La langue française

Polysémie

Sommaire

  • Définitions du mot polysémie
  • Étymologie de « polysémie »
  • Phonétique de « polysémie »
  • Citations contenant le mot « polysémie »
  • Traductions du mot « polysémie »

Définitions du mot « polysémie »

Trésor de la Langue Française informatisé

POLYSÉMIE, subst. fém.

LING., SÉM.
A. − Au sing. Propriété d'un signifiant de renvoyer à plusieurs signifiés présentant des traits sémantiques communs. Anton. monosémie.Polysémie et homonymie. Le phénomène si typique du langage naturel qu'est la polysémie pose au moins trois problèmes étroitement liés (...) celui du découpage des sens, c'est-à-dire de leur découverte et de leur définition; celui des relations que ces sens entretiennent et celui de la levée des ambiguïtés au plan du discours (R. Martin, Esquisse [infra bbg.], p.125).
B. − P. méton., au sing. ou au plur. Cas de polysémie. Comment résoudre les polysémies? (Coyaud, Introd. ét. lang. docum., 1966, p.124).
Prononc.: [pɔlisemi]. Étymol. et Hist. 1897 (Bréal, p.155). Formé à partir du gr. tardif π ο λ υ ́ σ η μ ο ς «qui a beaucoup de significations» (de π ο λ υ ́ ς «nombreux», v. élém. poly- et σ η ̃ μ α «signe, caractère distinctif»; cf. b. lat. polysemus) et du suff. -ie*.
DÉR.
Polysémique, adj.a) [En parlant d'un signe ling.] Qui renvoie à plusieurs signifiés présentant des traits sémantiques communs. Anton. monosémique.Quand le français n'offrait que des mots polysémiques pour décrire une certaine notion, les auteurs des lexiques les ont codés de façon à rendre, par un procédé quelconque, tous les lexèmes différents les uns des autres, afin de rendre possible leur reconnaissance par l'automate (Coyaud, Introd. ét. lang. docum., 1966, p.44).Opération est un mot polysémique, donc à signification multiple, et c'est le contexte dans lequel il figure qui révèle la totalité de la signification adéquate (Lang.1973).b) Relatif à la polysémie. Anton. monosémique.Relation polysémique. Le caractère polysémique du vocabulaire général a souvent été senti comme une contrainte pour la pensée scientifique (...). Les linguistes établissent parfois, en revanche, une corrélation entre le développement d'une culture et l'enrichissement polysémique des unités (Ling.1972). [pɔlisemik]. 1reattest. 1952 (S. Ullmann, Précis de sém. fr., p.316); de polysémie, suff. -ique*.
BBG.Collange-Fourcade (J.). Les Polysémies et leur résolution ds la trad. autom. Ét. Ling. appl. 1971, no2, pp.11-14. _ Duchácĕk (O.). L'Homonymie et la polysémie. Vox rom. 1962, t.21, pp.49-56. _ Giraud (J.). Polysémie et synonymie. Amis Lex. fr. Ét. lexicogr. 1976, t.3, no12/13, pp.49-51. _ Martin (R.). Esquisse d'une analyse formelle de la polysémie. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1972, t.10, no1, pp.125-136; La Polysémie verbale: esquisse d'une typologie formelle. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1979, t.17, no1, pp.251-261. _ Mignot (X.). Les Not. d'homonymie, de synonymie et de polysémie ds l'analyse ensembliste du signe. B. Soc. Ling. 1972, t.67, no1, pp.1-22. _ Muller (Ch.). Polysémie et homonymie ds l'élaboration du lex. contemp. Ét. Ling. appl. 1962, t.1, pp.49-54. _ Pica (P.). Ling. gén., ling. automatique et épistémologie. Sémantikos. 1981, t.5, no2, pp.33-56. _ Pottier Navarro (H.). De la polysémie de langue à la monosémie de discours. Paris, 1982.

Wiktionnaire

Nom commun

polysémie \pɔ.li.se.mi\ féminin

  1. (Linguistique) Propriété, pour un mot, de posséder en fonction du contexte plusieurs sens qui s’actualisent dans l’emploi du mot. La polysémie diminue dans le temps avec le phénomène de désuétude et augmente avec celui de néosémie.
    • Donnons quelques exemples de cette polysémie.
      Clef, qui est emprunté aux arts mécaniques, appartient aussi à la musique. Racine, qui nous vient de l’agriculture, relève également des mathématiques et de la linguistique. — (Michel Bréal, Essai de Sémantique, Chapitre XIV, 1897)
    • Quelques bons exemples de polysémie : le mot « chaise », le mot « panne », qui a sept sens : le banal mot « table » pour lequel le Wiktionnaire a été jusqu’à dénombrer 11 sens.
    • Ce sont les synonymes, les antonymes et les diverses traductions qui nous renseignent le mieux sur quels sont les grands sens d’une polysémie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « polysémie »

Dérivé de polysème avec le suffixe -ie, ce premier étant issu du latin polysēmus, lui-même issu du grec ancien πολύσημος, polusēmos, composé de πολύς, polus (« beaucoup ») et de σῆμα, sễma (« signe »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « polysémie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
polysémie pɔlizemi

Citations contenant le mot « polysémie »

