La langue française

Philosophique

Définitions du mot « philosophique »

Trésor de la Langue Française informatisé

PHILOSOPHIQUE, adj.

I. − [Corresp. à philosophie1I A]
A. − HIST. ou vieilli
1. ANTIQ. et jusqu'au xixes. Relatif ou propre à la philosophie considérée comme science en général. Pythagore vient révéler aux hommes le secret de la vie future, de la vie éternelle, en donnant aux idées d'immortalité un fondement philosophique, qui ruine et renverse néanmoins de fond en comble les fables des enfers et des paradis (P. Leroux, Humanité, 1840, p.420).L'idée de série animale reprise et finalement transformée par la puissante réflexion philosophique d'un Lamarck (L. Febvre, De Linné, [1927] ds Combats, 1953, p.318):
1. Platon vivait encore, lorsque Aristote, son disciple, ouvrit, dans Athènes même, une école rivale de la sienne. Non seulement il embrassa toutes les sciences, mais il appliqua la méthode philosophique à l'éloquence et à la poésie. Il osa concevoir le premier que cette méthode doit s'étendre à tout ce que l'intelligence humaine peut atteindre; puisque cette intelligence, exerçant partout les mêmes facultés, doit partout être assujettie aux mêmes lois. Condorcet, Esq. tabl. hist., 1794, p.63.
[En parlant d'une pers.] Qui s'adonne à la philosophie. Sans doute la science consiste à ramener le particulier au général et à comprendre toutes les variétés dans une unité typique. En biologie comme ailleurs, cela paraît devoir être la règle et la tendance des hommes philosophiques (Cl. Bernard, Princ. méd. exp., 1878, p.142).
2. En partic.
a) Synon. de alchimique.OEuf, or, vitriol philosophique. Ces symboles [de l'alchimie], qui indiquent ce que l'on pourrait appeler des états philosophiques de la matière (Artaud, Théâtre et son double, 1938, p.60).La putréfaction indispensable et féconde, de laquelle le noir est le signe parfait, en même temps que le premier de toute opération philosophique promise à la victoire (Canseliet, Alchim., 1963, p.34).V. philosopher I A 1 b α ex. de Hoogvorst:
2. La plupart d'entre eux [les auteurs] se sont contentés de décrire allégoriquement l'union du soufre et du mercure, générateurs de la pierre, qu'ils nomment soleil et lune, père et mère philosophiques, fixe et volatil, agent et patient, mâle et femelle... Fulcanelli, Demeures philosophales, t.2, 1929, p.223.
b) Qui dénote une attitude irréligieuse ou athée. Je ne tiens ni au titre ni au format, ni même à ce que j'ai entendu appeler la couleur d'un journal; peu m'importe qu'il soit philosophique ou religieux (Jouy, Hermite, t.2, 1812, p.348).On distinguerait Ermenonville à travers le bois, s'il avait un clocher, −mais dans ce lieu philosophique on a bien négligé l'église (Nerval, Filles feu, Sylvie, 1854, p.625).
En partic. Relatif ou propre à la philosophie, aux philosophes du dix-huitième siècle. Ce Romain adorait la France révolutionnaire et philosophique (Lamart., Confid., Graziella, 1849, p.142).Les physiocrates étaient ces penseurs de la deuxième moitié du XVIIIesiècle, rattachés au mouvement philosophique et à l'Encyclopédie, qui furent à l'origine de la législation économique de la Constituante (Lesourd, Gérard, Hist. écon., 1968, p.154):
3. Les lumières philosophiques, c'est-à-dire l'appréciation des choses d'après la raison, et non d'après les habitudes, avaient fait de tels progrès en Europe, que les possesseurs des priviléges, rois, nobles ou prêtres, étaient les premiers à s'excuser des avantages abusifs dont ils jouissaient. Staël, Consid. Révol. fr., t.1, 1817, p.147.
c) Péché philosophique. V. péché A 1.
B. − Courant
1. Qui s'adonne à la philosophie en tant que réflexion critique; qui est envisagé du point de vue de la philosophie. La réflexion ne saurait opérer l'unité; la diversité est le caractère essentiel des époques philosophiques; toute grande fondation dogmatique y est impossible (Renan, Avenir sc., 1890, 307).L'évidence absolue et l'absurde sont équivalents, non seulement comme affirmations philosophiques, mais encore comme expériences (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception, 1945, p.342).Le relativisme sociologique n'a rien à voir avec le relativisme philosophique; il ne prend pas position (Traité sociol., 1968, p.171).V. donnée ex. 2, doute ex. 5, ésotérisme B ex. de Mounier:
4. ... il devient nécessaire de distinguer profondément la connaissance scientifique, fondée sur l'observation des faits et la déduction des conséquences, d'avec la spéculation philosophique, qui porte sur l'enquête de la raison des choses. Cournot, Fond. connaiss., 1851, p.100.
