La langue française

Omelette

Définitions du mot « omelette »

Trésor de la Langue Française informatisé

OMELETTE, subst. fém.

A. − [Plat cuit à la poêle] Mets fait avec des oeufs battus, additionnés ou non d'éléments divers, et cuit à la poêle avec un corps gras (beurre, huile ou graisse).
[Mets servi en entrée ou comme plat principal] Il faisait lui-même les omelettes, des omelettes retournées des deux côtés, plus rissolées que des crêpes, si fermes qu'on aurait dit des galettes (Zola,Assommoir,1877, p.609).Il nous reste à vous entretenir de l'omelette (...). Il faut une certaine habitude pour la faire moelleuse, ni trop cuite ni trop baveuse, et roulée avec soin (Pellaprat,La Cuisine en 20 leçons,Paris, 1966, p.108):
1. ... il attaqua l'omelette, qui était ronde, ventrue, et cuite à point. Au premier coup de la cuiller, la panse laissa échapper un jus lié qui flattait à la fois la vue et l'odorat... Brillat-Sav.,Physiol. goût,1825, p.314.
SYNT. Omelette dorée, fourrée, garnie, succulente; omelette aux champignons, aux croûtons, aux fines herbes, au fromage, aux fruits de mer, au jambon, au lard, au naturel, aux pommes de terre, aux rognons, au thon (du curé), aux truffes; omelette chasseur, mousseline, paysanne; omelette basquaise, portugaise, à l'alsacienne, à l'espagnole, à la lyonnaise, à la lorraine; battre, faire (sauter), retourner une omelette; battre les oeufs en omelette.
[Mets servi sucré en entremets ou comme dessert] Omelette aux fruits, aux pommes, au sucre; omelette à la célestine, à la dijonnaise; flamber une omelette. Il l'emmena déjeuner rue de Chartres, chez Parly; et comme il avait besoin de se refaire, il se commanda deux plats de viande, un homard, une omelette au rhum, une salade, etc., le tout arrosé d'un Sauternes 1819, avec un Romanée 42 (Flaub.,Éduc. sent.,t.2, 1869, p.146).On mangeait fort passablement (...) l'immanquable chou-rouge, au fromage, et pour dessert la rituelle omelette aux confitures, spécialité de la maison (Ambrière,Gdes vac.,1946, p.327).
Spéc. [Plat passé au four]
Omelette norvégienne; omelette surprise. Glace enveloppée de meringue, sur plateau de génoise, et passée au feu vif ou flambée. Pendant un moment, j'eus l'impression pénible d'être un bloc de glace enveloppé de feu, une omelette-surprise (Sartre,Nausée,1938, p.148).
Omelette soufflée. Entremets fait avec des jaunes d'oeufs travaillés avec du sucre vanillé (ou diversement parfumé), mélangés avec des blancs d'oeufs battus en neige et qui est passé au four doux. Ma grand'mère, qui était d'une friandise extrême, bien que très-petite mangeuse, avait aussi des théories scientifiques sur la manière de faire une crème à la vanille et une omelette soufflée (Sand,Hist. vie,t.2, 1855, p.316).
Loc. proverbiale. On ne saurait faire/peut faire une omelette sans casser des oeufs (vieilli); on ne fait pas d'omelette sans casser les/des oeufs. On n'obtient rien sans un minimum d'efforts, de sacrifices, de risques. On voit des individualistes qui ne sont même pas des individus, et tous ces éternels cocos qui veulent faire des omelettes sans casser les inévitables oeufs (Valéry,Corresp.[avec Gide], 1898, p.308):
2. Ils voulaient bien faire des grèves corporatives qui eussent un caractère révolutionnaire; mais ils ne voulaient pas qu'on les traitât en révolutionnaires. Ils n'avaient aucun goût pour les baïonnettes. Ils eussent voulu battre l'omelette sans casser d'oeufs. En tout cas, ils aimaient mieux que les oeufs cassés fussent ceux du voisin. Rolland,J.-Chr.,Buisson ard., 1911, p.1291.
B. − Amas d'oeufs cassés accidentellement et, p. anal. ensemble d'objets fragiles cassés, renversés. Faire une omelette; attention à l'omelette. Toine Brûlot voulut coller son oreille contre le mur, et, oubliant ses oeufs, il fit un brusque «va-t-au nord» qui le coucha sur une omelette (Maupass.,Contes et nouv.,t.1, Toine, 1885, p.182).−Monsieur garde son pardessus? −Non, mon ami, le voilà. Mais ne faites pas d'omelette dans mes poches (Martin du G.,Devenir,1909, p.32).
Prononc. et Orth.: [ɔmlεt]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1548 homelaicte (Rabelais, Quart Livre, éd. R. Marichal, chap. 9, p.67, 71); 1561 omelette (J. Du Fouilloux, Receptes pour guarir les chiens de plusieurs maladies, éd. G. Tilander, chap. 73, p.159). Altération, prob. d'orig. méridionale (cf. la localisation des formes en au- ds FEW t.5, p.136a) sous l'infl. de mots issus du lat. ovum «oeuf», de amelette «omelette» (19 févr. 1480, Reg. des compt. de l'hôtel de ville de Tours, A. Tours ds Gdf. Compl.) par métathèse de *alemette, var. de alumecte «id.» (1remoitié xves. [date ms.], Ménagier de Paris, éd. G. E. Brereton et J. M. Ferrier, p.244, 33), par substitution de suff. de alumelle «id.» (ibid., p.245, 5), issu de lemelle forme anc. de lamelle*, avec agglutination du -a de l'article, v. aussi al(l)umelle, la forme aplatie de l'omelette ayant été comparée à celle d'une lame. Fréq. abs. littér.: 245. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 279, b) 452; xxes.: a) 438, b) 297. Bbg. Bosshart (B.). Die Benennungen der Omelette auf französischen Sprachgebiet. Diss. Zürich, 1932, 74 p.

