La langue française

Pékin

Sommaire

  • Définitions du mot pékin
  • Étymologie de « pékin »
  • Phonétique de « pékin »
  • Images d'illustration du mot « pékin »
  • Traductions du mot « pékin »
  • Synonymes de « pékin »
  • Antonymes de « pékin »

Définitions du mot pékin

Trésor de la Langue Française informatisé

PÉKIN1, subst. masc.

Étoffe de soie peinte; étoffe présentant des raies alternativement mates et brillantes ou de couleurs, de matières différentes. Une très grande bergère en bois jadis doré et revêtue de pékin à fleurs (Hugo, Misér., t.1, 1862, p.31).Au milieu du rayon, une exposition des soieries d'été éclairait le hall d'un éclat d'aurore (...). C'étaient des foulards (...), des surahs (...), des pékins satinés à la peau souple de vierge chinoise (Zola, Bonh. dames, 1883, p.629).La baronne (...) avait une robe de pékin corail à manches monstrueuses (Gyp, Leurs âmes, 1895, pp.78-79).
Prononc. et Orth.: [pekε ̃]. Att.ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1564 pekin (Inv. de la Sainte-Chapelle de Bourges, 103 ds Gay), attest. isolée; 1756 pecquin (Mém. de la Société de l'hist. de Paris et de l'Ile-de-France, t.34, 1907, p.187). Du nom de la ville de Pékin, en Chine.

PÉKIN2, subst. masc.

A. − Arg. milit., péj. Civil, bourgeois. Pousse ton cheval ferme, toujours t'éloignant de l'armée. À la première occasion achète des habits de pékin (...). Dès que tu auras sur le dos des habits de bourgeois, déchire ta feuille de route en mille morceaux (Stendhal, Chartreuse, 1839, p.60).N'avons-nous pas entendu traiter Louis-Philippe de tyran? Ce n'était que le roi des pékins (Proudhon, Guerre et paix, 1861, p.62).À ce point de la conversation (...) je risquai la question bébête de la durée [de la guerre], qui sent son pékin d'une lieue (L. Daudet, Temps Judas, 1920, p.186):
. ... [les] militaires de Napoléon (...) divisaient le monde en soldats, en pékins [it. ds le texte], en ennemis, et (...) traitaient les pékins en ennemis et les ennemis en pékins.... Balzac, Corresp., 1837, p.292.
En pékin.En habit civil; en partic., sans travesti dans un bal costumé. Nous allons en pékins au bal chez Michelet, où les femmes sont déguisées en nations opprimées, Pologne, Hongrie, Venise, etc. (Goncourt, Journal, 1864, p.25).
Empl. adj. [Le vêtement] est plus militaire, il a l'air moins pékin (Pommier, Crâneries, 1842, p.134).Popelin aurait insinué dans la cervelle de la Princesse l'idée qu'il y avait un beau rôle à prendre pour un Napoléon dans cette fin de siècle, le rôle d'un Bonaparte civil, d'un Bonaparte pékin, d'un Bonaparte savant, lettré, intellectuel (Goncourt, op.cit., 1890, p.1227).
B. − P. ext, arg. Celui qui n'appartient pas à un milieu particulier. Accommoder le pékin (pour les voleurs) (d'apr. Esn. 1966). Quand le second maître de manoeuvre Lestrope, chargé d'enseigner le matelotage aux fistots [élèves de 1reannée] de l'École navale, entendit ceux-ci parler de «ramer avec des rames», de «tirer sur une corde» (...), il se mit fort en colère (...). Ces mots sont ceux, en effet, du «dehors», des non-initiés, et qui trahissent aussitôt le pékin. Il n'y a pas de corde, à bord, hormis la corde de la cloche. Il n'y a que des cordages, ou mieux des filins (Vie Lang.1971, p.384).
Prononc. et Orth.: [pekε ̃]. Att. ds Ac. 1935. Balzac, Pierrette, 1840, p.164 et Paysans, 1844, p.115: péquin; cette forme est var. de pékin ds Littré et Rob. Catach-Golf. Orth. Lexicogr. 1971, p.286: péquin. Étymol. et Hist. 1799 péquin (J. Hardy, Correspondance, 11 juill. ds Mél. Bruneau, p.147). Prob. empr. au prov. pequin «chétif, malingre», correspondant à l'esp. pequeno «petit», issu d'un rad. pekk- exprimant la petitesse. Le mot a sans doute été introduit dans l'arg. des armées révolutionnaires par des soldats originaires du Midi. V. FEW t.8, p.158; G. Gougenheim ds Mél. Bruneau 1954, pp.147-151; Brunot t.9, pp.999-1000.
STAT.Pékin1 et 2. Fréq. abs. littér.: 49.
BBG.Quem. DDL t.5.