SYNT. Analyse, conception, courant, culture, doctrine, étude, interprétation, investigation, langue, méthode, notion, opinion, pensée, problème, raisonnement, recherche, système, texte, théorie, tradition, vérité, vocabulaire, valeur philosophique; déterminisme, idéalisme, positivisme, pragmatisme, scepticisme, stoïcisme philosophique.
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Sujet profond, scientifiquement traité. Les poètes sont comme les enfants, ils peuvent tout montrer. −Je suis sûr qu'on permettrait à Béranger de mettre Justine en couplets. La rime et la gaudriole couvrent tout. Mais que si vous vous avisiez de parler en prose et de tenter le cru, le vrai, le philosophique, les Legonidec sont là (Goncourt, Journal, 1856, p.248).
En partic.
Qui a pour objet la philosophie, qui lui est consacré. Bulletin, conférence, institut, revue philosophique; causerie(s), dîner, soirée philosophique(s); librairie philosophique. Les colléges de médecins, les sociétés littéraires, religieuses ou philosophiques (Crèvecoeur, Voyage, t.3, 1801, p.220).Les anarchistes devenus syndicalistes eurent une véritable originalité et n'appliquèrent pas des théories qui avaient été fabriquées dans des cénacles philosophiques (Sorel, Réflex. violence, 1908, p.56).
[En parlant d'une pers. (avec déterminatif de qualité) et p.méton. de sa forme d'esprit] René Descartes, le réformateur philosophique (Gilson, Espr. philos. médiév., 1931, p.14).[Condillac] avait la tête philosophique, la passion de l'analyse, et prétendait porter dans l'étude de l'homme la précision de la méthode mathématique (Guéhenno, Jean-Jacques, 1948, p.226):
5. ... un esprit philosophique est celui qui se forme sur les choses des idées d'ensemble, c'est-à-dire des idées qui représentent non plus tel ou tel fait isolé, tel ou tel objet séparé, mais bien des séries entières de faits, des groupes entiers d'objets. Bourget, Essais psychol., 1883, p.156.
2. Qui concerne la philosophie en tant que matière d'enseignement. Dissertation philosophique. Une conscience appliquée, méticuleuse, que la discipline universitaire a formée et à qui les études philosophiques ont donné le goût des concepts et de l'abstraction (Massis, Jugements, 1924, p.86).Les cadres supérieurs de formation littéraire, philosophique ou juridique manifestent en général un vif intérêt pour les questions politiques (Univers écon. et soc., 1960, p.52-1).
3. P. ext.
a) Domaine artist. et littér.
Qui possède un haut degré d'abstraction et/ou de généralité. J'ai essayé, dans la précédente leçon, d'expliquer le fait de la civilisation en général, sans parler d'aucune civilisation particulière, sans tenir compte des circonstances de temps et de lieu, en considérant le fait en lui-même et sous un point de vue purement philosophique (Guizot, Hist. civilis., leçon 2, 1828, p.2):
6. ... les nombres obligatoires, les rimes, les formes fixes, tout cet arbitraire, une fois pour toutes adopté, et opposé à nous-mêmes, ont une sorte de beauté propre et philosophique. Valéry, Variété [I], 1924, p.73.
Qui témoigne d'une grande élévation d'esprit; qui exprime des idées, qui comporte un message. N'est-il pas permis de se demander si la vulgarité du film populaire n'était pas nécessaire pour prendre plus sûrement contact avec les foules? Est-il bien sûr que celles-ci eussent apprécié d'emblée des oeuvres d'un style raffiné, de grande portée philosophique? (Becquet, Organ. loisirs travaill., 1939, p.57).Jamais Hugo, Lamartine ou Vigny, pour ne rien dire des grands classiques, n'ont envisagé un problème littéraire indépendamment de toute préoccupation morale ou philosophique (Benda, Fr. byz., 1945, p.127):
7. Énée voit parmi elles [les victimes de la guerre] les ames de la plupart de ses amis qui avaient péri au siége de Troie; mais, lorsqu'il approche des prisons infernales destinées au supplice des scélérats; quand leurs portes redoutables s'entr'ouvrent et roulent sur leurs horribles gonds, la sibylle l'arrête et lui adresse ce vers si touchant et si philosophique: «Nulle ame pure ne peut entrer dans le séjour du crime». Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p.156.
LITT. Drame, fable, poème philosophique. Plus légère, plus délicate, et d'une raillerie plus directe que la farce, la sottie paraît, dès l'origine, animée de cet esprit vif et mordant qui plus tard inspira chez nous le conte philosophique et le pamphlet politique (Sainte-Beuve, Tabl. poés. fr., 1828, p.203):
