La langue française

Obit

Définitions du mot « obit »

Trésor de la Langue Française informatisé

OBIT, subst. masc.

A. − Vx. Mort, décès. Appelle Villiers «tête de mousquetaire fatigué». Que dira-t-on de la mienne après mon obit: «tête de mort bien portant»? (Verlaine,Corresp.,t.3, 1889, p.59).
B. − P. méton., LITURG. CATH. ,,Messe célébrée par fondation pour un défunt à la date anniversaire de son décès`` (Foi t.1 1968). Chanter, dire, fonder un obit. Ils célébraient un obit sans le corps du défunt (Balzac,Épisode Terr.,1830, p.440).
Messe d'obit. Je lui parlais d'un certain acte passé le 3 août 1578 par un de mes grands-pères. C'était une fondation d'une messe d'obit (Stendhal,Lamiel,1842, p.28).
P. méton.
Honoraires versés aux prêtres pour la célébration d'un service funèbre. La croyance que Jeanne survivait n'était pas (...) générale (...) si l'on s'en rapporte aux comptes des obits (A. France,J. d'Arc,t.2, 1908, p.425).
,,Chapelle fondée pour la célébration perpétuelle d'une messe anniversaire`` (Lar. 20e).
REM.
Obiter, verbe trans.,hapax. Mourir. Mmede Chateaubriand n'est plus qu'une pauvre femme qui obite au domicile de la citoyenne Gouyon; un jardinier, et un journalier qui ne sait pas signer, attestent seuls la mort de ma mère (Chateaubr.,Mém.ds OEuvres compl., t.1, Paris, Gallimard, 1951 [1848], p.120).
Prononc. et Orth.: [ɔbit]. Att. ds Ac. dep. 1694. Plur. obits supra. Étymol. et Hist. 1. Ca 1165 «mort, trépas» (Benoît de Ste-Maure, Troie, 29067 ds T.-L.); 2. 1238 «messe anniversaire pour un mort» (ds G. Espinas, La Vie urbaine de Douai au Moyen-Âge, 3, 40 d'apr. FEW t.7, p.263b); 3. 1868 «honoraires payés à un prêtre pour la célébration du service funèbre» (Littré). Empr. au lat. eccl. obitus (tiré du lat. obitus «mort»), «service anniversaire pour un mort» (ca 1150 ds Latham; 1197 ds Du Cange et Nierm.).

Trésor de la Langue Française informatisé

OBIT, subst. masc.

A. − Vx. Mort, décès. Appelle Villiers «tête de mousquetaire fatigué». Que dira-t-on de la mienne après mon obit: «tête de mort bien portant»? (Verlaine,Corresp.,t.3, 1889, p.59).
B. − P. méton., LITURG. CATH. ,,Messe célébrée par fondation pour un défunt à la date anniversaire de son décès`` (Foi t.1 1968). Chanter, dire, fonder un obit. Ils célébraient un obit sans le corps du défunt (Balzac,Épisode Terr.,1830, p.440).
Messe d'obit. Je lui parlais d'un certain acte passé le 3 août 1578 par un de mes grands-pères. C'était une fondation d'une messe d'obit (Stendhal,Lamiel,1842, p.28).
P. méton.
Honoraires versés aux prêtres pour la célébration d'un service funèbre. La croyance que Jeanne survivait n'était pas (...) générale (...) si l'on s'en rapporte aux comptes des obits (A. France,J. d'Arc,t.2, 1908, p.425).
,,Chapelle fondée pour la célébration perpétuelle d'une messe anniversaire`` (Lar. 20e).
REM.
Obiter, verbe trans.,hapax. Mourir. Mmede Chateaubriand n'est plus qu'une pauvre femme qui obite au domicile de la citoyenne Gouyon; un jardinier, et un journalier qui ne sait pas signer, attestent seuls la mort de ma mère (Chateaubr.,Mém.ds OEuvres compl., t.1, Paris, Gallimard, 1951 [1848], p.120).
Prononc. et Orth.: [ɔbit]. Att. ds Ac. dep. 1694. Plur. obits supra. Étymol. et Hist. 1. Ca 1165 «mort, trépas» (Benoît de Ste-Maure, Troie, 29067 ds T.-L.); 2. 1238 «messe anniversaire pour un mort» (ds G. Espinas, La Vie urbaine de Douai au Moyen-Âge, 3, 40 d'apr. FEW t.7, p.263b); 3. 1868 «honoraires payés à un prêtre pour la célébration du service funèbre» (Littré). Empr. au lat. eccl. obitus (tiré du lat. obitus «mort»), «service anniversaire pour un mort» (ca 1150 ds Latham; 1197 ds Du Cange et Nierm.).