Wiktionnaire

Nom commun 1

pékin \pe.kɛ̃\ masculin

  1. Étoffe de soie rayée où des bandes brillantes alternent avec des bandes mates.
    • Le tissu du pékin ressemble à celui du taffetas.

Nom commun 2

pékin \pe.kɛ̃\ masculin

  1. (Familier) (Argot militaire) Individu, civil, par opposition aux militaires.
    • Deux ou trois officiers qui se trouvaient là commençaient déjà à rire entre eux de la tournure toute bourgeoise du pékin, — puisqu’à en croire M. Dupin, on appelait ainsi, avant la Révolution, tout citoyen sans colback. — (Honoré de Balzac, Croquis et fantaisies : Une charge de dragons, 1831, in Œuvres complètes, tome XXI, Calmann Lévy, Paris, 1879, p. 521)
    • Qu'est-ce qui te prend, fiston, comme un petit garçon, – la vérité, la vérité... Je ne suis pas un pékin, je suis le bourgmestre. Moi-même, je ne me dis plus la vérité depuis si longtemps que j’ai même oublié de quoi elle a l’air, la vérité. — (Evgueni Schwartz, Le Dragon, 1943)
    • Du côté de Chauvac, où vous allez, c’est farci de dragons et même de la ligne parce que c’est la grand-route, et il y a du pékin en quantité. On les passe au crible. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 328)
    • Grand avantage, parlons-en, belle supériorité : me demandait-on ma communication peut-être ? Je n’allais point ramener ma fraise au congrès mondial d’astacologie afin d’y causer de pêche : les savants n’invitent pas encore les pékins. — (Gaston Cherpillod, Une écrevisse à pattes grêles, L'Âge d'Homme, 2004, page 185)

Nom commun 3

pékin \pe.kɛ̃\ féminin

  1. (Zoologie) Synonyme de bantam (race de poules).
    • La pékin est originaire de Chine. Elle a été importée en Angleterre vers 1843 et s'y est vite répandue.— (Pékin (race de poule), article Wikipédia)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PÉKIN. n. m.
Étoffe de soie rayée où des bandes brillantes alternent avec des bandes mates. Le tissu du pékin ressemble à celui du taffetas.

PÉKIN se dit, dans le langage populaire, pour désigner les Civils, par opposition aux militaires. Il vieillit.

Littré (1872-1877)

PÉKIN (pé-kin) s. m.
  • Espèce d'étoffe de soie. Si Valence fabrique des pékins supérieurs à ceux de la Chine même, Raynal, Hist. phil. V, 33.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « pékin »

Pékin, capitale de la Chine : pe, nord, et king, capitale.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom 1) De Pékin.
(Nom 2) Cf. péquin.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pékin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pékin pekɛ̃

Images d'illustration du mot « pékin »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pékin »

Langue Traduction
Anglais beijing
Espagnol beijing
Italien pechino
Allemand peking
Chinois 北京
Arabe بكين
Portugais pequim
Russe пекин
Japonais 北京
Basque beijing
Corse pechino
Source : Google Translate API

Synonymes de « pékin »

Source : synonymes de pékin sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « pékin »

Partager