La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « poitrinaire »

Poitrinaire

Définitions de « poitrinaire »

Trésor de la Langue Française informatisé

POITRINAIRE, adj. et subst.

Vieilli
A. −
1. (Personne) qui est atteint(e) de tuberculose pulmonaire. Synon. phtisique (méd.), tuberculeux.Lisbeth (...) ne vivra pas longtemps, elle est poitrinaire (Balzac, Cous. Bette, 1846, p.124).Sa maigreur [de l'enfant] m'intéressa de suite, et puis (...) cette expression de langueur ardente dont s'idéalise tout visage de poitrinaire (Lorrain, Phocas, 1901, p.134).
P. métaph. Un orgue poitrinaire qui toussait les débris d'une polka démodée (Coppée, Coupable, 1897, p.48).
2. Qui caractérise ou évoque cette maladie. Le pauvre Pernin, figure poitrinaire (...) était un pauvre jeune homme pâle (Stendhal, Lamiel, 1842, p.33).
B. − Au fig., péj. Qui manque de combativité, d'énergie, de vigueur. Tenez, dit-il en s'arrêtant, regardez, au coin du trottoir. N'est-ce pas un tableau tout fait, et qui serait plus humain que leurs sacrées peintures poitrinaires [des romantiques]? (Zola, Ventre Paris, 1873, p.624):
. Non je n'ai aucune sympathie pour cet écrivain [Lamartine] sans rythme, pour cet homme d'État sans initiative. C'est à lui que nous devons tous les embêtements bleuâtres du lyrisme poitrinaire. Flaub.,Corresp., 1853, p.158.
Prononc. et Orth.: [pwatʀinε:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1743 subst. (Trév. t.5, p.339); 1759 adj. (Rich. t.3, p.195). Dér. de poitrine*; suff. -aire*. Fréq. abs. littér.: 133. Bbg. Chautard Vie étrange Argot 1931, p.662.

Wiktionnaire

Nom commun - français

poitrinaire \pwat.ʁi.nɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. (Médecine) (Vieilli) Celui, celle qui a la poitrine atteinte de quelque mal.
    • Apollon, celui du Belvédère du moins, est un élégant poitrinaire qui doit se ménager. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Allons regarder la dame de Chirkino, on dit qu’on l’emmène à l’étranger pour guérir son mal de poitrine. Je n’ai jamais vu de poitrinaire !. — (Léon Tolstoï, Trois Morts, 1859 ; traduit du russe par J. Wladimir Bienstock, 1903, p. 173)
    • Un gros concierge, un secrétaire rose, nous acclament avec la joie d'un poitrinaire devenu cent kilos, d'un bilieux devenu poupin. — (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)

Adjectif - français

poitrinaire \pwat.ʁi.nɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. (Médecine) (Vieilli) Qui a la poitrine atteinte.
    • Ma sœur était très gourmande et un peu poitrinaire... Le médecin l’avait mise au régime de l’huile de foie de morue – c’était la mode alors –, une cuillerée à bouche tous les matins... Cela la dégoûtait fort, mais lui faisait beaucoup de bien... — (Octave Mirbeau, Le Colporteur, 1886)
    • Dans l’abri que les hommes de l’usine avaient creusé, des gens du quartier venaient trembler d’énervement et de froid, des chiens gémissaient comme un jour d’orage, des femmes poitrinaires toussaient, des enfants pleuraient. — (Paul Nizan, Antoine Bloyé, Grasset, 1933, page 270)
    • Nous avions chacun notre clou où accrocher nos habits. Un jour, je me trompai et suspendis ma veste au clou du chef comptable. Il la jeta à terre, la piétina en me criant de garder pour moi mes maladies : « Sale poitrinaire ! » — (Jean Guéhenno, Journal d’un homme de 40 ans, Grasset, 1934, réédition Le Livre de Poche, page 96)
    • – Il faudrait que ce soit au Bouc de succomber. Il méprise toujours son gendre comme au premier jour. Parce qu'il est pauvre, il est poitrinaire. Ça le tient bien souvent dans le cou, lui aussi. À force ça pourrait bien devenir tuberculeux et le tortiller. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 273)
    • Et l'on entendra résonner des paroles terribles, s'entrechoquer des crânes et des mâchoires séchées, par la membrane poitrinaire tendue de ces tristes haut-parleurs des univers glacés. — (Gérard Ansaloni, Les dix rouleaux de Touenhouang, Éditions La p'tite Hélène, 2018)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

