La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « poumon »

Poumon

Variantes Singulier Pluriel
Masculin poumon poumons

Définitions de « poumon »

Trésor de la Langue Française informatisé

POUMON, subst. masc.

A.− ANATOMIE
1. Organe principal de la respiration des mammifères, des oiseaux, des reptiles et de certains invertébrés, où se font les échanges gazeux entre l'organisme et le milieu extérieur, constitué d'un tissu spongieux, extensible, très vascularisé. Synon. (en bouch.) mou.Classe de vertébrés à sang froid caractérisés par la présence de branchies dans leur jeune âge (têtards) et de poumons à l'état adulte (Coupin, Animaux de nos pays,1909, p. 166).Lorsqu'on examine au microscope, une coupe pratiquée dans un poumon de mammifère on observe immédiatement un très grand nombre de « trous » qui sont les cavités des alvéoles pulmonaires, pleines d'air chez l'être vivant (Camefort, Gama, Sc. nat.,1960, p. 142):
On réserve d'ordinaire le nom de voix au son que les animaux produisent en faisant sortir l'air de leurs poumons, au travers de leur glotte : dans ce sens il n'y a que les animaux à poumons c'est-à-dire, les mammifères, les oiseaux et les reptiles, qui aient une voix. Cuvier, Anat. comp.,t. 4, 1805, p. 445.
2. En partic. Chacun des deux organes respiratoires de l'homme situés dans la cavité thoracique (l'un à droite divisé en trois lobes, l'autre à gauche divisé en deux lobes), séparés par le médiastin et entourés par la plèvre. Avoir de bons poumons; des poumons robustes, solides; poumon congestionné, tuberculeux; cancer, gangrène, lésion, perforation, ulcération du poumon; radiographie des poumons. Le parfum des orangers devenait plus pénétrant; on le respirait avec ivresse, en élargissant les poumons pour le boire profondément (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Sœurs R., 1884, p. 1265).Le poumon, dit Laguesse, est un arbre creux, ramifié presque à l'infini, dont les nombreuses branches sont les bronches, dont les rameaux ultimes ou canaux alvéolaires s'élargissent, s'alvéolisent et changent de structure pour revêtir les caractères des surfaces respiratoires (A. Calmette, Infection bacill. et tubercul.,1920, p. 128).Je ne pus douter que mon état lui paraissait assez grave. Il prescrivit je ne sais plus quel révulsif pour décongestionner mes poumons, et promit de revenir le lendemain (Gide, Si le grain,1924, p. 559).
MÉD. Poumon artificiel, d'acier. Appareil de respiration artificielle constitué d'une caisse étanche, dans lequel le malade atteint de paralysie respiratoire est allongé, et qui entretient la ventilation pulmonaire de celui-ci. Locaux comportant six à dix chambres d'isolement pour le traitement des formes respiratoires spinales ou bulbaires, et dotés de l'équipement nécessaire en appareils respirateurs des différents types : − appareils classiques (poumons d'acier); − appareils en cuirasse : fonctionnant d'une façon autonome, susceptibles d'être utilisés lors du transport du malade (Organ. hospit. Fr.,1957, p. 36).
Locutions
Cracher ses poumons (pop.). Tousser, expectorer abondamment par le fait de la tuberculose pulmonaire ou d'une cause irritante. Les deux amis étaient jetés dans l'orangerie, au milieu de milliers de prisonniers qui remplissaient l'immense cave. Toute pleine d'une poussière blanche, que le pas de chaque prisonnier soulevait, faisant des « nuages d'albâtre » dans lesquels tout le monde toussait à cracher ses poumons (Goncourt, Journal,1872, p. 866).Une femme maigre et brune, debout, les dévisageait; pendant que, derrière elle, dans l'ombre, apparaissait le profil noyé d'un petit homme pâlot, en train de cracher ses poumons (Zola, L'Œuvre,1886, p. 68).P. métaph. En quelques kilomètres on passe de deux cent cinquante mètres d'altitude à plus de mille mètres. La voiture crache ses poumons et sue dans son radiateur (T'Serstevens, Itinér. esp.,1933, p. 61).