8. Les romans philosophiques (...), en Allemagne, (...) ne ressemblent point à ceux des Français; ce n'est pas comme dans Voltaire une idée générale qu'on exprime par un fait en forme d'apologue, mais c'est un tableau de la vie humaine tout-à-fait impartial... Staël, Allemagne, t.3, 1810, p.251.
[En parlant d'un écrivain] Une pensée est élevée à son exaltation par le poète lyrique; plaidée par l'auteur dramatique, ou l'écrivain philosophique; mise en oeuvre par l'homme d'État dans ses détails (Vigny, Journal poète, 1830, p.920).
b) Domaine de l'expression, du comportement.[Corresp. à philosopher B] Qui a un caractère intellectuel, moral. Je lui dis que j'avais horriblement souffert à Paris, que j'étais surtout excédé des hommes; je fis quelques phrases philosophiques sur la fatigue de la société et sur le besoin de la solitude (Constant, «Cahier rouge», 1830, p.56).Comme nous quittions les grandes salles du rez-de-chaussée [du Louvre], il m'a dit, cependant, sur un ton de badinage philosophique: «Pensez-vous qu'on adore encore tous ces dieux?» (Green, Journal, 1945, p.278):
9. «Sur une figure de putain maigre, on peut trouver quelque poésie. Les grasses n'inspirent que des sentiments d'étable. Ce n'est pas juste, mais on n'y peut rien». Cette sentence d'un camarade qui avait l'ivresse philosophique me revint à la mémoire (...), lorsque j'entrai dans le bar de Dominique. J. Kessel, La Passante du Sans-Souci, Paris, éd. Folio, 1983 [1936], p.108.
II. − [Corresp. à philosophie1I B; en parlant de l'expression d'une pers., de son comportement, de ses actes] Qui manifeste la sagesse, l'équilibre, la simplicité, le détachement pour les choses de ce monde. Désintéressement, impassibilité, insouciance, sérénité, ton philosophique. Il s'est mis à peindre le bonheur du particulier honnête et aisé, jouissant paisiblement, dans le fond de sa province, des champs et de la maison qu'il a reçus de ses pères; rien assurément n'était plus philosophique; nous n'avons pu nous empêcher de sourire à un tableau si paisible (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.379).Il se tut, avec une gravité philosophique d'homme gris qui réfléchit, puis, lentement: «Quand on veut qu'un garçon tourne bien, on ne devrait jamais l'envoyer dans une maison de correction, à cause des connaissances de là-dedans, quoi qu'il ait fait...» (Maupass., Contes et nouv., t.2, Champ d'oliv., 1890, p.92):
10. ... mon père était, les bons jours, souriant, froid, dédaigneux. Il caressait d'un geste élégant ses belles moustaches flambantes. Il considérait le monde avec une indifférence souverainement philosophique. Il avait de grandes pensées, de grands desseins, une lourde tâche. Duhamel, Notaire Havre, 1933, p.117.
Plais. [En parlant d'un animal] Les petits villages bien calmes et, dans leurs pâturages, les vaches philosophiques (Queneau, Pierrot, 1942, p.160).
P. ext. Qui manifeste une aptitude à envisager les choses calmement, à prendre la vie du bon côté. Un tambour bat sa caisse (...) avec une insouciance philosophique des criailleries d'une femme entre deux âges, quelque hôtesse, sans doute, réclamant son dû (Gautier, Guide Louvre, 1872, p.319).
REM. 1.
Philosophâtre, adj.,péj. Qui a des prétentions philosophiques. Je possède des rames de papier recouvertes de cette dictée phénoménale (...) qui donne à un vivant cette ambitieuse illusion de s'entretenir avec un mort, sans s'apercevoir que ce dernier signe du nom de Shakespeare ou de Bossuet un galimatias religioso-philosophâtre (Montesquiou, Mém., t.1, 1921, p.296).
2.
Philosophicaillant, -ante, adj.,péj. Qui exprime une philosophie prétentieuse, sans valeur; qui manifeste un esprit médiocre, une intellectualité stérile. La Revue des Deux Mondes, qui devient de plus en plus détestable, MmeSand tournant à la radoterie philosophicaillante (Barb. d'Aurev., Memor. 2, 1839, p.395).
Prononc. et Orth.: [filɔzɔfik]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. a) Fin xives. «relatif à la philosophie» (Aalma 4.172 ds Roques t.2, p.144); b) 1578 [date d'éd.] «relatif aux plus hautes spéculations et à la suprême sagesse de l'esprit humain» (La Boderie, Harm., p.23 ds Gdf. Compl.); c) 1588 «relatif aux sciences humaines, par opposition à la théologie» (Montaigne, Essais, I, 56, éd. P. Villey V.-L. Saulnier, t.1, p.322); 2. 1580 sagesse philosophique (Id., ibid., II, 12, éd. citée, t.1, p.594). Empr. au lat. de l'époque impériale philosophicus (du gr. φ ι λ ο σ ο φ ι κ ο ́ ς). Fréq. abs. littér.: 2972. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 5501, b) 4556; xxes.: a) 3413, b) 3450.