POITRINAIRE. adj. des deux genres
. Qui a la poitrine atteinte. Il se dit aussi substantivement. Un poitrinaire. Une poitrinaire. On dit plus souvent aujourd'hui Tuberculeux, tuberculeuse.

Littré (1872-1877)

POITRINAIRE (poi-tri-nê-r') adj.
  • Qui a la poitrine attaquée.

    Substantivement. Celui, celle qui est poitrinaire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « poitrinaire »

Poitrine.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1743) De poitrine avec le suffixe -aire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « poitrinaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
poitrinaire pwatrinɛr

Évolution historique de l’usage du mot « poitrinaire »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « poitrinaire »

  • Depuis plusieurs siècles déjà, on se déplace de loin pour écouter les histoires qui sont racontées chaque soir au Swan, une vieille auberge familiale située sur les bords de la Tamise. Il faut savoir qu’à l’époque où l’intrigue se déroule, il n’y avait encore ni téléphone, ni télé, ni internet. Tout comme il n’y avait pas meilleur conteur que Joe Bliss, le mari poitrinaire de la tenancière.  Le Journal de Montréal, Une histoire pour finir l’année en beauté | JDM
  • Comme support permettant de démontrer la versatilité de son talent, Violetta est un bon choix, de par la diversité des exigences du rôle entre le début et la fin de l’opéra. Marina Rebeka est assez éblouissante, il faut le dire, et déploie la majesté d’une souveraine, plus encore que la suprême aisance d’une demi-mondaine habituée à voir tous les hommes à ses pieds. L’aigu est cristallin, dardé avec énergie mais sans brutalité (oui, il y a le contre-mi bémol optionnel à la fin du premier acte). C’en est au point que, de la courtisane, on trouve ici davantage les slendeurs que les misères : au dernier acte, on entend beaucoup l’héroïne tousser et haleter pendant qu’Alfredo s’exprime, mais dès que Violetta chante à son tour, c’est d’une voix glorieuse, sans rien de poitrinaire. Même « Addio, del passato » se termine par un aigu longuement tenu, avec un soufflet menant au fortissimo. Pour autant, tous les détails de la virtuosité sont finement ciselés. , La traviata - Verdi, Giuseppe - Prima Classic - Critique CD | Forum Opéra
  • Les murs sont en verre. On peut me voir de partout. Comme un singe de jardin des plantes. Pas de volets, pas de persiennes, pas de cave et pas de grenier. Pas de fantôme familier. Seulement, dans le jardinet, un nain en céramique. Barbu. Pour le standing. Un nain de Blanche-Neige. Qui joue de la flûte avec un oiseau sur l’épaule. Ce qui double le prix du loyer. Je m’en promettais mille ivresses. Illusion : le voisinage d’un nain en céramique, même barbu, et même bavarois, n’ajoute rien au plaisir de vivre. Surtout quand on n’a sous les yeux que les trois cents fenêtres d’un autre building côté façade. Et la même chose du côté cour. Comme ces grandes images d’Épinal qui sont divisées en rectangles, avec des fées, des reines, des vieillards vénérables. Seulement ici ce sont des comptables, des banquiers, des caissiers, des parents d’élèves. Autant de théâtres de marionnettes. Autant de cases d’échiquier. J’y vois se déplacer le fou, la tour, le pion, le cheval. À certaines heures, les plus pénibles, ils sont tous à la verticale, derrière les fenêtres des cuisines qui sont les unes au-dessus des autres. Ils font tous la vaisselle. Et je ne veux pas le savoir. Je me refuse à savoir quand ils font la vaisselle. Il est odieux de voir vivre ses semblables. De mon côté, je n’ai plus de vie privée. Je vis sous leurs yeux comme le Guignol du Luxembourg. Je tire les rideaux, j’éteins les lampes. Je vis dans une nuit sans fin, au plus noir d’un cauchemar. Tremblant sur mon divan, comme un singe poitrinaire. Aussi nous nous haïssons, tous. Pas un cancan, pas une lettre anonyme, l’homme ne s’intéresse plus à l’homme, il le voit trop, il en est dégoûté. www.leveil.fr, Redécouvrir Alexandre Vialatte : Les étapes de l’humanité - Clermont-Ferrand (63000)