Wiktionnaire

Nom commun

omelette \ɔm.lɛt\ féminin

  1. Mets composé d’œufs battus ensemble et cuits à la poêle souvent avec du beurre ou de l’huile.
    • Mais en rentrant chez maître La Hurière, la première figure qu’aperçut notre gentilhomme fut celle de Coconnas attablé devant une gigantesque omelette au lard. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre V)
    • La soif fut éteinte au moyen de trois ou quatre jarres d’eau, la faim apaisée par une omelette aux tomates, où il n’y avait pas trop de plumes pour une omelette espagnole. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • On leur fera une omelette et on leur donnera du « boustringue » et puis il y a du faro de première qualité et cela les apaise. — (Marie de Villermont, Contes belges, Éditions Lethielleux, 1913, page 8)
    • Quel beau feu de foyer pour sécher nos hardes, pendant que l’omelette sautait dans la flamme, l’inimitable omelette d’Alsace, craquante et dorée comme un gâteau. — (Alphonse Daudet, Alsace ! Alsace !, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 110)
    • Monsieur Bilit qui a cette habitude d’arriver n’importe quel soir de la semaine à l’improviste, et s’il se trouve que c’est l’heure du dîner, on met pour lui un couvert de plus et Véra que son appétit insatiable étonne et amuse, même si le repas est assez copieux, lui fait préparer pour son dessert une énorme omelette aux confitures, son plat préféré. — (Nathalie Sarraute, Enfance, Gallimard, 1983, collection Folio, pages 194-195)

Nom commun

omelette \ˈɒmlət\

  1. Omelette.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OMELETTE. n. f.
Mets composé d'œufs battus ensemble et cuits dans la poêle avec du beurre ou de l'huile. Omelette au lard, aux fines herbes, aux champignons, aux confitures. Omelette baveuse. Omelette soufflée. Voyez SOUFFLER. Prov., On ne saurait faire une omelette sans casser des œufs, Quand on veut faire une chose, il faut se résigner aux risques qu'elle comporte.