Aspirer, respirer à pleins poumons. Respirer profondément. Quand le chasseur part le matin, aux premières blancheurs de l'aube, rempli d'ardeur et d'espérance, il aspire l'air à pleins poumons (Sandeau, Mllede La Seiglière,1848, p. 200).Emmanuel se pencha à la fenêtre. Il respira à pleins poumons une odeur de lilas, puis, tournant sur lui-même, commença ses ablutions (Roy, Bonheur occas.,1945, p. 351).P. métaph. Après tant de jours passés dans un lourd recueillement, Anna aspirait à pleins poumons cette vie qui s'élargissait à la lumière (Reider, MlleVallantin,1862, p. 122).
P. méton. Voix considérée du point de vue du souffle qui lui confère sa force. Avoir du poumon, de bons poumons; crier, brailler à pleins poumons, de tous ses poumons. Synon. s'époumonner.Chacun parlait sans attendre que son tour fût venu et criait de toute la force de ses poumons (Janin, Âne mort,1829, p. 114).Allons le débaucher! Ohé! Camarades! Qui est-ce qui vient débaucher Cloquet? Les deux mains en porte-voix, Tournabien avait crié cela de tous ses poumons (R. Bazin, Blé,1907, p. 113).Son principal moyen d'action, c'étaient ses réunions publiques où il tombait, à la force du poumon, la candidature rivale (A. France, Île ping.,1908, p. 345).
P. métaph. En se penchant par une des ouvertures ménagées au-dessous du pont [du navire], on aperçoit les gigantesques poumons d'acier qui halètent dans la poitrine du monstre (Bourget, Ét. angl.,1888, p. 7).
B.− P. anal. Espace dont la couverture végétale est propre à entretenir le renouvellement de l'air d'un lieu. Parcs entourant des demeures princières, jardins attenant à des maisons bourgeoises, promenades ombragées occupant l'emplacement d'une ceinture militaire démantelée. Les deux derniers siècles ont entamé avec voracité ces réserves, authentiques poumons de la ville (Le Corbusier, Charte Ath.,1957, p. 39).
REM.
Poumonique, adj.,vieilli. Atteint de tuberculose pulmonaire. Synon. poitrinaire, pulmonique (vieilli), tuberculeux.Donnez-moi le feu et une poignée de fougère sèche. C'est bien! soufflez à présent; vous n'êtes pas poumonique? (Sand, Mare au diable,1846, p. 72).
Prononc. et Orth. : [pumɔ ̃]. Ac. 1694, 1718 : poulmon; dep. 1740 : poumon. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 pulmun « organe de la respiration » (Roland, éd. J. Bédier, 1278); ca 1160 poumon (Troie, éd. L. Constans, 9905); 1694 expr. cracher ses poumons (Ac.); 2. 1671 fig. perdre son poumon « s'époumoner, se fatiguer à parler ou à crier » (Mmede Sévigné, Corresp., 8 avr., éd. R. Duchêne, t. 1, p. 210); 1690 user ses poulmons (Fur.); 1694 avoir de bons poumons (Ac.); 1811 de toute la force de ses poumons (Jouy, Hermite, t. 1, p. 136 : ces messieurs y discutent [...] de toute la force de leur esprit et de leurs poumons); 1844 crier à pleins poumons (Balzac, Paysans, p. 212); 3. 1933 p. anal. en parlant des jardins publics et des parcs d'une ville (Morand, Londres, p. 116 : On les appelle parfois [les parcs et les squares] les « poumons » de Londres); 4. 1946 poumon d'acier (Prévert, Paroles, p. 242); 1953 poumon artificiel (Lar. 20eSuppl.). Du lat. pulmo, -onis « poumon ». Au sens 3, prob. calque de l'angl. lung, att. dans ce sens dès 1808 (NED). Fréq. abs. littér. : 1 000. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 207, b) 1 159; xxes. : a) 1 038, b) 1 123. Bbg. Gohin 1903, p. 279 (s.v. poumonique).