  • Cette édition de Fabrique de thèse interrogera la notion de décentrement du point de vue de la méthodologie – et plus largement de l’épistémologie – de la recherche sur les œuvres et les pratiques chorégraphiques. Comment les études en danse, parce qu’elles se définissent davantage par des objets d’étude que par des modèles et des ancrages scientifiques strictement déterminés, se trouvent-elles décentrées, bien souvent à la croisée de plusieurs approches (historiques, sociologiques, anthropologiques, philosophiques, littéraires…) ? Quels seraient les motivations, les effets et les pratiques qui permettent ou résultent du déplacement des usages de certaines références scientifiques considérées comme canoniques dans d’autres traditions disciplinaires ? Dès lors, nous emploierons la notion de décentrement pour réfléchir aux concepts qui font la recherche en danse : qu’il s’agisse de verbes d’action (percevoir, créer, composer…) ou de noms communs (le geste, le mouvement, le corps, l’œuvre…), comment les sens de ces termes se révèlent-ils déplacés, transformés, et donc décentrés, lorsqu’ils sont adressés à un corpus en danse ? Si cette dérive lexicale peut s’apparenter à des jeux de langage, nous parions pourtant sur l’intérêt d’examiner les interférences qui opèrent au croisement d’une terminologie partagée dans le champ des recherches en danse – considérant par exemple l’acuité définitionnelle avec laquelle des termes comme la « qualité » ou « l’état » acquièrent un pouvoir herméneutique – et de la polysémie dont se trouvent chargées certaines notions, à l’image du verbe « danser » lui-même et des inflexions qu’il subit. Cette instabilité participe plus largement d’une véritable entreprise de remotivation sémantique qui oriente la recherche de manière significative : nous chercherons alors à en cerner la pertinence et les limites. , Fabrique de thèse #5 – Décentrer les savoirs : l’in-discipline des études en danse (Pantin)
  • Notion philosophique, éternel binôme du Temps, signe typographique féminin, terme désignant une étendue, un cadre, une institution, ou, dans un sens scientifique, toute la partie de l’univers située au-delà de l’atmosphère terrestre : le terme « espace » se caractérise, dans la langue française, par une large palette de sens et d’homonymes. L’exposition « La vie dans l’espace » a été imaginée à partir de cette polysémie. Son principe consiste en effet à associer les acceptions cosmologiques et physiques du terme : d’un côté, l’espace extraterrestre infini que l’on commence à peine à explorer, et de l’autre, un espace terrestre biens spécifique et parfaitement délimité, que l’on arpente avec nos corps et où l’on peut fréquenter des œuvres d’art, l’espace d’exposition. Que peut donc produire leur rencontre ? Notons que cette association n’est pas totalement arbitraire. Dans les années 1910-1920, certains artistes russes, inscrivant leur démarche dans la mouvance du cosmisme (un courant religieux et philosophique né au 19ème siècle), proposent de « quitter la terre », décrivent les œuvres comme des « satellites» (Malevitch) ou des « planètes en lévitation » (El Lissitzky) ou élaborent des projets de « villes volantes » (Krutikov). Leurs réflexions s’accompagnent d’expérimentations spatiales radicales, qui portent sur les modes d’accrochage des œuvres d’art comme sur la conception spatiale et visuelle des expositions. La chronologie de l’art moderne se superpose d’ailleurs assez parfaitement à celle de la recherche spatiale. Les pionniers de l’astronautique qui mettent au point les grands principes du vol spatial, comme Constantin Tsiolkovski, ou font décoller les premières fusées à propulsion, comme Hermann Oberth ou Robert Goddard, sont en effet les exacts contemporains des premiers artistes modernes. À la question suivante – qu’est-ce que la vie dans l’espace ? – il apparaît ainsi que les artistes, habitués à penser l’occupation de l’espace par leurs œuvres et les corps des spectateurs, soient tout aussi qualifiés pour répondre que les ingénieurs de l’aérospatiale ou les astronautes. Unidivers, « La vie dans l’espace ». Accrochage des collections Musée régional d’art contemporain Occitanie / Pyrénées-Méditerranée Sérignan samedi 19 septembre 2020
  • Ces acteurs rappellent toutefois que l'IA n'est pas une solution miracle: elle nécessite des données irréprochables et des ajustements humains réguliers pour fonctionner. Notamment dans l'analyse des discours, pour gérer la polysémie. korii., Prédire les politiques monétaires grâce à l'IA, un graal pour la finance | korii.
  • La brachylogie peut recevoir trois définitions, une polysémie « qu’il ne faut pas la considérer comme un flou insupportable mais bien comme une richesse héritée de l’histoire du mot » (43). Dans un premier sens, il s’agirait de l’ellipse, vertu selon Socrate ou vice selon Littré. Dans la deuxième définition, elle correspondrait au cum paucis multa dicere — dire beaucoup en peu de mots — un less is more, ou brevitas selon Quintilien. Dans son troisième et dernier sens, elle rejoindrait ce qu’est la voix juste demandée par Protagoras. Le discours serait alors caractérisé par sa densité. La brachylogie ne serait plus rhétorique mais poétique. Cette multiplicité d’approches va donner lieu, dans le collectif dirigé par Patrick Voisin, à des articles très différents qui déploient nombre d’aspects de cette notion jusqu’à lui donner une apparence très contemporaine. DIACRITIK, De la brièveté et de ses pratiques : Réinventer la brachylogie, entre dialectique, rhétorique et poétique

Traductions du mot « polysémie »

Langue Traduction
Anglais polysemy
Espagnol polisemia
Italien polisemia
Allemand polysemie
Chinois 多义性
Arabe تعدد المعاني
Portugais polissemia
Russe многозначность
Japonais 多義
Basque polisemia
Corse polisemia
Source : Google Translate API
Partager