Wiktionnaire

Adjectif

philosophique \fi.lɔ.zɔ.fik\ masculin et féminin identiques

  1. Qui concerne la philosophie ou qui appartient à cette discipline.
    • Nous sommes si éloignés de connaître tous les agens [sic] de la nature, et leurs divers modes d’action ; qu’il ne serait pas philosophique de nier les phénomènes, uniquement parce qu’ils sont inexplicables dans l’état actuel de nos connaissances. — (Pierre-Simon de Laplace, Essai philosophique sur les probabilités, Mme Ve Courcier, Paris, 1814 (2e édition))
    • […] leur attitude nous montre que les anarchistes […] n’appliquèrent pas des théories qui avaient été fabriquées dans des cénacles philosophiques. Ils apprirent surtout aux ouvriers qu’il ne fallait pas rougir des actes violents. — (Georges Sorel, Lettre à Daniel Halévy, 15 juillet 1907, dans Réflexions sur la violence, 1908)
    • On peut admettre qu’entre les vérités philosophiques et les vérités théologiques, il ne peut avoir ni entr’aide ni conflit, parce qu’il n’y a aucun point de contact. — (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique : la Scolastique, 1925, éd. 1966)
    • Quant aux discussions philosophiques, je pense qu’elles sont absolument vaines. On ne peut rien contrôler, rien vérifier. La vérité, qu’est-ce que cela veut dire ? — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
  2. (Par extension) Qualifie une attitude empreinte de sagesse.
  3. (Spécialement) Qualifie un esprit généralisateur, apte aux idées générales et à saisir les caractères et les rapports généraux des choses.
    • Même pour l’esprit peu philosophique de Bert, le contraste était frappant entre la cité et la flotte aérienne : d’un côté le caractère et la tradition de l’Américain aventureux, et de l’autre l’ordre et la discipline germaniques. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 232 de l’éd. de 1921)
    • Le principe philosophique qui est à la base de cette « doctrine compréhensive et claire » a séduit les botanistes de tous pays qui, nombreux, sont venus à elle avec enthousiasme. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises, les associations végétales de la vallée de La Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 21)
    • Quelque citation latine banale de ci, de là, un aphorisme philosophique ou pédagogique, une ironie forcée mais acerbe, rehaussent son prestige. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PHILOSOPHIQUE (fi-lo-zo-fi-k') adj.
  • 1Qui appartient à la philosophie. Il en est de la plupart des livres philosophiques comme des Contes de la Fontaine : on commença par les brûler, on a fini par les représenter à l'Opéra-Comique, Voltaire, Mél. hist. Comm. sur l'éloge du Dauphin. Si nous ne mettons pas l'homme en harmonie avec les lois, nous aurons fait un beau songe philosophique, nous n'aurons pas fait une constitution, Mirabeau, Collection, t. III, p. 20.
  • 2Habituel aux philosophes. Le sérieux philosophique. Ce génie philosophique, répandu dans tous les livres et dans tous les états, est l'instant de la plus grande lumière d'un peuple, D'Alembert, Ess. sur la soc. des g. de lett. Œuv. t. III, p. 28, dans POUGENS.