Wiktionnaire

Nom commun - français

poumon \pu.mɔ̃\ masculin

  1. (Anatomie) Viscère spongieux renfermé dans l’intérieur de la poitrine et qui est le principal organe de la respiration.
    • S'il n'y a aucun signe plessimétrique ou stéthoscopique indiquant une lésion superficielle du poumon, et si la respiration est simplement affaiblie, on ne peut guère hésiter qu'entre l'existence d'indurations centrales ou disséminées et un état emphysémateux du poumon. — (Commentaire sur De l'auscultation plessimétrique, du docteur Noël Gueneau de Mussy (article paru dans L'Union médicale, 1976, n° 83, 85 & 87), publié dans Archives médicales belges, 1876, vol. 10, p. 198)
    • TOINETTE : Qui est votre médecin ?
      ARGAN : Monsieur Purgon.
      TOINETTE : Cet homme-là n'est point écrit sur mes tablettes entre les grands médecins. De quoi dit-il que vous êtes malade ?
      ARGAN : Il dit que c’est du foie, et d’autres disent que c’est de la rate.
      TOINETTE : Ce sont tous des ignorants. C’est du poumon que vous êtes malade.
      ARGAN : Du poumon ?
      TOINETTE : Oui. Que sentez-vous ?
      ARGAN : Je sens de temps en temps des douleurs de tête.
      TOINETTE : Justement, le poumon.
      ARGAN : Il me semble parfois que j’ai un voile devant les yeux.
      TOINETTE : Le poumon.
      — (Molière, Le Malade imaginaire, acte III, scène 10, 1673)
  2. Chacune des deux parties qui forment cet organe et qui sont séparées l’une de l’autre par le médiastin et par le cœur.
    • C’est ici seulement que l’homme sent l’air pénétrer facilement dans ses poumons, qu’il vit, qu’il pense. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • J'essayais, en contractant le gosier, d'absorber le moins possible d'eau et de résister à l'asphyxie en retenant le plus longtemps que je pouvais l'air dans mes poumons. Mais je ne pus tenir plus de quelques instants. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • […], tout à coup, comme si le son s'évadait brusquement du tournant de la montagne, on entendit des voix hurlantes, beuglant de tous leurs poumons, aussi faux que possible: […]. — (Louis Pergaud, Le retour, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Malgré mon obésité, je marchais allègrement, tout heureux de décrasser mes poumons à cet air limpide, à cet air lustral des belles nuits d’été... — (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • La Girafe, excitée à fuir, se presse, s’emporte, […] ; mais elle ne soutient point longtemps cet effort, qu’elle ressent comme une fatigue : c’est que ses poumons n’ont pas assez d’ampleur ; défaut que révèle la petitesse du coffre qui les contient. — (Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, Quelques Considérations sur la Girafe, 1827)
    • Bert portait toujours ce plastron ; c’était sa chimère favorite, créée par une somnambule extra-lucide qui avait déclaré au jeune homme qu’il avait les poumons faibles. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 102 de l’édition de 1921)
  3. (Figuré) Souffle, force pulmonaire.
    • Notre air ici est acide à cause de la montagne sur laquelle nous sommes. On ne s’en aperçoit jamais parce que la montée est en pente douce. Mais les bêtes s’essoufflent et il n’y a rien de meilleur que le vin pour leur donner du poumon. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 44)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

POUMON. n. m.
Viscère spongieux renfermé dans l'intérieur de la poitrine et qui est le principal organe de la respiration. Il se dit aussi de Chacune des deux parties qui forment cet organe et qui sont séparées l'une de l'autre par le médiastin et par le cœur. Les lobes du poumon. Maladie du poumon. Inflammation du poumon. Le poumon droit. Le poumon gauche. Le sommet du poumon. La base du poumon. Le sang ne devient rouge qu'après avoir passé par les poumons. Cracher ses poumons. Respirer à pleins poumons, Respirer profondément. Crier à pleins poumons, Crier très fort. Il a de bons poumons, d'excellents poumons, se dit d'un Homme qui a la voix forte. On dit dans le même sens, en parlant d'une Dispute : Cet homme l'a emporté par la force de ses poumons plutôt que par la force de ses raisons.

Littré (1872-1877)

POUMON (pou-mon) s. m.
  • 1Organe renfermé dans la poitrine, et par lequel s'effectue la respiration. Les lobes du poumon. Maladies du poumon. Le sentiment général est que le mouvement de la poitrine ne dépend pas de celui du poumon, et que celui-ci au contraire n'est qu'une suite ou un effet du premier, Mairan, Éloges, Brémond.

    Perdre, user son poumon, se fatiguer la poitrine à parler, à crier. Ne perdons pas notre temps et notre poumon [en compliments], Sévigné, 8 avril 1671. J'ai usé mes poumons en m'efforçant de donner du sens à des buses, et de l'honneur à des coquins, Mirabeau, Lett. orig. t. II, p. 241, dans POUGENS.

    Il a de bons poumons, d'excellents poumons, il a une voix forte.

    La force des poumons, la force de la voix. Cet homme l'a emporté dans la discussion par la force de ses poumons.

  • 2Poumon marin, poumon de mer, espèce de mollusque.

HISTORIQUE

XIe s. [Il] Tranche le cuer, le feie et le pulmun, Ch. de Rol. XCVI.

XIIe s. Uns del ost as Syriens traïst un dart, e par aventure ferid le rei de Israel al polmun, e navrad le à mort, Rois, p. 339.