Littré (1872-1877)

OMELETTE (o-me-lè-t') s. f.
  • 1Œufs battus et cuits dans la poêle avec du beurre. Un jeune homme à saillies libertines [des Barreaux, qui avait été ami de Théophile] peut très bien, dans un cabaret, manger gras un samedi, et, pendant un orage mêlé de tonnerre, jeter le plat par la fenêtre, en disant : Voilà bien du bruit pour une omelette au lard, sans pour cela mériter l'affreuse accusation d'athéisme, Voltaire, Mél. litt. Lettres à S. A. S. VII. Après ce premier plat, il [le curé] attaqua l'omelette qui était ronde, ventrue et cuite à point, Brillat-Savarin, l'Omelette du curé.

    D'omelette, couleur d'une omelette. M. de Grignan en robe de chambre d'omelette…, Sévigné, 20 déc. 1672.

    Omelette baveuse, omelette à demi cuite. Chargés chacun d'un sac plein d'œufs, Pour faire omelettes baveuses, Scarron, Virg. I.

    Faire une omelette, casser des œufs et les battre pour faire l'omelette.

    Par extension. Je tombai justement du côté de la poche où étaient mes œufs, qui se cassèrent tous, et firent une omelette qu'on vit bientôt couler le long de ma jambe, Lesage, Guzm. d'Alf. II, 3.

    Omelette à la Célestine, nom donné autrefois à une espèce d'omelette plus épaisse que les autres.

  • 2Le cône bullé, coquille.

    PROVERBE

    On ne saurait faire une omelette sans casser des œufs, c'est-à-dire il faut se résigner à des pertes, à des sacrifices, pour faire ce qui doit être fait.

HISTORIQUE

XVe s. Et illec fut fait essay de certains poysons, qui furent faiz manger au chien de Macé en une fressure de mouton frite et en une amelette d'œufs, Bibl. des chartes, 4e série, t. I, p. 168.

XVIe s. En pareille alliance, l'un appeloit une sienne, mon homelaicte. Elle le nommoit mon œuf, et estoient alliés comme une homelaicte d'œufs, Rabelais, Pant. IV, 9. Une aumelete faite de cinq ou six jaunes d'œufs, De Serres, 939.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

OMELETTE, s. f. (Cuisine.) sorte de ragoût ou fricassée d’œufs mêlés avec d’autres ingrédiens, qui est fort en usage en France & en Espagne.

Ménage fait venir ce mot de l’italien animella, petite ame ; parce que, dit-il, le peuple d’Italie donne ce nom aux morceaux les plus délicats dans l’abattis de la volaille qu’on met dans les fricassées, comme foies, cœurs, gésiers, &c. De-la Ménage forme par ressemblance le mot françois amelette, qui signifie une fricassée d’œufs. Fripod fait venir ce mot de ομα, ensemble, & de λυειν, dissoudre, mêler, mouiller. Et M. de la Mothe le Vayer le fait venir des mots françois œufs, & de mélés, c’est-à-dire œufs mêlés.

Il y a différentes especes d’omelettes, comme omelettes farcies, omelettes au sucre, omelettes aux pois verds, omelettes à la turque, &c.

Omelette, (terme de Marchands de vin.) les cabaretiers & marchands de vin nomment ainsi des œufs cassés & battus, qu’ils jettent (jaune, blanc & coquilles ensemble), par le bondon d’une piece de vin, pour l’éclaircir quand il reste trop long-tems trouble. Cette maniere d’éclaircir le vin n’est propre que pour les vins couverts, & sur lesquels la colle de poisson ne prend pas. Elle est au reste très-innocente, & nullement préjudiciable à la santé. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « omelette »

De l’ancien français amelette (avec initiale influencée par le mot œuf), métathèse de alemette, altération d’alemelle « assiette fine, préparation fine », du latin lamella, diminutif de lamina « lame » (avec agglutination du a de l'article défini).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Emprunt au français (voir ci-dessus).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, amelète ; bas Maine, amelette. Amelette, qui est une des formes les plus anciennes, donnerait quelque appui à ceux qui y voient un diminutif d'âme [l'âme, le dedans d'un œuf]. Mais dans le XIVe siècle on a dit alumelle et alumete (Ménagier, II, 5), à cause que l'omelette est plate comme une alumelle (voy. ce mot) ; c'est là que paraît être l'étymologie, amelete étant une corruption d'alumete ou alemete. Dans tous les cas, alumele et alumete sont les formes les plus anciennes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « omelette »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
omelette ɔmlɛt