    Esprit philosophique, esprit plein de clarté, de méthode ; exempt de préjugés, de passions. L'esprit philosophique est un esprit d'observation et de justesse, qui rapporte tout à ses véritables principes, Dumarsais, Œuv. t. VI, p. 30. Il faut l'avouer : Tycho, quoique grand observateur, ne fut pas heureux dans la recherche des causes ; son esprit peu philosophique fut même imbu des préjugés de l'astrologie judiciaire qu'il a essayé de défendre, Laplace, Exp. v, 4.

  • 3Se dit de certains ouvrages composés dans un dessein philosophique. Grammaire philosophique. La Nosographie philosophique de Pinel.

HISTORIQUE

XIVe s. Comment oses-tu m'oultrageant, Sans congnoistre mon vif argent, Qu'est mon principe vivifique, Tenter l'euvre philosophique ? Nat. à l'alch. err. 104.

XVIe s. J'ai veu de mon temps faire plaincte d'aulcuns escripts, de ce qu'ils sont purement humains et philosophiques, sans meslange de theologie, Montaigne, I, 400.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PHILOSOPHIQUE. Ajoutez :
4 Dans le langage des casuistes, péchés philosophiques, péchés commis par ceux qui ignorent Dieu, ou qui, en péchant, ne pensent point actuellement à Dieu, par opposition à péché théologique (ces péchés n'entraînent pas nécessairement la damnation), Ant. Arnauld, 5e dénonciation, I (Œuvres, Lausanne, 1780, t. XXXI, p. 302) Le monstrueux dogme du péché philosophique, Biblioth. critique, Bâle, 1709, t. II, p. 71.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « philosophique »

Lat. philosophicus, de φιλοσοφιϰὸς (voy. PHILOSOPHE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du latin philosophicus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « philosophique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
philosophique filɔzɔfik

Citations contenant le mot « philosophique »