Wiktionnaire

Nom commun

obit \ɔ.bit\ masculin

  1. (Religion) Service fondé pour le repos de l’âme d’un mort et qui doit être célébré à des époques déterminées.
    • Fonder, dire un obit.
    • Il savait qui il enterrait l’archiprêtre. Il n’attendait pas foule ; il n’avait pas été autrement étonné par l’absence des vieilles habituées, aux distractions pleureuses, qui ne manquent jamais ni une messe de requiem ni un bout de l’an ni un obit et dont les chuchotements cinéraires sont utiles, après tout, pour étoffer les deuils pauvres. — (Hervé Bazin, Chapeau bas, Seuil, 1963, Livre de Poche, page 15)
  2. (Par extension) Ce que rapporte ce service.
  3. (Religion)(Par extension) Somme versée au prêtre pour dire un office funéraire.
  4. (Typographie) Empattement supérieur d’une lettre.
    • Les lettres b, d, h, i, k, m, n, p, r, l, u, portent à leur partie supérieure, et vers la gauche, un léger trait nommé obit ou empattement de tête : b, d, h, i, k, m, n, p, r, l, u ; […] l’obit est double, c’est-à-dire gravé à droite et à gauche, dans les lettres v, x, y : v, x, y ; […]. — (L.-E. Brossard, Correcteur typographe : Les règles typographiques, 1924)
    • Le petit trait placé au sommet des lettres b, d, h, i, j, k, l, s’appelle obit, et celui placé au bas des lettres f, h, i, k, l, m, n, p, q, r, s’appelle empattement. — (Émile Leclerc, Nouveau manuel complet de typographie, 1921)

Nom commun

obit \ˈɒb.ɪt\

  1. (Familier) Nécrologie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OBIT. (On prononce le T.) n. m.
T. de Liturgie catholique. Service fondé pour le repos de l'âme d'un mort et qui doit être célébré à des époques déterminées. Fonder, dire un obit.

Littré (1872-1877)

OBIT (o-bit') s. m.
  • Terme de liturgie catholique. Nom donné, dans plusieurs églises, aux messes anniversaires qui se disent pour les morts. Fonder, dire, chanter un obit.

    L'émolument produit par l'obit.

    Au plur. Des obits.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et puis ait en memoire sa fin et son obit [sa mort] ; Netement tient son cuer qui ainsi le forbit, J. de Meung, Test. 1363.

XVe s. Ne demeura gueres longuement que on fit l'obit du roi Ferrand de Portingal à Lussebonne, Froissart, II, III, 29.

XVIe s. Hypocrisie en a taillé l'habit, Dessous lequel tel pour sa mere pleure, Qui bien voudroit de son pere l'obit, Marot, III, 287.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

OBIT, voyez l’article suivant.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « obit »

Apocope de obituary (« nécrologie »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. obitus, de obire, mourir, proprement passer, de ob, et ire, aller.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin obitus (« mort »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « obit »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
obit ɔbit

Traductions du mot « obit »

Langue Traduction
Anglais obit
Espagnol obituario
Italien obit
Allemand obit
Chinois 服从
Arabe نعي
Portugais obit
Russe поминальная служба
Japonais オービット
Basque obit
Corse obite
Source : Google Translate API

Synonymes de « obit »

Source : synonymes de obit sur lebonsynonyme.fr

Obit

Retour au sommaire ➦

Partager