Citations contenant le mot « omelette »

  • Ramenez la partie cuite vers vous jusqu’à complète cuisson de l’omelette (sans coloration, pour conserver de la souplesse au mélange). France Inter, Œufs en omelette roulée
  • Cap sur la Loire-Atlantique avec une recette d'omelette avec notre chef du jour Jean-Marc Gay Capdevielle. France Bleu, Et si on cuisinait... une omelette aux oignons nouveaux, asperges et chorizo !
  • On ne saurait faire une omelette sans casser des oeufs. De Proverbe français
  • Une poule devant une omelette contemple l’ensemble de son oeuvre. De José Artur
  • On ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs - mais il est étonnant de voir combien on peut casser d'oeufs sans faire d'omelette décente. De Loi de Murphy
  • Le passé est un oeuf sans germe : tout ce qu’on peut en tirer c’est une omelette. De Frédéric Dard / Réflexions jubilatoires sur l’existence
  • Je n'ai jamais pondu un oeuf de ma vie. Et pourtant je m'estime plus qualifié qu'une poule pour juger de la qualité d'une omelette. De Max Favalelli
  • Quelle misérable chose que l’homme ! Ne pas pouvoir seulement sauter par sa fenêtre sans se casser les jambes ! Être obligé de jouer du violon à dix ans pour devenir un musicien passable ! Apprendre pour faire une omelette ! De Alfred de Musset
  • On ne fait pas d’omelettes sans casser d’oeufs. De Proverbe français
  • Derrière la vitre, rien n'est caché au promeneur… et potentiel futur client : l'ancienne table de ferme où des œufs bios sont joliment disposés dans un panier en osier, l'imposante cheminée noire où le bois enflammé craque déjà, les carreaux de ciment colorés, le lustre et le buffet d'époque. Le décor est planté ! Les smartphones immortalisent un rituel plus que centenaire. Mais les photographies négligent la « musique de l'omelette », comme l'appellent les serveurs. leparisien.fr, Un été au resto : la Mère Poulard règne sur le mont Saint-Michel - Le Parisien
  • Pour illustrer cette école, Thierry Marx a choisi une recette avec le premier ingrédient que l'on apprend à travailler en apprentissage, l'œuf. C'est une recette d'omelette. Franceinfo, L'histoire à la carte. L'école Ferrandi à Paris, une institution
  • L’ethnobotaniste a étudié les plantes sauvages comestibles dans le monde entier et révélé leurs vertus gustatives à de nombreux chefs. Lui-même en tire profit pour concocter son omelette aux « mauvaises herbes ». Le Monde.fr, L’omelette aux herbes sauvages : la recette de François Couplan
  • En plein été, et alors que les frontières avec l'Union européenne ont rouvert depuis un mois, "il y a très peu de touristes (...) dans les zones de tourisme pur et dur", comme l'archipel des Baléares où moins de la moitié des bars et restaurants avaient rouvert au 13 juillet, a précisé M. Izuel. Les affaires sont également très mauvaises dans les quartiers de bureaux des grandes villes, désertés alors que le télétravail est toujours recommandé par le gouvernement. "Le télétravail affecte le petit-déjeuner, le pincho de tortilla (morceau d'omelette), les churros (beignets), le menu du jour, en particulier à Madrid", a expliqué M. Izuel, citant les en-cas traditionnellement consommés par les Espagnols qui prennent souvent leur petit-déjeuner dans les cafés. Capital.fr, Espagne : 13% des bars, restaurants et hôtels ont définitivement fermé - Capital.fr

Traductions du mot « omelette »

Langue Traduction
Anglais omelette
Espagnol tortilla
Italien frittata
Allemand omelette
Chinois 煎蛋卷
Arabe عجة البيض
Portugais omelete
Russe омлет
Japonais オムレツ
Basque tortilla
Corse omelette
Source : Google Translate API

Synonymes de « omelette »

Source : synonymes de omelette sur lebonsynonyme.fr

Omelette

Retour au sommaire ➦

Partager