XIIIe s. Tost l'ont afaitié à son droit, As levriers a donné lor droit, Et le pomon et la coraille, Ren. 22533.

XVe s. Car il tenoit entre ses mains Du foye, du polmon et des trippes, Villon, 1re rep.

XVIe s. Le poulmon est instrument de la voix et respiration par le moyen et benefice de la trachée artere, Paré, II, 9.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « poumon »

Genev. polmon ; provenç. polmo, pulmo ; espagn. pulmon ; ital. polmone, du lat. pulmonem ; grec, πλεύμων ou πνεύμων, de πνεῖν, respirer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin pulmo.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « poumon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
poumon pumɔ̃

Fréquence d'apparition du mot « poumon » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « poumon »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « poumon »

  • Le peuple appelle éloquence la facilité que quelques-uns ont de parler seuls et longtemps, jointe à l'emportement du geste, à l'éclat de la voix et à la force des poumons.
    Jean de La Bruyère — Caractères
  • Le corps humain comprend le thorax au nord et l’abdomen au sud. C’est dans le thorax que les poumons font leur nid.
    Jean-Charles — La foire aux cancres
  • Ce que la lumière est aux yeux, ce que l'air est aux poumons, ce que l'amour est au coeur, la liberté est à l'âme humaine.
    Robert Green Ingersoll — Progrès
  • Travaillant depuis huit ans sur un système de restauration des poumons endommagés, l’équipe de recherche était déjà parvenue, en 2017, à restaurer la circulation transversale de poumons à l’extérieur du corps et, en 2019, à régénérer des poumons de porc gravement endommagés.
    www.pourquoidocteur.fr — Transplantation : des poumons endommagés restaurés grâce à du sang de porc vivant
  • Une partie de fesses (tel un parfum répandu dans l'air que je respire à pleins poumons) m'en apprend autant sur l'Homme qu'un traité de psychologie.
    Marc Gendron — Le Prince de ouaouarons
  • Aux portes du Mans, la zone du Monné est quasiment entièrement remplie. Cette ZAC est conçue comme un véritable poumon économique qui pourrait profiter aux habitants des environs. C'est pourquoi les acteurs politiques locaux envisagent une extension.
    France Bleu — Allonnes : en plein boom économique, la zone du Monné pourrait encore s'étendre
  • Tu as deux poumons pour respirer, deux yeux pour voir, deux jambes pour marcher mais tu n'as qu'un coeur pour aimer, prends en soin...
    Père Gilles — Petites Miettes spirituelles
  • « En clair, au bout de deux ans, les patients atteints d'un cancer du poumon et toujours vivants sont 20 % plus nombreux quand ils ont utilisé Moovcare », résume le docteur Alain Livartowski, oncologue à l'Institut Curie qui a vivement recommandé l'application dès qu'il l'a découverte. C'était lors d'une présentation par son concepteur, le docteur Fabrice Denis, oncologue au centre Jean-Bernard, au Mans (Sarthe).
    leparisien.fr — Cancer du poumon : Moovcare, la première «thérapie digitale» remboursée par la Sécu - Le Parisien
  • La forêt amazonienne est-elle vraiment le « poumon de la planète » ? Pas du tout ! L'impact de cet écosystème sur la quantité d'oxygène dans le monde est presque nul, nous explique ce troisième épisode de la série Planet Detox.
    Science-et-vie.com — L'Amazonie n'est pas le poumon de la Terre : voici pourquoi - Science & Vie
  • Des scien­ti­fiques de l’uni­ver­sité de Colum­bia ont mis au point une tech­nique expé­ri­men­tale très étrange qui permet de régé­né­rer des poumons humains malades en les connec­tant à des cochons, nous appre­nait le New York Times le 13 juillet. Si bizarre que cela paraisse, des poumons très endom­ma­gés de régé­nèrent ainsi en 24 heures seule­ment.
    Ulyces — Des poumons humains endommagés peuvent être soignés en les attachant à des cochons
Voir toutes les citations du mot « poumon » →

Traductions du mot « poumon »

Langue Traduction
Anglais lung
Espagnol pulmón
Italien polmone
Allemand lunge
Chinois
Arabe رئة
Portugais pulmão
Russe легкое
Japonais
Basque birika
Corse pulmone
Source : Google Translate API

Synonymes de « poumon »

Source : synonymes de poumon sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot poumon au Scrabble ?

Nombre de points du mot poumon au scrabble : 10 points

Poumon

Retour au sommaire ➦