  • Le mépris philosophique de la vie n'est pas toujours une garantie du courage en face de la mort. De G.-M. Valtour
  • C'est une preuve de médiocrité philosophique que de chercher aujourd'hui une philosophie. De Pierre Joseph Proudhon / La Révolution sociale
  • La poésie est quelque chose de plus philosophique et de plus grande importance que l'histoire. De Aristote / Poétique
  • Devenir attentif aux pièges des mots est une précaution philosophique de base. De Roger-Pol Droit / Petites expériences de philosophie entre amis
  • Un système philosophique n’est pas fait pour être compris : il est fait pour faire comprendre. De Jean-François Revel / Pourquoi des philosophes
  • Oeuf : point de départ pour une dissertation philosophique sur la genèse des êtres. De Gustave Flaubert / Dictionnaire des idées reçues
  • Le "moi" est une commodité grammaticale, philosophique, psychologique. De Marguerite Yourcenar / Entretien avec Claude Servan-Schreiber - Juillet 1976
  • Le fanatisme est un monstre mille fois plus dangereux que l'athéisme philosophique. De Voltaire / Dictionnaire philosophique
  • L'esprit philosophique consiste à préférer aux mensonges qui font vivre les vérités qui font mourir. De Gustave Thibon / L'Ignorance étoilée
  • Pensée philosophique : entre le premier cri et le dernier râle, il n’y a qu’une suite de mots sans importance ! De Pierre Doris
  • Un dilemme, c'est une proposition philosophique dont l'énoncé fait jouir les belles consciences et l'application périr les démocraties. De Jacques Faizant / Le Point - 12 Octobre 1981
  • Le seul vrai problème philosophique ce n'est pas le suicide, c'est de savoir pourquoi on ne peut pas se suicider. De Louis Gauthier / Les grands légumes célestes vous parlent
  • Le suicide, c'est le seul acte philosophique. S'il ne porte pas ses fruits, il devient quelque chose de ridicule qui vous éclabousse. De Frédéric Dard / Entretien avec Pierre Assouline - Avril 1993
  • Elles vous ont tout un système philosophique - en vérité sommaire, et qui ne concerne que les hommes - mais qui tient parfaitement debout quand ceux-ci sont couchés. De Sacha Guitry
  • Il y a quelque chose de philosophique et littéraire dans l’ascension : c’est un condensé de vie incroyable. De Sylvain Tesson / Lire, 1er janvier 2015
  • Autrefois, elles n'étaient que purs divertissements, western, humour, polar, science-fiction. Mais depuis quelques années, de nombreuses séries incitent à réfléchir, et posent des questions philosophiques, voire métaphysiques. « The Leftovers » a ouvert la porte il y a quelques années, « Devs », « Tales from the Loop », et aujourd'hui « Dispatches from Elsewhere » s'y sont engouffrées. leparisien.fr, «Devs», «Dispatches from Elsewhere»... quand les séries ont une portée philosophique - Le Parisien
  • La science et la philosophie doivent travailler ensemble. Malheureusement, ce texte à prétention philosophique s’appuie sur plusieurs affirmations scientifiquement douteuses. D’abord, que le taux de létalité « semble » avoir été surestimé n’est pas un argument suffisant pour le sous-estimer. Le calcul diffère d’un endroit à l’autre, mais la surmortalité demeure significative partout. Ensuite, certes, les études divergent sur le degré d’efficacité du masque, mais pas vraiment sur le fait qu’il y ait une certaine efficacité. Comme il ne peut occasionner que de rares et mineurs inconvénients, le principe de prudence s’applique. Ajoutons que la comparaison avec l’influenza a été réfutée à de nombreuses reprises, notamment à cause de l’existence de vaccins. Le Devoir, Pour une philosophie au service du bien commun | Le Devoir
  • Michel Onfray se serait-il renié ? L’animateur de « Front populaire », qui soutint l’ex-communiste Pierre Juquin, le candidat d’extrême gauche Olivier Besancenot, puis l’insoumis Jean-Luc Mélenchon, aurait-il épousé la cause ultra-droitière ? « Je ne veux pas dérouler un tapis rouge à Marine Le Pen. Aujourd’hui, ma famille politique n’est nulle part. Ce qui fait un philosophe, c’est sa vie, je m’efforce de mener une vie philosophique de gauche. » C’est-à-dire ? « Une vie fraternelle et généreuse. » , Michel Onfray, le philosophe qui divise