  • Ce qui nous semble aujourd'hui parfaitement scandaleux, était à une époque encore récente une pratique ordinaire. Ajouter un peu de vin « médecin », « teinturier », c'est-à-dire très coloré, à un rouge palot, renforcer un cru poitrinaire avec un décathlonien sudiste faisait partie d'une panoplie professionnelle qui n'avait rien de honteux. Sans évoquer les miracles qui se produisaient dans les chais de Bercy, haut lieu centralisateur du vin de table, voilà peu un ancien négociant bourguignon nous racontait le métier de ses aïeux : « Faire du bon bourgogne avec l'aide de châteauneuf-du-pape et du bon châteauneuf-du-pape avec le renfort algérien. » Il faut avoir en mémoire que la mise en bouteille à la propriété, généralisée comme elle l'est aujourd'hui, est un phénomène récent et que, même dans les grands crus classés de Bordeaux, on y procédait rarement. Le premier à l'avoir imposée fut Philippe de Rothschild, à Mouton. Jusque-là, c'était le négoce qui s'en chargeait dans ses chais en pensant davantage au goût particulier de chaque client qu'à l'authenticité parfaite du millésime. Les procès qui opposèrent le négoce bourguignon aux vignerons à la fin des années 1930, lors de la création des AOC, en témoignent. En « améliorant » les vins, une partie de ces négociants étaient bien certains de faire œuvre utile et de respecter clients et vins en leur livrant ce qui leur semblait le meilleur. Le Point, La question de Candide #48 – La fraude, comment ça marche ? - Le Point
  • Il existe bien des voies pour accéder au chant lyrique. Des conservatoires, des écoles, des professeurs particuliers. Mais en Italie, l’opéra se chantait autrefois dans la rue et pouvait aussi s’apprendre parmi le peuple des boulangers, pêcheurs, bouchers ou drapiers. C’est sans doute pourquoi certains Italiens excellent si bien à incarner les figures populaires : ils sont faits de la même chair. S’il est impossible de délier Mirella Freni du rôle de Mimi, la grisette poitrinaire de La Bohème, c’est qu’avant de devenir une soprano mondialement connue, Freni avait elle aussi vécu une enfance des plus modestes. Télérama, La grande soprano Mirella Freni est décédée
  • Et de là, par le trajet du tortillard, il peut rejoindre Saint-Étienne, à soixante kilomètres plus au nord, pour recevoir régulièrement ses insufflations et nouer des liens avec la Résistance. La légende veut que le poitrinaire, qui quittera la région en novembre 1943 pour prendre à Paris un poste de lecteur chez Gallimard, gagnait à bicyclette la cité stéphanoise, lorsque la neige bloquait la circulation du train. Le Figaro.fr, Au Chambon-sur-Lignon, le refuge de la pensée

Traductions du mot « poitrinaire »

Langue Traduction
Anglais consumptive
Espagnol consuntivo
Italien consuntivo
Allemand verbrauchend
Chinois 消费性的
Arabe المسلول
Portugais consumado
Russe чахоточный
Japonais 消耗的
Basque kontsumista
Corse cunsumatori
Source : Google Translate API

Synonymes de « poitrinaire »

Source : synonymes de poitrinaire sur lebonsynonyme.fr

Poitrinaire

Retour au sommaire ➦

Partager