moulin et pourpris, plus deux métairies nobles ». À la fin du XVIIIe siècle, une partie du domaine fut acquise par les Piriou, minotiers à Pont-Croix. La force motrice étant insuffisante pour entraîner la roue, la maison, qui n’a de moulin que le nom, faisait office de vanne régulant le débit d’eau pour les moulins jusqu’à Keridreuff. Ses gardiens successifs, locataires, occupèrent les lieux jusqu’aux années 60 et un bistrot-épicerie y exista entre 1910 et 1950. La maison fut pillée dans les années 70-80. Le Telegramme, Moulin de Poulguidou : des souvenirs sous la friche - Capsizun - Le Télégramme
  • Le prieuré est reconstruit en 1614 par Jean Bouchard, abbé de Prières (Billiers) et prieur de Locoal : « Un grand corps de logis et un pavillon couverts d’ardoises, bâti de pierres de taille, avec fuie et colombier, jardins et pourpris, un pré enclos de murailles et, en la basse-cour, un logis couvert de chaume ». Et en plus de l’église, le prieuré comptait une chapelle dédiée à Saint-Gildas. Le Telegramme, Le Télégramme - Locoal-Mendon - Alain Barrière avait emporté le prieuré de Locoal à Carnac

Images d'illustration du mot « pourpris »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pourpris »

Langue Traduction
Anglais purple
Espagnol púrpura
Italien viola
Allemand lila
Chinois 紫色
Arabe أرجواني
Portugais roxa
Russe пурпурный
Japonais 紫の
Basque morea
Corse purpura
Source : Google Translate API

Synonymes de « pourpris »

Source : synonymes de pourpris sur lebonsynonyme.fr
Partager