  • Pour décrire ce retour à la pratique philosophique traditionnelle, l’auteur retrace avec précision la manière dont la critique de l’économie politique a été progressivement délaissée au profit d’une description idéalisée des principes de l’économie de marché. À la lumière de l’ambition interdisciplinaire qui l’avait animée, l’analyse de l’évolution de cette école de pensée exige pourtant d’être complétée. Comme l’indique la manière dont le discours sociologique et psychanalytique s’intègre dans le cadre des théories de la communication (Habermas) ou de la reconnaissance (Honneth), l’abandon de la conceptualité marxiste doit être considérée comme l’indice d’une tendance plus générale de la Théorie critique contemporaine à négliger la critique des concepts cardinaux de la philosophie politique classique opérée par les sciences sociales [3]. Et pour cause : pour pouvoir décrire les institutions modernes comme l’expression d’une délibération entre des individus autonomes, ces théories semblent avoir été contraintes de postuler l’existence d’une libre subjectivité qui précéderait sa propre socialisation. Or, c’est précisément cette fiction d’un sujet toujours-déjà-donné que les discours centrés sur la production sociale de l’individualité invitent à remettre en question. Loin d’avoir seulement abandonnée l’analyse marxiste des structures capitalistes, la Théorie critique contemporaine a donc également négligée l’analyse sociologique et psychanalytique des instances sociales de formation des subjectivités. Malgré leur diversité, l’ensemble des discours mobilisés par les fondateurs de l’École de Francfort (la théorie freudienne, la sociologie classique, etc.) s’accordent en effet pour analyser la manière dont les pratiques et les représentations qui structurent les subjectivités s’imposent à la volonté des individus socialisés dans une configuration socio-historique donnée. C’est cette tension entre l’idéal d’autonomie et ses propres conditions sociales de possibilité – liée à la « forme contradictoire que prend l’activité collective [4] » dans la modernité – qui constituait l’objet central de la première « théorie critique de la société ». , Que reste-t-il de la théorie critique ? - La Vie des idées
  • Hybride entre la réflexion philosophique et le jeu, la philocréation permet de rendre amusante une matière qui a priori peut sembler rébarbative pour les plus jeunes citoyens. Une de ses approches clés est de donner vie aux concepts, explique Natalie Fletcher, de l’Université de Montréal, qui a façonné l’approche au fil de son parcours, notamment avec l’organisme Brila. « On veut créer un espace où les jeunes peuvent vivre des expériences et partager leur quotidien pour mieux conceptualiser les termes qu’ils utilisent tout le temps, mais sans jamais y réfléchir. » Le Devoir, Le petit Devoir de philo: les trésors de Léonie | Le Devoir
  • Mais une fois la référence à l’existentiel est mise de côté, le lecteur finira par y trouver un écho à la méthode dialogique de Socrate où les questions/réponses forment une construction de la pensée… philosophique. Osons le terme ! Rue89 Bordeaux, Sur la connerie, Maryline Videau se pose beaucoup de questions - Rue89 Bordeaux
  • En cette période de pandémie, on entend surtout les spécialistes du domaine médical, les scientifiques et la classe politique se prononcer sur la situation. Mais qu’en est-il de l’aspect philosophique? Comment réagir au mieux avec notre esprit? Voici les conseils d'un philosophe pour développer nos ressources intérieures en temps de crise. Radio-Canada.ca, Frédéric Lenoir et sa philosophie pour affronter la pandémie | ICI.Radio-Canada.ca
  • Lorsque le tout est menacé et son existence est affectée alors nait le besoin de philosopher. Lyotard (2012, p.43) écrit avec raison : « Il y a besoin de philosopher parce que l’unité est perdue. L’origine de la philosophie c’est la perte de l’un, c’est la mort du sens ». Ici se trouve clairement indiqué, à mon avis, le rôle et la responsabilité du philosophe. Cette recherche va au-delà de la singularité du philosophe ; au-delà de ses intérêts immédiats et particuliers. Il ne s’agit pas pour le philosophe de justifier une quelconque idéologie particulariste ni de soutenir une politique qui n’œuvre pas pour le bien de tous. Bien au contraire, la recherche du tout ou de l’universel reste l’horizon de toute préoccupation philosophique authentique. La recherche du tout et de l’un doit être le mode de régulation de la préoccupation du philosophe. Sinon rien d’autre ! A titre d’exemplification, prenons la loi des finances 2018 qui est aujourd’hui un point de discorde entre la société civile et le pouvoir. Pendant que le politique voit des impératifs financiers et économiques, le philosophe s’appesantira plus sur les conséquences éthiques et morales de l’application et d’une telle décision fiscale. La vue du philosophe est ici très importante parce qu’elle peut aider le politique dans ses prises de décisions. , Le rôle du philosophe dans la crise nigérienne : Par le Prof Dr. Sahidi Bilan

Images d'illustration du mot « philosophique »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « philosophique »

Langue Traduction
Anglais philosophical
Espagnol filosófico
Italien filosofico
Allemand philosophisch
Chinois 哲学的
Arabe فلسفي
Portugais filosófico
Russe философский
Japonais 哲学的
Basque filosofikoak
Corse filosofico
Source : Google Translate API

Synonymes de « philosophique »

Source : synonymes de philosophique sur lebonsynonyme.fr

Philosophique

Retour au sommaire ➦

Partager